Planète Web Sémantique

April 18, 2015

Karl Dubost

Inaccessible cap

Rocher d'un cap dans l'océan Manazuru, Japon, 22 mars 2015

Mais le sentiment persiste, plus fort que tout, que je n'ai rien à attendre d'elle.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Tout était calme. Le soleil enveloppait l'envie. Le désir du pas créait le chemin. C'est un peu par hasard que j'ai pris la route du cap. Un sashimi d'Abalone et un bol de riz près du port de Manazuru. Et la courbe de la route le long de l'océan chuchotte l'effort. La forêt était si belle. Il m'a fallu continuer. Ce n'est que sur les hauteurs de la péninsule que l'on découvre le vent puissant d'ouest. Les falaises coupent l'océan jusqu'au cap.

Il m'est resté inaccessible, inexplorable. Le vent trop fort et la nuit déjà balbutiante, il fallait que je rentre vers Tsujido. Je n'avais aucune attente. La marche définit son plaisir dans les hésitations que l'on parcoure.

April 18, 2015 03:33 AM

April 17, 2015

Eric van der Vlist

La cigogne d’Angoute

[fr] Cigogne sur son nid dans le marais d’Angoute (Châtelaillon-Plage). [en] White stork on its nest in Angoute marsh (Châtelaillon-Plage).

by Eric van der Vlist at April 17, 2015 08:02 PM

David Larlet

Archives et JavaScript

One solution to this problem is for the web archiving process to execute the JavaScript and to archive any of the dynamic content that was retrieved. This can be done using headless browsers like PhantomJS, and supposedly Google has started executing JavaScript. Like Tantek I’m dubious about how widely they execute JavaScript. I’ve had trouble getting Google to index a JavaScript heavy site that I’ve inherited at work. But even if the crawler does execute the JavaScript, user interactions can cause different content to load. So does the bot start clicking around in the application to get content to load? This is yet more work for a archiving bot to do, and could potentially result in write operations which might not be great.

JavaScript and Archives (cache)

Je continue mes explorations de la veille et je découvre pywb-recorder que vous pouvez tester sur WebRecorder. Combien de logiciels libres sont utilisés à notre insu ? Quelle responsabilité a-t-on en tant que développeur à faciliter leur usage ? Où est notre militantisme lorsqu’il s’agit de refuser de stocker certaines données ? Quelles seraient les lois appliquées au stockage des données ?

Now, if you generate data, the first question to ask about it is, “How is this data going to be used against you?” While I’m still fighting the fight to show the narrative potential of data, there is a real shadow over it. I’m not sure where we land if the value added by having access to your data or having the data saved is greater than the potential damage that that data can create in the wrong hands.

Data Viz Pioneer Nicholas Felton: “There Is A Real Shadow Over Data” (cache)

April 17, 2015 11:00 AM

April 16, 2015

Eric van der Vlist

Table rase

[fr] Table rase sur les berges de Seine. [en] Blank slate on berges de Seine.

by Eric van der Vlist at April 16, 2015 02:43 PM

David Larlet

Renseignement et archives

I am far more frightened by an internet that never remembers than I am by an internet that never forgets.

Forgetting again (cache)

Je me demande dans quelle mesure le gouvernement pourrait devenir un archiviste quitte à stocker des petaoctets à nos dépens et à nos frais (cache). Luttons contre le terrorisme en rendant publiques toutes ces relations et en laissant la communauté trouver les algorithmes. Cela créerait une nouvelle économie beaucoup plus lucrative que celle de l’OpenData…

Tout innocent est un suspect qui s’ignore.

Fiché (cache)

April 16, 2015 11:00 AM

April 15, 2015

Eric van der Vlist

La rue Pierre Mille

[fr] La rue Pierre Mille et ses maisons d’un autre siècle. [en] Rue Pierre Mille [fr] and its houses so twentieth century.

by Eric van der Vlist at April 15, 2015 04:07 PM

David Larlet

Community agent

The idea of “unionizing” would take the web browser (or OS) to a different level. It wouldn’t just be a user agent, but more a community agent.

Today, a web browser is a fairly individualistic software. Your browser history, bookmarks, searches are your own and that’s it. These elements are hard if not impossible to share given how browsers are architected. These items are saved for the purpose of syncing across device, but with the assumption the devices all belong to the same individual.

One interesting experiment would be for a browser to add a layer on top of search engines. Don’t just drive searches to one (or several?) search engine, but ask a database of knowledge shared within a community. Contribute back the search data to the community database.

Search data, then, now and eventually (cache)

Je me demande dans quelle mesure cela renforcerait les bulles de filtres et à quel point le fait d’appartenir à plusieurs communautés demanderait l’usage de plusieurs profils, navigateurs et/ou moteurs de recherche ? Avoir une approche communautaire dans son usage du Web me semble malheureusement assez éloigné des préoccupations et cultures des riches « faiseurs de Web ». Une bonne discussion à avoir pendant SudWeb lors de about:blank.

April 15, 2015 11:00 AM

April 14, 2015

Eric van der Vlist

Le pommier du quai des tuileries

[fr] Le pommier du quai des tuileries est en fleurs. [en] This apple tree is blooming quai des tuileries.

by Eric van der Vlist at April 14, 2015 07:13 PM

David Larlet

Règles de programmation web

Rule 1. You can’t tell where a program is faint to spend its time. Bottlenecks occur un surprising places, so don’t try to second guess and put in a speed hack until you’ve proven that’s where the bottleneck is.

Rule 2. Measure. Don’t tune for speed until you’ve measured, and even then don’t unless one part of the code overwhelms the rest.

Rule 3. Fancy algorithms are slow when n is small, and n is usually small. Fancy algorithms have big constants. Until you know that n is frequently going to be big, don’t get fancy. (Even if n does get big, use Rule 2 first.)

Rule 4. Fancy algorithms are buggier than simple ones, and they’re much harder to implement. Use simple algorithms as well as simple data structures.

Rule 5. Data dominates. If you’ve chosen the right data structures and organize things well, the algorithms will almost always be self-evident. Data structures, not algorithms, are central to programming.

Rob Pike’s 5 rules of Programming

Ces règles m’amènent à réfléchir à ce que cela pourrait donner en version web :

  • Produisez des structures de données faciles à convertir. En cas de doute, utilisez HTML. Soyez votre premier ré-utilisateur.
  • Liez des identifiants pérennes. Les URI sont vos amis. Exploitez la force du graphe et connaissez ses faiblesses.
  • Mesurez vos performances. En fonction des périphériques et des connexions. Comprenez HTTP.
  • Soyez réactif. Le web est un medium qui évolue constamment. Dans ses standards et ses pratiques.
  • Restez accessible. Les personnes et robots parcourant vos pages doivent pouvoir accéder au contenu. Indépendamment de leur support technologique, de leurs déficiences et de leurs préférences.

April 14, 2015 11:00 AM

★ Collaboration technique

J’ai eu l’occasion de transmettre et d’accompagner dans la même journée Natural-Solutions sur le thème de « Collaborer efficacement autour du code ». Voici une petite synthèse des échanges et propositions, merci à Olivier et Gilles pour leur confiance. Merci à Vincent pour son accompagnement et sa relecture.

Référentiel commun

What I miss · Most of al­l, the bug track­er. Any em­ploy­ee can file a bug against any prod­uct and be cer­tain that some­one on the en­gi­neer­ing team will at least look at it. There are cer­tain internal-social-engineering tech­niques you can use to fo­cus at­ten­tion on an is­sue you think isn’t get­ting enough. Lots of bug re­ports are feature-requests and oth­ers are feature-removal de­mand­s, and that’s fine.

Google + 1yr (cache)

Il s’agit du conteneur de la valeur technique de l’entreprise. Il est capital de faire un choix stratégique sur ce point et je n’ai pas de solution miracle. À peu près tous les systèmes que j’ai pu tester étaient déficients et contraignants. Il faut au minimum que le système comporte des identifiants uniques et du contenu editable par toutes les parties prenantes. Il vaut mieux qu’il soit pérenne car il est la meilleure source d’investigation des bugs.

En effet, chaque commit doit comporter une référence à la tâche renseignée dans ce référentiel qui documente les raisons d’une telle implémentation. Les messages de commit sont très importants car ils doivent aider vos successeurs lors d’un blame (qui porte assez mal son nom). Le lien est ainsi fait entre chaque ligne de code et chaque développement de fonctionnalité ou correction de bug. Ne pas perdre de vue qu’il faut pouvoir avoir une vue synthétique de ce référentiel (un bon classement (cache) est une aide précieuse).

J’ai de plus en plus tendance à commencer à coder en rédigeant mon message de commit de façon détaillée, cela permet d’avoir les idées claires sur les tenants et les aboutissants avant même de faire la première ligne de code. C’est ce message qui aidera le reviewer et potentiellement l’assurance qualité ensuite. Cela rejoint le Readme Driven Development (cache).

Cas particulier : monorepo

When it comes to repository hosting conversions, I agree with Google and Facebook: I prefer monolithic repositories. When I am interacting with version control, I just want to get stuff done. I don’t want to waste time dealing with multiple commands to manage multiple repositories. I don’t want to waste time or expend cognitive load dealing with submodule, sub repository, or big files management. I don’t want to waste time trying to find and reuse code, data, or documentation. I want everything at my fingertips, where it can be easily discovered, inspected, and used. Monolithic repositories facilitate these workflows more than separate repositories and make me more productive as a result.

On Monolithic Repositories (cache)

J’ai longtemps trouvé cela abscons mais je reviens un peu sur ma position (je ne suis pas prêt à bosser pour Google ou Facebook pour autant…), avoir un dépôt pour l’ensemble des projets peut encourager la collaboration transversalement dans les équipes et le partage de code entre les produits.

Relecture continue

As in Maslow’s pyramid, each layer requires the previous one. It is useless for code that is charging the wrong customer to be readable. Code should be:

  • Correct
  • Secure
  • Readable
  • Elegant
  • Altruist

Maslow’s pyramid of code review (cache)

L’auto-évaluation est assez mauvaise, on peut relire 15 fois son code et pourtant passer à côté de bugs qui vont être évidents au premier coup d’œil par un pair. Je l’ai expérimenté de nombreuses fois et j’envisage difficilement de me passer d’une telle pratique aujourd’hui. Il faut bien garder à l’esprit que seul le code est évalué, pas la personne. Ça peut faire mal à l’égo mais ce n’est pas une attaque personnelle pour autant !

Les avantages de la review sont nombreux et Anthony et Julien en ont parlé lors de ParisWeb, de même qu’Agnès :

  • diffuser la connaissance dans l’équipe
  • augmenter la cohérence du code au sein des projets
  • partager la responsabilité et son poids

Cas particulier : pair-programming

Si vous êtes 2 dans l’équipe et que vous pair-programmez, qui va relire vos développements ? Est-ce que le fait d’être en paire constitue une relecture suffisante ? Nous avons été confrontés à ce problème avec Mathieu et je n’ai pas d’avis tranché sur la question si ce n’est d’essayer d’avoir une troisième personne dans l’équipe ! Parfois même un collègue sur un autre produit peut être pertinent.

Flux de travail

We don’t want humans waiting on computers. We want computers waiting on humans.

Notes from Facebook’s Developer Infrastructure at Scale F8 Talk (cache)

En amont, on établit des conventions de développement (pep8, styleguides, etc) propres à l’équipe et au projet. Il est possible d’automatiser le rendu du code avec JSCS (cache) pour JavaScript ou yapf pour Python par exemple.

  1. on linte et on teste son code pendant le développement avec les plugins propres à l’éditeur choisi
  2. on soumet une pull-request bien documentée (cache) (pour du pas à pas (cache))
  3. on teste sur un environnement aussi proche que possible de la production (possibilité d’utiliser Docker (cache) par exemple)
  4. on demande une review de son implémentation, on itère et on merge
  5. on déploie sur un environnement identique à la production qui est testable/montrable
  6. on déploie en production avec une possibilité de rollback à partir d’un tag explicite

Il est important de conserver une boucle de rétroaction courte (cache) tout au long du flux. Il est possible d’introduire des hooks pour automatiser des tâches (par exemple la création d’issues). Il existe le gitflow bien connu (cache) ou le plus simple github flow (cache), dans tous les cas il est possible d’utiliser des alias (cache) ou des applications dédiées (SourceTree, Tower, Github, etc) pour éviter d’avoir à retenir tout plein de trucs (cache).

Cas particulier : déploiement non-continu

Certains déploiements doivent se produire avec une régularité calendaire ou pour un événement spécial. Dans ce cas, le flux de travail est altéré. Il est important que la pré-production soit vraiment iso-fonctionnelle pour pouvoir effectuer des tests de montée en charge et/ou que la programmation du déploiement puisse être automatisée. Des outils comme Fabric, Chef, Puppet ou Ansible peuvent être utiles pour automatiser les déploiements. Ou juste un script tirant partie des déploiements Github déjà mieux qu’un git pull sur le HEAD de master.

Documentation

What does discoverability and consistency mean? It means producing software (hopefully) free from the artifacts of bias, as agreed upon by your team. Do you have to use Rails or protobuf to be discoverable and consistent? Of course not. But you should seek to gain consensus. Here is a simple guide to becoming more consistent and discoverable in your codebase.

Consistency (cache)

La première étape est de documenter l’installation initiale du projet et de réduire celle-ci à 3 étapes (ou moins !). J’ai croisé tellement de projets en open-source qui sont impossibles à installer que ça en est déprimant. Le pire étant que les auteurs se trouvent dans l’incompréhension et sont déçus de n’avoir aucune participation externe… L’optimisation de la prise en main est essentielle à l’intégration de nouvelles personnes sur le projet. Cela doit être votre priorité numéro 1 si vous souhaitez vraiment libérer un produit. Les outils existent pour avoir un poste de développement rapidement (cache), n’hésitez pas à les utiliser (et à les maintenir à jour).

If people are working from the same location, it is important that they do not skimp on writing things down.

The Remote Manifesto (cache)

Il est très utile également de documenter les décisions techniques stratégiques au cours du cycle de vie d’un projet. C’est le seul moyen de ne pas rediscuter indéfiniment les mêmes choix et de reproduire les mêmes erreurs. C’est peut-être la transition culturelle la plus difficile à effectuer pour une équipe interne qui utilise surtout l’oralité pour les prises de décisions.

Les styleguides sont à la mode et au-delà de l’aspect marketing (cache), il est possible d’avoir une base rapidement qui sert à maintenir la cohérence entre les différents composants d’une application web. Des outils existent pour automatiser sa génération, l’utilisation d’une approche OOCSS/BEM rend les éléments plus simples à isoler/documenter.

J’ai tendance à penser que la dette technique est inévitable (mais je n’ai pas encore pris le temps de lire le bouquin de Bastien sur le sujet ;-)). Partant de ce constat, il y a deux choses à surveiller :

  • que la taille du code reste raisonnable en restant le plus pertinent possible sur la valeur apportée à l’utilisateur
  • qu’il n’y ait pas de relâchement sur la qualité en cas de rush ou de fatigue, situations où l’on a tendance à débrayer

Cas particulier : The Big Rewrite™

It’s important to remember that when you start from scratch there is absolutely no reason to believe that you are going to do a better job than you did the first time. First of all, you probably don’t even have the same programming team that worked on version one, so you don’t actually have « more experience ». You’re just going to make most of the old mistakes again, and introduce some new problems that weren’t in the original version.

Things You Should Never Do, Part I (cache)

C’est quelque chose que j’ai tenté dans une précédente vie lorsque j’ai réécrit une application de gestion de traçabilité dédiée aux laboratoires. Avec 10 années de recul, je pense que c’était une erreur. Non pas de réécrire mais de ne pas avoir évalué l’inertie du changement de culture associé en interne pour combiner une réécriture ET une simplification.

Si vous prenez cette voie (cache), documentez chaque raison de la réécriture et chaque décision prise au cours de celle-ci.

Discussion

Read the Docs, sadly, is still heavily dependent on me being around to operate it. Our campaign to make it more sustainable is the first step towards hopefully fixing this situation. Operating and supporting the site has started to take most of my time, not leaving much room for building community and on boarding contributors. In fact, it leads to an implicitly hostile environment for new contributors, because nobody was around to help them, test their patches, and get changes into the codebase.

Making Read the Docs Sustainable (cache)

La matinée de formation a été suivie d’une après-midi d’accompagnement qui nous a permis de mettre en application un workflow de travail basé sur git(hub) pour encourager les revues de code et les participations externes.

J’en retiens trois discussions, la première sur le financement de l’open-source où il a été question de développement à base de crowdfounding, voire de companyfounding pour mutualiser les coûts ? Cela m’a rappelé la discussion que nous avions eue avec Simon lors de MousTIC sur le financement des communs (cache).

La seconde portait sur la gestion de l’inclusion de modules non open-source dans un projet open-source, je n’ai pas de solution pour cela à part essayer de faire une architecture qui permet l’inclusion de plugins mais cela reste limité. Si vous avez des suggestions/expériences je suis preneur.

Enfin, la dernière était relative à l’inclusion des contributeurs externes sur un projet open-source, en plus de la documentation d’installation du projet déjà évoquée, j’ai proposé :

  • documenter pourquoi est-ce que le projet a été mis en open-source et quelles sont les attentes au niveau des contributions
  • documenter comment est-ce que le projet peut recevoir des améliorations (quel workflow, quels tests, quelle réactivité)
  • identifier clairement des bugs qui sont faciles à prendre pour rentrer dans le projet
  • proposer d’avoir une position de mentor sur certains bugs pour accompagner les débutants
  • discuter de manière ouverte les décisions et les orientations du projet avec la communauté

C’est un travail fastidieux qui ne porte ses fruits que sur le long terme et dont le retour sur investissement est difficilement quantifiable (recrutement, renommée, etc). Mais quelle joie pour l’équipe lorsque ça prend ! L’ensemble de ces réflexions m’ont amené à écrire un gabarit de README pour projets open-source encourageant la participation. N’hésitez pas à contribuer ;-).

Each developer in your company should have two days per month to work on the open source software your product is built on.

[…]

The real reason you should do it is because it will make your product better, make your developers better, and make your company a more attractive place to work.

The Two Day Manifesto (cache)

Au final, c’était un plaisir d’accompagner une équipe dans sa recherche de pertinence autour de ses produits open-source, j’espère vraiment que l’on pourra inscrire cette relation de confiance dans la durée.

April 14, 2015 11:00 AM

April 13, 2015

Karl Dubost

Quinze printemps et un peu plus

Panneaux de bois légèrement entrouverts Tsujido, Japon, 21 mars 2015

Et le nom de terrains vagues, que j'ai ailleurs salué, recouvre ici pour moi un désir en même temps qu'une image élue : la confusion qui embrume par places ces lisières des villes en fait des espaces de rêve en même temps que des zones de libre vagabondage. Ces terrains vagues où, si la liberté de parcours nous restait mesurée, rien du moins ne venait contraindre l'imagination, s'appelaient pour moi à Nantes le Petit Port, la Colinière, le parc de Procé.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Derrière les panneaux coulissants de la chambre, discret, c'est le printemps qui s'invite. Alors les pensées dans un pinceau de lumière repense aux quinze derniers printemps. Et plus jeune encore là où les photos n'habitent pas le lieu de la mémoire, je me souviens des vagabondages sur les cerisiers en fleurs du « petit champ » le terrain vague de mon enfance aux Sapins à Rouen. Là, où les arbres avaient eu le bon goût d'avoir des branches basses pour que nous puissions cueillir des bouquets que nous vendions dans le quartier pour quelques francs. Notre fortune réalisée étaient dépensées aussitôt en jus de fruits, chips et autres trésors, les quatre pirates que nous étions, du haut de nos huit ans, dans notre île sauvage et urbaine.

série de quinze photos prises le 21 mars Quinze printemps

Errata : Il ne s'agit pas de la vallée de l'Iton, mais de la vallée de l'Andelle et de l'abbaye de Notre-Dame de Fontaine de Guérard. Merci L.

April 13, 2015 10:21 PM

Eric van der Vlist

Les giroflées

[fr] Cette giroflée fleurit sous des feuilles de bouillon blanc sur la petite ceinture. [en] This wallflower is growing under the leafs of a great mullein on the petite ceinture.

by Eric van der Vlist at April 13, 2015 02:36 PM

David Larlet

Feedback écrit

We ask each participant in the meeting to, on a sheet of paper, answer the following three questions with a total time limit of 60-seconds:

  1. What was the big idea? (What was the most important thing you heard at the meeting?)
  2. What was your big surprise? (What was the thing you saw or heard that surprised you the most?)
  3. What’s your big question? (What’s the biggest unanswered question you have at this time?)

The One-Minute Test (cache)

Quelque chose à expérimenter lors d’un futur cours. J’aime l’idée que ça reste rapide et puisse être effectué à chaud, ou constitue un exercice de mémoire après quelques jours. Au choix du participant.

April 13, 2015 11:00 AM

April 12, 2015

Eric van der Vlist

L’escargot

[fr] Cet escargot profite de l’humidité de l’arrosoir. [en] Snail enjoying fresh water on a watering can.

by Eric van der Vlist at April 12, 2015 09:39 PM

Karl Dubost

Japonisme culturel

Magnolia à fleurs blanches Tsujido, Japon, 20 mars 2015

Où que j'aille aujourd'hui encore si l'occasion s'en présente, si j'ai dans une ville inconnue une heure à perdre, une dérive complaisante m'entraîne, au long des rues, vers ces placides enclaves chlorophyliennes, cernées de nos jours malheureusement par la ronde des moteurs, et lorgnées de très par les résidences de béton et les tours à multiétages qui transparaissent tout autour d'elles à travers le feuillage des cèdres et des catalpas. Je vois dans ces arches de Noé végétales autant de modestes porte-trésors, battus de partout, malmenés, comprimés par la marée de l'urbanisation industrielle, mais dont la déflagradation végétale explosive un jour réensemencera les cités abandonnées.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Je ne sais plus très bien comment j'ai trouvé cette affiche, mais les recherches sur le Web ont un peu de l'envoûtement de la fleur du magnolia. Rustique, imparfaite, elle subjugue le regard aux balbutiements du printemps.

Affiche avec femme japonaise en kimono La Geisha

Le thème japonais était déjà courant à la fin du XIXe, début du XXe siècle et déjà avec son lot de fantasmes propres à l'époque. « La Geisha » était une comédie musicale débutée en 1896 au théâtre Daly à Londres. La pièce fût reprise de nombreuses fois.

En 1901 dans un article du New-York Times par John La Farge, intitulé « Japanese Plays, » où il fait la critique positive d'un autre auteur, Osman Edwards, dont le texte est disponible en ligne. Les premières phrases sont toujours d'actualité. « Un pays étranger pour la plupart des voyageurs est tout comme un théâtre. Ils arrivent avec une humeur de vacances, résolus à être satisfaits, puisqu'autrement leur jugement à choisir ce pays plutôt qu'un autre, leur faculté à apprécier ce que nombreux autres ont proclamé séduisants, sembleraît alors être érroné. Si leur choix s'est arrêté sur le Japon, soyez sûr que les annonces élogieuses de Sir Edwin Arnold et M. Pierre Loti les ont préparés à apprécier les plus insignifiantes comédies. Ils atteignent le littoral enchanté. Ils passent rapidement d'un aspect féérique à un autre. Rien ne semble secouer leur conviction préconçue que dans la Terre du Soleil Levant, la Nature commença et l'Art compléta une parade jaune. » Je n'ai lu que le premier paragraphe et pourtant déjà l'envie se fait de lire et même traduire cet ouvrage en français. Il semble réaliser un bon contre-point au japonisme souvent rencontré.

affiche du divan japonais En 1873 Théophile Lefort reprend la brasserie des martyrs et la rebaptise « le Divan japonais » devenu bien plus tard… « Le Divan du Monde. » Je me demande s'il existe une anthologie de la représentation du Japon à travers les siècles dans la littérature et le cinéma afin de déterminer comment les clichés ont évolué. Tout autant, je me pose souvent la question de savoir comment la France a été représentée et est toujours présentée par les Japonais. Je n'échappe pas régulièrement à l'image de l'amant et amoureux, du romantisme, du connaisseur de vins, etc. Chaque pays construit son cliché de l'autre. Que ce soit The Geisha Boy (sur YouTube) avec Jerry Lewis, le James Bond You only live twice ou bien encore The barbarian and the Geisha (sur Youtube), je suis à peu près sûr que l'on y retrouve la trame de certains clichés. Allez je conclue avec Mr Baseball, l'histoire d'un joueur de Baseball, interprété par… Tom Selleck lui même, qui vît son choc culturel japonais.

Tout cela bien sûr en vrac… à cause de cet autre pays fascinant et plein de clichés : Le Web.

April 12, 2015 12:03 PM

David Larlet

Timeline heureuse

Every scroll through Twitter puts at least one person’s bad day, shitty experience, or moment of snark in front of me. These are good happy people – I know many of them in real life – but for whatever reason, Twitter is the place they let their shit loose. And while it’s easy to do, it’s not comfortable to be around. I don’t enjoy it.

Look and Feel and Feel (cache)

Cela me rappelle mes #WeeklyPositiveThings de l’année dernière sur Twitter. Est-ce qu’il y a un endroit où — comme Jason — vous scrollez du bonheur ?

April 12, 2015 11:00 AM

April 11, 2015

Eric van der Vlist

Sous son aile

[fr] Oisons sous l’aile de leur mère. [en] Geese chickens  under their mother’s wing.

by Eric van der Vlist at April 11, 2015 07:56 PM

David Larlet

Tiers-lieux et valeur

« Si Proudhon revenait, il dirait que le crowdsourcing c’est du vol, remarque François Élie, philosophe et élu local. D’un point de vue économique, il faut être au clair sur les raisons pour lesquelles on donne ce qu’on fait. Les Tiers-Lieux doivent affronter la question du réinvestissement de la valeur : ceux qui quittent le Tiers-Lieu pour monter leur entreprise, réinvestissent-ils dans ce Tiers-Lieu qui les a aidés à produire leur valeur ? » Selon lui, le monde sort de l’économie de la rente et passe à celle de la valeur ajoutée. Cette valeur se crée dans l’articulation entre les lieux virtuels qu’offre le Web, et les lieux physiques, de proximité, recréés par les Tiers-Lieux. François Élie conclut : « On ne peut travailler ensemble que si on a partagé des bières. » Avis aux amateurs.

Les Tiers-Lieux, fragile mouvement de fond ? (cache)

On remplace souvent le mot argent par valeur en ce moment. Il est parfois bon d’être explicite lorsque la réflexion s’y limite.

April 11, 2015 11:00 AM

Karl Dubost

Population, bookmarklet et tetrapak

Balcon et loupiote Kobe, Japon, 13 mars 2015

Il n'existe nulle coïncidence entre le plan d'une ville dont nous consultons le dépliant et l'image mentale qui surgit en nous, à l'appel de son nom, du sédiment déposé dans la mémoire par nos vagabondages.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Les pensées d'une journée s'accumulent en ordre non consensuel. Elles prennent possession des lieux pour un temps incertain. On ne sait jamais très bien pourquoi elles se sont invités à ce moment sur l'étendue de notre corps. Et puis un moment, un jour, elles disparaîssent, nous gratifiant parfois de l'espoir d'un retour. Alors on les écrit ici et là, en dialogues, en images ou en notes sur un carnet, un vagabondage de grands chemins sans frontières

Bookmarklet d'envoi de mail

Depuis très longtemps, j'utilise un bookmarklet modifié quelque fois. La paternité originale du script est Dan Connolly. Le principe en est simple.

  1. Sélectionner le texte d'une page Web
  2. Cliquer sur le bookmarklet
  3. Envoyer le texte avec sa référence par mail

J'ai décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. En repartant d'une page blanche et de nouveau réitérer l'expérience bien que ce soit de plus en plus difficile à utiliser. Mes deux objectifs étant d'améliorer mes piètres qualités de codeur JavaScript et d'améliorer la version actuelle. Cette nouvelle version du script fonctionne sur le même principe, mais à la place du texte récupère le DOM et le convertit en MarkDown avant l'envoi par mail.

Population de Fukushima

Un article dans le journal Asahi à propos de la nécessité d'inverser le déficit de population de la région de Fukushima. Yuki Endo, le maire du village de Kawauchi situé à 20-30 kilomètres de la centrale nucléaire fait un appel désespéré pour la survie de son village. Il explique que sur les environ 3000 habitants habitant le village, seulement 1600 sont revenus. Sur ces 1600, uniquement 20% ont moins de 40 ans. Il veut ouvrir d'ici la fin de l'année une maison de retraite et un centre commercial.

Selon ces propres mots, il dit « Les niveaux de radiation sont restés relativement bas, donc il est assez évident que nous permettions aux habitants de revenir. » Je n'ai pas les mêmes certitudes que ce maire. Mais c'est une question difficile. Les personnes agées ayant toujours vécues sur les lieux ont en effet le désir de revenir et de mourir dans un lieu familier. L'effet des radiations ne changera probablement pas de façon significante leur espérance de vie. Mais il y a une certaine forme d'irresponsabilité de vouloir faire revenir les jeunes populations dans la région. Même à Kanagawa, je vérifie toujours la région de provenance des produits frais afin d'éviter ceux produits dans la région de la centrale. Il y a déjà le choix inconfortable de faire confiance aux étiquettes.

Plus loin dans l'article, il mentionne que « Les forêts, qui compte pour 87% de la superficie de Kawauchi, ne sont toujours pas décontaminées. » Donc nous avons là un maire qui veut faire revenir les habitants d'un village où la forêt sera peut-être sanitairement impropre, où les animaux sauvages feront partis de la chaîne alimentaire, où les champignons seront impropres à la consommation. D'autres articles ont déjà mentionné dans le passé que l'un des phénomènes récents observés pour les enfants de la région était l'augmentation de l'obésité. Les enfants ne peuvent plus jouer librement à l'extérieur. Ils grossissent. Et le maire plutôt que de déclarer que la région serait mieux à abandonner demande que le gouvernement propose des rabais d'impôts pour inciter les personnes à revenir. Il continue en signalant que « Les zones de rizières représentent à peu près 160 hectares, la moitié de ce qu'elles étaient avant le désastre. » Les nouveaux fermiers font pousser de la gentiane.

Le drame de Fukushima est écologique mais également social et historique. Tout cela montre bien l'impasse que le nucléaire pose dans des cas de catastrophes.

Tetrapak

En ouvrant un pack de lait, aujourd'hui, je remarque que les instructions en japonais représentent la même séquence que celles que je pouvais voir en France ou au Canada. Et je me suis demandé soudainement si quelqu'un avait tenté de collectionner l'ensemble de ces instructions. Le même motif, des langues différentes.

April 11, 2015 01:37 AM

April 10, 2015

Eric van der Vlist

Fourvière

[fr] Les jardins de la colline de Fourvière, plus célèbre pour les embouteillages de son tunnel. [en] Garden on the hill of Fourvière, more famous for the traffic jams in its tunnel.

by Eric van der Vlist at April 10, 2015 07:32 PM

David Larlet

Évolution du travail

It’s too much to suggest that the future of work will be lead by full stack employees, but there is a significant trend in this direction, at the very least driven by the recent emphasis on entrepreneurship globally and Millennial work trends. Certainly the nature of work is changing, and the highest value employees are those who can handle ambiguity and synthesizing enormous amounts of information into strategically useful tactics.

The full-stack employee (cache)

Je réfléchis de plus en plus à l’avenir du travail, j’ai parfois l’impression d’avoir une longueur d’avance avec scopyleft. Peut-être plus…

April 10, 2015 11:00 AM

Karl Dubost

Robot, es-tu différent ?

Homme dans un escalier Odawara, Japon, 13 mars 2015

tout autour de ce cœur que mes déambulations réactivent jour après jour, des anneaux concentriques d'animation pour moi seul décroissante sont peu à peu gagnés, vers la périphérie, par l'atonie, par une indifférenciation quasi-totale.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Devenir un robot (13 mars 2015) par David cite Futures of text (23 février 2015) par Jonathan Libov qui cite always bet on text (13 octobre 2014) par Graydon. David parle de convergence homme-machine « L’homme et la machine convergent, inéluctablement. Quel gâchis en terme de richesses d’interactions si l’homme convergeait trop rapidement… » ce qui bien sûr a réveillé mon propre billet sur Nous, les robots.

Si à ce moment, vous avez le vertige de liens sans fin, d'un texte en déroulé et sans cohérence, vous êtes sur le bon chemin, celui de l'exploration hypertexte. Celui du processus de la lecture, de l'analyse et de la compréhension. Notez que rien ne vous y oblige.

Les interfaces homme-machines sont troublantes. Il y a deux types de communications qui sont exposés dans ces billets.

  • La communication avec intermédiation par une machine. J'envoie un message (oral, visuel, textuel) qui traite ce message et le renvoie à une autre personne physique de l'autre côté. Le message d'origine est plus ou moins altéré.
  • La communication vers une machine. J'envoie un message que la machine traite et exécute et/ou me renvoie quelque chose en retour.

David dans la foulée m'envoie dans un courrier un tweet à propos de « Anti-robot demonstration here at #SXSW. Need to archive this for the future.  » Est-ce lié à cette expérience de promotion commerciale du film Ex-Machina avec les utilisateurs de Tinder. Ils ont utilisé des robots conversationnels afin d'engager les utilisateurs à rencontrer une femme. Ce n'est pas nouveau comme le rappelle l'article avec les robots pornos entrainant les utilisateurs dans une conversation. Ce qui est souvent troublant dans ces cas, c'est alors que nous sommes prompts à accepter la manipulation publicitaire affiche, placement physique dans un magasin, dès que nous passons au conversationnel, nous réagissons très fortement. Il y a là l'illusion d'une attente d'honnêteté intellectuelle qui est intéressante.

La manifestation contre les robots m'a rappelé cette photographie d'une manifestation raciste en 1957 en Arkansas aux États-Unis. Les manifestants appelant à l'arrêt du mélange des races.

Manifestants racistes avec pancartes Manifestants de Little Rock

Il y a là une prémisse que la couleur de la peau sépare le genre humain d'une façon discriminatoire. Dans le cas des robots, nous posons notre prémisse sur notre caractère biologique versus machine et donc sur une certaine forme d'autonomie et d'idée de la conscience de soi. Bien sûr, tout cela semble bien prématuré. Mais les raisons d'une ségrégation sont bien souvent créées par le changement d'un status quo qui modifie les zones de pouvoir, de contrôle de la société. Les femmes ont dû lutter pour acquérir ce droit à l'autonomie dans la société. Les nations ont dû conquérir leur indépendance du joug d'un occupant.

À quel moment les robots, qui d'ailleurs réclameront le droit de ne plus être appelés robots, car le terme sera devenu discriminatoire, devront lutter pour être reconnus à part entière de la société. Ou bien cela n'arrivera jamais et la domination ou l'équilibre se fera selon une logique totalement différente et impénétrable à nos capacités intellectuelles très limitées lorsqu'il s'agit d'être efficaces à grande échelle, rapidement.

April 10, 2015 09:01 AM

Un bonheur de misères

Plante et mur de céramique Tsujido, Japon, 17 mars 2015

Ce n'était pas le souffle de la mer qui dilatait les rues : c'était seulement cet allégement mental qui s'empare de nous à tous les carrefours où, pour notre imagination, l'imprévisible s'embusque.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Dans la salle de bain, sur le rebord de la fenêtre, j'ai posé le pot de misères. Ce sont des pousses récupérées au cour de mes promenades. Cohabitent la misère de Zushi, la misère de la forêt de bambous entre Zushi et la marina, la misère du voisin, la misère de Kita-Kamakura. Le long de ces tiges se dessinnent le pas, la sueur de l'été, le frisson de l'hiver, les gouttes de pluies sur la tempe, la peine des muscles longtemps travaillés. Les plantes se racontent et de ce bain, je prolonge l'écoulement de journées bien trempées.

Le bonheur est une collection de misères fragiles et tendres.

April 10, 2015 08:00 AM

Il suffit de rentrer

Statue de femmes sur un mur Kobe, Japon, 14 mars 2015

Si on laisse de côté les déplacements liés au rythme du travail, les mouvements d'aller et de retour qui mènent de la périphérie au centre, puis du centre à la périphérie, il est clair que le fil d'Ariane, idéalement déroulé derrière lui par le vrai citadin, prend dans ses circonvolutions le caractère d'un pelotonnement irrégulier.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Il y a de ces lieux qui sont étranges. Ils ne sont pas beaux, parfois grotesques, mais attirent. On se questionne sur leur génèse. La motivation des concepteurs et des propriétaires reste opaque. Un peu comme cette sculpture à Kobe à l'entrée d'un métro.

tasse de café et ordinateurFinalement, je suis entré dans ce café. « Café de Mouette » c'est son nom, écrit en français. Près d'un an que j'hésite. Et pourtant, ce café est sur le chemin de la gare, de l'extérieur il ressemble un peu à un bar PMU. Il est désuet et c'est peut-être cela qui m'attire, peut-être cela qui me repousse. J'ai ouvert la porte. Je me suis assis et j'ai commandé un café au lait. Il s'agit d'un café filtre à la japonaise. Le café est insipide. La musique qui alterne entre musique antillaise et musique mexicaine est difficile. Un jeune homme entre. Il semble connaître les propriétaires. Il commande, s'assoie et allume une cigarette. Il lit sur son téléphone d'une main et la cloppe dans l'autre main de la table à la bouche, de la bouche à la table. Il pose le téléphone. Il boit une gorgée de café. Il écrase le mégot dans le cendrier. Il rallume une autre cigarette. Je craque. Je pars. Je n'aurais pas résisté si longtemps. Je cherche un autre lieu pour travailler sereinement.

April 10, 2015 07:07 AM

Les mots des abysses

Ville vue d'en haut Kobe, Japon, 15 mars 2015

Habiter une ville, c'est y tisser par ses allées et venues journalières un lacis de parcours très généralement articulés autour de quelques axes directeurs.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Si l'on a rien dire, il faut écrire une phrase.

L'enfants commente le monde à voix haute, seul. Ils interprête, analyse et rêve. Sa main sur la fenêtre, il regarde la circulation urbaine et redéfinit la narration.

Alors je l'accompagne. Sans bruit. Je commente le monde dans mes silences entre mes lectures. À chacun son abysse. Nous partageons la ville de notre tour.

April 10, 2015 06:05 AM

Mode de mémoires

Deux femmes en kimono dans la foule Kobe, Japon, 14 mars 2015

La forme d'une ville change plus vite, on le sait, que le cœur d'un mortel.

Julien Gracq, La forme d'une ville.

Au milieu de la foule de Kobe, les jeunes femmes en kimono se rendent à leur cérémonie de diplômes. L'année scolaire vient de se terminer. Il est temps de célébrer. Le kimono est toujours cette bouffée d'exubérance dans le quotidien un peu gris. Les étoffes riches, les motifs colorés génèrent de la joie. Et pourtant, isolés de leurs fonctions cérémoniales, nous aurions bien de la peine à les porter. Le magnifique deviendrait incongru.

Femmes habillées à la mode des années 70 Affiche de l'exposition

Cette exposition des styles vestimentaires et produits de beauté des années 50 à 70 à Kobe nous invite aux rêveries du passé, celles que l'on devine, celles que l'on nous a transmises, celles que l'on a connues. Le sentiment bienveillant du réconfort est troublé par le déséquilibre du décalage avec nos propres goûts esthétiques. Nous reconnaissons dans ce vêtement là, les habitudes vestimentaires de nos grands parents que nous trouvons maintenant désuets et qui pourtant ont été le témoin d'une élégance passée. Alors on pose le regard sur ce qui nous habille aujourd'hui et on se demande combien de temps faudra-t-il pour que ce soit décalé.

La mémoire joue sur de nombreux modes. La mode joue des tours avec notre mémoire. Le changement indéterminé habite ces lieux.

April 10, 2015 05:53 AM

April 09, 2015

Eric van der Vlist

L’arbre

[fr] Pour sauver des arbres, mangez des castors et n’imprimez pas cette page. Phrase lue dans un email de Capitaine Train. Photo prise à Lyon sur les rives du Rhône. [en] To save trees, eat beavers and don’t print this … Continue reading

by Eric van der Vlist at April 09, 2015 08:42 PM

David Larlet

Microservices et culture

We all hear about Conway’s law, but this fact is the strongest reason why you’re not going to do micro services. People win. Culture wins. Paper processes and paper structure does not win. If you have a UI team, DB team, "services" team, each specializing in its own right, you’ll end up with systems that look like those tiers.

You’re not going to do Microservices (cache)

La culture est le reflet des personnes composant une équipe, pas des technologies ou des outils employés. Le turn-over technologique est le reflet d’un souhait profond de changement à une plus large échelle.

April 09, 2015 11:00 AM

April 08, 2015

Eric van der Vlist

La traboule

[fr] Une traboule du vieux Lyon. [en] A traboule in old Lyon.

by Eric van der Vlist at April 08, 2015 08:43 PM

David Larlet

Microservices et API

Having a system which treats all of this processes the same frees up your mind. This is what makes micro services interesting. Away with having HTTP request handlers that have no direct relationship with message queue worker tasks or cronjobs. Instead you can have a coherent system where any component can talk through well defined points with other parts of the system.

Nameko for Microservices (cache)

J’étais à l’OpenDataCamp organisé par Etalab aujourd’hui où Axel présentait Flask-RESTPlus qui permet de documenter une API utilisant Flask-RESTful avec Swagger. À peine dans le train, je tombe sur Nameko qui répond à pas mal de mes interrogations récentes sur l’importance de l’asynchrone dans les API. L’avenir est aux web components qui tapent sur des microservices en utilisant des websockets ou HTTP2. Idéosphère ou overdose de champignons ? BINGO ! ;-)

April 08, 2015 11:00 AM

April 07, 2015

Eric van der Vlist

La bergeronnette

[fr] Bergeronnette des ruisseaux, port Debilly. [en] Grey wagtail, port Debilly[fr].

by Eric van der Vlist at April 07, 2015 05:54 PM

David Larlet

Réalité déformée

If you’re on Facebook looking at your friends’ food pictures or vacation photos, that will shape your reality. If you’re on porn sites, that’s what your reality is. If you follow people on Twitter who complain all the time, that affects your life in a major way.

What Internet habits shape your reality? Is that the reality you want? Can you shape it?

Your Internet Habits Create Your Reality (cache)

Chacun de nos cercles est un nouveau prisme de notre réalité. Chaque entrée dans un nouveau cercle déforme notre perception des précédents. Quelle onde de choc personnelle transmettre ?

April 07, 2015 11:00 AM

April 06, 2015

Eric van der Vlist

Karl Dubost

La neige dans les rizières

Reste de neige dans les rizières Le long de la tokaido, Japon, 13 mars 2015

la vie est un endormissement coupé de spasmes.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Dans le train rapide vers Kobe, l'industrie et l'agriculture sont immobiles. Le train, dans son élan, poussé le long d'une trajectoire déchire les rizières. On ne peut regarder que le lointain pour avoir le temps de voir. Car après les images, ce sont les pensées qui nous habitent. Elles sont plus lentes, plus rondes, plus chaudes.

Fuji presque invisible depuis le train Après Odawara, Japon, 13 mars 2015

Le mont Fuji a commencé son tour de passe-passe de la saison chaude. Il s'enveloppe dans une ombre nuageuse et humide et s'éclipse. Alors le regard perdu sur les rizières, nous inventons des romans de campagne, des films en noir et blanc des années 1950. On y parlerait de la cellule familiale, du retour aux champs après la guerre, de la nécessité de vivifier la rizière après les cendres grises et les blessures. Il y a encore de la neige dans les rizières. On lui donnerait ce titre là. Une autre rizière, un peu de neige, un autre rêve.

April 06, 2015 11:32 AM

David Larlet

Concurrence attentionnelle

Lynch is leaning forward in his chair, telling me about his kids: about how grateful he is to be able to simply glance at his Watch, realize that the latest text message isn’t immediately important, and then go right back to family time; about how that doesn’t feel disruptive to him—or them.

iPhone Killer: The Secret History of the Apple Watch (cache)

Les enfants sont aujourd’hui en concurrence avec le numérique pour l’attention de leurs parents (parfois sous couvert d’être eux-même l’objet de la création ou de la réception numérique). Je me demande quelle était la concurrence précédente. Peut-être les frères et sœurs ? Auquel cas les enfants nés récemment seraient tous les cadets du numérique. Génération cadets.

April 06, 2015 11:00 AM

April 05, 2015

Eric van der Vlist

Les crosses

[fr] Crosses de scolopendre. [en] Frond of hart’s tong

by Eric van der Vlist at April 05, 2015 07:58 PM

David Larlet

Adapter le LEAN Canvas

From my point of view, being « Lean » is more a state of mind than a set of tools, or rules. So I let them digg and play, fail quick and craft dirty sketchs, trying to be the more useful as possible helping them to ask themselves good questions. And I’ve never seen good solutions who did not came exclusively from them.

The Lean Journalism Canvas (cache)

Il est toujours tentant de vouloir adapter un outil. Je suis en train de préparer une formation/accompagnement sur la qualité et j’essaye d’adapter le LEAN canvas à ce cas. Stéphane me rappelle à juste titre qu’il faut adapter une fois que l’on a pu tester les limites d’un outil, pas avant.

April 05, 2015 11:00 AM

April 04, 2015

Eric van der Vlist

Bourgeons de pin

[fr] Bourgeons de pin de Monterey. [en] Buds of Montery pine.

by Eric van der Vlist at April 04, 2015 05:06 PM

David Larlet

Scroll et narration

We generally use web pages as our canvases and paint content on the x– and y-axises. This is our tangible abstraction of reality. Here we are going to explore what happens when we introduce z-axis to content presentation. Instead of stripping down reality to a plane, we are going to simplify it, keeping our three physical dimensions but only their minimal essence.

Space.js (cache)

Il faudra que j’essaye des choses avec ça. Le Web est une plateforme d’expérimentation à grande échelle. C’est peut-être pour cela que je l’aime autant :-).

Usually I am the one who says ‘Let the developer change every default browser behaviour’. Except, there are behaviours that, when customised, can hurt the user’s experience more than a custom behaviour could help. Such a case is custom scrolling.

Native Scrolling (cache)

Poètes vs. pragmatiques, l’évolution de ce monde en deux liens.

April 04, 2015 11:00 AM

April 03, 2015

Eric van der Vlist

Le poirier après la pluie

[fr] Fleurs de poirier dans l’île Saint-Germain. [en] Pear tree in flower, île Saint-Germain.

by Eric van der Vlist at April 03, 2015 04:18 PM

David Larlet

API non REST(ful)

Notre application forge elle-même l’URL des images récupérées via l’API : elle nous fournit un id et nous reconstituons l’URL finale grâce à un paramètre de configuration. Ce n’est pas REST compliant mais nous avons de bonnes raisons de le faire.

Comment a-t-on bouchonné les développeurs backend ? (cache)

Quel dommage de ne pas avoir listé les raisons. Mais quel soulagement d’avoir une équipe technique qui ne se targue pas de faire une API REST(ful) lorsque ce n’est pas le cas.

April 03, 2015 11:00 AM

April 02, 2015

Eric van der Vlist

Un petit coin de parapluie

[fr] La petite ceinture près de la place Balard à l’abri de mon parapluie. [en] Petite ceinture near place Balard under my umbrella.

by Eric van der Vlist at April 02, 2015 03:08 PM

David Larlet

Publication statique

Je me demande de plus en plus si les outils desktop du style CodeKit, Hammer, Prepros ou Coda par exemple ne sont pas davantage adaptés à mon workflow de publication (comparé aux scripts Fabric que j’utilise).

De manière orthogonale, les systèmes de versionnement sont peu adaptés à une publication statique avec CSS et JS qui alternent entre inline ou pas et des polices qui passent en data-uri ou pas au gré des améliorations/explorations des performances.

It has become commonplace to treat the web as just another application platform—but the web is so much more than that. The web is the universal information platform. It doesn’t matter if somebody visits a website on a $2,000 iMac, or a $50 Android tablet, or the $5 web client of a future we can’t even imagine yet—in theory, at least. In practice, it’s important to make sure that we don’t sacrifice the experiences of a small number of users just so we can slightly improve the experiences of the rest, damaging the universal nature of the web in the process.

Let Links Be Links (cache)

À méditer.

April 02, 2015 11:00 AM

April 01, 2015

David Larlet

Basé sur une histoire vraie

Je m’interroge toujours sur la pertinence de voir la mention « Film basé sur une histoire vraie » ou équivalent. Est-ce que tous les films historiques pourraient avoir cette mention ? Est-ce qu’il y a un label précis avec une charte associée ? Qu’à voulu transmettre le réalisateur en précisant cela ? Au début du film ? À la fin ? Quelle proportion du casting est concernée ?

Note fondée sur une vraie réflexion.

April 01, 2015 11:00 AM

Eric van der Vlist

Le poisson

[fr] Génie au trident par André Massoulle, Pont Alexandre III. [en] Child with trident by André Massoulle[fr], Pont Alexandre III.

by Eric van der Vlist at April 01, 2015 08:17 AM

March 31, 2015

Eric van der Vlist

L’UMP

[fr] Unité mobile de pompage (UMP) sur le port de la Conférence, au pied du pont des Invalides. [en] Mobile pumping unit (UMP) on port de la Conférence, close to pont des invalides.

by Eric van der Vlist at March 31, 2015 05:07 PM

Karl Dubost

Une page blanche

Magnolia blanc fleuri Tsujido, Japon, 12 mars 2015

L'aube levée sur un jour bleu, froid. Le lac lavé. Le monde est neuf, lustré par quarante-huit heures de furie. Je bois le thé dehors, à ma table, dans l'atmosphère régénérée. Pas un souffle. Je perçois un bourdonnement sourd, l'acouphène de la solitude.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Aujourd'hui, je voulais écrire quelques mots sur les pétales blancs des fleurs d'un magnolia.

March 31, 2015 02:09 PM

Une gallerie visible

Mur avec défauts Tokyo, Japon, 8 mars 2015

J'archive les heures qui passent. Tenir un journal féconde l'existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée—à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément. Il serait désobligeant de n'avoir rien à inscrire sur sa pge de calepin.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

je ne sais pas s'il s'agit du début d'un projet. Probablement pas. Mais l'idée est née d'une conversation sur IRC.

[19:42]  <Rik`> emmanuelc: tu peux certainement l'apprendre à d'autres :)
[19:42]  <Rik`> (comme moi)
[19:51]  <emmanuelc> Rik`: dotclear.gif était le nom d'un gif transparent pour la mise en forme préhistorique en tableaux
[19:52]  <emmanuelc> Je n'ai jamais rencontré l'éditeur qui utilisait ce fichier, mais j'utilisais à l'époque Dreamweaver, qui avait shim.gif
[19:52]  <emmanuelc> d'autres encore avaient spacer.gif ou transparent.gif
[19:52]  <htmlvv> pix.gif
[19:52]  <emmanuelc> Si je ne dis pas de bêtises, c'est l'origine du nom dotclear.
[19:53]  <Rik`> demandons à aspyrine ;)
[19:53]  <emmanuelc> ben voilà :-)
[20:47]  <karlcow> 1x1.gif
[20:50]  * karlcow se dit qu'il faudrait faire une galerie des gifs transparents
[20:50]  <karlcow> spacer.gif
[20:51]  <karlcow> https://encrypted.google.com/search?q=spacer.gif&source=lnms&tbm=isch
[20:51]  <karlcow> cela a un côté poétique
[20:54]  <karlcow> ah intéressant
[20:54]  <karlcow> > Images cannot be smaller than 9 by 9 pixels.
[20:55]  <karlcow> en recherche
[20:55]  <karlcow> pourtant ceci est bien indexé http://www.midcoast.com/~megirls/images/homepage/dotclear.gif
[20:56]  * karlcow va se faire demain une gallerie de gif transparent. Et va créer une page exposition
[20:56]  <karlcow> merci emmanuelc

Une collection unique

Voici donc pour votre plaisir peut-être la première gallerie de gifs transparents, collectés sur le réseau. Celle-ci sera probablement à compléter.

Gallerie de gif transparent
pixel transparent 1px
pixel transparent 1x1
pixel transparent clear
pixel transparent dotclear
pixel transparent pixel-1x1-clear
pixel transparent spacer

Peut-être devrions-nous, une fois plus conséquente, l'exposer quelque part dans un musée ? Le gif transparent est quand même l'un des éléments essentiels du design Web des années 90. En ce sens, il a toute sa place dans un musée de technologies et nouveaux médias.

March 31, 2015 01:38 PM

La révolution des drones

vieux mur en béton et panneau rouillé Tokyo, Japon, 8 mars 2015

Tout ce qui reste de ma vie ce sont les notes. J'écris un journal intime pour lutter contre l'oubli, offrier un supplétif à la mémoire. Si l'on ne tient pas le greffe de ses faits et gestes, à quoi bon vivre : les heures coulent, chaque jour s'effac et le néant triomphe. Le journal intime, opération commando menée contre l'absurde.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Nous devons nous souvenir que les drones sont des machines électroniques comme les autres. Elles sont en cours d'acquisition de certaines capacités d'autonomie comme toute machine électronique. Les fictions, afin peut-être de nous les rendre plus abordables, fonctionnent toujours avec la même dérive : un anthropomorphisme accéléré du genre robot représentant une menace pour le genre humain par sa compétition dans un espace d'actions similaires. Hors, j'ai souvent l'impression que nos difficultés avec les machines existent déjà que ce soit par la capture de certains emplois « Les gestes entrent dans des machines de plus en plus automatiques et jusqu’aux robots, les calculs et en général les inscriptions se font plus précis, les normes du travail elles-mêmes se standardisent et s’universalisent. La prise sur le travail – ouvrier d’abord et de plus en plus technicien et managérial –, dans ses dimensions physiques et mentales comme dans le rapport à soi, se fait plus savante, plus investigatrice et plus envahissante. », par la transformation de nos relations économiques « ces scripts informatiques sont désormais massivement utilisés par les intermédiaires financiers, pour générer de façon autonome les instructions qui étaient auparavant exécutées par une chaîne d’intervenants humains  » et de nombreuses autres à venir.

L'enjeu pour le robot n'est pas l'humain. L'enjeu est d'obéir à ses propres règles d'autonomie. Nos modes humains d'autonomie passe par la reproduction et la survie d'une espèce de génération en génération. Pour réaliser cela, nous détruisons nombre d'espèces animales et végétales selon une logique qui nous est propre et qui s'est constituée très lentement au fil des siècles. La plupart du temps, nous sommes inconscients de nos actes de destruction. Combien de fois pensons-nous à l'herbe écrasée sous nos pas, aux bactéries ?

Nous pouvons imaginer également que, probablement, nous aurons peu conscience de la destruction que nous subirons. Nous comprendrons la douleur, la peur. Nous aurons une capacité d'imagination, comme je le fais en ce moment-même, mais qui sera de toutes façons en dehors de toute logique et réalité de la machine qui nous les fera subir. Tout comme la fourmi ne comprend pas ce pouce qui vient l'écraser.

Alors, il y a vraiment une certaine forme de poésie quand je lis que le gouvernement Shinzō Abe a créé un comité pour les robots qui s'appelle « The Robot Revolution Realization Committee » et qui sera en charge de réévaluer les lois courantes de l'aéronautique civile afin d'établir des règles de conduite pour l'industrie des drones. Cela pourraît être le titre d'un livre de Kōbō Abe.

March 31, 2015 01:05 PM

Le rêve d'une forêt bleue

Arbres penchés Tsujido, Japon, 7 mars 2015

L'ermitage resserre les ambitions aux proportions du possible. En rétrécissant la panoplie des actions, on augmente la profondeur de chaque expérience.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Les mots nous parlent de façon étrange. Sans rendez-vous, sans volonté d'un approfondissement. Un mot, un sens, une image, un souvenir habite soudain notre conscience. Toutes uniques. Nos mots « forêt » diffèrent. Nous nous comprenons dans la discorde de nos imaginations et référents. Quelle beauté.

Et puis… le monde bascule. Le mot « Aomori » (青森) que j'ai pu lire tant de fois un peu partout en caractères latins et en caractères chinois évoquait toujours cette province au nord du Japon. De même, vient souvent se glisser le souvenir d'une amie originaire de cette région. Mais voilà, il aura suffit d'une photographie de forêt et du mot « 青森 » côte à côte à l'exposition hier.

« 青 » est le terme « bleu », « 森 » forêt. La forêt bleue du nord du Japon avait soudainement éclos dans toute cette ambiguité qu'ont les japonais entre les couleurs vertes et bleues.

Plus étrange encore, ce matin, en lisant François Bon parlant du travail de Marc Graciano. Il écrit Mais une dimension plus singulière : la capacité à convoquer les plus anciens rites païens, toute l’histoire ancestrale des hommes – voir Anabase— de Saint John Perse pour un précédent ? – pour se saisir du plus sauvage du rapport de l’homme à la nature. Une nature mystique et cruelle. Et, dans l’épopée atemporelle, faire résonner toutes les angoisses et violences du présent. Il se trouve que Marc Graciano vit là-bas, entre l’Ain et le Jura, où les forêts ont ce mystère et ce rôle. Résonnance encore une fois à propos de ce livre de Marc Graciano Une forêt profonde et bleue. Là où l'exposition évoquait les rites des chasseurs Aïnus qui laissent la peau de l'animal tué à la forêt après l'avoir dépecé. D'ailleurs je me demande encore s'il tue l'animal ou si plutôt ils empruntent la chair sans toucher à son âme.

Alors en explorant le site de José Corti, je découvre ce passage d'un autre livre de Marc Graciano.

Depuis bien des jours le vieux cheminait avec la petite le long de la rivière. Quelquefois le vieux tenait la main de la petite mais, le plus souvent, il la laissait voyager seule autour de lui. À cette fin, le vieux veillait à libérer la petite de tout faix. Le vieux veillait aussi à toujours régler son pas sur celui de la petite. Le vieux marchait doucement et quand la petite découvrait une chose inconnue et qu’elle s’arrêtait pour l’observer et qu’elle s’accroupissait sur les talons et qu’en se grattant impudiquement les fesses elle questionnait le vieux, le vieux s’arrêtait aussi. Le vieux interrompait leur voyage et, chaque fois qu’il le pouvait, il nommait à la petite ce qu’elle voyait. Chaque fois qu’il le pouvait, le vieux enseignait la petite sur les êtres et sur les choses qu’ils rencontraient. Le vieux nommait à la petite toutes les choses qu’elle découvrait et, quand il le connaissait, il lui en décrivait l’usage. Souvente fois aussi, la petite demandait au vieux l’origine des choses et le vieux faisait toujours l’effort de lui répondre le plus sérieusement et le plus complètement possible mais, quand il ignorait la réponse, le vieux l’avouait à la petite.

Marc Graciano, Liberté dans la montagne.

Je suis plongé dans les rêves de forêt bleue entre le nord du Japon, les montagnes du Jura et les bords du lac Baïkal.

March 31, 2015 12:32 PM

David Larlet

Radars de développement

Et bien cher lecteur sache que c’est pareil quand tu développes ! Et il y a plein de « radars » dans un projet informatique.

  • Le radar peut être un projecteur, il fait la lumière sur un point particulier du projet et ce focus, réduit l’attention portée au reste.
  • Le radar peut être un compteur, une mesure. Et bien que les chiffres qu’il révèle soient intéressants, ils ne remplacent pas les réactions et remarques de l’équipe.
  • Le radar peut être un frein, une exigence trop rigide, qui empêche l’équipe de s’adapter.

Je n’aime pas les radars (cache)

Guillaume n’aime pas les radars et fait une belle analogie avec le développement informatique. Je n’ai plus cette « peur du radar » depuis que j’ai une voiture moderne qui me permet de ne pas dépasser les 50 en ville ou de régler ma vitesse (malheureusement) de manière fixe sur l’autoroute. Cela m’a permis de me concentrer à nouveau sur la route et les imprévus. Je me demande quel serait l’équivalent dans le domaine du développement. L’intégration continue ? L’assurance qualité ? La confiance ? La solidarité ? Le lâcher-prise ?

L’autonomie (cache).

March 31, 2015 11:00 AM

March 30, 2015

Eric van der Vlist

Le FZ38

[fr] L’appareil photo Panasonic Lumix FZ38 avec lequel sont prises les images du jour. [en] Panasonic Lumix FZ38, the camera which takes these pictures of the day. Déjà trente jours, bientôt un mois que je publie ces images du jour. … Continue reading

by Eric van der Vlist at March 30, 2015 02:44 PM

David Larlet

API et valeur

As John says, the point at which an API has value, is when it is used. Until that point, an API isn’t a thing. I’m not saying the API call as a metric, is the single metric to rule them all, but it is at this point when I feel you can really begin to measure the value an API delivers, and capture the exhaust from it.

An API Has No Value Until It Is Actually Used (cache)

Je ne saurais être plus d’accord avec cette affirmation, une API est un site web dédié à des robots et leurs développeurs. Vous ne pouvez concevoir un produit sans utilisateurs, vous ne pouvez concevoir une API sans des besoins de développeurs.

March 30, 2015 11:00 AM

March 29, 2015

Eric van der Vlist

Les rescapées

[fr] Violettes et lamier sur un talus au bord d’un champ traité par un herbicide classé cancérogène probable. [en] Violets and deadnettle on the edge of a field treated with an herbicide classified “probable carcinogenic”.

by Eric van der Vlist at March 29, 2015 04:49 PM

David Larlet

Origine arobase

Je découvre via Twitter que l’origine de l’arobase vient du Latin ad (vers, près de, à) donnant @ :

Je creuse encore un peu avec la page wikipedia et j’apprends que  :

En 1971, l’informaticien Ray Tomlinson, envoyant le premier message électronique de machine à machine, choisit d’utiliser ce signe comme séparateur dans l’adresse parce qu’il n’appartenait à aucun alphabet.

Je me demande quel signe est-ce qu’il emploierait aujourd’hui. Je découvre également que :

Dans le cadre de la lutte contre le langage sexiste, les locuteurs de l’espagnol et du portugais devaient employer des expressions répétées du type « queridos amigos, queridas amigas » (chers amis, chères amies). Comme souvent on passe du masculin au féminin, en ces langues, en remplaçant le « o » par un « a », les hispanophones et les lusophones ont eu l’idée de remplacer la répétition par un mot avec un « @ » (car ce caractère ressemble à un « a » dans un « o »), ce qui donne « querid@s amig@s ».

Ce caractère continue à aller de l’avant.

March 29, 2015 11:00 AM

March 28, 2015

Eric van der Vlist

Boulettes

[fr] Les butineuses rentrent à la ruche chargées de boulettes de pollen. [en] Workers come back to the hive with heavy pollen baskets.

by Eric van der Vlist at March 28, 2015 04:35 PM

David Larlet

Icônes et texte

I hope all of this made clear that icons can easily break the most important characteristic of a good user interface: clarity (cache). So be very careful, and test! And when in doubt, always remember this: the best icon is a text label.

The best icon is a text label (cache)

Et le meilleur texte est celui qui est correctement contrasté.

March 28, 2015 11:00 AM

March 27, 2015

Eric van der Vlist

David Larlet

Design et temps

Entropy gets his way. Always. But I am hoping that armed with a couple of tools, we can delay and sustain this fight:

  • Why I am looking at this UI?
  • What problem am I trying to solve?
  • What is the job of this UI?

Keep asking the right questions and fold the content where it belongs. Just don’t throw everything in the same kitchen cabinet.

Scaling UIs (cache)

Nous sommes sur le troisième redesign d’une application sur un projet (en 7 ans !) et la discussion tourne forcément autour d’une refonte plus profonde. J’ai proposé d’utiliser un guide de style pour éviter la lente dégradation du design au fil du temps et avoir un référentiel commun et cohérent. Cela m’a forcé à revoir mes composants CSS pour les découpler en utilisant BEM (cache) associé à des conventions de nommage lisibles (cache). Au final, ça fait beaucoup de class mais on se prend beaucoup moins la tête sur la cascade. Par contre, ça demande d’avoir une réflexion sur les composants et ça donne envie de jouer avec scope !

Laurent me conseille de regarder du côté de Susy, à creuser.

March 27, 2015 11:00 AM

March 26, 2015

Eric van der Vlist

La passerelle

[fr] Passerelle Léopold-Sédar-Senghor depuis le souterrain sous le quai des Tuilleries. [en] Passerelle Léopold-Sédar-Senghor seen from the tunnel under quai des Tuilleries.

by Eric van der Vlist at March 26, 2015 02:42 PM

Karl Dubost

Le voyage commence au lieu de la mémoire

Fenêtre sur mur Tokyo, Japon, 8 mars 2015

La retraite est révolte. Gagner sa cabane, c'est disparaître des écrans de contrôle. L'ermite s'efface. Il n'envoie plus de traces numériques, plus de signaux téléphoniques, plus d'impulsions bancaires. Il se défait de toute identité. Il pratique un hacking à l'envers, sort du grand jeu.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

To the north, from here est une co-exposition à propos d'un voyage réalisé par Naoki Ishikawa (photographe, aventurier) et l'artiste Yoshitomo Nara. Ils ont entrepris de partir de Aomori en direction du nord vers Hokkaido et Sakhaline.

Deux paires de chaussures Les objets qui nous représentent

Naoki dit « Quand j'ai rencontré pour la première fois Mr Nara, je n'aurais jamais pensé que j'embarquerai dans un tel voyage ensemble comme cela. Ma carte intérieure a été redessinée point par point à travers les rencontres de personnes et de lieux que je n'aurais envisagés moi-même. » Cette carte que l'on réécrit permétuellement, c'est cela le voyage. Nous venons avec nos bagages, notre passé, nos lectures, nos souvenirs. Et confronter à nos émotions, nos sensations, tout l'ensemble se défait et se refait, appelle d'autres pas, d'autres envies, redéfinit nos points cardinaux.

Dans l'exposition, il n'y avait non seulement les photographies et mots de leur voyage, mais également une pièce réservée à l'exposition de certains de leurs souvenirs d'enfance, des lectures, des musiques et de certains objets leur appartenant. Et en quelque sorte, cela permet d'interpréter différemment une partie de leur voyage, de rentrer beaucoup plus dans une conversation intime que juste la simple exposition d'un trajet. De même à travers l'exposition nous amenons notre voyage avec certaines lectures communes, avec certaines mélodies connues.

Si vous vivez à Tokyo ou de passage, je vous encourage vivement à y aller. Après l'exposition, j'ai marché.

Route Komabatodaimae, Japon, 8 mars 2015

March 26, 2015 02:33 PM

David Larlet

Lean Canvas et présentation

Je suis à MousTIC depuis hier et il y avait une session de « Tables de découverte » où des porteurs de projets pouvaient présenter leur travail en 15 minutes. La plupart utilisaient un support type powerpoint sur leur écran 13” qu’ils essayaient de caser dans le temps imparti sans avoir de temps pour la discussion. Cela m’a rappelé mes jeunes années de scientifique à faire des posters. Et j’en suis venu à me demander si un Lean Canvas plus ou moins adapté (cache) ne serait pas plus pertinent pour une telle entrée dans le sujet rapide et efficace.

Teasing : la prochaine itération du site de scopyleft pourrait s’en inspirer :-).

March 26, 2015 11:00 AM

March 25, 2015

Eric van der Vlist

Le maréchal-ferrant

[fr] Le maréchal-ferrant en plein travail [en] Farrier at work

by Eric van der Vlist at March 25, 2015 06:07 PM

David Larlet

Slack et IRC

Quietly, but certainly, Slack is converting long-time IRC users to its platform, even though it’s not optimized for it. The user experience is winning over communities that have been using older methods for years, even if it means a small amount of pain getting Slack to work in their situations.

Slack Is Quietly, Unintentionally Killing IRC (cache)

Je ne peux malheureusement qu’acquiescer, je suis passé d’une trentaine de chans sur IRC à 2 en moins d’un an. Et j’ai maintenant une app dédiée à Slack qui est souvent ouverte et où je retrouve des communautés (parfois) moins techniques mais tout aussi bouillonnantes.

Le pire c’est qu’il manquait « juste » un bon client à IRC pour qu’il soit au niveau de Slack en terme d’expérience utilisateur. :cry:

March 25, 2015 11:00 AM

March 24, 2015

David Larlet

Medium et pizzas

Still, I wouldn’t say that Medium’s ho­mo­ge­neous de­sign is bad ex ante. Among web-pub­lish­ing tools, I see Medium as the equiv­a­lent of a frozen pizza: not as whole­some as a meal you could make your­self, but for those with­out the time or mo­ti­va­tion to cook, a po­ten­tially bet­ter op­tion than just eat­ing peanut but­ter straight from the jar.

[…]

In truth, Medium’s main prod­uct is not a pub­lish­ing plat­form, but the pro­mo­tion of a pub­lish­ing plat­form. This pro­mo­tion brings read­ers and writ­ers onto the site. This, in turn, gen­er­ates the us­age data that’s valu­able to ad­ver­tis­ers. Boiled down, Medium is sim­ply mar­ket­ing in the ser­vice of more mar­ket­ing. It is not a “place for ideas.” It is a place for ad­ver­tis­ers. It is, there­fore, ut­terly superfluous.

[…]

Whereas the tra­di­tional type­writer of­fered free­dom at the cost of de­sign, the bil­lion­aire’s type­writer of­fers con­ve­nience at the cost of freedom.

The billionaire’s typewriter (cache)

Matthew But­t­er­ick un peu énervé par la colère nous donne son avis sur Medium et c’est violemment justifié. Et pendant ce temps là, dans une galaxie pas si éloignée…

These days blogging tools try to lock you into their business model, and lock other developers out. I have the freedom to do what I want, so I decided to take the exact opposite approach. I don’t want to lock people in and make them dependent on me. Instead, I want to learn from thinkers and writers and developers. I want to engage with other minds. Making money, at this stage of my career, is not so interesting to me. I’d much rather make ideas, and new working relationships, and friends.

MyWord Editor is open source (cache)

Servez une pizza surgelée à un écrivain, il n’aura droit qu’à l’olive.
Apprenez-lui à faire une pizza, il pourra la partager avec ses amis.

March 24, 2015 11:00 AM

Eric van der Vlist

La promesse

[fr] Fleurs de prunier [en] Prunus‘ flowers

by Eric van der Vlist at March 24, 2015 10:51 AM

March 23, 2015

Eric van der Vlist

L’âne

[fr] Rapporté à une vie d’âne, le notre a à peu près notre age. [en] Given its lifespan, our donkey is roughly our age.

by Eric van der Vlist at March 23, 2015 04:03 PM

Karl Dubost

Le chant des saveurs

Morceaux de pamplemousse dans une assiette Tsujido, Japon, 6 mars 2015

En ville, le libéral, le gauchiste, le révolutionnaire et le grand bourgeois paient leur pain, leur essence et leurs taxes. L'ermite, lui, ne demande ni ne donne rien à l'État. Il s'enfouit dans les bois, en tire subsistance. Son retrait constitue un manque à gagner pour le gouvernement. Devenir un manque à gagner devrait constituer l'objectif des révolutionnaires.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Une autre journée a se laisser pousser par le vent dans les rues. Il n'y a ni destination, ni raison, juste le pas. Une fois rentré, je cuisine. L'usure du froid sur la peau est la satisfaction de l'effort. Quand les ingrédients chantent doucement leurs parfums dans la casserole, j'ai envie de l'appeler « caressole. » J'imagine déjà l'évasion.

March 23, 2015 12:03 PM

Le goût du pamplemousse

Morceaux de pamplemousse dans une assiette Tsujido, Japon, 6 mars 2015

Le bonheur d'avoir dans son assiette le poisson qu'on a pêché, dans sa tasse l'eau qu'on a tirée et dans son poêle le bois qu'on a fendu : l'ermite puise à la source. La chair, l'eau et le bois sont encore frémissants.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Enfant, j'ai appris à manger le pamplemousse à la cuillère coupée en deux. Elle m'a donné le goût du fruit en morceaux. Elle perpétue sa propre éducation et la douceur de la chair sous les dents, le jus dans la bouche. Quel plaisir.

March 23, 2015 11:50 AM

Une lecture plus calme

Branches de prunus Tsujido, Japon, 5 mars 2015

Quatre heures de travaux quotidiens sont recommandées par Tolstoï pour avoir le droit de jouir du couvert et du gîte.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Un bénéfice détourné mais tout aussi pratique de l'utilisation d'un système de blocage de traqueurs est de pouvoir façonner sa lecture avec quelque chose qui est plus proche de ce que l'on désire. Il devient possible de sélectionner les rubriques, les éléments que l'on désire eliminer de la page. Un exemple avec Le Monde.

Deux copies d'écran Journal Le Monde sans et avec sélection de blocs choisis

Pour ma part j'ai éliminé tout ce qui est sur la droite, le pied de page, les menus d'entêtes, les annonces d'immobiliers et autres, les plus partagés, etc. Tout ce qui visuellement distrait de l'information et ce pourquoi je suis venu sur le site.

Il est à noter tout de même que dans le cas du journal Le Monde, un mode « Zen » est proposé aux abonnés.

copie d'écran d'un article Un article du Monde en mode « zen »

Malheureusement, le mode « Zen » du Monde ne résoud pas tout. C'est bien dommage car il y avait là une véritable opportunité. La présentation de lecture est en effet bien plus agréable. Mais les explications en ligne du mode abonnés ne donnent aucune indication que la traque cesse, alors que dans le même temps, de nombreuses informations sont données aux annonceurs. Ils semblent la réduire mais pas l'éliminer. C'est assez symptomatique de la façon dont nombreux voient le Web : Le client n'est pas l'utilisateur. L'abonnement annuel coûte 179,90 €/an. À noter que ceci n'est pas une attaque du journal « Le Monde » mais bien d'une attitude sur la génération des revenus sur le Web et le matraquage publicitaire.

Le Web a donné cet outil magnifique où chacun peut publier à sa guise (malgré les parfums de censure en préparation) et où chacun peut lire comment il l'entend. À son rythme dans le format de son choix et sans pertubations visuelles.

March 23, 2015 11:28 AM

David Larlet

Chère donnée

Each week we collect and measure a particular type of data about our lives, use this data to make a drawing on a postcard-sized sheet of paper, and then drop the postcard in an English “postbox” (Stefanie) or an American “mailbox” (Giorgia)!

Eventually, the postcard arrives at the other person’s address with all the scuff marks of its journey over the ocean: a type of “slow data” transmission.

About the project - Dear Data (cache)

Je propose de légiférer immédiatement les communications postales visuelles pouvant être réutilisées par les terroristes. Chaque personne allant poster une lettre pourra dorénavant être filmée par un drone durant 24 heures. Chaque lettre pourra être lue, analysée et stockée. Certains types de papiers reconnus pour être le support de communications déviantes seront brûlés par défaut. Une simple carte postale de main rouge sera alors délivrée au destinataire. Toute ressemblance blablabla…

En savoir plus : chez Tristan (cache), Clochix (cache), Éric D. (cache) et Stéphane (cache).

March 23, 2015 11:00 AM

★ Co-working en transition

First, we’d need to offer something to attract awesome people. No amount of money, catered lunch or nice offices could compete with Google or Facebook. But, what about travel? All my friends loved to travel, and it would be cheaper to fly everyone to a random country and rent a huge mansion than get office space in SF. I even wrote a blog post called Why We’re Traveling (cache) that outlines what I was thinking.

[…]

Someday, I’ll write a whole blog post on this experience. However, the short version is this: I ditched the investors, financed the trip myself, and made it less structured. Everyone just sorta worked on their own projects. The financial, emotional and time setbacks were devastating, however I still really love the idea of a traveling incubator.

Five Years Time (cache)

Article écrit à 2 mains (les miennes) et 2 pieds (ceux de Stéphane) qui arpentent les espaces de co-working depuis quelques mois.

Nous sommes à un tournant intéressant dans notre façon de travailler, le travail à distance commence à être accepté et reconnu pour ses bienfaits. Pour que cette transition s’amorce, les espaces de co-working ont vu le jour un peu partout de façon caricaturale avec :

  • les co-working traditionnels : ce sont ceux qui ont vu le jour en premier et qui restent classiquement des bureaux partagés. Simples et fonctionnels, ils restent froids et sans vie.
  • les co-working institutionnels : mis en place par la puissance publique, ils sont de plus en plus délaissés et servent de salles de réunions pour élus locaux en manque d’innovation.
  • les co-working business : montés par des personnes qui ont compris qu’il y avait de l’argent à se faire, ils offrent beaucoup de services et d’avantages à des prix assez élevés.
  • les co-working fablabs : puisqu’on regroupe des personnes dans un même lieu, autant leur proposer des outils et des matériaux pour qu’ils construisent ensemble, l’intérêt d’une centralisation réside ici dans la mutualisation des outils de production.

Si le travail à distance est maintenant accepté, qu’en est-il du nomadisme qui pourrait lui être associé ? Le besoin de reproduire des structures ressemblant à des bureaux classiques n’est que transitoire, nous devions passer par là pour nous en libérer.

Les espaces de co-working sont les cybercafés du 21e siècle. Si nous avons aujourd’hui besoin de lieux clairement définis, de plus en plus de restaurants, cafés, etc proposent un accès wifi et des espaces plus ou moins adaptés au travailleur. Le co-working itinérant devient alors envisageable et les espaces dédiés sont voués à disparaître. Prenez un routeur 4G pour les wifi récalcitrants et votre bureau urbain s’étend. Vous n’avez plus un espace de travail mais des espaces de réflexion et d’autres de collaboration en fonction de l’effervescence des lieux. Vous ne réservez plus une salle de réunion mais un espace semi-privatisable dans un lieu public. Vous n’allez plus au travail mais en travail au même titre que vous partez en randonnée. Vous n’assistez plus à une formation, vous vivez une expérience.

Autour d’eux, ils doivent générer des solutions, des projets impactants et des programmes éducatifs qui aident à les pérenniser. Le but ultime n’est pas la réussite des fablabs, mais la réussite des initiatives qu’ils propulsent. Sinon, ce serait ridicule. Je ne suis pas d’accord pour édifier une nouvelle religion. Je pense que le succès des fablabs sera atteint le jour où ils disparaîtront, car tout le monde aura eu accès à la fabrication.

« Tout un écosystème émerge autour de la Fab City à Barcelone » (cache)

Il reste encore beaucoup à inventer (cache) dans le domaine, je ne crois plus trop à un futur plein d’indépendants précaires (cache) qui se regrouperaient le temps d’un projet comme on peut le voir dans l’industrie du cinéma. En revanche, je pense que les slasheurs ne sont qu’un prélude à un morcellement et à une diversité du travail, de ses natures et de ses lieux. De ses façon de collaborer et de coopérer. De produire ensemble, partout.

March 23, 2015 11:00 AM

March 22, 2015

Eric van der Vlist

Le chemin des urnes

[fr] Sur le chemin des urnes, voie verte au Neubourg [en] En route toward the ballot box, voie verte(fr) at Le Neubourg

by Eric van der Vlist at March 22, 2015 04:58 PM

David Larlet

Lien espace temps

Si transmettre est partager de l’information dans le temps et communiquer partager de l’information dans l’espace, qu’est-ce qu’un lien ? Il y a quelques mois, je publiais sur Twitter :

On lie vers le passé, on publie pour le futur.

Je réfléchis beaucoup à cela dernièrement. Comment lier vers le futur ? Peut-on publier pour le passé ? Un lien en 404 pourrait-il finir par naître ? Un billet anti-daté sera-t-il lu chronologiquement un jour ?

Lorsque je mets en cache un lien, je concentre l’espace et je fige l’instant, ce qui s’apparente finalement à un travail photographique. La composition est ma CSS, la lumière est mon lien d’entrée. L’émotion celle de l’auteur original ?

March 22, 2015 11:00 AM

March 21, 2015

Eric van der Vlist

Liberté, égalité, publicité

[fr] L’Automobile Club de France vu des berges de Seine au pied du pont de la Concorde. [en ] Automobile Club de France seen from berges de Seine close to pont de la Concorde.

by Eric van der Vlist at March 21, 2015 02:36 PM

David Larlet

Avenir hasardeux

In the future, content, products and services will find you, rather than you having to find them. Puma will let us know to replace our shoes and Marriott will automatically present you room options if you missed your connecting flight. Instead of visiting a website, we will proactively be notified of what is relevant and asked to take action. The dominant function of the web is to let us know what is happening or what is relevant, rather than us having to find out.

The Big Reverse of the Web (cache)

Ce futur manque de fantaisie et nous conforte dans notre homophilie généralisée (cache). Quelle tristesse.

Si ces applications ont quelque chose de situationniste, c’est plutôt dans la capacité de leur usage pauvre à révéler la pauvreté de nos conditions urbaines, ou, pour reprendre le terme de Günther Anders, notre schyzotopie. Bref, on se fait royalement chier ou on flippe.

Debord(er) la carte (cache)

Est-ce qu’il y a aura à terme un business des algorithmes pour tromper les algorithmes ? Devons-nous encourager l’apprentissage par l’aléatoire (cache) pour l’envisager, le dépasser ?

March 21, 2015 11:00 AM

Karl Dubost

Que vois-tu depuis ton bureau ?

bureau, ordinateur et fenêtre sur un jardin Tsujido, Japon, 4 mars 2015

Ce sentiment d'avoir gagné son eau. J'ai les muscles des bras endoloris. Autrefois, dans les campagnes et les forêts, vivre maintenait en forme.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Depuis ce billet sur les lieux du travail en 2011, j'ai déjà bougé deux fois. Après Opera, j'ai continué à travailler pour Mozilla depuis l'appartement. Et puis, pendant deux mois (novembre-décembre 2013), j'ai travaillé depuis les bureaux de Toronto à Mozilla. La cuisine y était largement plus intéressante que les vues de la fenêtre.

Depuis que je suis au Japon, je travaille principalement depuis la maison. Mon bureau est placé à côté de la fenêtre. Les oiseaux et les gouttes de pluie sur les aiguilles de pin m'offrent la distraction nécessaire à tout travail efficace. Il est toujours sain d'observer un bouvreuil pivoine pendant un `git fetch`.

March 21, 2015 06:10 AM

March 20, 2015

Eric van der Vlist

Une bouteille à la Seine

[fr] Une bouteille à la Seine, port de Grenelle [en] A bottle in the Seine, port de Grenelle

by Eric van der Vlist at March 20, 2015 03:05 PM

Karl Dubost

San

Plage et montagnes au lointain Tsujido, Japon, 28 février 2015

Je n'ose me lever ce matin. Ma volonté est lâchée en liberté dans le champ des jours vierges.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Et dans un jaillissement, il submergea l'horizon vague. Il est présent. Il rassure.

March 20, 2015 02:42 PM

Et si le vent…

Branche de prunus et coin de tableau Tsujido, Japon, 2 mars 2015

L'ennui ne me fait aucune peur. Il y a morsure plus douleureuse : le chagrin de ne pas partager avec un être aimé la beauté des moments vécus. La solitude : ce que les autres perdent à n'être pas auprès de celui qui l'éprouve.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Ne jamais tenter d'expliquer l'attente. Poser le regard sur l'immobilité est le début d'un mouvement. Le calice de la contemplation nous invite au glissement de l'ombre, au frôlement du temps. Le monde jaillit. L'éclosion est complète.

March 20, 2015 01:14 PM

Les fleurs d'hiver

Branche de prunus en fleurs Tsujido, Japon, 1er mars 2015

Nos semblables confirment la réalité du monde. Si l'on ferme les yeux en ville, quel soulagement que la réalité ne s'annule pas : autrui continue à la percevoir ! L'ermite est seul, face à la nature. Il demeure l'unique contemplateur du réel, porte le fardeau de la représentation du monde, de sa révélation au regard humain.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Partout dans les jardins, les prunus sont en fleurs. Au pied du notre, les narcisses émergent encore chiffonnés du frimas. Derrière, j'observe avec impatience le magnolia. L'an passé, il avait donné une unique fleur d'un sombre violet pourpre. L'essence du printemps est dans le déploiement intensément délicat des corolles.

March 20, 2015 12:24 PM

David Larlet

Notaires des données

Un capital est en train de se former, qui est le capital des données. La question est de savoir qui sera le dépositaire de ces données. De même que les notaires sont en grande partie les dépositaires de mes secrets, de mon testament, de mon contrat de mariage, parfois de mon argent, il nous faudrait inventer des « dataires », des notaires des données. Elles ne seraient confiées ni à un État, ni à Google et à Facebook, mais à un nuage de dépositaires. Et ce serait au passage une nouvelle manière d’exister pour le notariat.

Michel Serres : «La question est de savoir qui sera le dépositaire de nos données» (cache)

Concept intéressant que celui du métier de « dataire » qui pourrait également être nommé par le Garde des Sceaux et investi d’une délégation de la puissance publique pour poursuivre des objectifs d’intérêt général. Ce serait peut-être l’intermédiaire de confiance qui manque à la ré-acquisition de ses données. À méditer. À accompagner ?

Karl me propose par email de compléter avec ce billet d’Aaron et le commentaire suivant :

I do not mean to suggest that we supplicate ourselves to the imagined benefits of the hypothetical futures I am describing. The question remains: How do we protect the present from itself? The question remains: How long needs to pass before the sting of all that data in the moment is worth its yield in the future?

the fragility of effort (cache)

L’idée est celle de données intéressantes mais pas forcément à publier tout de suite. Une forme de capital pour la culture et l’humanité mais après quelques années.

March 20, 2015 11:00 AM

Karl Dubost

Les objets de la paume

pierres et morceaux de bois dans la paume d'une main Tsujido, Japon, 28 février 2015

Pour parvenir au sentiment de liberté intérieure, il faut de l'espace à profusion et de la solitude. Il faut ajouter la maîtrise du temps, le silence total, l'âpreté de la vie et le côtoiement de la splendeur géographique. L'équation de ces conquêtes mène en cabane.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Il y a quelques jours, je me demandais ce que pourraît être un calendrier plus pratique. Je regarde mon ordinateur, mes ressources en ligne. Et je me dis que tout ceci est en fait très mal connecté. Et que les vues sont limitées. Nos ordinateurs nous montrent une vue de toutes ces données qui est encore très proches des outils du monde physique que nous avons créés pour les gérer.

Nous pourrions imaginer que sur l'application de cartes, nous montrons l'affichage des photographies qui sont déjà présentes sur l'ordinateur lorsqu'elles sont géolocalisées. Nous pourrions imaginer avoir une carte dans le carnet d'adresse sur chaque personne et aussi de voir sur la carte toutes les adresses du carnet d'adresse. Dans le calendrier, nous pourrions avoir accès à la liste des fichiers ou des photographies, des courriers reçus en ce jour.

Les connexions sont multiples et peuvent révéler de nombreux détails. Les données sont souvent connues de la machine qui les a indexées. Malheureusement les connexions et surtout les proximités sont très peu exposées.

Probablement, les interfaces de certains logiciels devraient être revues ou inventées. Mais quelles nouvelles richesses pourrions-nous explorer à travers tous ces objets déconnectés ? Quelles sont les organisations, les recherches, les poésies, les inventions que nous pourrions révéler ? Le « Big Data » commence peut-être ailleurs. Il y a tant à exprimer avec ce que nous plaçons au creux de la paume de la main.

Les objets que nous collectionnons

J'ai probablement oublier de nombreuses catégories ou idées de connexions. Si vous en avez d'autres, écrivez un billet de blog et dites le moi.

Calendrier
une liste d'événements datés comprenant
  • Durée
  • Lieu (pas de notion de déplacements)
  • Personne(s)
  • Récurrence
  • Alerte
  • Tampon (temps de trajets)
Carnet d'adresses de noms
Liste de noms (personne ou institution)
  • Lieu(x)
  • Image
  • Date de naissance
  • Contact(s) (téléphone, email, etc.)
  • Notes
Tâches
Liste d'actes à accomplir
  • Date d'échéance
  • Priorité
  • Catégorie
Notes
Liste de textes
  • (Catégories)
Photos
Liste d'images
  • Catégories
  • Date
  • Lieu
  • Personne
  • Événement
Carte
Exposition de lieux
  • Nom
  • Dates : Couches historiques du même lieu
  • Coordonnées géographiques
  • Catégories des éléments
  • Parcours

March 20, 2015 05:37 AM

March 19, 2015

Eric van der Vlist

Le cormoran et la tour

[fr] Port de la conférence, près du pont des invalides : cormoran devant le dernier étage de la tour Eiffel. [en] Port de la conférence, close to pont des invalides: a cormorant and the last floor of the Eiffel tower.

by Eric van der Vlist at March 19, 2015 04:04 PM

David Larlet

Spam et Twitter

The centre of those circles appear to be real people. I can’t say why they have lots of fake followers - it’s possible that they - or someone else - has just bought them to make it look like they’re more popular than they really are. There’s no suggestion that they control the fake accounts.

This is what a graph of 8,000 fake Twitter accounts looks like (cache)

C’est la raison pour laquelle il est difficile de lutter contre le spam, certains n’hésitent pas à en abuser. Est-ce que les personnes qui achètent des followers ne sont pas une forme de spam également ? Pas pour Twitter apparemment.

March 19, 2015 11:00 AM

March 18, 2015

Eric van der Vlist

Le dome

[fr] Dôme vu de la petite ceinture près de la rue du Hameau [en] Dome seen from petite ceinture near rue du Hameau (fr)

by Eric van der Vlist at March 18, 2015 03:55 PM

Karl Dubost

Sexe dans la rue

Deux grenouilles accouplées Tsujido, Japon, 27 février 2015

Le silence me revient, l'immense silence qui n'est pas l'absence de bruit mais la disparition de tout interlocuteur.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Les pluies de printemps approchent. On se colle. On se déhanche. On s'approche. On s'envisage. On se serre. Peut-être un jour, le fils de Croa parcourra le chemin.

Deux grenouilles accouplées Tsujido, Japon, 27 février 2015

March 18, 2015 01:23 PM

David Larlet

Qualité et tabou

Pour utiliser l’horloge à 1 seule aiguille, positionnez le Périmètre, le Délai et le Budget respectivement à douze heures, quatre heures et huit heures. Peu importe qui est positionné à quel emplacement, mais moi je les positionne comme le montre la figure ci-dessous. La qualité est à nouveau supposée fixe et n’est pas affichée sur l’horloge.

Utilisez une Horloge à 1 seule Aiguille pour Communiquer les Objectifs du Projet (cache)

J’aime bien l’idée de cette horloge, par contre on considère souvent que la qualité est fixe sur un projet alors que dans les faits c’est rarement le cas. Non seulement elle peut varier au cours du cycle de vie du produit, mais en plus elle est relative. Ce qui serait intéressant — au lieu de fantasmer sur une qualité idéale — ce serait d’avoir la tendance, est-ce que toutes les parties prenantes du projet sont conscientes du niveau actuel ? Sont-elles prêtes à ce que le niveau de qualité augmente ? Si oui, quelles métriques ? Si non, pourquoi et jusqu’à quand ?

March 18, 2015 11:00 AM

March 17, 2015

Eric van der Vlist

Le jardin

[fr] Le “jardin aux habitants” du palais de Tokyo [en] “Residents’ garden” at palais de Tokyo

by Eric van der Vlist at March 17, 2015 02:27 PM

Karl Dubost

La mémoire chimique

Piles de tickets de caisse Tsujido, Japon, 26 février 2015

Les hommes des bois sont très sceptiques à l'égard des projets de « villes citoyennes », autogérées, sans prison ni police, où la liberté triomphante règnerait soudain parmi des foules devenues responsables. Ils voient dans ces utopies une antimonie grotesque. La ville est une inscription dans l'espace de la culture, de l'ordre et de leur fille naturelle, la coercition.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

C'est lorsque nous conservons nos tickets de caisse sur le long terme que l'on prend conscience de la gestion des données et de certaines des difficultés propres à leur pérennité. Le papier n'est pas l'unique élément de la conservation d'une information. L'encre avec laquelle cette information a été imprimée est d'une importance centrale. En quelques années, parfois quelques mois, certaines encres à impression thermique se volatilisent. Le papier pérenne ? Pas toujours. Le papier et son format, sa composition, ses encres, ses conditions de conservation, est un produit technologique comme les autres.

March 17, 2015 01:23 PM

David Larlet

Medium décentralisé

Everyone who posts on Medium already owns the rights to the original content they publish, but many have also expressed a desire to host Medium stories at their own domain.

We understand this. We want Medium to be the place for everyone’s stories and ideas, but that doesn’t mean that everyone’s stories have to live at medium.com.

Today, we’re happy to announce that we are taking the first steps towards making this a reality with the limited beta launch of custom domains.

Custom domains for publications (cache)

Depuis 2015, je mets en cache les articles liés sur cet espace. Et je ne suis plus le seul (cache) ! À ce jour, 11 liens sur les 127 cachés ont pour domaine medium.com, c’est énorme. Laisser la possibilité d’avoir Medium sur son propre domaine est une excellente nouvelle. Un outil permettant d’exporter ses écrits en statique serait un bon complément. Les plateformes se suivent, les données essayent de survivre.

March 17, 2015 11:00 AM

March 16, 2015

Karl Dubost

Lire mon courrier en dégradés de gris

Métal rouillé Tsujido, Japon, 26 février 2014

Grave et mélancolique un clairon sonne au loin…
Cependant par degrés le ciel qui se dégrade
D'ineffables lueurs illumine la rade.
Et mon âme aux couleurs mêlée intimement
Se perd dans les douceurs d'un long enchantement.

Élégie, Albert Samain.

Depuis 2 semaines, j'ai réglé les couleurs de mes fils de discussion dans les courriers électroniques afin que la partie la plus ancienne soit un gris plus pâle que la partie récente.

Cela me permet de réintroduire la notion de temps dans la lecture en comprenant mieux la relation entre les différentes parties du message.

vue d'un message Des dégradés de gris pour les fils de discussion

Échelle de gris

Mise à jour : 2015-03-17

Plusieurs fois, on m'a demandé qu'elle était l'échelle de gris utilisée. Je mets donc à jour ce billet. Tout d'abord ouvrir le panneau de configuration du logiciel de courrier. L'explication ici est donnée pour Mail.app

Copie d'écran Panneau de configuration du courrier sur Mail.app

Ensuite sélectionner les couleurs sont définies une fois que l'on sélectionne « Autre » pour chaque couleur. On obtient un panneau de couleurs :

Copie d'écran Choix de couleurs

Mon choix de couleurs est donc le suivant en niveau de gris.

  • 20%
  • 50%
  • 75%

March 16, 2015 10:47 PM

Eric van der Vlist

La mouette et le cygne

[fr] Cygne tuberculé et mouette rieuse. [en] Mute swan and black-headed gull.

by Eric van der Vlist at March 16, 2015 02:52 PM

Karl Dubost

Ton et visage

Hommes attendant un bol de soba Tokyo, Japon, 6 février 2015

Là où il n'y avait rien est née une oasis, délimitée par le carré de la couverture. Cette transmutation, seuls savent l'accomplir les peuples au sang nomade.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Depuis quelques semaines, j'ai entamé un changement dans mon application de courrier afin de personnaliser mon ressenti sur le ton des messages. Il est très aisé, après une journée de travail, accablé et les ennuis cumulés, de s'emporter sur un message. Lorsque l'on répond sans tempérance, avec rudesse, on parvient à le regretter plus tard. J'ai pris l'habitude de vraiment modifier mon application de courrier afin d'éprouver sans subir la technologie.

Portrait de liste de messagesJe voulais donc métamorphoser mon émotion en imposant un masque à mon interlocuteur. Le procédé a été simple et il se continue à ce jour. À chaque nouveau message, j'ajoute la personne dans ma liste de contacts (non synchronisée sur un service Web). Le carnet d'adresse de Mac OS X permet d'ajouter une photographie. Celle-ci peut également être affichée dans les courriers électroniques ainsi que la liste des messages. Pour chaque personne, je tente de trouver une photographie de la personne qui est souriante ou sereine. Au fur et à mesure mon courrier devient beaucoup plus humain. Le ton interprété de la lecture des messages s'atténue et fournit l'espace d'une communication plus sereine. Je peux lire en toute quiétude. Je réponds avec moins de précipitation. Le masque a fonctionné.

Un autre bénéfice s'est ajouté. Je n'avais pas prévu que cela me permettrait également de repérer les spams plus facilement.

March 16, 2015 01:06 PM

David Larlet

Polices CSS, erreurs Lint et JS;DR

Billet comportant les liens de veille technologique présentés aux étudiants dans le cadre d’une routine de mes cours.

CSS SANS is the font transforming its shape along with the times. This is because CSS itself has been developing its abilities. Therefore, looking the font through a “browser”, a filter that reflects the times, shapes of the font look different hence it’s written by the same code.

CSS SANS

J’apprécie l’approche artistique d’avoir une police qui évolue dans le temps avec l’évolution des navigateurs. On pourrait imaginer un rendu différent en fonction du moteur pour accentuer cela, il y aurait des choses à fouiller lors des Rencontres de Lure. Bon pour les étudiants c’est surtout une source d’exploration des transformations CSS vu qu’on a abordé le sujet pour les animations.

JSLint Error Explanations is designed to help you improve your JavaScript by understanding the sometimes cryptic error messages produced by JSLint, JSHint and ESLint, and teaching you how to avoid such errors.

JSLint Error Explanations

Même avec un linter, certains messages peuvent être difficiles à comprendre pour un débutant, ce site mériterait d’être traduit en français. Autant je suis dubitatif des documentations techniques traduites, autant pour les erreurs de débutants ça fait plus sens (pun intented).

Pages that are empty without JS: dead to history (archive-org), unreliable for search results (despite any search engine claims of JS support, check it yourself), and thus ignorable. No need to waste time reading or responding.

Also known as, if it’s not curlable, it’s not on the web.

js;dr = JavaScript required; Didn’t Read. (cache)

Il faudra que je ressorte cette phrase. Dernière veille avec ce groupe, ça conclue bien ce que j’ai envie de leur transmettre :-).

March 16, 2015 11:00 AM

★ Cours IUT : Argumentation technique

Operational efficiency can be preserved by using several ideas from Spotify’s organizational model (cache). Integrated architects can support and learn from one another by participating in Chapters and Guilds. Chapters and Guilds allow integrated architects from separate teams to share knowledge and tools that all teams can benefit from. Individual, team, and company growth occurs faster. Economies of scale are able to be leveraged from the insights of a single team.

Software Architect - A Role, Not a Job (cache)

La dernière évaluation de mes cours porte sur l’argumentation technique autour des animations web. Il s’agit de vérifier qu’ils sont capables de transmettre leurs propres découvertes/réalisations à leurs collègues. J’ai choisi d’évaluer leur réussite selon 2 critères :

  • la pertinence de ce qu’ils ont à me proposer pour éviter les animations inutiles qui prennent 100% de mon CPU ;
  • l’argumentation qu’ils proposent en parallèle de leur présentation, c’est une situation à laquelle ils seront je l’espère confrontés dans leur futur emploi (s’ils bossent dans un boîte qui n’encourage pas les échanges internes et externes, je ne peux que leur conseiller d’en trouver une autre).

Je leur avais proposé comme source de donnée s’ils manquaient d’idées l’article « Du S3C hiérarchique au S4C holarchique (cache) » (ou plutôt l’image/pdf centrale à animer, une animation valant mille images). Il n’y a finalement eu qu’un seul groupe qui aura pris cette base ce que je trouve plutôt positif, les autres ayant opté pour l’enrichissement d’un projet existant.

On a terminé ce cycle de cours par une outroduction à l’agilité/kanban/lean en 30 minutes (pfiou !) suivie d’une rétrospective un peu particulière vu qu’elle visait principalement à améliorer le cours. Du coup les différentes catégories proposées étaient les suivantes :

  • Qu’est-ce que j’ai appris ?
  • Qu’est-ce que je saurais transmettre à mon tour ?
  • Qu’est-ce qui m’a frustré ?
  • Qu’est-ce qui m’a ennuyé ?

La discussion qui a suivie était vraiment très intéressante et ils ont pu faire émerger 4 pistes d’amélioration :

  • Le cours mériterait d’intervenir plus tôt dans l’année afin qu’ils puissent intégrer les concepts et avoir le temps de les mettre en pratique transversalement.
  • Continuer la veille techno, même si leur participation a été faible je pense que ça leur a fait prendre conscience de son importance.
  • Réfléchir à la pertinence de l’ordre après avoir établi le backlog lors de la construction collaborative histoire de ne pas se retrouver à vouloir faire du Angular sans avoir les bases de JS.
  • Commencer par évaluer le niveau de départ des étudiants histoire de mieux s’adapter par la suite.

Je vais essayer de faire remonter ce qui ne dépend pas de moi pour que la formation soit un peu plus pertinente l’année prochaine. Les étudiants ont vraiment joué le jeu pour que la discussion reste constructive et focalisée sur le cours plus que l’administration ou les personnes.

March 16, 2015 11:00 AM

March 15, 2015

Eric van der Vlist

L’oie

[fr] Oie de Bavent : jar en position d’intimidation pour défendre sa compagne qui couve [en] Goose : male defending his brooding female

by Eric van der Vlist at March 15, 2015 09:56 PM

Karl Dubost

Contrôlons la littérature

bâche à poubelle Tokyo, Japon, 6 février 2015

Youra vaque à ses occupations. Il ne regagnera jamais la ville. Sur l'île, il jouit des deux ingrédients nécessaires à la vie sans entraves : la solitude et l'immensité. En ville, la foule humaine ne peut survivre que si la loi met bon ordre à ses débordements et régule ses besoins. Quand les hommes se concentrent, l'administration naît

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Lu chez Éric à propos de la littérature, une phrase de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

L'éditeur a un rôle éminent dans le processus de création. C'est une question passionnante. Et sans entrer dans un débat philosophique sur le processus de création, quand on écrit, chez soi, on a besoin d'avoir le regard d'un éditeur, pour venir sanctionner, dans le bon sens du terme. C'est-à-dire, donner le jugement d'un professionnel, sur le texte que l'on est en train de rédiger. Et sans cela, même si on se publie soi-même, et que l'on peut toucher un public au travers des réseaux, on n'a pas cette reconnaissance de se sentir écrivain. L'écrivain ne naît qu'au travers du regard de l'éditeur. Et moi je l'ai ressenti en tant qu'auteur : j'aurais pu écrire le même livre que celui que j'ai rédigé… si je n'avais pas eu Jean-Marc Roberts, le résultat n'aurait pas été le même.

Mais surtout, on a besoin de cette médiation, pour se reconnaître, soi-même, comme auteur, et pour savoir que son texte est vraiment un livre.

… tous les textes ne sont pas des livres. C'est l'éditeur qui fait la littérature

Aurélie Filippetti, Entretien avec ActuaLitté.

Réduire la littérature au travail de l'éditeur est bien sûr une grosse bêtise mais je soupçonne qu'il s'agit d'une petite phrase, lâchée rapidement avec de grands retentissements car portée par une ministre. La phrase est idiote. Les réactions le seront tout autant. Donc en changeant un peu l'axe de la discussion, il y a définitivement une inquiétude de la part des éditeurs qui se retrouvent en difficulté face au rôle social qu'ils ont exercé jusqu'à maintenant et qu'ils exercent encore. De vouloir réguler afin de maintenir ce rôle social est une erreur à mon avis. Le travail d'édition d'un livre est important. Le rôle de l'éditeur ou de la maison d'édition se situe sur un plan différent. Et il ne faut pas se voiler la face, nombre de jeunes auteurs demandent la reconnaissance de cet éditeur (poule et œuf). Le système s'auto-valide.

Ce n'est donc pas si grave. Et ceux qui explorent d'autres chemins, qui créent là où les éditeurs ne coupent pas l'herbe sous le pied, trébucheront, se relèveront parfois et le système social de validation culturelle se réalisera, sans l'éditeur, invisible de l'éditeur et sous d'autres formes. Car c'est toujours ainsi que les révolutions culturelles et scientifiques se réalisent. Dans le hors-champ, pas parce-qu'elles ont été dirigées par une décision politique pour le recyclage des déchets.

March 15, 2015 01:17 PM

Sous un pont de Mountain View

Terre sèche sous un pont de béton Mountain-View, États-Unis, 18 février 2015

Je n'aime pas l'asphalte, en ville le goudron me fait mal aux pieds et l'argent s'évapore.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Sous un pont de béton, au bord d'une avenue large avec trafic, je découvre des déchets en bas de la pente. Le regard vers le haut dans l'ombre je découvre des cartons pour entourer un espace de survie. Quelques couvertures accumulées, quelques plastiques, ici un homme ne vît pas dans les maisons luxueuses de la Silicon Valley.

March 15, 2015 12:35 PM

Le style de la traque

Tissu brodé en gros plan Tsujido, Japan, 22 février 2015

L'imprévu de l'ermite sont ses pensées. Elles seules rompent le cours des heures identiques. Il faut rêver pour se surprendre.

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Grâce à Éric, j'ai découvert µblock. L'interface d'utilisation de µblock est un peu complexe pour un nom spécialiste, mais elle devient rapidement très intéressante une fois les premières marches de l'apprentissage passées. De même qu'Éric, j'ai opté pour une méthode très agressive de blocage en autorisant petit à petit que les sites que je veux.

Panneau de commande de µblock µblock sur le site de fontfeed

David mentionne un billet de fontfeed, qui recommande des alternatives aux polices de Google (outil potentiel de traque à large échelle).

Alternatives aux polices Google :

  • les polices systèmes
  • les polices libres de droits et hébergées
  • les polices achetées et hébergées
  • David Larlet, Google et polices.

    Bien sûr tout bloquer à des conséquences parfois un peu extrême comme sur le site de fontfeed où j'avais bloqué fontfeed.

    une page Web avec du style et sans son style Le site fontfeed sans blocage des CSS et avec blocage des CSS.

    En autorisant de nouveau uniquement les CSS, on obtient un site tout à fait utilisable. Mais même sans les CSS, le contenu du billet est totalement compréhensible. D'ailleurs le billet de fontfeed mentionne Google comme le grand méchant mais ils utilisent dans ce billet des services qui sont en partie des services de traque eux-même.

    • ajax.googleapis.com
    • googleanalytics.com
    • gravatar.com
    • twitter.com
    • fontshop.com (hébergement de polices)
    • typekit.com (hébergement de polices)

    Au fur et à mesure de l'utilisation de µblock, on se rend compte très vite compte que de nombreux téléchargement sont complètement inutiles non seulement à l'ergonomie du site, mais en plus ralentissement le temps d'affichage. Avec µblock, non seulement vous diminuez la traque, mais vous rendez finalement votre navigation beaucoup plus rapide et flexible. Si ajouté à cela, vous commencez à bloquer certains blocs du HTML, vous créez une expérience bien plus agréable pour la lecture.

    March 15, 2015 12:22 PM