Planète Web Sémantique

February 14, 2016

Karl Dubost

L'impatience

Feuilles mortes jaunes entre deux murs Tsujido, Japon, 30 novembre 2015

L'impatience de finir ce livre pour revenir à une lecture beaucoup moins en frictions.

Sur les sentiers de montagne, dans les forêts profondes, courant les volcans, il avait pris l'habitude de s'acquitter en toute saison des devoirs de l'existence par un grand salut aux paysages. Les plus merveilleux l'attendaient, comme embusqués, pour s'épanouir et le vider un peu plus de l'encombrement du monde.

Hubert Haddad, Ma.

Cette résistance est bien stylistique. En d'autres circonstances, l'histoire aurait pu exister. Elle existe sûrement pour d'autres. Elle s'évade en permanence, me file entre les doigts. Les styles n'ont pas d'universalité.


Quelques heures plus tard, le livre achevé. Et finalement heureux d'être débarassé de cette lecture qui me fût autant mélasse que mièvre.

Vide Grenier

40 Mo en mémoire dont 30 Mo pour les traqueurs.

Les bloqueurs de pub sont bons pour la fluidité de votre contenu. In fact, on popular sites such as CNN, code to track users accounts for somewhere on the order of three times as much memory usage as the actual page content: a recent demo of the Firefox memory tracking tool found that 30 MB of the 40 MB used to render a news article on CNN was consumed by code whose sole purpose was user tracking.

February 14, 2016 02:14 PM

La règle du jeu

Tas d'aiguilles de pin Tsujido, Japon, 1er décembre 2015

Le barista de Bridge room me demande si il peut me prendre en photo. Je lui dis oui. Le bonheur envahit son visage. Je pense à toutes ces photographies que je prends un peu partout. C'est bien la moindre des choses que j'accepte la règle du jeu, la réciprocité de la relation.

Les rencontres de hasard le ravissaient en revanche, surtout après des jours de randonnée sans un visage à saluer.

Hubert Haddad, Ma.


Les moments simples dans le désordre : Un repas avec un ami à Kamakura. Une lessive pour des vêtements transmis entre amis. Rakaposhi, un café-fleuriste qui ferme. Un suicide le long de la voie à Tsujido, les gens s'attroupent, regardent le corps couvert d'un drap blanc. Enoden, le soleil et les vieux à Kamakura.

Agrumes devant maison en bois Tsujido, Japon, 1er décembre 2015

Vide Grenier

Where is the love? - Black Eyed Peas

articleDateExtractor est intéressant surtout si on lit le contenu du programme sur les logiques de détection choisies. (Article Date Extractor) is a simple open source Python module, built and maintained by Webhose.io, that automatically detects, extracts and normalizes the publication date of an online article or blog post.

WebDriver Spec and Working Group notes. Microsoft and Mozilla are both working on implementations, so there is a pressing need for a test suite that reflects the realities of the specification. Vital chapters, such as Element Retrieval and Interactions, are either undefined or in such a poor state that they should be considered unimplementable.

Des cartes et du voyage. An isochronic map shows where to go, how long it took to get there – and what changes were on the way

TimeMaps generates isochronic maps from travel times

Pour une éducation progressive. Évoquer les limites théoriques d’une pratique est toujours déroutant pour un apprenant qui n’a pas encore été confronté aux problèmes en question.

February 14, 2016 01:58 PM

Le bois craque

Tarpaulin sur échafaudage Tsujido, Japon, 30 novembre 2015

Le bois craque. Les vitres éclatent. Le métal grince. Un immeuble de deux étages en bois est en cours de démolition près d'ici. Les voix des ouvriers précèdent le fracas des objets lancés dans la benne. Le grand tarpaulin blanc a été installé tout autour de l'édifice pour protéger des poussières et projections involontaires. Ainsi va l'architecture. L'immobilier est un soupir, peu de temps pour l'histoire, une urgence du souvenir. Cet immeuble là avait trente ans. Aussitôt détruit, le promoteur reconstruira probablement quelque chose à sa place. Une refonte en quelque sorte.

La thématique de la trace interroge la manière dont l’homme élabore sa relation à la temporalité. Porter un regard sur d’autres cultures, comme celle du Japon, permettrait d’aborder, en opposition à la quête de pérennité occidentale, l’esthétique de l’impermanence. Une autre approche de la trace peut alors consister à analyser toute conception architecturale qui accepte le caractère éphémère de l’objet construit. L’acte de bâtir est alors bouleversé par de nouvelles logiques temporelles induites par une disparition programmée : prévoir le caractère provisoire d’une œuvre, voire démontable, anticiper sa disparition (édifice constitué de matière périssable ou recyclable), concevoir sa disparition-réapparition (les structures gonflables d’Hans Walter-Müller).

Céline Guilleux, L’architecture et la disparition.

Chantier de démolition Tsujido, Japon, 30 novembre 2015

Vide Grenier

Islamic Film Festival à Shibuya, Tokyo du 12 au 18 décembre 2015. Voici une initiative bien venue par les temps d'ignorance qui courrent.

Écrire est multiple. Toujours cette envie d’écrire de brefs textes sur mes propres images, comme plusieurs photographes l’ont fait d’ailleurs. Écriture et photographie sont indissociables.

Les politiques de surveillance sont les politiques de la peur. À lire sur les opportunités politiques d'une société malade. The politics of surveillance are the politics of fear. As long as the people are afraid of terrorism -- regardless of how realistic their fears are -- they will demand that the government keep them safe. And if the government can convince them that it needs this or that power in order to keep the people safe, the people will willingly grant them those powers. That's Goldsmith's first point.

Service Workers, une liste de lecture.

Stockage de photos et formats propriétaires de « cloud. » Une personne partage sa propre solution.

February 14, 2016 08:26 AM

February 13, 2016

Eric van der Vlist

Karl Dubost

Le combat contre le texte

reflets des nuages et lignes électriques Tsujido, Japon, 29 novembre 2015

Le livre de Hubert Haddad ne passe vraiment pas. Les plaisirs y sont trop rares pour que la lecture y soit une envie. Certaines habitudes d'écriture me bloquent ; l'emploi de « comme » tout au long de l'ouvrage pour appeler la métaphore plutôt que de sublimer cette métaphore dans le texte. La répétition de cette technique m'accroche, m'extirpe de la lecture et finalement de l'histoire, l'irritation prend le dessus. Exemple dans cette page 149.

Certaines circonstances de la vie vous séparent comme ces guerres en Asie qui n'en finissent pas.

Hubert Haddad, Ma.

Tout juste suivi sur la même page :

Il avait beau errer une partie de la nuit dans les quartiers animés du centre au sortir du travail, revivant l'époque de ses études universitaires avortées, la foule des visages glissait sur lui comme l'eau sur un pennage de palmipède.

Hubert Haddad, Ma.

D'autres habitudes nourrissent le texte. L'invitation des personnes connues, la référence à des lieux particuliers mais beaucoup de liens avec le texte et son histoire étalent les poncifs d'un catalogue de voyages pour le Japon. Au final, il subsiste cette impression d'une écriture où le lieu est dénaturé de son essence même, n'est plus que le nom ou la réputation qu'il lui a été attribué par un prospectus commercial. C'est dommage. Je tente d'achever cette lecture pénible. Cette prose là qui semble plaire à de nombreux lecteurs n'aura pas fonctionné sur moi.

Vide Grenier

Typographie du Vietnam.

Le DOM, le coté lumineux du HTML. Un bon petit rappel (ou découverte pour ceux qui ne le savent pas) sur la façon dont fonctionne nombre d'interpréteurs HTML. Peut-être une digression, mais à la vieille époque de Word de la fin des années 90 (sur Macintosh System 7 ou 8 ?) il existait un mode plan, que j'aimais utiliser pour rédiger les textes. Il ne conservait que la structure du texte et permettait ensuite d'associer une feuille de style à cette structure. Il était alors inutile de styliser individuellement chaque section. Je regrette que la plupart des éditeurs HTML soient justement des éditeurs HTML plutôt que des éditeurs structurels de texte. Déjà, il faut comprendre qu’un lecteur d’écran, un robot d’indexation, et quantité d’autres agents utilisateurs, n’ont que faire de la restitution « graphique » du HTML: ils s’appuient sur le DOM pour comprendre le contenu et sa structure, éventuellement le remodeler, et le restituer sous une forme particulière (vocale, Braille, données d’indexation, etc.). Un HTML mal formé, malgré toute la bonne volonté du navigateur, c’est un DOM potentiellement bancal, qui peut donner à l’agent utilisateur une information différente de celle voulue par l’auteur. On ne peut donc pas se fier à ce que l’on « voit » à l’écran, pour savoir comment le document pourra être interprété par un moyen de lecture non graphique.

February 13, 2016 02:37 AM

La courbe du monde

tatami, pied et chausson Tsujido, Japon, 28 novembre 2015

La courbe du monde s'est élargie. La tension de la surface appelle l'éclosion. Nous préparons l'espace physique, intellectuel, sensible tout en sachant qu'il se doit d'être large, flexible et merveilleux. Il s'agit de donner toute la place aux rêveries et à la découverte.

Demain ou après-demain, je reprendrai la route.

Hubert Haddad, Ma.

océan et plage Shichirigahama, Japon, 27 novembre 2015

Parfois, assis sur les cailloux d'une plage, j'en cherche un qui me ressemble.

Hubert Haddad, Ma.

Vide Grenier

Radicalisation, échec ou juste envie d'exister. « Il faut que l’on continue à valoriser les gens », abonde Yves Ben Ayoun. « Ça commence par trouver un stage aux gamins qui en cherchent, c’est comme ça qu’on évitera qu’ils tombent et se sentent exclus », selon Noël Morel qui plaide pour une « réponse collective », dépassant les simples portes des MJC, pour frapper également à celles des mairies et des entreprises. « Il faut qu’on sache dire aux jeunes qu’ils ne sont pas nuls. Sinon d’autres sauront leur dire qu’ils sont bons pour faire des choses : vendre de la drogue, des armes ou faire le djihad. » Dans la torpeur de la salle, son ton est monté d’un cran. Ces « autres » regrette-t-il, ont « réussi là où on a échoué ».

Raspberry Pi Zero. Quand le prix du coût d'envoi (et de recyclage/re-traitement des déchets) est plus élevé que le prix de l'ordinateur. So now, we've reached the price level where distribution and shipping cost impact more than the cost of the computer itself. This is the next problem to solve in bridging the digital divide.

February 13, 2016 01:45 AM

Au bord du monde

Lever de soleil Shichirigahama, Japon, 27 novembre 2015

Au bord du monde, près du sable, le vent soulève l'océan. Le visage à l'est, éblouis, nous glissions sur la pente douce du matin. Le demi-disque du soleil avalant le sommet d'une montagne inconnue, le jour éclôt et annonce l'envie de la sublimation.

Rien ne pouvait plus le troubler sous le grand ciel.

Hubert Haddad, Ma.

Enoshima, Fuji, la lune et l'océan Shichirigahama, Japon, 27 novembre 2015

Il nous aura fallu tourner le dos au soleil sans intentions, naturellement juste parce-que nous devions suivre ce chemin là le long de l'océan. Sans soleil, l'apnée est longue, les mots viennent à manquer. Le cœur se gonfle. L'est était était la douceur, le bonheur en scintillement. L'ouest est la fascination d'un moment inoubliable, tryptique célébrant le bord du monde.

Farouchement humain, nous chérissons l'existence.

Femme de dos en face de la mer Shichirigahama, Japon, 27 novembre 2015

Vide Grenier

Je n'ai pas l'échine d'un créateur d'entreprise ou peut-être est-ce juste le manque de culture par rapport à ce phénomène. Les articles sur les échecs sont toujours intéressants. Ils apprennent à penser comme les situations se sont développées et à créer des outils de validation lors de scénarios complexes. À noter que cela ne garantie pas le non-échec, la part d'improbable est toujours présente. This story is not about failing to jump off a sinking ship fast enough. It’s about a failure to understand why the ship is sinking. One of the best ways to validate a business idea is by preselling the product.

February 13, 2016 01:27 AM

February 12, 2016

Eric van der Vlist

La petite ceinture

[fr] La petite ceinture. [en] La petite ceinture.

by Eric van der Vlist at February 12, 2016 03:22 PM

Karl Dubost

Setsuko Hara いってらっしゃい

île sur l'horizon Tsujido, Japon, 18 août 2015

Setsuko Hara est morte.

L'annonce est un peu partout dans la presse en ligne. Ceci est déjà un passé. Elle est morte à l'âge de 95 ans le 5 septembre 2015 mais, tout comme ce carnet, publié seulement aujourd'hui. Le temps de créer les rétrospectives, les magazines culturels publieront d'ici un à deux mois, peut-être. Le décalage entre entre un événement et sa publication est un tampon utile. Il permet bien souvent d'ajouter de l'épaisseur au temps. Ces mots même, je les ai écrit—je les écris— à l'encre sur le papier du carnet. Et d'ici quelques semaines, environ 8 à 9 ces jours-ci, je les recopierai sur La Grange.

La famille de Setsuko a décidé de ne pas dévoiler la mort immédiatement. Elle laisse le temps de funérailles sereines à cette icône du cinéma japonais. Les gens connus recherchent une intimité, une tranquilité. Les peu connus, la notoriété.

Nous vivions libres, sans papiers, ni armes.

Hubert Haddad, Ma.

Dans l'extrait de Printemps tardif (晩春), c'est le temps qui se déploie. Le temps que l'on veut pour les autres, le temps qui hésite dans nos trébuchements de vie. J'avais regardé le film il y a bien longtemps. Je l'ai oublié. Mais il est certain que je n'avais jamais remarqué que la scène de la balade à vélo se déroule tout près d'ici entre Kugenuma et Tsujido. En arrière plan, on peut y voir Enoshima et la plage de sable sur laquelle je ramasse parfois l'abandon usé par le roulis.

Vide Grenier

Mort de Setsuko Hara. Légende du cinéma japonais, muse de Yasujirô Ozu… On vient d’apprendre la mort de l’actrice Setsuko Hara, même si différentes sources indiquent qu’elle est décédée le 5 septembre d’une pneumonie dans un hôpital de la préfecture de Kanagawa. Elle avait 95 ans

La recette de l'optimisation. Mike: Doing the wrong thing really fast is not hard. Boris: You have now discovered the key optimization secret of web browsers.

À propos de l'accessibilité, la guerre des button. We must always remember that correctly describing a UI control is only part of making it accessible. The user expectation is that it behaves like that control too. Therefore we must also ensure that the correct accessible behavior is in place.

February 12, 2016 02:59 PM

February 11, 2016

Eric van der Vlist

February 10, 2016

Eric van der Vlist

Christian Fauré

Individuer Simondon – De la redécouverte aux prolongements

Sommaire du dernier du dernier numéro de la revue Appareil, consacré à Gilbert Simondon. Tous les articles sont accessibles en ligne :

Signaler sur Twitter

by Christian at February 10, 2016 10:41 AM

February 09, 2016

Eric van der Vlist

February 08, 2016

Eric van der Vlist

Les métros

[fr] Pont de Bir-Hakeim. [en] Pont de Bir-Hakeim.

by Eric van der Vlist at February 08, 2016 06:55 PM

Karl Dubost

La pomme dans la main

Pomme de pin sur une page Tsujido, Japon, 25 novembre 2015

Sur le chemin où j'avais ramassé des glands en septembre, j'ai pris une pomme tombée des pins qui étendent leurs branches au-dessus du mur dans la direction opposée de l'océan. Les corps végétaux s'ajustent aux circonstances, le sens du vent dominant, la course du soleil, l'onde pluvieuse. Je pose la pomme de pin entre les pages pendant ma lecture. Les éléments y suivent des lignes en accompagnant les mots de la page. Je suis l'une des lignes avec l'index, je réalise l'univers de la spirale sur la surface d'un monde ligneux. De nouveau, explorateur, je parcours les univers intimes du pin.

Marcher est une façon de ne pas mourir. Tout le corps se démène, les jambes ne pensent qu'à elles, les bras barattent le vide, et l'espace s'incurve immensément vers l'abîme de l'horizon.

Hubert Haddad, Ma.

Shonan, terre de pins et de sable, le fruit de mes parcours est incommensurable. Aujourd'hui sera une journée de rêveries de la pomme de pin au creux de la paume.

Taneda Shoichi sentit l'herbe sèche se dérober sous ses pieds et la terre se muer en sable. La mer lui apparut d'un seul tenant au dessus des dunes ; elle embaumait d'une senteur de fleurs, de tourbe et de conifères venue des îles invisibles.

Hubert Haddad, Ma.

Vide Grenier

Les cités perdues soit mythiques, soit historiques, disparues à la suite d'un déclin fatal, d'une guerre ou d'une catastrophe.

Cette remarque de Stéphane me donne l'envie d'une collection des droits réservés à travers les époques : la notice, l'éditeur, l'année de publication. Avec le recul, je me dis que tous les Russes qui ont lu cette mention, dans la grande époque où l’U.R.S.S. n’en avait pas grand-chose à faire de la France, hé bien ils ont dû drôlement rigoler.

Notes rapides à propos du pin. Les pins sont des gymnospermes, ce qui signifie qu'ils n'ont au sens strict ni fleur, ni fruit, au contraire des angiospermes comme le pommier ou le chêne. cônes = Strobiles. Le nombre des spirales de croissance gauches et celui des droites correspondent aux deux termes consécutifs de la suite de Fibonacci et suivent le nombre d'or. Ce type de croissance permet ainsi de mettre le plus d'écailles dans le moins de place possible.[…] Après la fécondation, les cônes femelles restent sur l'arbre au moins trois ans, temps qu'il faut pour que la graine se développe. Les gros cônes femelles ne sont plus alimentés par la plante mère et la sécheresse du cône provoque l'ouverture des écailles. Les écailles s'écartent du rachis central du cône libérant les graines qui sont le plus souvent ailées. Cette aile leur permet de parcourir de longues distances grâce au vent. On parle d'anémophilie (ou fécondation anémophile). Cela permet à l'espèce de conquérir de nouveaux espaces.

Firms, local governments promote teleworking to lure urbanites to Japan’s dying countryside

As workforce shrinks, career walls for Japan’s women crumbling

Au bout du monde

February 08, 2016 01:17 PM

Le dépouillement Web

trottoir et mousse au bord de la route Tsujido, Japon, 24 novembre 2015

Les circonstances d'une technologie sont essentiellement sociales et économiques. Sur IRC, ffoodd, emmanuelc, htmlvv et d'autres échangent à propos de style et contenu. J'ai progressivement appris à me déshabituer de certains sites en y ôtant tout élément stylistique afin de mieux y percevoir le contenu. Cette hygiène du Web m'a permis de mieux comprendre la vacuité de certains sites. L'opération est brûtale. En utilisant ublock, je bloque tout par défaut : image, style, script, etc.

interface de ublock Tout bloquer

Le contenu HTML unique s'exprime et seulement si ce dernier n'est lui-même pas généré pas JavaScript. Dans certains cas, j'ai ajouté un style propre en utilisant le add-on Stylish. Voici par exemple un avant/après (en grand).

reconstruction de style Une fois tout bloqué et reconstruit

Dans le dépouillement, l'absence de substance se révèle.

Sa passion malheureuse tenait pour lui du mystère.

Hubert Haddad, Ma.

Je crois que la conversation a pris des chemins de fortune et du style/contenu, nous avons lentement dérivé vers les générations pour finalement s'échouer sur les rivages du fleuve -webkit-. Il me faudra expliquer pourquoi les autres navigateurs sont obligés d'implémenter les préfixes. Mais ce sera pour un autre jour.

Vide Grenier

JavaScript est le nouveau PHP. WordPress passe à Node.

La confusion extrême des politiques vis à vis des technologies informatiques telles que le chiffrement. If a terrorist is suspected of using a Toyota as a car bomb, it’s not reasonable to expect Toyota to start screening who it sells cars to, or to stop selling cars altogether. And yet, this is the line of questioning that has besieged the cryptography community immediately after the Paris attacks. A simple mention of my encryption software in an Arabic-speaking forum is enough to put me on the receiving end of press inquiries such as “are you aware of any terrorists using your software? Do you feel it’s your responsibility to monitor terrorist activity?” Or, more bluntly, do I feel like I’m complicit in aiding terrorists, by the simple fact that I write cryptography software or currently do PhD research in applied cryptography?

Les films des grand-parents. Je n'ai vu qu'une fois les quelques films 9mm noirs et blancs muets tournés par mon grand-père. Ils montraient une époque inconnue, des gens disparus dans un environnement qui m'était encore familier. Les quelques bobines racontaient un pan de notre histoire familiale sur une vingtaine d'années environ. Des 20 ans de la génération de mes grands-parents au mariage de leurs premiers enfants environ.

De l'identité aux identités. Plutôt qu’un débat sur l’identité nationale, des cours de laïcité peu audibles, des colloques sur la déradicalisation, il faut envisager la multiplicité des identités qui traversent nos sociétés, et mettre en place un observatoire national des identités, sans se focaliser sur l’islam. Cessons de présenter systématiquement l’islam comme antisocial. Avec des chercheurs qui travaillent déjà sur ces identités plurielles, on pourrait enfin pointer les véritables problèmes sans aucun angélisme. […] Le jihadisme ne vient pas du communautarisme mais de la désocialisation.

IMAPClient 1.0.0 en python.

February 08, 2016 12:57 PM

Le dépouillement Web

devanture de magasin la nuit Fujisawa, Japon, 23 novembre 2015

Les circonstances d'une technologie sont essentiellement sociales et économiques. Sur IRC, ffoodd, emmanuelc, htmlvv et d'autres échangent à propos de style et contenu. J'ai progressivement appris à me déshabituer de certains sites en y ôtant tout élément stylistique afin de mieux y percevoir le contenu. Cette hygiène du Web m'a permis de mieux comprendre la vacuité de certains sites. L'opération est brûtale. En utilisant ublock, je bloque tout par défaut : image, style, script, etc.

interface de ublock Tout bloquer

Le contenu HTML unique s'exprime et seulement si ce dernier n'est lui-même pas généré pas JavaScript. Dans certains cas, j'ai ajouté un style propre en utilisant le add-on Stylish. Voici par exemple un avant/après (en grand).

reconstruction de style Une fois tout bloqué et reconstruit

Dans le dépouillement, l'absence de substance se révèle.

Sa passion malheureuse tenait pour lui du mystère.

Hubert Haddad, Ma.

Je crois que la conversation a pris des chemins de fortune et du style/contenu, nous avons lentement dérivé vers les générations pour finalement s'échouer sur les rivages du fleuve -webkit-. Il me faudra expliquer pourquoi les autres navigateurs sont obligés d'implémenter les préfixes. Mais ce sera pour un autre jour.

Vide Grenier

JavaScript est le nouveau PHP. WordPress passe à Node.

La confusion extrême des politiques vis à vis des technologies informatiques telles que le chiffrement. If a terrorist is suspected of using a Toyota as a car bomb, it’s not reasonable to expect Toyota to start screening who it sells cars to, or to stop selling cars altogether. And yet, this is the line of questioning that has besieged the cryptography community immediately after the Paris attacks. A simple mention of my encryption software in an Arabic-speaking forum is enough to put me on the receiving end of press inquiries such as “are you aware of any terrorists using your software? Do you feel it’s your responsibility to monitor terrorist activity?” Or, more bluntly, do I feel like I’m complicit in aiding terrorists, by the simple fact that I write cryptography software or currently do PhD research in applied cryptography?

Les films des grand-parents. Je n'ai vu qu'une fois les quelques films 9mm noirs et blancs muets tournés par mon grand-père. Ils montraient une époque inconnue, des gens disparus dans un environnement qui m'était encore familier. Les quelques bobines racontaient un pan de notre histoire familiale sur une vingtaine d'années environ. Des 20 ans de la génération de mes grands-parents au mariage de leurs premiers enfants environ.

De l'identité aux identités. Plutôt qu’un débat sur l’identité nationale, des cours de laïcité peu audibles, des colloques sur la déradicalisation, il faut envisager la multiplicité des identités qui traversent nos sociétés, et mettre en place un observatoire national des identités, sans se focaliser sur l’islam. Cessons de présenter systématiquement l’islam comme antisocial. Avec des chercheurs qui travaillent déjà sur ces identités plurielles, on pourrait enfin pointer les véritables problèmes sans aucun angélisme. […] Le jihadisme ne vient pas du communautarisme mais de la désocialisation.

IMAPClient 1.0.0 en python.

February 08, 2016 12:25 PM

Violencelles

devanture de magasin la nuit Fujisawa, Japon, 23 novembre 2015

Sans obligations, je décide de prendre la journée. C'est un jour férié au Japon. Parfois le temps de la respiration lente, du geste ralenti est nécessaire.

Le voyageur, après combien de haltes où nul ne l'espère, se dissout à la fin aux boucles de voyage sans rien avoir appris des espaces. On marche si longtemps, des années, pour oublier ; on pourraît très bien mourir à chaque pas, c'est pour ça qu'on avance. Il faut savoir s'arrêter n'importe où, à m'importe quel moment, et prendre avec délicatesse le pouls de l'impermanence.

Hubert Haddad, Ma.

Le soir, le concert de plusieurs écoles de musique a laissé mes oreilles tendues. J'imagine que c'est une forme d'entraînement pour le futur. Les débutants sur scène et leurs violoncelles—j'avais envie d'écrire « violencelles » cacophoniques— ont un courage immense. Après le concert, il aura fallu se réveiller les sens avec un repas partagé entre amis. Le rire et les conversations passionnées assoupplissent les tensions musicales dissonantes accumulées un peu plus tôt.

Vide Grenier

La ville vint protéger des barbares dans la forêt dangereuse. Elle avait des remparts. Quelle sera notre nouvelle ville ? Les hommes barbares, nous les avions chassés de notre société. Nous en recevions des nouvelles, depuis là-bas, depuis le bord où nous les avions relégués.

Après le « slow food, » le « slow software » What if software, like many things, is better if it's made slowly, with care and attention to detail?

February 08, 2016 12:25 PM

S'élever dans le réflexe

champignon Tsujido, Japon, 22 novembre 2015

La marche se déploie dans la séquence des pas. La régularité permet d'oublier que la propulsion du corps est réalisée par le mouvement des jambes. Et dans cet oubli naît la possibilité du voyage, du plaisir, de la réalisation du temps, du chemin. De même l'écriture et la photographie s'élève dans ce réflexe.

Ce qui a peur en nous avec nous disparaîtra — et le reste n'existe pas.

Hubert Haddad, Ma.

C'est une fois que l'on ne pense plus à planifier son acte de création, que l'on commence à créer.

Un jeune auteur, même vagabond, a des leçons de liberté en retard.

Hubert Haddad, Ma.

Vide Grenier

Japan’s Disposable Workers: Net Cafe Refugees

Gregory Watching the Snow Fall par David Hockney

February 08, 2016 12:15 PM

Le terrain de jeu

mur de jeu rose Tsujido, Japon, 21 novembre 2015

La solitude est bien le seul privilège de l'homme libre…

Hubert Haddad, Ma.

Près du parc de la ville nord, nous avons acheté des cafés au lait à emporter et des brownies. Nous sommes allés dans le parc qui sentait l'automne. Des enfants jouaient ensemble à la balançoire. Dans un des coins, il y a le mur d'une grande propriété avec une maison un peu étrange. Le long du mur, il existe un passage secret avec un petit sanctuaire. Les herbes y sont plus hautes, l'espace moins fréquenté, parfait terrain de jeu pour y élaborer des aventures merveilleuses après l'école. Seul ou en bande, j'imagine la découverte des graminées, des insectes, des morceaux de bois transformés en outils nécessaires pour y sauver le navire en perdition. Oui, ce parc a toutes les invitations de l'imagination, la tendress des aventures de l'enfant.

Vide Grenier

À Tokyo, plongée dans les pensées Par Guillaume Flandre

Les conséquences d'un bureau pour votre entreprise. Phrased another way: Distributed teams let you focus the company time and money where it is most important — on the people and the product. After all, it doesn’t matter how fancy your office is unless you have a product that people want to use.

February 08, 2016 12:00 PM

February 07, 2016

Eric van der Vlist

Les chatons

[fr] Chatons de noisetier surplombant la Corbie. [en] Hazel catkins over Corbie river.

by Eric van der Vlist at February 07, 2016 06:38 PM

Christian Fauré

Architecture des APIs dans les systèmes distribués

Les travaux de Owen Rubel sur les APIs sont très stimulants bien qu’assez controversés (autour de moi personne n’en voit l’intérêt). j’essaye ci-après d’en faire une synthèse très partielle et probablement personnelle.

Dans une architecture logicielle, une API a pour fonction d’assurer ce que l’anglais nomme « separation of concern » que je traduis ici par séparation des préoccupations ou des aspects. Il s’agit de simplifier la vie du développeur en lui offrant des entrées et sorties de communication (I/O) standardisées et découplées de leur implémentation applicative. Cette fonction première des APIs se retrouve dans tous les styles d’API : API pour accéder à du hardware, des OS, des bases de données, des applications,etc.
Ce rôle de standardisation des communications pour assurer une séparation des préoccupations fait aujourd’hui problème dans les architectures distribuées. On peut en effet distinguer les APIs qui se présentent comme une bibliothèque logicielle, où les appels à l’API se font en local, des APIs qui se présentent comme des protocoles où les appels se font à distance (remote). Dans le premier cas l’API est encapsulée dans le logiciel, dans le second elle est exposée à l’extérieur et peut interagir avec tous les composants distribués (proxy, gateway, MQ,..)
Que se passe-t-il dans ce passage ? On passe d’une logique applicative centralisée à une logique applicative distribuée : la fonction de l’API s’en trouve transformée. Dans le premier cas l’API a une fonction privée de séparation des préoccupations alors que dans le deuxième cas elle a une fonction publique de séparation des préoccupation.
Concevoir des APIs pour des architectures distribuées et distantes comme on le fait pour des APIs d’ architectures centralisées serait assurément une erreur de conception d’architecture logicielle. Elle est pourtant fréquente car on continue de gérer au niveau du contrôleur applicatif des tâches qui devraient être gérées au niveau de l’interface de communication qu’est l’API. Que les fonctions de communication et les fonction applicatives soient intriquées et liées entre-elles dans une architecture centralisée n’est pas si grave, mais dans une architecture distribuée, c’est cette pelote initialement privée et interne à l’application que l’on se retrouve à publier sur le réseau.
Une API de protocole dans une architecture distribuée peut-elle encore assurer sa fonction première de séparation des préoccupations quand elle est publiée et exposée ?
Dans toute architecture logicielle distribuée, il arrive toujours un moment ou le travail de séparation des préoccupations trouve ses limites. Avoir du code bien modulaire qui prend en charge les différents aspects applicatifs  fonctionne bien, mais uniquement jusqu’à un certain point. Il arrive toujours un moment – et d’autant plus vite quand on est dans des architectures distribuées –  où des parties de code doivent gérer plusieurs préoccupations. Une conception uniquement basée sur le pattern de séparation des préoccupation est tendantiellement irréalisable dans l’évolution des architectures distribuées. On n’arrive jamais à avoir un puzzle avec toutes ses pièces bien découpées sans jamais avoir de chevauchement ou de pièces en double.
puzzle
Concevoir une architecture logicielle basée sur une séparation des préoccupations c’est comme faire une division : dans certaines situations, par exemple avec les applications centralisées, la division peut donner un résultat entier, mais dans le cas des architectures distribuées la division des préoccupations va avoir un reste. C’est ce reste de la division, cette infime partie de code qui mélange des préoccupations qui sont transverses (cross-cutting) et n’ont pas trouvé de place unique dans le découpage du système, qui va être l’origine de nombreux maux.
Cela va se manifester essentiellement selon le scénario suivant : cet entremêlement de code transverse (cross-cutting) va créer des dépendances entre différents les systèmes composants,  ces dépendances vont être momentanément palliées en faisant de la duplication de code et/ou de data dans le système (scattering), mais cette duplication de code va augmenter l’entremêlement et donc l’entropie du système, on va donc rajouter de nouvelles duplication de code pour y pallier, et ainsi de suite jusqu’à étouffer l’architecture (TTM horrible, calcification du code legacy, coûts d’évolution qui monte en flèche, douleur pour ceux qui doivent le maintenir et le faire évoluer, etc.)
Cette petite portion de code initial qui était transverse va générer une tumeur qui ne va cesser de faire des métastases dans votre architecture distribuée. L’architecture du SI distribué peut alors prendre la figure de l’esprit putride dans Le Voyage de Chihiro de Miyazaki.
architecture putride
Revenons donc à nos APIs de protocole (API Web) et rappelons que ce qu’elles ont de spécifique c’est qu’elle sont exposées sur le réseau, elles sont publiées et non plus encapsulée au sein des applications non-distribuées ou faiblement distribuées. Dit autrement, ces APIs sont partagées.
Des questions se posent : qu’est-ce-qui se joue dans ce partage ? L’API assure-t-elle encore sa fonction première de séparation des préoccupations ? La réponse est non : une API web n’a plus le rôle de séparation des préoccupations mais plutôt un rôle de partage des préoccupations. L’idée est forte, puisque cela revient à dire que, dans un système distribué, il n’y a pas de bonne séparation sans que celle-ci ne repose in fine sur un partage, à condition toutefois de garder à l’esprit que la seule chose que partage une API sur le réseau, ce sont les éléments relatif à la communication. Dans une API Web, ce qui est partagé c’est toute la logique de communication qui se trouve être découplée de la logique applicative. Pour les API encapsulées dans les applications, les logiques de communication et les logiques métiers étaient fortement couplée au niveau de l’API . Ce défaut était sans conséquence dans une architecture centralisée, mais il devient critique dans un système distribué : ne pas découpler la logique de communication – les messages, les requêtes et les réponses – ce que j’appelle la logique épistolaire des systèmes distribués – de la logique applicative peut hypothéquer l’évolution et l’avenir d’un système.
Cette séparation qu’opère une API entre couche de communication et couche applicative n’est pas une séparation des préoccupations : c’est un partage des préoccupations de communication qui conduit à une séparation des services. Cette proposition a son importance pour une architecture qui va vers les microservices ; en effet une architecture de type microservices ne respecte plus le pattern de séparation des préoccupations, uniquement celui de séparation des services.
Le rôle d’une API de protocole n’est pas de séparer les préoccupations mais de partager les préoccupations pour pouvoir séparer les services.  
Concrètement, quels sont les éléments de communication que doit partager une API web ? Les end-points, les règles d’autorisation et les rôles, les règles de formatage des ressources, des requêtes et des réponses, la gestion des batch plutôt que de la déléguer au controleur applicatif, etc. Tout ceci n’a rien à faire au niveau des méthodes de la logique applicative et doit être traité en amont et en aval, précisément au niveau des communications. Toute la couche du protocole de communication doit gérer les requêtes et les réponses dans les handlers et les intercepteurs, de sorte que le contrôleur applicatif puisse se concentrer sur la logique métier. Aussi, le contrôleur applicatif n’est pas le end point de l’API web puisque le end point, en tant que point d’entrée de l’API,  relève pleinement de la couche de communication ; plus exactement nous dirions que dans l’API il y a l’intercepteur qui joue une fonction de resolver de end-point là où il y a des end-point résolus au niveau du contrôleur applicatif.
Au final la fonction de partage que joue l’API va être concentrée dans un fichier de configuration avec les métadonnées de communication (tout çà pour un fichier de conf  diront certains).
J’essaye de résumer la thèse ici présentée : on ne peut pas réaliser une séparation complète des préoccupations dans les systèmes distribués, il y a toujours des parties de code qui vont être transverses. Il ne faut donc pas masquer ce qui est transverse mais le partager car ce partage permet d’avoir une séparation claire et efficace entre les services de communication et les services applicatifs. Ceux qui prônent la séparation des précoccupations comme pattern des architectures microservices font une confusion car c’est le pattern de séparation des services qui est premier dans ce contexte. Séparation des préoccupations et séparation des services sont deux patterns complètement différents.
Signaler sur Twitter

by Christian at February 07, 2016 05:33 PM

February 06, 2016

Eric van der Vlist

Les bulbes

[fr] Crocus et perce-neiges. [en] Crocus and snowdrops.

by Eric van der Vlist at February 06, 2016 05:36 PM

February 05, 2016

Eric van der Vlist

David Larlet

★ Co-organisation de conférences

Tickets are earned, not bought

In Edgeryders tradition, anyone should have access to knowledge and meaningful experiences whether or not they have the financial means for that. However, we don’t have the resources to grant free-as-in-beer access, so we are asking people who come to contribute their skills in exchange for the tickets.

In order to come, you have to complete up to 3 tasks, as per the instructions in each. We will be adding new tasks every week, so there is always something to choose from. There are two types of tasks:

  1. Worth a whole ticket: Tasks to contribute content, such as proposing a session, a workshop, a talk; contribute a case study on failure in one of the key conference tracks (open care track, development track, tba); lead documentation of the event; or anything that you want to propose and is OKed by organisers
  2. Worth part of a ticket: Organisational tasks such as leading community calls in the runup of Lote, cooking on site, compiling newsletters, social media sharing etc.

We are keeping track of all contributions in this spreadsheet. If you end up contributing more than one ticket, you can safely transfer your “completed tasks” to another participant.

Ticket policy | Edgeryders (cache)

Cela me rappelle la comptabilité de DevOpenSud qui est ouverte et qui permet de savoir en temps-réel quel est le coût final du ticket à régler. Un montant indicatif est estimé au départ pour avoir un pot commun et il est ensuite réajusté (généralement à la baisse) en fin d’évènement.

Il y a beaucoup de choses à explorer pour changer la relation organisateur/conférencier/spectateur et la proposition est toujours la même : tous participants pour fluidifier les échanges et encourager l’intelligence collective. Passer du être ensemble au faire ensemble.

On n’achète plus un billet mais on devient membre d’une association qui porte le projet auquel on peut participer financièrement et/ou par un travail avec une gouvernance démocratique. La conférence n’est plus un évènement ponctuel mais un bien commun qui vit tout au long de l’année, que l’on s’approprie et que l’on fait évoluer ensemble.

February 05, 2016 11:00 AM

February 04, 2016

Eric van der Vlist

Mimétisme

[fr] Cygnes ou bouées? [en] Swans or buoys?

by Eric van der Vlist at February 04, 2016 04:05 PM

February 03, 2016

Eric van der Vlist

Raquettes enchantées

Je viens de recevoir la confirmation de mon inscription à la randonnée en raquettes dans le versant nord des Encantats! Cette randonnée est organisée par Natura, l’association avec laquelle j’ai randonné sur la HRP cet été. Les conditions sont les mêmes : randonnée itinérante de refuge en refuge, la durée des étapes est un peu … Continue reading Raquettes enchantées

by Eric van der Vlist at February 03, 2016 11:21 PM

Le parapluie

[fr] Ombre de parapluie. [en] Umbrella’s shadow.

by Eric van der Vlist at February 03, 2016 03:01 PM

February 02, 2016

Eric van der Vlist

Dada

[fr] Biocoop Dada. [en] Biocoop Dada (fr).

by Eric van der Vlist at February 02, 2016 07:20 PM

February 01, 2016

Eric van der Vlist

David Larlet

★ Programmation et appréhension

It’s unnecessary and complicated at almost every layer. At best I can congratulate someone for quickly and simply solving a problem on top of the shit that they are given. The only software that I like is one that I can easily understand and solves my problems. The amount of complexity I’m willing to tolerate is proportional to the size of the problem being solved.

I hate almost all software (cache)

Les deux derniers cours ont été dédiés au développement de petites fonctionnalités qui ont permis de révéler que la compréhension de JavaScript est bien éloignée de la pratique.

Deux points bloquants ont été remontés par les étudiants :

  • la syntaxe difficile à appréhender et l’on en revient à l’abstraction ;
  • les concepts liés à la programmation qui demandent du temps pour être assimilés.

Syntaxe et abstraction

Du coup j’ai revu ma copie une dizaine de fois (merci ##openweb) pour arriver à l’abstraction suivante :

window.$ = selector => Array.from(document.querySelectorAll(selector))
window.$$ = document.querySelector.bind(document)
window.on = Node.prototype.on = Array.prototype.on = function(type, ...rest) {
    let listener
    if (typeof rest[0] === 'function') {
        listener = rest[0]
    } else {
        const [targetNodeName, innerListener] = rest
        listener = function(event) {
            if (event.target.nodeName.toLowerCase() === targetNodeName) {
                innerListener(event)
            }
        }
    }
    Array.concat(this).forEach(element => element.addEventListener(type, listener))
}
window.$.on = window.on.bind(document)
window.trigger = Node.prototype.trigger = function(type, detail) {
    const event = new CustomEvent(type, { detail: detail })
    this.dispatchEvent(event)
}
Array.prototype.trigger = function(type, detail) {
    this.forEach(element => element.trigger(type, detail))
}
window.$.trigger = window.trigger.bind(document)

Moins de 30 lignes pour réussir à avoir du JavaScript qui permette de sélectionner des éléments et d’y associer des évènements de manière plus simple dans un contexte didactique. Un tel code permettant ensuite d’écrire :

function tests() {
    // Attaching/passing events for all titles.
    $('h1').on('changeColor', event => {
        console.log('changeColor received', event.detail)
        event.target.classList.add(`turn-${event.detail.color}`)
    })
    $('h1').on('click', event => {
        // Intentionally overcomplicated :-).
        console.log('changeColor triggered', event.target)
        event.target.trigger('changeColor', {color: event.target.innerHTML})
    })
    // Event delegation for a single item (works with many too).
    $$('ul').on('click', 'a', event => {
        event.preventDefault()
        console.log(event.target.innerHTML)
    })
    // Anonymous pub/sub.
    $.on('anonymousEvent', event => {
        console.log('anoynmous event received')
    })
    $.trigger('anonymousEvent')
}
on('DOMContentLoaded', tests);

C’est déjà mieux. Si je devais aller plus loin, je pense que je me tournerais vers des solutions comme RiotJS qui ont une approche par composants web et une barrière à l’entrée relativement basse. Il y aurait du matériel pédagogique à créer dans ce domaine, peut-être plus utile qu’un n-ème framework JS/CSS.

Concepts et algorithmes

Ici le blocage se situe dans le découpage fonctionnel et la peur de la page blanche. Et aussi peut-être un peu dans l’appréhension qui entoure tout ce qui a trait au code.

J’ai essayé de les faire travailler en amont, de leur fournir un canvas où ils n’avaient plus qu’à compléter les parties manquantes, de commencer par définir la logique avant de coder mais aucune des approche n’a vraiment portée ses fruits. La contrainte de temps était peut-être trop importante pour ce que j’ambitionnais mais pour introduire des interactions avec l’utilisateur il faut au moins savoir manipuler des éléments et y associer des évènements… sinon on reste dans la théorie.

Les savoirs s’acquièrent dans le temps, la pratique et la répétition. Il est difficile d’évaluer l’impact que l’on peut avoir dans une transmission. Parfois cette itération sera percutante, parfois elle se révèlera dans la durée, d’autres fois elle aura été complètement inutile. Ces interrogations sont probablement le quotidien de tout enseignant.

February 01, 2016 11:00 AM

January 31, 2016

Eric van der Vlist

January 30, 2016

Eric van der Vlist

January 29, 2016

Eric van der Vlist

Le rappel

[fr] Détritus piégés par un rappel (ressaut hydraulique). [en] Garbage caught in an hydraulic jump.

by Eric van der Vlist at January 29, 2016 06:08 PM

David Larlet

★ Réduire, expérimenter et bouger

Rester, c’est exister : mais voyager, c’est vivre.

Gustave Nadaud

Réduire

Réduire les contraintes, réduire les possessions, réduire le bruit, réduire mon alimentation. J’ai eu l’impression de m’imposer beaucoup trop de choses ces dernières années et il est temps de réajuster le cap. Il faut que j’apprenne à me libérer de ce qui m’étouffe et me stresse, de ce qui me rend sédentaire et m’oppresse.

Dans la réduction, il y a aussi l’idée d’extraire de l’eau pour augmenter la saveur, de réduire le bruit pour augmenter le signal.

Expérimenter

Plus que jamais envie d’essayer des choses. Peut-être éphémères, peut-être futiles, peut-être techniques, peut-être même inutiles. (Non, je ne parle pas de React. :p) Expérimenter pour le fun et pour savoir ce qu’il advient lorsque je deviens acteur sans forcément chercher à maîtriser tout ce qu’il se passe. Essayer, apprendre, recommencer et/ou changer à différents niveaux.

Aquarelle, trottinette, calligraphie, musique, caricature, sports divers et variés, cuisine, chant et sûrement pleins d’autres auxquels je ne pense pas.

Bouger

Être père me donne une certaine responsabilité dans le choix de l’environnement que je choisis pour évoluer et transmettre dans la bienveillance. Un microcosme familial ne suffit pas/plus pour limiter les agressions systémiques et il faut trouver un environnement adapté plus large pour qu’un accompagnement dans l’autonomie et l’acquisition de savoirs puisse s’effectuer dans de bonnes conditions.

Cette année sera dédiée à trouver un lieu et une ambiance adéquats pour instruire de manière sereine, fût-il à l’étranger.

Dans les épisodes précédents

January 29, 2016 11:00 AM

January 28, 2016

Eric van der Vlist

La coronille

[fr] Fleurs de coronille. [en] Coronilla blooming.

by Eric van der Vlist at January 28, 2016 06:46 PM

January 27, 2016

Eric van der Vlist

La vieille branche

[fr] Une branche morte. [en] A dead branch.

by Eric van der Vlist at January 27, 2016 02:41 PM

January 26, 2016

Eric van der Vlist

January 25, 2016

Eric van der Vlist

Le pont

[fr] Pont de Sèvres. [en] Pont de Sèvres.

by Eric van der Vlist at January 25, 2016 03:26 PM

Karl Dubost

Les lectures qui grincent

Tatami Tsujido, Japon, 18 novembre 2015

Dans ce roman de Hubert Haddad, un caillou s'est installé dans ma lecture. Peut-être deux. Le nom du personnage féminin chuchotte en fond de page un (mauvais) film étasunien sur les geishas. Et ce qui ne devrait être qu'une anecdote devient un bruit de fond très désagréable.

Un autre élément casse le rythme de ma lecture. Je trébuche, je suis ralenti, la lecture devient pâteuse. L'auteur invite des éléments historiques, romanesques du vieux Japon qui semblent mal s'articuler avec le reste de l'histoire. Le contraste est d'autant plus manifeste suite à la lecture tellement désinvolte et non moins robuste du Golovanov, Espaces et labyrinthe, dont les références historiques et culturelles se tissent dans un contexte contemporain avec aisance et élégance. Hubert Haddad semble vouloir convier une certaine idée du beau qui ressemble beaucoup plus à un japonisme de salon, un cabinet de curiosité. Je poursuis la lecture avec l'espoir de la légèreté.

C'est ainsi : la mémoire se couvre de buée jusqu'au prochain rendez-vous.

Hubert Haddad, Ma.

Page 40. Ma lecture s'est accélérée. Elle ne me ralentit que sur les passages du texte qui semblent naturels. Deux chapitres et toujours « trop de Japon » plutôt qu'une histoire au Japon. Je m'interroge. Quel est le parcours de l'auteur avec le Japon ?


Aujourd'hui, Jean est mis en terre couvert de fleurs. Je ne suis pas là-bas. Je suis ici. Je suis là-bas. Je ne suis pas ici.

Vide Grenier

Un article à propos des emojis et de l'accessibilité. Emoji sont beaucoup plus qu'une image, ils sont décrits dans unicode par un nom qui représente leur sens. Et on oublie bien souvent qu'il vous est tout à fait possible de créer votre propre police d'émojis. Il y a encore relativement peu de symboles et je suis surpris qu'il y ait encore si peu de polices. I want to frame the work we did on the timeline around web accessibility. Web accessibility — the idea that something should be fully-usable for all users regardless of disability status — is something we need to place as a higher priority on our websites. We do things like subtitling all of our videos and releasing the .srt file over our API and employing progressive enhancement to ensure that no content is withheld from visitors using older / alternative web browsers. But turning on VoiceOver and having my computer read an object page recently revealed some of the many opportunities to improve accessibility on the site.

Bernard Stiegler à propos des récents événements autour de Daech. Bernard Stiegler. – Non. Que veut dire ce “nous” ? Ils sont en guerre, pas moi. La guerre est économique, c’est la leur, et elle fait des victimes, dont moi, qui ne dors plus la nuit, non pas à cause des terroristes, mais à cause de l’absence d’avenir de mes enfants. Ce n’est pas de guerre contre Daech qu’il s’agit, mais de guerre économique et mondiale, qui nous entraînera dans la guerre civile si nous ne la combattons pas.

In Google Chrome extensions, Ghostery est ignoré. J'aimerais avoir une analyse comparative. Google, claiming that Chrome is the safest web browser out there, is actually making it very simple for extensions to hide how aggressively they are tracking their users. We have also discovered exactly how intrusive this sort of tracking actually is and how these tracking companies actually do a lot of things trying to hide it. Due to the fact that the gathering of data is made inside an extension, all other extensions created to prevent tracking (such as Ghostery) are completely bypassed. […] Are Firefox extensions any better? To be honest, no.

Très bon article sur la génération d'un nombre aléatoire pas si aléatoire. Long story short, if you’re using Math.random() in V8 and you need a sequence of random numbers that’s reasonably high quality, you shouldn’t use more than about 24,000 numbers. If you’re generating multiple streams of any substantial size and don’t want any overlap, you shouldn’t use Math.random() at all.

Comprendre les mouvements dans les films de Kurosawa.

Hubert Haddad parle de son approche avec le Japon. Je me le demande encore, par-delà ma fascination pour cette pure entité romanesque que sont la culture et la civilisation nippones. J’étais parti en Haïti en février 2012, deux ans après le tremblement de terre qui détruisit Port-au-Prince, un an après le seisme et le tsunami qui ravagea la côte nord-est de Honshū, la plus grande île du Japon, et j’étais hanté par tout ce que j’avais pu voir, sans nullement me déterminer à écrire quoi que ce soit. Et puis en rentrant de Haïti je me suis mis à écrire des haïkus sans motif, en fait ceux-ci au début me venaient aux lèvres au milieu de la nuit, dans un demi-sommeil, j’en ai écrit à la fin près de mille dont une grande partie font la matière du recueil (Les haïkus du peintre d’éventail). Cette inspiration insolite à pris tout son sens quand un personnage m’est apparu en la figure de Matabei Reien: c’était lui l’auteur présumé des haïkus! Autour de Matabei, s’est aussitôt construit un monde flottant, né d’affects divers, et la pension de dame Hison dans la contrée d’Âtora, le jardin labyrinthe de maître Osaki, la forêt de bambous au-dessus du lac Duji, se sont mis en place exactement comme dans ces rêves qui vous font croire à une vie antérieure. Mais je ne me l’avouais qu’à demi en écrivant cette fiction totalement inventée, aussi proche d’ailleurs d’un Hermann Hesse que d’un Kawabata: c’est le cataclysme annoncé de Fukushima qui en fut l’origine et la fin.

January 25, 2016 01:39 PM

Les tremblements de la maison de papier

Opacité sombre de fenêtres Tsujido, Japon, 18 novembre 2015

Cet après-midi, ils vont venir. Il est nécessaire de dégager l'espace d'une des salles tatami qui offre un accès aux sous-bassements, ainsi qu'au rez-de-chaussée et à l'étage, les trappes dans les oshire qui donnent voie à la charpente. « Ils » (je ne sais pas combien ils seront) viennent vérifier si la maison de papier répond suffisamment bien aux normes sismiques. Une simple rénovation ne peut s'envisager sans cette étape. Si la maison est trop faible après ces 30 ans d'existence, elle sera détruite et une autre sera reconstruite. Si il est possible de corriger ses faiblesses à moindres coûts, alors des interventions pour le renforcement de certains murs permettra de remonter son score global à la résistance d'un tremblement de terre selon les critères choisis et opaques de la municipalité. L'éventualité de la destruction, je ne peux m'y résoudre, tant son corps, sa personnalité m'auront déjà tant séduit au long déjà de ces deux années passées, et tout cela malgré le froid de l'hiver.

Le fugitif de sa propre vie se soucie peu des motifs de l'impermanence.

Hubert Haddad, Ma.

Ne pas baisser les bras avant le compte-rendu définitif. Je crois que c'est l'objectif. Nous avons la capacité de nous complaire dans la possibilité des scénarios catastrophes. Une tournure probable pour imaginer l'aventure, nous aimons nous apeurer.

La peur de devenir fou est le début de la folie. Il fallait absolument que j'échappe aux fantômes de mon invention.

Hubert Haddad, Ma.


« Ils » étaient deux, habillés en combinaison de travail gris impeccable. L'uniforme réalise en partie la désignation du rôle. Discrets pendant l'enquête qui dura trois heures, nous avons pu continuer à travailler. Les voisines respectives de chaque côté de la maison ont joué leur rôle de sentinelles ou bien attirées par l'opportunité d'un commérage de quartier. Entre le lien social et le besoin de vie privée, au Japon, la prosmicuité déborde à portée de voix. Il est important de pouvoir nourrir les conversations du voisinage. Les questions se prolongent pour l'une d'elles. Je sors pour la rassurer après deux ou trois « daijobu » (ok) de plus en plus affirmatif. Le bernard-l'hermite rentre dans sa coquille derrière son rideau, où elle continuera probablement d'observer. Pendant ce temps, l'homme en gris peut travailler. La maison semble a priori saine. Ils établiront un rapport plus circonstancié sans les rencontres des frontières à portée de hochement de têtes. L'impatience attise. Quelles seront leurs conclusions ?

Nul n'est à même de veiller sans renoncement. Le souffle ajuste l'instruction du vide.

Hubert Haddad, Ma.


Une réflexion sur IRC à propos de la compétence et l'expérience «  il me semble qu'on court beaucoup plus derrière la compétence que l'expérience (concerne moins de monde aussi, pas aux mêmes postes non plus) » m'a interrogé et je demande si l'enjeu n'est pas plutôt la longévité de notre expérience dans le monde moderne. Un agriculteur, un potier avait le temps d'optimiser, de travailler sur leurs compétences qui devenaient de plus en plus une expérience. Le résultat est normalement l'accession à un produit de qualité, une recherche de continuité dans cette qualité. Mais peut-être est-ce une forme de romantique, car un ouvrier à la chaîne dans une usine textile du 19eme siècle n'avait pas de temps dans la recherche de son excellence, abruti du travail de journées interminables.

Vide Grenier

Regex et python, des options non documentées. The scanner is a property of the underlying SRE pattern object where the engine keeps matching after it found a match for the next one.

Dans un article par Luc Le Vaillant à propos de Yasmina Reza: Je me crois éternel, même si la montée des eaux commence à menacer mon inconséquence d’autruche.

Quand les bourgeois sont aveugles des dysfonctionnements de la société. Je suis ultra-privilégié et pourtant à chaque fois que je retourner à Paris, je ne peux m'empêcher de déplorer le coût d'accès aux plaisirs qui sont offerts. Non pas que je ne puisse pas me les offrir, mais parce-que je ne vois pas comment les autres, dans ces circonstances sociales et économiques, pourraient y accéder. Et tout ceci, n'est que la pointe de l'iceberg comme le dit André Gunthert. Non, tout le monde ne vit pas dans la liberté, l’égalité et la fraternité dans notre République. Les manifestations de ce que le premier ministre a qualifié d’ «apartheid territorial, social, ethnique», la mort de Zyed et Bouna, les contrôles au faciès, la discrimination à l’embauche, tous ces symptômes jugés secondaires et vite glissés sous le tapis d’une République irréprochable me sont réapparus avec force lors de la récente soirée consacrée par l’EHESS à la mobilisation pour les migrants, au cours de laquelle j’ai pu entendre s’exprimer des gens qui ne sont pas invités par Laurent Ruquier.

Sans JavaScript. Depuis 2 mois (?), je navigue avec ublock bloquant tout par défaut, ce qui donne des choses comme cela. Les plus gros problèmes 1. Les sites qui ne s'affichent plus du tout 2. Les sites dont tu aimerais voir juste certaines parties du style 3. Savoir à quoi correspond un des domaines (traqueurs, scripts, images) ? Il devient de plus en plus tentant d’avoir un navigateur (ou profil) de lecture/navigation sans JavaScript et un autre pour travailler… ou peut-être faire en sorte que mon travail ne participe pas à en rajouter une couche. Pas facile.

January 25, 2016 01:08 PM

January 24, 2016

Eric van der Vlist

Le cornouiller

[fr] Fleurs de cornouiller. [en] European Cornel flowering.

by Eric van der Vlist at January 24, 2016 05:39 PM

January 23, 2016

Eric van der Vlist

Le tronc

[fr] Tronc de séquoia géant. [en] Giant redwood trunk.

by Eric van der Vlist at January 23, 2016 05:15 PM

January 22, 2016

Eric van der Vlist

La pluie

[fr] Le Pont au Double par temps de pluie. [en] It’s raining over the Pont au Double.

by Eric van der Vlist at January 22, 2016 07:02 PM

Karl Dubost

Transitions

Opacité sombre de fenêtres Tsujido, Japon, 18 novembre 2015

Les mousses riaient. Un brouillard chaud avait tout enveloppé autour de « la colline où on voyait la mer. » Oui. Peut-être devrions nous renommer Hamami-yama en Hamamita-yama. Juste pour noter que dans les rêveries du passé, il y avait là un possible. Pour reconnecter le passé et son présent.

J'ai achevé Fourbis de Michel Leiris malgré son anomalie d'un livret double et de l'autre manquant. Je regarde la pila à lire. Je prends un livre, puis le repousse, un second, non toujours pas. Ah il y a bien celui avec le titre Manazuru mais je me suis promis de le débuter in-situ, au lieu d'où il tire son titre. Voyager en comptant les stations le long de la ligne Tokaïdo permet d'atteindre le port fantôme de Manazuru. C'est de ce cimetière où j'avais senti l'encens que je veux commencer la lecture de la première page.

Je prends finalement Ma de Hubert Haddad avec le caractère 間 sur la couverture, la porte (門) encadre le jour (日). Le roman est précédé d'une citation imprimé sur un papier léger et tendre dont je remarque la souplesse entre mes doigts.

C'est ainsi, il pleut
je suis trempé
je marche

Taneda Santoka.

Je tourne la page, avec le corps trempé, mais résolu à progresser et la première phrase rappelle le choix du livre. C'est peut-être celle-ci qui m'avait accroché dans les rayons de la librairie. Nous ne savons jamais vraiment pourquoi nous choisissons une lecture et pourquoi nous décidons de consacrer quelques heures de notre vie à l'absence du réel.

La marche à pied mène au paradis ; il n'y a pas d'autre moyen d'y parvenir, mais il faut marcher longtemps.

Hubert Haddad, Ma.

L'histoire se poursuit aussitôt avec une description des ruelles de Golden Gai. Il me faut envoyer ce passage à Olivier. Nous en parlions encore le mois dernier. Il y mentionne aussi Todai, Arakawa près de Nippori. Les lieux sont familiers, l'accumulation dans le livre semble étrange.

La place où je m'assoie habituellement a été prise. D'une autre table, je bascule dans un univers différent. Un autre client, ce matin, dont j'aperçois les cheveux noirs, les oreilles dégagées et sa veste gris charbon sur ses épaules. Il laisse son stylo, son agenda et ses feuilles agraffées pour aller fumer une cigarette à l'extérieur. Je n'en vois que les volutes. Le brouillard nous donne la part de l'imagination, le déplacement, tout ce qui semble et n'est pas.

Vide Grenier

La politique arabe de la France. Les massacres parisiens perpétrés par des terroristes fanatiques sont politiques.

Paris, France, 13 novembre. J’entends les va-t’en-guerre, et j’ai peur. J’ai l’impression d’être en 1914.

Le double standard. On ne dira jamais assez à quel point le double standard érigé en principe politique au Moyen-Orient a nourri le ressentiment, instrumentalisé en haine par les entrepreneurs identitaires de tous bords. Alors oui, soyons réalistes, demandons l’impossible. Exigeons que la France mette un terme à ses relations privilégiées avec l’Arabie saoudite et le Qatar, les deux monarchies où l’islam wahhabite est la religion officielle, tant qu’elles n’auront pas coupé tout lien avec leurs épigones djihadistes, tant que leurs lois et leurs pratiques iront à l’encontre d’un minimum décent d’humanité.

En Corée du Sud, la volonté de contrôler la mémoire sur les livres scolaires. Tens of thousands of people wearing plastic raincoats filled a City Hall plaza in downtown Seoul, brought together by a host of antigovernment grievances, including Ms. Park’s recent decision to replace privately published school history textbooks with a uniform, government-issued text.

Belle encre

January 22, 2016 01:24 AM

January 21, 2016

Eric van der Vlist

L’épouvantail

[fr] L’épouvantail du jardin pédagogique du parc de l’île de la Jatte. [en] A scarecrow in île de la Jatte‘s pedagogical garden.

by Eric van der Vlist at January 21, 2016 04:07 PM

January 20, 2016

Eric van der Vlist

La banquise

[fr] L’étang de Boulogne est gelé. [en] A frozen pond.

by Eric van der Vlist at January 20, 2016 03:52 PM

January 19, 2016

Eric van der Vlist

Le romarin

[fr] Fleur de romarin. [en] Rosemary‘s flowers.

by Eric van der Vlist at January 19, 2016 03:58 PM

Karl Dubost

Après la guerre

arbre rond avec un trou dans le feuillage Fujisawa, Japon, 15 novembre 2015

Aussi démoralisante que soit notre condition et franchement détestable que nos institutions la fassent pour le grand nombre — ce qui accentue mon malaise en y mêlant de la mauvaise conscience — puis-je tout à fait désespérer et renoncer à découvrir un programme autre que l'abandon à l'ondoiement des envies et répulsions personnelles ou que d'utilitarisme chagrin, tant que ce monde m'apparaît le lieu où ont surgi une quantité même infinitésimale de gestes et de mots en lesquels un accord humain se formulait, si l'on peut dire, à l'état pur et qui (fût-ce dans le seul éclair d'un coup heureux de dés) s'organisaient en cristaux d'un dessin si parfait qu'ils me faisaient crier merveille ?

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Dans une vidéo, un enfant et son père répondent à un journaliste. Ils sont devant l'un des lieux des assassinats récents. L'enfant répète les mots de son père : « Les fleurs et les bougies vont nous protéger. » Et c'est en effet là le message. On ne se protège pas de la barbarie par la barbarie réciproque. L'enfant n'est pas dupe. Une fleur n'arrêtera jamais une balle. Mais c'est bien l'enjeu de ces événements. Il est nécessaire de déplacer le terrain du débat. On n'a jamais dans l'histoire de ce monde annihiler la violence par la violence. Lorsqu'une guerre est menée et qu'elle définit un vainqueur et un vaincu, alors juste à ce moment là le travail commence pour reconstruire le lien social, pour le vivre ensemble, pour aimer l'autre. Ce travail prend bien souvent plusieurs générations et même avec le temps et la proximité géographique, il est parfois à peine entamé. Comme le Japon et ses voisins proches qui n'ont toujours pas trouvé de chemin de paix sereine. On parle beaucoup d'urgence. Beaucoup trop. On ne parle que très peu de la reconstruction ou dans ce cas nous devrions plutôt dire de construction sociale, puisque le lien social était si infime, qu'il ne s'est jamais réalisé.

Vide Grenier

Un enfant s'exprime. C'est pour nous protéger les fleurs et les bougies.

Clochix résume relativement bien les hésitations et les circonstances de ma propre pensée. Les joutes oratoires des politiques et les lois votées dans la précipitation de l'urgence ont des conséquences dangereuses pour notre société sur le long terme. Les lois liberticides sont très rarement abrogées. Et elles sont souvent utilisées dans un contexte qui déborde l'objet premier de leur mise en application. Qui n'a jamais utilisé le manche d'un tournevis pour planter un clou. Il ne faut pas se laisser dominer par sa peur, mais il ne faut pas non plus se tromper de danger. À mesure que les heures passaient dans la nuit de vendredi à samedi, je prenais conscience d’être encerclé, coincé entre le marteau et l’enclume, comme l’a fort justement titré quelques heures plus tard l’éditorial de Bastamag. Entre les haineux qui tirent dans le tas et ceux qui exploitent l’occasion pour affermir leur contrôle. Et, en définitive, les seconds sont bien plus dangereux que les premiers.

L'aventure ou la radicalisation. Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l'aventure, pour se venger, parce qu'ils ne trouvent pas leur place dans la société… Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l'islam radical. La religion n'est pas le moteur de ce mouvement et c'est ce qui en fait sa force. C'est pour cette même raison que placer la déradicalisation sous ce seul filtre ne pourra pas fonctionner.

January 19, 2016 07:40 AM

Une certaine forme de dénuement

Train et passage à niveau Shichirigahama, Japon, 16 novembre 2015

Parmi ces poussières de notre passé qui nous émeuvent d'autant que leur contenu paraît hors de proportion avec son infime contenant (amorces de quelque chose de capital que le sort a laissé en souffrance ou qui pour être, n'avait pas même besoin de se produire), parmi ces événements si minces qu'on s'étonne presque de garder en mémoire mais qui fulgurent ça et là dans le fatras de notre vie, figurent pour ce qui me concerne—et, vraisemblablement, ce qui concerne chacun— certaines caresses tout à fait anodines, parfois réduits à un geste apparemment négligeable quoique donnant l'illusion (mais était-ce bien une illusion ? ) qu'il vous lie, autant que l'acte amoureux, à une créature dont le nom même n'est pas forcément connu.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

À l'aube et déjà le regard baigné du crépuscule, aujourd'hui, la journée semble futile. Alors, plutôt que de se réfugier tout entier dans le travail, d'échapper au harcèlement des heures et aux émotions du trop plein, je lui propose d'aller au bord de l'océan du côté de Shichirigahama. Là bas, il y a le Pacifique, l'espace ouvert et une certaine forme de dénuement. La ligne Enoden, le train vert qui remonte le temps, en semaine est beaucoup plus praticable que le week-end. Les curieux ne sont pas là. Les écoliers et les personnes agées empruntent la ligne entre Kamakura et Fujisawa. Le soleil se glisse dans chaque respiration. Les yeux fermés, nous apprenons le son. Les yeux ouverts, nous considérons l'humanité. Deux jeunes femmes amies se sont assises sur le parapet face à l'océan. Je compare la rondeur du monde à celle de l'océan. Et je choisis de m'inscrire dans la simple immensité de ce moment. La beauté est à portée de doigts.

Enoshima et la plage Shichirigahama, Japon, 16 novembre 2015

Vide Grenier

Le shibuya qui nous impressionne tous lors de nos premières visites à Tokyo était juste une terre agricole. Et depuis quelques années, le quartier est en plein bouleversement architecturale, une fois de plus. Indeed, Shibuya was left out of Tokyo’s first 15 wards when the city was first founded in 1889. Rich with land, the district became known for its tea fields and dairy farms. As Shibuya was close to the center of the capital, however, the district would soon be overflowing with factories and shops.

Le malabar publicitaire par Maciej. The prognosis for publishers is grim. Repent! Find a way out of the adtech racket before it collapses around you. Ditch your tracking, show dumb ads that you sell directly (not through a thicket of intermediaries), and beg your readers for mercy. Respect their privacy, bandwidth, and intelligence, flatter their vanity, and maybe they'll subscribe to something.

January 19, 2016 06:49 AM

Ce que l'on sent

feuilles de lotus Fujisawa, Japon, 15 novembre 2015

Dans le lieu de méditation qu'est le désert naturel comme dans le désert qui m'environne encore quelquefois quand je m'assieds pour écrire, je ne me crois ni plus pur ni plus détaché qu'aux instants où je prends ma part de l'habituel hourvari et je ne rumine pas non plus, avec chagrin, l'idée que je suis séparé ; bien plutôt, je me penserais devenu réellement microcosme, comme si le monde réduit aux idées que je manie ou à l'extériorité inerte que je vois appartenait, dans toute sa folle diversité, au solitaire que je suis, sans intrusion vivante m'empêchant de me l'incorporer pour qu'en moi tout soit résumé.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Du Japon, l'encens pour penser à Jean, pays des fumerolles et du grondement intérieur, la masse compacte et intérieure des sentiments est secouée. Tout s'ébranle, la mémoire en mouvement sourd des entrailles. Nous aimerions alors revoir dans une salle sombre au son du projecteur super 8 les vieux films que Jean et Madeleine avaient filmé. Il me faudra tenter d'en réaliser une copie. La bobine se déroule. Sa grand-mère est morte il y a près d'un an. Le moine chante Bouddha. Le marbre est lavé. L'eau et les fleurs sont changées. L'encens est brûlé. Nous apaisons le fracas du monde.

bâton d'encens Fujisawa, Japon, 15 novembre 2015

Vide Grenier

Nous n'avons pas besoin de conquérir le monde, il suffit de trouver sa propre communauté. Reading this piece about how Twitter is a pyramid scheme helped me realize that what I want more than anything is to be part of an online micro-community.

January 19, 2016 03:25 AM

January 18, 2016

Eric van der Vlist

Le New-Yorkais

[fr] Les Enfants du Monde (Rachid Khimoune) : Jim le New-Yorkais. [en] The Children of the World (Rachid Khimoune): Jim the New-Yorker.

by Eric van der Vlist at January 18, 2016 05:15 PM

Karl Dubost

Morbide

Paris sur un fond noir Tsujido, Japon, 14 novembre 2015

L'éveil fût long. La semaine intense, comprenant la préparation d'une présentation pour la compatibilité Web demain à Tokyo, m'avait déjà épuisé. Le brouillard de la nuit, les courbatures du sport de jeudi soir et je découvre dans les médias français, les crimes de masse commis pendant la nuit.

Je crois bien que la tristesse qui m'a débordée aussitôt par surprise est la profonde réalisation que nous allions une fois de plus nous diriger vers plus de sécurité, de destruction des libertés, de peurs irrationnelles. Le danger est réel, mais la peur est bien cette émotion qui nous fait souvent prendre bien de mauvaises décisions face au danger et aussi, malheureusement, avant le danger même.

Étrangement, j'ai beaucoup plus de mépris pour les discours haineux que pour les actes haineux. Les discours de haine sont ceux qui portent l'essence de l'action. Le passage à l'acte n'est que la conséquence terrible de ces discours.

… que j'eusse tout à fait décidé de prendre part à ce grand jeu humain pour lequel à aucun moment il n'est de « rien ne va plus », s'unirent pour m'émouvoir et pour me confirmer dans mon désir d'action…

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

La journée était déjà programmée et c'est peut-être bien ainsi. Cela évitait de trop ressasser son impuissance dans ce débordement, trop-plein de mots qui accompagnent nos déambulations à travers les heures. Nous nous recentrons sur la rondeur du monde et ses vibrations quotidiennes. Il y a dans ce tremblement de l'onde sous la surface de la peau, la beauté du souffle, de l'espoir, l'envie du partage.

Lieu de conjugaisons de l'être et du non-être—ou du plein et du vide— le désert, en même temps que sa nudité me prive, exalte le sentiment que j'ai de ma présence et me fait—comme à certains moments où j'écris—me sentir seul au monde, rien (quand je suis face à ce rien) ne me paraissant exister si ce n'est en fonction de moi, comme un rêve que j'invente et qui ne peut touche que moi.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Au retour de cette journée déjà dense, où le bruit éteint le signal, où tout se désagrège dans l'inconscience qui s'établit par le manque du vide, de l'espace et de la pause, j'envisageais déjà la nuit comme une pause nécessaire au relief des pensées. Je reçois un message de Liliane avec le titre « Jean Émile Alexandre » dont je devinais le contenu avant même de l'avoir lu. Le dernier de mes grand-parents était mort. À 96 ans, Jean, c'est la poésie du jardin, des chemins creux autour de la Risle, du parfum du pressoir à cidre dans l'atelier. Je crois bien qu'il nous faudra marcher sur ce chemin au printemps prochain entre les rivières et les allées de noisetiers de la vallée de la Risle.

Vide Grenier

Running a Web server on the front-end

Imapy: Imap for Humans Imapy is an MIT Licensed IMAP library, written in Python. It makes processing emails in your email box easy.

Mailthon Mailthon is an email library for Python that aims to be highly extensible and composable. Mailthon is unicode aware and supports internationalised headers and email addresses. Also it aims to be highly transport agnostic, meaning that SMTP can be swapped out for other transports.

January 18, 2016 01:07 PM

Ce que l'on offre

bols de ramen Tsujido, Japon, 13 novembre 2015

Je souris. Vendredi 13 est en retard. Halloween est déjà passé. Quel manque d'apropos. Dans tous les magasins, Noël affiche déjà ses couleurs. Il est nécessaire de ne pas laisser la possibilité à l'humain de ne pas savoir ce qu'il doit acheter. Des fêtes humaines où nous nous réunissions ensemble pour célébrer et probablement amener un cadeau pour marquer l'événement, nous sommes passés à l'achat de cadeaux afin de se donner une raison de célébrer.

La réunion au fil de laquelle je me laissais flotter n'était en fait, qu'une très banale cocktail-party qui ne tirait aucun éclat particulier de la conjecture historique qui l'avait motivée.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Quitte à rapporter un bout de soi pour le souvenir, pour la rêverie, après de longs voyages, il serait probablement plus tendre de prendre avec soi une fleur sauvage, une feuille d'arbre ou un brin d'une graminée à offrir à ceux que l'on aime. Au fur et à mesure des mois et des années, nous aurions alors la réalisation d'un herbier du monde, totalement incomplet—c'est sa qualité, dans les brèches germe l'imagination— mais définitivement poétique. Entre le brin d'herbe et l'objet « made in China » mon choix est déjà certain.


Après avoir cuisiné le porc de longues heures pour qu'il soit tendre, j'ai préparé des ramen. Cuisiner est cette offrande au partage avec les gens que l'on aime.

Vide Grenier

Cette fois-ci, il s'agit d'une nouvelle forme de suivi publicitaire s'appuyant sur la création de marqueur par les ultrasons dans le navigateur. It supposedly uses ultrasound beacons via speakers, emitted by scripts on websites. These can then be detected by smartphone apps.

Exposition de Shunga à Tokyo.

Père sur son lit de mort par Nobuyoshi Araki.

Mon algue des sables

Michel Leiris ou Le Moi Fraternel Michel Leiris évoque, dans Fourbis, « ce chevalier dont nous parle Nerval, qui combattit toute une nuit dans forêt contre un inconnu qui était lui-même » ; ainsi fait-il. Il a pour cette lutte ses alliés : les souvenirs et les mots. Les souvenirs, dit-il, « histoires souvent à multiples facettes et dont je dirais volontiers que je les ai retenues comme on conserve des objets témoins bien que j’aie fait cela (quant à plus d’une) sans trop savoir ce dont elles viendraient témoigner et quelle serait en définitive leur face privilégiée... » Mais la plurivalence de ses souvenirs lui permet justement de mieux capturer son moi et l’épaisseur de ses contradictions. On ne se définit pas seulement par son choix mais par les hésitations qui le précédèrent.

Aurélia ou le rêve. Je ne sais comment expliquer que, dans mes idées, les événements terrestres pouvaient coïncider avec ceux du monde surnaturel, cela est plus facile à sentir qu’à énoncer clairement. Mais quel était donc cet Esprit qui était moi et en dehors de moi ? Etait-ce le Double des légendes, ou ce frère mystique que les Orientaux appellent Ferouër ? - N’avais-je pas été frappé de l’histoire de ce chevalier qui combattit toute une nuit dans une forêt contre un inconnu qui était lui-même ? Quoi qu’il en soit, je crois que l’imagination humaine n’a rien inventé qui ne soit vrai, dans ce monde ou dans les autres, et je ne pouvais douter de ce que j’avais vu si distinctement.

Une thèse de PhD (147 pages en PDF) de 2011 dédiée au sujet de la meilleure surveillance avec les détecteurs des smartphones. Dix fois le mot « privacy. » First, the raw sensor data never leaves the mobile phone nor is it stored on the phone – we only store models and features computed from the raw sensor data. (…) In the case of the speaker recognition application, the content of a conversation is never disclosed, nor is any raw audio data ever communicated between phones.

January 18, 2016 12:07 PM

David Larlet

★ JavaScript de zéro

When it comes to problem-solving in general (and JavaScript in particular), I have a similar bias towards single-purpose solutions. Rather than creating a monolithic framework that attempts to solve all possible problems, I prefer a collection of smaller scripts that only do one thing, but do it really well; the UNIX philosophy.

Small lessons, loosely learned (cache)

En un temps relativement restreint (8 heures de cours), j’ai essayé d’enseigner JavaScript à des étudiants n’ayant aucune notion de programmation en ne partant finalement d’aucun niveau d’abstraction. Pour seuls outils : le navigateur et son inspecteur/console et un fichier HTML de test, l’objectif étant d’alterner entre du théorique avec ce fichier et du pratique en manipulant des pages existantes. J’appréhendais un peu suite aux désillusions de l’année dernière mais j’avais gagné en expérience à la fois en JS et en réduisant mes prétentions sur ce que je voulais leur transmettre.

La première heure, compréhension des notions de variable et d’opérateur puis introduction de console.log pour faire la différence entre un script et son exécution dans la console. La deuxième heure a été consacrée à document.querySelector et document.querySelectorAll où l’on parle forcément de tableaux/listes et c’est peut-être à ce moment là que j’aurais dû introduire la conversion d’un NodeList en Array mais on n’en avait pas encore le besoin… En troisième heure, on commence à jouer avec les styles avec Element.style et surtout Element.classList et ça commence à être ludique d’aller modifier des pages existantes. Enfin pour clôturer la session, on expérimente avec innerHTML et outerHTML pour introduire du dynamisme. Et de manière transverse on parle de NaN, d’undefined et des commentaires.

À la fin de cette première demi-journée j’étais très optimiste car tous les étudiants avaient compris et savaient appliquer ce genre de code (valide) :

<!doctype html>
<meta charset="utf-8">
<title>Test JavaScript</title>
<style>
    .turn-red { color: red; }
    .turn-green { color: green; }
    .turn-blue { color: blue; }
</style>
<h1>red</h1>
<h1>green</h1>
<h1>blue</h1>
<script>
    var titles = document.querySelectorAll('h1')
    titles[0].classList.add('turn-' + titles[0].innerHTML)
    titles[1].classList.add('turn-' + titles[1].innerHTML)
    titles[2].classList.add('turn-' + titles[2].innerHTML)
</script>

Mine de rien ça fait énormément de concepts à assimiler pour les 24 personnes n’ayant jamais fait de programmation ! Et la transition est toute trouvée pour parler de la répétition avec les boucles et les fonctions. Hop, une semaine de repos pendant laquelle ils n’ont… rien fait :’(.

Voir ces 3 lignes répétées doit faire bondir un développeur, j’ai commencé par introduire la notion de fonction avec un nom suffisamment explicite pour limiter les commentaires puis l’usage d’une boucle for pour itérer sur les éléments. Au passage on a besoin d’Array.length et de comprendre les conditions. Jusque là tout allait bien, j’en profite pour montrer qu’il est possible de le faire avec un while et déjà ça amène de la confusion mais alors là où ça a vraiment bloqué c’est au passage à forEach. Je ne sais pas si c’est la syntaxe ou la conversion en Array ou le fait d’avoir des fonctions anonymes ou la fatigue cognitive mais toujours est-il que ça a commencé à décrocher à ce moment là. Il faut dire qu’un Array.prototype.slice.call en plein milieu n’arrange pas les choses. Peut-être qu’un Array.from ou un for(… of …) eut été plus explicite mais limité en terme de support. Dur.

Pour finir, j’ai montré qu’une fonction pouvait retourner une valeur avant d’enchaîner sur les évènements à base d’addEventListener ce qui ouvre la porte des interactions avec l’utilisateur. On arrive à cet enchaînement :

function addClassFromHTML(element) {
    element.classList.add('turn-' + element.innerHTML)
}
function dealWithTitleOnClick(title) {
    title.addEventListener('click', function() {
        addClassFromHTML(title)
    })
}
var titles = document.querySelectorAll('h1')
titles = Array.prototype.slice.call(titles)
titles.forEach(dealWithTitleOnClick)

Je retiendrai qu’il faut un peu plus de temps pour découvrir certains concepts. Travail demandé pour la semaine suivante : faire une fonction qui permette à partir d’un article de presse d’avoir une version lisible avec uniquement le titre et le contenu sans images. Une sorte de bookmarklet à la readability. Et jouer aussi.

Enseigner JavaScript ET la programmation à partir de zéro est un moyen d’identifier les forces et faiblesses du langage. D’un côté on a le TDD du pauvre avec un feedback visuel immédiat et la possibilité d’utiliser la console du navigateur. De l’autre les plusieurs façons de faire la même chose et les restrictions liées au non-support d’ES6 par les navigateurs. J’ai presque envie de troller sur la programmation fonctionnelle mais je vais plutôt ajouter une couche d’abstraction pour la prochaine fois, ce sera plus simple en demi-groupes. En espérant que ça devienne davantage compréhensible et utilisable par des néophytes, le code précédent devenant :

$('h1').on('click', function(event) {
    addClassFromHTML(event.target)
})

January 18, 2016 11:00 AM

January 17, 2016

Eric van der Vlist

Le chou

[fr] Chou rouge. [en] Red cabbage.

by Eric van der Vlist at January 17, 2016 08:18 PM

Karl Dubost

L'uniforme quotidien

pages de livre et jambe Tokyo, Japon, 12 novembre 2015

Rien d'étonnant, donc, à ce que la guerre procure à bien des gens une sorte de plaisir qui les aide à en accepter la contrainte, à tout le moins tant qu'une suite de désastres ne les a pas démoralisés ; pour atroce que soit la guerre, elle les déguise en autre chose que ce qu'ils sont (ce qui non seulement, représente en soi-même une manière d'aventure mais facilite le courage, parce-qu'en uniforme on est moins civil, l'habit comme toute la vie militaire tendant à faire passer de l'état d'individu à celui de parcelle d'un être collectif) et elle les tire encore du quotidien quand la peur les mène à un dépouillement si extrême qu'on ne peut même plus parler à son propos de solitude.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Quels sont nos uniformes de soldats dans le quotidien ?

Parti ce matin autour de 8h00 de la maison, j'y suis revenu, il était 21h00. Le train de la ligne Odakyu de Shinjuku à Fujisawa était bondé. J'étais assis heureusement. Le seuil de tolérance est culturel. Le « bondé » de France n'a strictement rien à voir avec le « bondé » du Japon. Probablement en augmentant par deux ou trois le nombre de passagers dans un wagon français « bondé » nous pourrions atteindre les niveaux du Japon. Le corps à corps n'y a plus beaucoup de sens. La masse du corps collectif y prend toute son ampleur déterminée par le volume intérieur du wagon.

Les mots de Michel Leiris sur l'uniforme ont accompagné ma journée. Les lectures sont des filtres, à verre teinté, sur le quotidien. Les détails ne se remarquent qu'à travers le tamis des mots du matin. Tokyo était en toutes circonstances définies par des hordes d'uniformes psychologiques, vestimentaires, culturels, sociaux.

Ou peut-être je tente d'échapper aux surgissements des émotions de ces derniers jours, l'année 2015 aura eu, a toujours, son aspect de chemin chaotique. Le tamis retient, la passoire oublie, le hachoir transforme. Les mots et notre humanité. L'uniforme quotidien a ce double sens.

Vide Grenier

Python How To: Group and Count with Dictionaries

le nom des arbres C’est pour tuer le temps évidemment qu’il faut écrire, et qu’écrire aurait un sens : arracher une heure, ou deux, à l’organisation féroce du réel établi pour qu’il n’y ait aucune heure d’aucune sorte à tuer. Alors quand une heure ou deux s’ouvrent, il faut s’en emparer, exécuter aussi parfaitement que possible chaque minute – aller à l’essentiel. Mais l’essentiel est cette vacuité même – l’absence de but comme but ultime pour parer au monde comme il va, puisqu’écrire est parer au monde comme il est, comme il vient chaque jour en travers des énergies vitales.

January 17, 2016 02:35 PM

Christian Fauré

Du microcosme cérébral au macrocosme social

« C’est une crise d’épilepsie ! ».

Alors qu’il se promène sur une plage touristique de la méditerranée, Lionel Naccache (Neurologue) s’exclame tout d’un coup : « C’est une crise d’épilepsie ! ».

Quel rapport peut-il bien y avoir entre un lieu comme une plage et une crise d’épilepsie ?

plage
C’est que cette plage, aménagée pour le tourisme, ressemble à n’importe quelle autre plage de Méditerranée, d’Amérique ou d’Asie : les mêmes aménagements de plage, les mêmes restaurants et bars, les mêmes bateaux, les même animations, etc.

Le voyage immobile

Cette sensation de voyager et de pourtant se retrouver dans le même lieu est de plus en plus fréquente : quel aéroport ne ressemble pas à un autre aéroport, quel centre ville de province avec son opticien, son agence bancaire, son fast-food et sa rue piétonne ne ressemble pas à une autre ville de province, quel hôtel de Paris ne ressemble t-il pas à tant d’autres hôtels, etc. ?

On a beau se déplacer, on se retrouve dans des lieux familiers, stéréotypés, avec cette sensation de « déjà vu » : c’est l’oxymore du « voyage immobile », on se déplace pour se retrouver dans les mêmes lieux et il faut parfois faire des efforts « pour se convaincre que la carlingue d’avion ou la voiture de TGV ne nous ont pas joué un tour en nous ramenant – à notre insu – à notre point de départ.( Naccache, L’homme Réseau-nable. p. 23)

Microcosme cérébral et macrocosme social

naccache

En comparant des lieux – des topographies spatiales – avec des états du cerveau – des topographies neurologiques – , Lionel Naccache joue de cette analogie entre le microcosme cérébral et le macrocosme social dans son dernier ouvrage, L’homme Réseau-nable (Editions Odile Jacob).

Et si ? … Et si la connaissance du mode de fonctionnement du cerveau pouvait nous aider à analyser nos sociétés ? Et si les thérapies neurologiques pouvait nous aider à mieux diagnostiquer et soigner nos sociétés ?


Pour « déplier »  l’analogie (comme disent les animateurs de France Culture), rappelons les caractéristiques d’une crise d’épilepsie : elle est déclenchée par une accélération des communications entre les neurones concernés et produit un régime de communication hypersynchronisées, indigent (de faible complexité) qui tend à rendre les zones ainsi interconnectées comme indifférenciées :

« l’épilepsie n’est rien d’autre qu’un mode de fonctionnement caractérisé par un excès soudain de communication entre des régions cérébrales distantes qui deviennent indistinguables les unes des autres puisqu’elles oscillent ensemble de manière indifférenciée. » (p 26)


La crise d’épilepsie efface les différences dans le régime neuronal : des zones qui avaient des singularités fortes se retrouvent comme anonymisées. Sur le plan psychologique, cela produit « un appauvrissement soudain du comportement, de la vie mentale et de la conscience de l’individu ». (p.35)

Le cerveau est un scrutin permanent  (cf. le cerveau statisticien de Dehaene) qui se joue au niveau de chaque neurone : celui-ci peut être soit actif soit passif, et cet état va dépendre du nombre et de la nature des messages électrochimiques envoyés par les neurones avec lesquels il est connecté. Le neurone est comme une urne dans laquelle un décompte permanent est fait entre les messages inhibiteurs et les messages excitateurs. Selon le résultat, le neurone sera passif ou actif ; en ce sens la crise d’épilepsie ressemble à un « bourrage des urnes » ou le nombre de message excitants explose de proche en proche en surexcitant des zones entières du cerveaux.

Sous l’emprise d’une crise d’épilepsie, le réseau neuronal est comme sidéré par l’embrasement des communications neuronales, ce qui provoque chez l’individu des situations d’absence de conscience. En effet, des travaux de recherche de ces quinze dernières années ont montré que

« la conscience requiert un certain niveau de communication entre des régions cérébrales qui doivent par ailleurs être le siège d’activités à la fois riches et complexes ». (p45).

La perte de conscience est au coeur de l’analogie que Lionel Naccache tisse dans son ouvrage entre microcosme cérébral et macrocosme social. La perte de conscience de l’individu lors d’une crise d’épilepsie peut-elle être rapportée à  des pertes de conscience collectives : les « convulsions de l’histoire » que furent les régimes nazis et staliniens, les crises spéculatives de 1929 ou plus récemment celle des subprimes sont elles de nature « épileptique » ?

*

Je pense ici au phénomène de disparation (ne pas lire « disparition ») souligné par Simondon. Prenant pour exemple le mécanisme de la vision selon lequel chaque oeil produit une image disparate et incommensurable, la disparation est le mécanisme qui va pourtant produire une synthèse de ces deux images disparates en apportant cette troisième dimension qu’est la profondeur.


Quand le disparate est étouffé, comme quand deux régions du cerveau deviennent indifférenciées lors la crise d’épilepsie,  alors il n’y a plus ce phénomène d’individuation qui produit des significations nouvelles à partir de l’hétérogène, des tensions qui se résolvent sur un autre plan et qui produisent des états de conscience : la disparition du disparate produit des états d’inconscience.

*

Mais il n’y a pas que des aspects négatif dans une crise d’épilepsie : dans les signes avant coureurs, avant que les court-circuits ne deviennent pathologiques, il peut y avoir des circuit-courts qui se forment et qui sont à l’origine de ce qu’on appelle l’ « aura épileptique ». On cite souvent le témoignage d’un illustre épileptique, Dostoïevksi  :

« Vous êtes tous en bonne santé mais vous ne pouvez pas vous douter du bonheur suprême ressenti par l’épileptique une seconde avant la crise.

Je ne sais pas si cette félicité correspond à des secondes, des heures, des mois, mais vous pouvez me croire sur parole, tout le bonheur que l’on reçoit en une vie je ne l’échangerais pour rien au monde contre celui-ci ».

dostoievski

Signaler sur Twitter

by Christian at January 17, 2016 12:45 PM

January 16, 2016

Eric van der Vlist

Karl Dubost

Un paysage de fer avec François Bon

J'ai noté dans le carnet papier « Ici recopier mes notes de Paysage Fer  de François Bon pour entrer en résonnance avec le livre de Michel Leiris : Fourbis

Cette résonnance est l'anomalie technique de la fabrication d'un livre. Elle donne une personnalité propre et unique à ce livre que l'on a entre les mains. J'ai acheté Paysage Fer à la FNAC Les Halles à Paris en mai 2015. Je me souviens l'avoir choisi car c'était le seul volume dans la pile qui était mal taillé ou mal imprimé. J'ai aimé cette déformation, ces lignes de textes qui ne suivaient pas le titre, qui étaient sorties des rails.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Détection de l'anomalie - Paysage Fer de François Bon

Dans les semaines suivantes, il a rejoint ma pile de livres à lire. Et puis un matin entre juin et septembre (j'ai oublié quand exactement), je l'ai ressorti pour le lire. Je prenais le train pour l'un de mes voyages vers Tokyo, le voyage du jeudi tout comme François dans le livre. Et quoi de mieux que de prendre un livre en plein déraillement pour accompagner ce voyage selon les lignes. Et comme décidément ce livre m'interrogeait dans sa matérialité, je décidais de prendre en miroir du thème du livre mes notes d'observations dans la marge du livre. Je voyageais ainsi avec François dans son livre et en dehors de son livre. J'associais ses mots à ma mémoire. Et je collais ses remarques aux paysages de fer qui étaient les miens cette journée là. Ce que l'on lit influence ce que l'on voit. Ce que l'on regarde modifie ce que l'on lit.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 9 - Paysage Fer de François Bon

9h34 Fujisawa. Rapid Express vers Shinjuku. Une jeune femme, une mouche sous les lèvres rouges, les doigts fins, la peau transparente, autre siècle. Le train part. Les fenêtres ou les portes vibrent. Les gouttes de pluie en guirlande horizontale.

Récurrence et répétition : chaque semaine, même minute, surgissement d'une même image, trop brève pour être retenue. Mais comme cette peau humaine d'un pays, image fréquentée, construite

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 10-11 - Paysage Fer de François Bon

9h42. Je suis distrait, j'ai peu lu. Shonandai. Je me souviens pendant 3 ans, s'arrêter ici pour prendre le bus pour l'université de Keio. Un homme apprêté est monté. Il me cache maintenant la femme.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 12-13 - Paysage Fer de François Bon

Procédé d'expansion. Ne pas noter les minutes, ne pas revenir sur ce qui s'écrit : ajouter chaque semaine au détail de la rue de la gare à Revigny.

François Bon, Paysage Fer.

Ne pas relire, accumuler seulement ces notations d'instant, puisque le même train, de jeudi à jeudi, en permettra la répétition, que ne changeront, mais lentement, que le cycle perceptible des saisons et la lumière.

François Bon, Paysage Fer.

Les cathédrales de Monet

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 14-15 - Paysage Fer de François Bon

Une idée de projet nait le long de la voie. Décrire tous les jours la personne qui s'assoit à une chaise choisie toujours la même chaise, toujours le même lieu.

9h48 Yamato

Ne pas se contraindre à l'ordre. On a fait trente fois déjà ce voyage aux mêmes heures du jeudi, on reconnaît tout à mesure que cela se présente, …

François Bon, Paysage Fer.

Je ne peux m'empêcher de voir François.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 16-17 - Paysage Fer de François Bon

Lire ce livre de François et penser déjà au billet : Voyage à Tokyo.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 18-19 - Paysage Fer de François Bon

9h52 Chuo-Rinkan

Un arrêt dans une station et c'est une page de lecture.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 22-23 - Paysage Fer de François Bon

9h58 Sagami-Ono

Et une fois dit cela continuer, la mémoire et les choses qui traverse la vue un instant et s'y implante, et l'aménagement pour le loisir d'un bord du fleuve, avec des barres blanches, …

François Bon, Paysage Fer.

Lire un livre et brûler chaque page après avoir fini la lecture. Juste pour la mémoire. La mémoire…

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 24-25 - Paysage Fer de François Bon

10h00 Machida Si court.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 26-27 - Paysage Fer de François Bon

Un jour on a pris la carte sur les genoux : …

François Bon, Paysage Fer.

La carte quand je voyage en train, je la voudrais à la façon de la mission Iwakura.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 28-29 - Paysage Fer de François Bon

Rares sont les noms qui viennent jusqu'au train, le pays n'a pas de nom, il n'est plus rien qu'images et affiche partout comme le territoire pourtant total de que l'homme entreprend sur la terre à chaque mètre carré qu'il la transforme, c'est la carte seulement qui restitue en litanie de noms invisibles.

François Bon, Paysage Fer.

Si on passe assez souvent on finira par donner un nom aux choses aux lieux.

La géographie c'est ce qu'on ne connaît pas, parce qu'on n'en a pas fait pour soi-même territoire, les noms ne dessinent rien, pas de directions, pas de lignes ni possessions, ils ne sont pas nôtres encore, quand bien même les choses qu'ils recouvrent, sorties de villes avec enseignes de publicité, garages Citroën à bandeaux rouges et supermarchés ou immeubles, et même ce clocher

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 30-31 - Paysage Fer de François Bon

cette ferme, on les connaît d'ailleurs, et ces cuisines étroites qui nous laissent à cause d'une ampoule allumée le temps d'un regard indiscret, c'est ce que l'on connaît de ses propres noms si on en fait la liste mais où la surprise est morte, …

François Bon, Paysage Fer.

le train va droit et très vite comme s'il n'y avait rien ici qui puisse l'intéresser

François Bon, Paysage Fer.

vague de mouvements de train.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 36-37 - Paysage Fer de François Bon

10h09 Shin-Yurigaoka

Le train « commence » à se remplir. Nous avons maintenant trois rangées de personnes debout.

La jeune femme à ma droite s'endort. Son épaule se pose tendrement sur mon bras. Elle plonge.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 40-41 - Paysage Fer de François Bon

Quand le train se remplit ainsi, le paysage est dans mon dos. Je ne vois plus que les ombres sur les passagers debout qui me font face et me cachent l'autre fenêtre.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 46-47 - Paysage Fer de François Bon

Après, la forêt. de personnes devant moi.

… la liste des choses retenues, celles qui chaque voyage depuis trois ans sur cette ligne vous ont déjà marqué et cette fois ça y est, on en a entrepris le relevé. On se dit parfois qu'une fois il faudrait prendre la voiture et qu'elle vous ménerait aux mêmes lieux précis avec droit de s'y arrêter, …

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 50-51 - Paysage Fer de François Bon
copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 51-52 - Paysage Fer de François Bon

Les noms qu'on enregistre peu à peu sur une page réservée du carnet noir sans se préoccuper de l'ordre des villes, parce qu'ici les noms semblent moins abîmés qu'au bord des routes, qui prônent désormais surtout les entrepôts de choses à bas prix par enseignes vulgaires et panneaux de publicité sans cesse renouvelés pour de mêmes pacotilles.

François Bon, Paysage Fer.

10h22 Shimokitazawa

Moment du souvenir. J'y retourne régulièrement. Ne pas y vivre ne me manque plus si ce n'est la proximité de Tokyo. Et puis, l'empire des franchises envahit.

Je vais descendre à la prochaine. Yoyogi-Uehara pour prendre Chyoda.

On attend parfois tout le voyage pour ce qui surgira quelques secondes et ne délivrera rien que ce que la vue en sait déjà, le temps de refaire ses repères et réorganiser la vue globale. Le train va trop vite et tout a passé, on ne voit plus rien, on a juste vérifié que le mystère était encore là, …

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 54-55 - Paysage Fer de François Bon

10h26 sur le quai de Yoyogi-Uehara. Quatrième dans une ligne de 3 lignes attendant le train.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 60-61 - Paysage Fer de François Bon

10h31

Nous rentrons dans le train, j'ai une place assise, plus facile pour écrire. La fenêtre de nouveau mais pas pour longtemps.

Établir pour écrire que la suite de rituels soit respectée c'est à dire s'installer vers l'avant du train où juste après la motrice un wagon est désert parce qu'une moitié est réservée aux colis et journaux, c'est un fourgon mais laissant encore à l'avant, comme séparés du train, cinq compartiments dont un réservé au service et toujours désert.

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 62-63 - Paysage Fer de François Bon

10h32 Yoyogi Koen

Identique paysage qui maintenant s'organise, une fois de plus on n'a pu déchiffrer tel mot sur le front perpendiculaire d'une usine on voudrait savoir ce que les murs opaques produisent ou transforment.

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 64-65 - Paysage Fer de François Bon

Comment on vit presque avec rage ce temps à compression élastique, parce qu'il faudrait tout percevoir et tout retenir dans la seconde où se produit comme en perspective illuminée l'énigme rapide d'une usine morte…

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 66-67 - Paysage Fer de François Bon

À ma gauche un homme avec une eau de toilette trop forte.

Se forcer à écrire dans le temps même qu'on voit, et donc ne pas revenir, contraindre le récit à parvenir par seule répétition à gagner sur le réel répété, ce qui est et qu'on a du mal à voir, et justement…

François Bon, Paysage Fer.

J'écris dans ton livre cher François.

10h36 Omote-Sando

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 68-69 - Paysage Fer de François Bon

… densifier dans l'instant le rapport visuel

François Bon, Paysage Fer.

et je densifie les zones blanches.

Une femme avec un beau kimono vient de s'assoir. Elle revient du temple probablement. Meiji-Jingu.

10h39 Annonce de Nogizaka, je descend bientôt.

10h45 J'attends mon café au café Downstairs avant de me diriger vers Mozilla. Je suis parti à 8h55 de la maison.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 70-71 - Paysage Fer de François Bon

Mon café

17h56 J'ai recommencé la lecture. Les gens qui piquent, longue journée. Je suis dans le métro. Quelques courses avant de rentrer à Tsujido. En attendant le partage avec ceux qui ont fini leur journée de travail.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 78-79 - Paysage Fer de François Bon

… vérifier d'un voyage à l'autre que le nombre de vitres cassées (six horizontales sur quatres verticales puisque le train repart à cet endroit lentement de la gare, soit deux fois vingt quatre vitres) reste bien le mêm pour tout cet hiver.

François Bon, Paysage Fer.

parce que observer le détail insignifiant c'est créer le sens d'une histoire, les raisons d'une humanité. Qui/Quand/Pourquoi les vitres sont cassées.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 92-93 - Paysage Fer de François Bon

18h12

J'approche de Akihabara. Je cherche une guirlande extérieure Guinguette pour cet été dans le jardin. Probablement 5 ans+ que je ne suis pas venu ici.

Décider cette fois en amont du voyage ce qu'il y aura à regarder et s'y tenir.

François Bon, Paysage Fer.

20h54. Dans le train la Tokaido cette fois-ci ; j'ai trouvé un siège avec une fenêtre. J'ai pris le train à Ueno pour être d'avoir une place.

ce qui impressionne, dans l'encadrememnt de la vitre du compartiment, c'est la disposition des masses.

François Bon, Paysage Fer.

20h55 masse des travailleurs à Shimbashi qui vont rentrer debout.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 100-101 - Paysage Fer de François Bon

21h01 Shinagawa.

Tout semble si rapide. La succession de Ueno, Tokyo, Shimbashi et Shinagawa.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 102-103 - Paysage Fer de François Bon

Comme par une saignée, devant soi offert tout ce dont la ville est faite.

François Bon, Paysage Fer.

Le train est à moitié rempli de travailleurs à la mine moderne. Les bureaux au néon blanc, le teint blafard de la lumière blanche pour la journée. Dehors la nuit noire. Le soleil se lêve tôt et donc logiquement, la nuit avale le monde du soir.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 106-107 - Paysage Fer de François Bon

même impression mais depuis 10 jours. Tout est pluie même l'intérieur de la maison, le linge ne sèche plus.

C'est un jour de pluie et la lumière ne lève pas, tout ce qu'on reconnaît est là comme couché, faisant gros dos, les chemins de bord des champs comme hésitant à disparaître…

François Bon, Paysage Fer.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 110-111 - Paysage Fer de François Bon

21h11 Kawasaki

Un échange de places debout mais bien sûr au final, c'est le train qui se nourrit de la masse.

Cela apparemment n'intéresse pas la mémoire collective.

François Bon, Paysage Fer.

Il y a deux photographes allemands si je me souviens qui documentent les châteaux d'eau.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations page 122-123 - Paysage Fer de François Bon

On ne regardera même plus, peut-être, aux vitres du train.

François Bon, Paysage Fer.

La fin du livre s'est synchronisé avec mon arrivée à Yokohama.

Ce Chemin Fer là n'aura pas duré le temps de mon aller retour à Tokyo. En face de moi, une jeune femme lit et annote sur une feuille. À travers la fenêtre, la lumière des couloirs extérieurs des immeubles, les enseignes des hôtels, y compris ceux de l'amour, ainsi que celles des pachinkos. À ma gauche, un homme lit un gros volume de manga en diagonale. En face, il vient d'arrêter de regarder ses messages et a fermé les yeux. Plus loin, deux vieils hommesà l'ivresse joyeuse discutent avec des voix de fausset.

copie de page d'un livre avec annotations dans la marge Annotations - Paysage Fer de François Bon

Merci François ! Pour ce chemin de fer mal taillé et donc désiré, acheté en France à mon dernier passage en mai 2015.

Le labo de recherche du New-York Times a défini Membrane, un outil d'interactions entre les auteurs et les lecteurs afin de canaliser le type de questions. While free-text comments allow the reader to express their point in their own words, the individual nature of those comments creates several challenging constraints. First, it means that it’s difficult to understand anything about the aggregate conversation around a piece: what are people most interested in or concerned about, what types of questions are being asked, etc. Second, if journalists want to engage in a comment thread, they have to respond to individual commenters, rather than having any way to respond to an entire topic or an oft-repeated question. Third, they require teams of moderators to keep out off-topic or objectionable content.

January 16, 2016 02:54 PM

January 15, 2016

Eric van der Vlist

January 14, 2016

Karl Dubost

Le bonheur de l'anomalie

pages de livre et leurs nombres Tsujido, Japon, 10 novembre 2015

Les matins de ciel bleu sont hésitants. Les horaires du barista trébuchent. L'automne, les feuilles n'ont aucune heure pour tomber. Ce Fourbis là recèle une absence. Il a le bon nombre de pages, mais pas les bonnes pages. Au bas de la page 96, je lis la partie centrale de l'action se qui se poursuit sur la page suivante par mais aussi celle de tous, j'ai accompli…. Je suis confus. J'hésite, tourne les pages, reviens à la page 96. Je remarque que la page suivante est numérotée 65. Soixante-cinq ? Je m'interromps. Je tente de trouver la page 65 déjà lue. La même… C'est alors que je réalise que le feuillet 65 à 96 a été mis deux fois et que le livre reprend à la page 129. Il me manque donc les pages 97 à 128. Après la déception, c'est finalement le bonheur de l'anomalie. Ce livre m'offre une seconde fracture cette année. Précédemment, le livre Paysage Fer de François Bon n'était pas coupé droit, donc un chemin de fer en biais dans la page. Je l'avais lu sur un aller-retour Tokyo-Fujisawa. Il me faudra en parler.

Vide Grenier

À propos de la pseudo-économie de partage : Sprig-type operations drain agency and expertise out of the world. They centralize, aiming to build huge hubs with small spokes; their innermost mechanisms are hidden. They depend on humans behaving as interchangeable units of labor.

Un billet que j'avais écrit sur l'industrialisation de ces services et cette nouvelle prolératisation. Les filatures de laine dans la région elbeuvienne n'ont pas commencé par une industrie mais bien par l'amalgamme de travailleurs individuels. Cela commence toujours par l'achat de leur stock, puis des processus, suivis par des critères de qualité, suivis par une bannière corporative et des exigences sur les prix et une mise en compétition des différents jusqu'à ce qu'ils deviennent de simples employés à rabais de la structure centralisatrice. Le processus est en cours au sein de Über et autres.

L'éveil avec le sens des mots. On prend un mot on le prononce plusieurs fois on change son accent son rythme on le remplace par un autre. On attend de voir. On écoute ce qu’ils disent.

Je ne pense pas que l'écosystème des solutions disponibles s'appauvrissent. En revanche, celui de l'hébergement de masse clés en main définitivement. Mais cela n'est pas tant la faute de Wordpress que des hébergeurs qui ne veulent maintenir (et on les comprend) qu'un seul système. La vraie question sous-jacente est que l'on ne pourra créer de la décentralisation, du partage, de la diversité sans que les personnes puissent héberger localement, et donc si on pousse le curseur jusqu'au bout, jusqu'à ce chacun puisse héberger son serveur chez soi avec un tuyau suffisamment gros. Si l’écosystème s’appauvrit, faut-il s’en réjouir ?

écrire, un métier. J’aime considérer qu’on peut faire de la littérature son métier pour peu qu’on s’en donne les moyens, mais ni plus ni moins de la même manière que je considère qu’on peut devenir un professionnel du cerf-volant, du macramé ou du canoë-kayak : avec du travail et de la chance.

January 14, 2016 05:59 PM

Eric van der Vlist

January 13, 2016

Eric van der Vlist

Le prunier

[fr] Fleur de prunier. [en] Plum tree flower.

by Eric van der Vlist at January 13, 2016 05:20 PM

January 12, 2016

Eric van der Vlist

Le cerveau jaune

[fr] Trémelle mésentérique. [en] Yellow brain.

by Eric van der Vlist at January 12, 2016 06:16 PM

Karl Dubost

Trajectoires de livres

Pétales de Camélia Tsujido, Japon, 9 novembre 2015

En sortant de la maison ce matin, les bouffées d'air chaud humide chargées du parfum de la terre et de l'océan définissent la forme de l'inspiration : lente, profonde, reposante et salée. Les poumons existent par ce qu'ils contiennent. Les feuilles mortes juchent le trottoir : chêne, laurier, hêtre (?), quelques aiguilles de pin accompagnent les fleurs roses de camélias écrasées par les gouttes de l'orage.

Une fois de plus, au terme du voyage, je me rends compte combien se déplacer ainsi tout au long des chemins, musarder à travers la France est affaire de temps beaucoup plus que d'espace.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.


Un homme obèse, que j'ai déjà vu marcher péniblement sur la route, passe devant la fenêtre du café sur un vélo. Il est fluide, aérien, léger et heureux.

Je demeure extérieur à la coulée du temps.

Michel Leiris, Fourbis. La règle du jeu Ⅱ.

Retour au livre Fourbis, interrompu avant le dernier voyage en France, j'ai achevé Chemin Faisant. Le voyage se poursuit de livre en livre.


Sur la ligne de la Tokaïdo en garde de Totsuka, une personne avait oublié son livre. Volontairement ? Comme je l'ai déjà fait à l'aéroport de Oslo. Je n'ai pas vérifié le titre, j'ai juste pris une photo de cet oubli pour m'en souvenir.

Livre Totsuka, Japon, 9 novembre 2015

Vide Grenier

HawaiiHonolulu spends $15,000 a week to sweep away the camps. During the sweeps, families lost possessions like the wood they use to build their structures, found furniture and clothes. Some have filed a lawsuit against the raids. Service providers say 40 percent of Hawaii’s homeless people are working at least part-time, 30 percent need some housing assistance and 30 percent have mental health or substance abuse problems that prevent them from maintaining a home.

January 12, 2016 01:31 PM

Inverser l'espace

Vélo dans la rue Tsujido, Japon, 8 novembre 2015

Rien n'est de trop et rien ne manque.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Une journée dédiée au bouleversement des espaces semble insurmontable. Nous définissons nos tâches, notre stratégie et nous tentons l'impossible. Nous inversons le contenu de deux pièces de la maison de papier. La chaleur et la force de Wadachi nous seront nécessaires pour la nouvelle année. Le monde s'ouvrira selon de nouveaux chemins, les aventures restent à écrire.

Vélo dans un parking Tsujido, Japon, 8 novembre 2015

Vide Grenier

Helen Hyde, Étatsunienne 1868-1919. In 1907, Lum returned to Japan for a fourteen-week period to seek out more vigorous training in printmaking. Armed with one letter of introduction to a prominent scholar, she was fortunate enough to be admitted to the block-carving studio of Igami Bonkotsu (1875-1933). The master carver was impressed by Lum's determination to self-carve and self-print her own works, a somewhat new concept that had recently begun germinating among Japanese artists and print-makers, and Bonkotsu (although very much a product of the traditional hanmoto system), would become a prominent figure in the developing sôsaku-hanga ('creative print') movement.

Quand le voyage donne la nécessité du repos. on n’achète notre sommeil contre peu de chose n’est-ce pas

Partout dans le monde les jeux olympiques ont été l'occasion de détruire les villes. Tokyo n'y échappe pas. Like several other neighborhoods in Tokyo, the bars and restaurants located east of Musashi-Koyama Station are scheduled for demolition. In their place, a 40-story apartment complex, complete with shops, will be built. With the 2020 Olympics looming large in the distance, older areas of the capital are now being targeted for redevelopment.

January 12, 2016 01:20 PM

La forme du taro

plateau repas d'anguilles Tsujido, Japon, 1er novembre 2015

Sur le micro-marché tout près de chez nous, je découvre une plante sur l'étal d'un fermier. La plante est belle ; elle me séduit. J'aime ses larges feuilles comme le gunera du Brésil. Nous demandons ce qu'elle est. Et c'est ainsi que soudainement deux objets se lient : la racine du taro et les feuilles élégantes de la plante. Il nous explique que la plante, le taro donc, pousse dans les endroits humides comme les rizières abandonnées. La plante a à son pied des grappes de racine de taro.

Ce soir, vous êtes ici, c'est plus intéressant de bavarder ensemble. La télé a changé beaucoup de choses ici, comme partout ailleurs. Mais pas toujours en bien.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

La conversation s'achèvera là. Il est sur le marché. Il travaille. Nous avons un rendez-vous ailleurs. Mais nous aurions aimé veiller autour d'un feu et raconter nos histoires de taro. La mienne commence à Montréal. Les « Bubble Tea » réalisés par la communauté taiwanaise m'a permis de découvrir le taro par son goût. Au japon, j'ai découvert le tubercule dans les repas.

Un jour il me faudra parler du goût de l'anguille.

Vide Grenier

Tremblement de terre

Expliquer ce choix d'implémentations ou plutôt de réinterprétation de la syntaxe WebKit. C'est catastrophique, mais nécessaire.

January 12, 2016 01:07 PM

January 11, 2016

Eric van der Vlist

Karl Dubost

Frémissement de la surface

trace de pas dans la terre Tsujido, Japon, 6 novembre 2015

Comme si le paysage se composait devans nous à mesure de nos pas, à mesure de nos rêves.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Chaque jour dévoile un peu plus la rondeur du monde. Je dessine les lattitudes et les longitudes sur la surface et je lui chuchotte des rêves d'explorations, de conversations inachevées. Je demande à cette planète son désir d'orbite. Le frémissement de la surface nous rappelle à son existence.

Autour de la maison de papier, les traces d'une visite existent.

Vide Grenier

Un éditeur de texte où l'on définit le nombre de mots que l'on veut et où l'on ne voit que le dernier caractère tapé (ce qui offre une variation intéressante en japonais et chinois). Cela devrait être possible de créer une version ouverte de cela. Je pense même qu'un plugin Sublime devrait être réalisable. To start a writing session, tell ilys how many words you want to write. Then begin writing and see that there is nothing else you can do but to just keep writing. You can't go back, delete or edit anything until you have completed your word count goal. When you have reached your goal, only then can you edit your text in every way you want.

Linus Torvald a eu une fois de plus un comportement abusif. De très nombreux commentaires sur ce billet me donne un profond malaise. Je vois trop souvent ce genre de comportement dans la communauté. Ce n'est pas du tout le monde qui m'attire.

Un commentaire dans un billet à propos du comportement abusif de Linus Torvald résume très bien ma pensée. no matter how skilled they might be, someone who goes around bullying co-workers is a liability

January 11, 2016 01:15 PM

Voyage à Tokyo

Darumas sur une étagère Tokyo, Japon, 5 novembre 2015

Marcher, « bus-er, » « train-er, » et marcher encore ; aujourd'hui, je suis à Tokyo au bureau de Mozilla. Le bâtiment est situé à la lisière entre deux aires de Tokyo complètement antagoniques. Le débordement nauséeux de Roppongi (night-clubs, argent et prostitution—il me faudra un jour comprendre pourquoi j'ai beaucoup plus de tolérance pour Kabukicho que pour Roppongi) juxtaposé à la tranquille sérénité des rues autour du cimetière de Aoyama. Derrière le bureau, il y a le voilage en verre du musée national des arts visible derrière le feuillage. Autant le vacarme de Roppongi me révulse que l'abandon de Aoyama me séduit.

Juste à son commencement je suis passé près d'une gare abandonnée. Ses grandes portes et ses volets battaient au vent. J'ai posé mon sac et je suis entré dans la salle d'attente. Bancs et affiches sont restés. Rien n'a changé apparemment du temps où elle servait encore. Intrigué par ce lieu, je m'assieds et j'attends.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Le goût du « shio saba yaki » m'éveille. Un plateau avec le riz brun dans un bol en terre cuite, le poisson grillé, la soupe miso dans un bol en bois avec du « aburage » et mizuna dedans, une petite soucoupe avec des légumes verts cuits et accompagnés d'un miso de houki (fukinoto) et de choux vinaigré dans une autre coupelle. Le repas a son équilibre. Le plaisir lui ne se définit que par l'extase du vertige de chaque bouchée.

Mais on ne vit pas sur les chemins ce qu'on aurait pu faire. Faute de pouvoir se dédoubler, il faut se contenter de suivre une seule voie et se dire que c'est elle — elle seule — qui vous livrera les clefs de vos rencontres. On choisit un chemin et non les choses à voir puisque c'est lui qui vous mène (ou ne vous mène pas) vers l'insipide ou le merveilleux.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Sur le chemin du retour, les deux heures qu'il me faut pour revenir de Tokyo, je m'arrête dans une gallerie derrière le poste de police de Roppongi. Night Paris de Chen Wei, une série de cinq photographies en grand format dans une pièce unique, ambiance de nuit. La photographie du pamphlet de l'exposition était la plus belle. En sortant, je prends un peu de temps pour regarder un bâtiment, une école de langues ? En béton simple, sans aucun grandiose, mais la nuit quand je le vois, il me place automatiquement à Kuala-Lumpur ou Hong-Kong. Il a cette atmosphère. Finalement, c'était peut-être cela l'exposition que je voulais voir, ce déplacement de lieux et de temps imprévu. Le hasard des chemins me donne le sourire. La journée résonne finalement.

Vide Grenier

autocorrect du jour dans un message que j'envoyais. « (paid by moz) » converti en « (paid by mom) »

La diversité n'est pas uniquement une question de justice ou d'équité sociale, mais bien une des manières d'enrichir une entreprise afin de mieux servir la société. Et c'est peut-être cela le plus important. Without a variety of voices contributing ideas, the workplace becomes a homogenized environment where potential brilliance may never be achieved. Diversity should rightly be seen as a benefit to growth, not an obstruction to avoid.

Les émojis pourraient en effet être ajustés en fonction des pays. 📮 une boîte au lettre jaune en France. 🚄 un train à grande vitesse français plutôt que japonais. Ceci dit, rien n'empêche quiconque de créer une police pour les émojis localisés. Without a variety of voices contributing ideas, the workplace becomes a homogenized environment where potential brilliance may never be achieved. Diversity should rightly be seen as a benefit to growth, not an obstruction to avoid.

January 11, 2016 12:46 PM

January 10, 2016

Eric van der Vlist

La pluie

[fr] Gouttes de pluie sur une branche de noyer. [en] Rain drops on a walnut branch.

by Eric van der Vlist at January 10, 2016 05:02 PM

Karl Dubost

La fiction touristique

Terrain à construire Tsujido, Japon, 1er novembre 2015

Le café est fermé de nouveau. Cela me trouble. Je ne comprends pas l'irrégularité soudaine. Je m'étonne de ma propre frustration à une mauvaise habitude.

« C'est comme avec l'architecture. Maintenant, on ne peut même plus construire comme on veut. Il faut protéger les sites, les monuments anciens, nous dit-on. Les bergeries, si on les écoutait, il faudrait les refaire en pierres et en voûtes, comme autrefois avec des toits de lauzes. Autrefois, ça pouvait aller quand on avait des troupeaux de quarante ou cinquante têtes et qu'on pouvait en vivre.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

C'est peut-être cela le drame de notre quotidien. Nous nous dirigeons vers des modes de vie et de consommation où le confort s'est amélioré. Mais afin de soutenir cet opium, nous devons augmenter la rentabilité, produire plus en baissant les coûts.

« Nous, quand il a fallu faire un hangar pour les bêtes, on a mis de la tôle ondulée. Tant pis pour ceux qui n'aiment pas ça. Si ça continue, il nous faudra vivre uniquement en fonction des touristes. On deviendra une vitrine pour les étrangers.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

D'autant plus que le touriste est en mode de vie irrégulière. Il est dans le décalage, le débordement de sa vie tout aussi contrainte que le berger au quotidien. Et si le touriste dans son activité de non-touriste au long de l'année devait réduire son train de vie, travailler dans les conditions rudimentaires afin d'agrémenter le berger-fiction devenu touriste. Plus de bureaux sophistiqués, une table et des tréteaux, des bancs en bois à la place des chaises en métal et synthétique. Ce sera plus pittoresque, plus authentique.

Humoristique ? Cela se déroule de plus en plus. Nous transformons certains centre-villes en parc d'attractions pour tourisme. Tout y est propre, assaini et non sain. La patine urbaine n'existe plus. La préservation est importante mais tout autant le sont le vieillissement, l'usure et le renouvellement. Il y a quelques jours, je discutais avec lui d'une photographie et de son identité. Quelle était la caractéristique de cette photographie où tout soufflait le Japon. La patine est probablement l'une des réponses. L'entretien des éléments du quotidien qui en préserver pourtant l'usure, tout comme l'eau sur la margelle d'une fontaine, cette usure douce qui se voit.

Vide Grenier

La maison dans la maison. "do we kill this old hUT? or let it be ". A satellite office of an IT company in Tokyo, located in Kamiyama, Tokushima. Although the office is located in the rural district where the unspoilt landscape is still maintained, the office is fully equipped with the same digital infrastructure as the main office in Tokyo, leaving no stress to the employees. While the office is built inside the cowshed, the 100 year old, beautifully aged structure is left untouched. The steel structure sits detached from the cowshed, although in the case of major disaster, it functions as a keystone, preventing the 100 year old structure from collapsing.

Par Nicolas Hoizey, parce-que très utile. A Node.js script that generates an HTML file from your Firefox open tabs. Useful when Firefox crashes upon restoration.

January 10, 2016 01:02 PM

Le jour des algues

Plante verte dans l'eau Tsujido, Japon, 3 novembre 2015

Depuis quelques mois, j'observe sur le sable du jardin, des amas en grappes noires, secs ou légèrement mous les jours de soleil. Ils semblent prendre de l'ampleur les jours de pluie. Je me suis demandé plusieurs fois s'il s'agissait d'un champignon ou d'une plante un peu étrange.

Je n'étonnerai sûrement personne en disant qu'au cours de ce voyage, dont une grande part s'est faite au moment des semailles, je n'ai surpris nulle part le geste auguste du semeur.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Et surtout quel en était l'origine ? Un peu comme cette fleur jaune le long du mur extérieur à nulle autre pareille qui ou quoi a bien pu la semer là. Donc aujourd'hui, le soleil de retour, je me suis aventuré à toucher au sol cette plante noire. Pourquoi seulement aujourd'hui ? Au toucher, une impression un peu gélifiée, visqueuse ou peut-être de caoutchouc se dégage. Je glisse un doigt dessous, tente de déterminer l'épaisseur et il me semble réaliser quelque chose. Quelle rencontre ! Je décide dans prendre un spécimen à l'intérieur. Je prends un bocal, verse de l'eau et plonge mon glanage dedans. L'objet se déploie et révèle sa couleur vert, du sombre au tendre. Cela ressemble à une algue. Je ne suis pas biologiste. De nombreuses questions m'habitent. En attendant, je vais l'appeler l'algue des sables. Il me faudra mieux la comprendre. Est-ce les typhons qui l'ont déposée ici ? Les oiseaux ? Où est-ce un élément naturel ?

Vide Grenier

La vie sans frigo. Mon époque de vie à Shimokitazawa. « Avant l’arrivée du réfrigérateur, les gens étaient obligés de garder un œil sur leurs réserves alimentaires et de développer leur connaissance de ces aliments pour en faire le meilleur usage possible », explique la designer Jihyun Ryou. Depuis 2010, la Coréenne multiplie les entretiens avec des « grands-mères » et des fermiers pour recueillir ce savoir souvent oublié. Comme le mariage heureux de la pomme et de la pomme de terre : « Les pommes émettent beaucoup d’éthylène. Ce gaz accélère la maturation des fruits et des légumes conservés avec les pommes. Quand elles sont conservées avec des pommes de terre, les pommes empêchent la germination. » Ces astuces et observations scientifiques sont centralisées sur sa plate-forme en ligne.

Ebook. Designing for Performance.

Ironie du vieux monde. Amazon ouvre une librairie physique. Amazon got its start as an online bookseller, and now — over 20 years later — it's decided to sell books the old fashioned way. On Tuesday, Amazon will open a store in Seattle called Amazon Books. Not only is it one of Amazon's first physical locations, but it's also Amazon's first physical bookstore. Amazon says that it won't entirely be doing things like a traditional store, however; it'll be relying on Amazon.com data — including customer ratings, sales totals, and Goodread's popularity — to decide which books to stock. Curators will have some say, too.

Drones évitant des obstacles en autonomie. Amazon got its start as an online bookseller, and now — over 20 years later — it's decided to sell books the old fashioned way. On Tuesday, Amazon will open a store in Seattle called Amazon Books. Not only is it one of Amazon's first physical locations, but it's also Amazon's first physical bookstore. Amazon says that it won't entirely be doing things like a traditional store, however; it'll be relying on Amazon.com data — including customer ratings, sales totals, and Goodread's popularity — to decide which books to stock. Curators will have some say, too.

January 10, 2016 12:37 PM

Presque un voyage

Pin et pluie Tsujido, Japon, 2 novembre 2015

Nous avons changé la chambre de pièce, presque un voyage. La nouvelle pièce est plus exposée au soleil. Elle devrait être plus chaude dans la maison de papier pendant l'hiver sous les rayons du soleil. Les aiguilles du matsu (pin), la force de La Grange, y seront toujours visibles. Les shojis donnant sur le jardin, nous devrons apprendre cette pièce et sa personnalité. Ce matin, il y fait frais. La pluie a cette nature qu'elle amollit à peu près tout : nos pensées, nos sourires. Le frisson est la respiration de cette journée.

Je pense à tout cela, cette nuit, allongé dans l'herbe sèche et odorante de cette grange.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Demain, le soleil viendra sublimer l'humide journée et les bouffées d'air chargées du parfum de la paille des tatamis réchaufferont les envies de paresse.

Vide Grenier

Bloquer les publicités est tout à fait normal. Se poser la question du droit de le faire est déjà un renoncement. What I find remarkable is the way both sides of this debate seem to simply assume the large-scale capture and exploitation of human attention to be ethical and/or inevitable in the first place. This demonstrates how utterly we have all failed to understand the role of attention in the digital age—as well as the implications of spending most of our lives in an environment designed to compete for it. […] It’s important to note that the essential question here is not whether we as users are being manipulated by design. That is precisely what design is. The question is whether or not the design is on our side.

Lors de développement Web, ne pas avoir peur de résister aux tendances du temps, surtout si vous le faites consciemment dans une volonté de pérennité et de qualité. Be a great front-end developer. Be boring.

Ce que signifie l'amélioration progressive. Simply placing your Javascript code in external files, does not, in any way, address the problem of Progressive Enhancement.

Rêveries sur les masques de l'est. Alors nous avions mis nos masques de l’est — nos suées de l’est nos jambes de l’est et on courait dans notre rêve de l’est comme il nous arrive de courir la nuit et les yeux fermés.

À propos de partage décentralisé. This draft proposes to structure and list what is a decentralized sharing between persons from server-to-server by identifying the steps and the associated challenges.

La liberté, l'école et les activités politiques des lycéens au Japon. This raises the possibility that a student council’s move to issue a peace declaration or a school newspaper’s article on the government’s nuclear power policy, for instance, may be blocked by the school principal.

January 10, 2016 12:19 PM

David Larlet

2016-01-10

Depuis la semaine dernière :

  • j’ai attaqué un texte sur les « Communs »
  • j’ai mis à jour celui sur « Soupapes » suite à une remarque d’Aurélien, je n’ai pas (encore ?) de versions pour visualiser un diff
  • j’ai réfléchi à ces notions d’URL et d’auto-référencement grâce à Karl et je continue l’expérience pour en découvrir les limites
  • j’ai remis en question le projet suite à une remarque de ma douce et tendre qui me trouve aigri et méprisant, au final elle trouvait (aussi) que je ne me justifiais pas assez…
  • du coup, j’ai mis le texte en justify (une première douloureuse) et joué avec le design, ça ne doit passer qu’avec ma configuration mais ça m’amuse :-)

Je découvre le fait de revenir sur un texte plusieurs fois, c’est un nouvel exercice qui m’est très difficile. L’action de publication est décorrélée de celle de rédaction elle-même désynchronisée de la notification et de ses multiples ajustements. Le lâcher-prise sur un texte ne se fait plus au moment de la publication et j’ai du mal à savoir quand du coup. Il y a un rapport à la vie/mort d’une production que je continue de creuser.

January 10, 2016 11:00 AM

January 09, 2016

Eric van der Vlist

Karl Dubost

Sans lieu, oisif

Vélo dans un passage Tsujido, Japon, 1er novembre 2015

Il n'y a pas de lieu pour le marcheur.

C'est une des joies réelles de la marche que de s'arrêter là où l'inspiration vous prend, de s'asseoir sur le bord d'un ruisseau, au cœur d'une clairière, dans une prairie, sur une route de campagne, d'écrire ainsi où bon vous semble, dans la nature ou même dans les cafés.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Quand Jacques Lacarrière traverse la France, il a son carnet et probablement un appareil photo. Voici les deux objets en compétition, aujourd'hui le papier/stylo et le mobile sont des outils qui se chamaillent. Chacun nous démontre au quotidien leur qualité propre.

Car j'aime aussi écrire dans les cafés. Certains soirs, je les préférais à la solitude des chemins, heureux d'être au milieu des autres, dans le bruit des conversations, le brouhaha des vies encloses.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Il me faut le café pour écrire. Je n'écris que très rarement quand je suis à la maison. Ainsi pour écrire, il devient nécessaire de sortir quotidiennement. C'est à ce moment même que les mots se délient, se suivent et donnent l'envie du partage. Ce sont peut-être ces petits voyages de l'intime qui sont essentiels au rythme de la journée.

Les mots n'ont pas besoin que de silence, de vent, de forêts pour jaillir. Souvent, ils ont besoin d'autres bruits, d'autres chants, de ces voix rocailleuses ou douces, éraillées ou flûtées, des voix humaines des cafés.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

L'écriture se réalise dans la pause de la marche. J'ai tenté plusieurs fois d'utiliser l'enregistreur mais la parole n'a pas le rythme des mots écrits. Prendre des notes courtes sur le mobile est possible mais sans abus car cette fois-ci c'est le reste du monde qui s'évapore et ainsi les pensées s'assèchent. Ces petits écrans absorbent tout de notre humanité locale à la moindre oisiveté cérébrale si nécessaire à l'imagination.

Vide Grenier

La relation à l'être. Au Japon, on dit « 子供が入りますか » littéralement, « est-ce qu'il existe un/des enfants ? » Je n’ai pas le sentiment d’avoir un enfant mais d’être père.

January 09, 2016 12:44 PM

L'amour libre

boutique de rue Sapporo, Japon, 30 octobre 2015

Ce monde, je ne le sens pas étranger à ma vie, à mes goûts, à mes curiosités. Il m'apporte des formes et des sons, me suggère des images, des réflexions qui sont celles du siècle où je vis.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

À Chigasaki, près du café Poe, une cité d'immeubles a été rénovée. Un enfant sort d'une bibliothèque avec deux filles. Ils ont moins de 10 ans. De l'autre côté de la rue, trois garçons lui lancent des « love » insistants pour se moquer de lui. Il les ignorent. Être avec deux filles semble passer pour un bris d'un pacte macho. Je suis du même côté de la rue que le groupe turbulent. J'attends le bus. Je finis par lancer à l'un des moqueurs que le garçon avec les deux filles était cool. Ils ont arrêté aussi leurs moqueries.

Vide Grenier

Un serveur HTTP qui promeut la possibilité de l'utilisation locale et de la simplicité est suffisament rare pour le noter. Caddy lets you work on your blog offline by serving text files or even WordPress on your own computer. It's easy to set up and doesn't get in the way.

January 09, 2016 12:19 PM

January 08, 2016

Eric van der Vlist

Le fruit

[fr] Fruits de liquidambar. [en] Sweetgum fruits

by Eric van der Vlist at January 08, 2016 03:29 PM

January 07, 2016

Eric van der Vlist

Le chevet

[fr] La cathédrale Notre-Dame de Paris. [en] Notre-Dame de Paris.

by Eric van der Vlist at January 07, 2016 07:15 PM

January 06, 2016

Eric van der Vlist

Le chêne

[fr] Chênes. [en] Oaks. Sons du jour Coïncidence ? Les émissions écoutées aujourd’hui avaient toutes un lien avec la non-violence… Les pieds dur terre : Cinq ans plus tard : retour sur… les printemps arabes – Egypte : La mosquée-hôpital (R) 28 minutes Les pieds sur  terre : Cinq ans plus tard : retour sur… … Continue reading Le chêne

by Eric van der Vlist at January 06, 2016 03:07 PM

January 05, 2016

Eric van der Vlist

Le bouquet

[fr] Bouquet de fleurs. [en] Flower bouquet.

by Eric van der Vlist at January 05, 2016 05:11 PM

January 04, 2016

Eric van der Vlist

Le dock flottant

[fr] Le dock flottant. [en] Floating dry dock.

by Eric van der Vlist at January 04, 2016 04:06 PM

David Larlet

★ Apprentissage et auto-dépréciation

This unfortunately became a trend. I don’t really go to local tech meetups anymore because I don’t feel like I fit in both due to age demographic and the age related comments I get. Usually whenever my age was bought up it was met with shock and awe.

I hated it. I don’t need to be told facts about myself. It didn’t make me feel special or unique, it just made me feel very different and abnormal. Once I had someone harass me for an entire meetup about my age and I ended up going home feeling like shit and crying myself to sleep.

My age was particularly of concern whenever I’d go to the US for work or conferences. The tech industry has a strong drinking culture and not being able to go into bars is very socially isolating. Whenever I go to the US I feel like a child and even get asked at customs why I’m travelling alone.

~2015 in review - Medium (cache)

Le dernier cours a été l’occasion de faire une restitution d’un travail sur le long terme. Le résultat fut assez terrible principalement car les étudiants ne savaient pas mettre en valeur leurs connaissances. J’essaye toujours de mettre en contexte les évaluations, que ce soit via une candidature spontanée ou une critique de site. Cette fois-ci, il s’agissait de présenter leur travail à une personne rencontrée pendant un événement qui voulait voir de quoi était capable l’étudiant rapidement dans le but de l’embaucher. Toute ma démarche a été de les pousser du comment scolaire au pourquoi professionnel. Décrire ce qu’ils ont fait est intuitif pour eux mais prendre du recul et décrire ce qu’ils ont vraiment acquis et comment est-ce qu’il pourraient le mettre en application — voire pourquoi est-ce que c’est une bonne pratique — est beaucoup plus compliqué. Or c’est ce qui me semble pertinent dans un tel contexte.

J’ai du mal à identifier pourquoi est-ce qu’ils arrivent avec un tel manque de confiance en eux à cette étape de leur vie mais c’est vraiment dommageable pour qu’ils réussissent à trouver un emploi s’ils n’arrivent pas à valoriser un minimum ce qu’ils ont appris. Peut-être poussent-ils l’auto-critique et l’humilité trop loin ?

The reason it’s so difficult to test and improve is that it requires you to acknowledge that your original plan wasn’t perfect. And to have the humility and care to go ahead and fix it.

Software is testing (cache)

Peut-être sont-ils fatigués d’avance (cache) par l’ampleur de la tâche qui les attend ? Ou peut-être que leur formation est trop généraliste ? Je vais essayer de leur faire (re)prendre confiance en eux en introduisant JavaScript avec le moins d’abstraction possible.

January 04, 2016 11:00 AM

January 03, 2016

Eric van der Vlist

Les bractées

[fr] Bractées de bougainvillier. [en] Bougainvillea‘s bracts.

by Eric van der Vlist at January 03, 2016 05:51 PM

David Larlet

2016-01-03

Je songe sérieusement à décorréler les notifications de la production avec ce que je suis en train d’expérimenter sur le lexique. En effet c’est un travail sur le long terme avec des ajustements nombreux au cours de la première semaine notamment. Je compte faire un bilan par semaine pour vous tenir informés de l’avancement et vous demander votre avis, il n’y aura pas de publication autre que celle d’un item du flux (pas de page dédiée, tweet ou autre).

Je suis en cours de finalisation de « Soupapes » et j’ai commencé « Web » avec un peu d’avance mais j’en avais besoin pour développer l’outil de liens dynamiques. Je rencontre déjà des problèmes au niveau de la nomenclature (comment gérer les synonymes), de la pérennité (que doit-il advenir d’un fragment d’url si le titre change), des versions (un lien externe doit-il forcément pointer sur la dernière version) et de l’ampleur de la tâche :-).

Si vous avez des remarques je suis joignable par email, je ne sais pas encore à quel moment votre inclusion devient pertinente dans le processus. Vous pouvez aussi suggérer des termes bien sûr. Et là j’en viens à me re-questionner sur l’intérêt d’une liste de diffusion pour tout ça afin de fluidifier les échanges…

January 03, 2016 11:00 AM

January 02, 2016

Eric van der Vlist

La vigne de Salomon

[fr] Fruits de clématite des haies. [en] Old man’s beard.

by Eric van der Vlist at January 02, 2016 02:31 PM

Karl Dubost

La part d'ombre

boisée de bouleau Sapporo, Japon, 30 octobre 2015

Les coïncidences se poursuivent. J'avais décidé de prendre un peu de temps pour moi. Café et musée se succèdèrent jusqu'à ce que je réalise que cette exposition de chaises par un créateur japonais, Santaro, au musée d'art moderne était dans le même musée où j'avais pu voir une exposition sur le travail de Foujita, il y a 7 ans.

Les épouvantails disparaissent peu à peu de nos champs comme les ombres

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Je suis surpris d'avoir choisi les mêmes lieux sans m'en rendre compte. Les souvenirs semblent inexistants. Il suffit d'un détail ici ou là, et c'est l'ombre qui prend forme, qui trouve son utilité. On s'interroge. Quelle est la part d'ombre que l'on porte avec soi mais que nous avons oubliée. Quelques architectures subsistent. Elles me sont familières mais cette fois-ci, je doute, il me semble qu'elles sont la représentation d'une image romantique des pays enneigés. J'aimerai revoir Sapporo sous une tempête de neige tout en luttant contre le froid.

La neige est toujours là, par plaques, avec le vent, le froid mais aussi un grand soleil jaune. La grange est presque chaude, à côté de cette immensité où rien n'arrête ce vent, où les quelques genévriers ont du mal à pousser, chaude avec ses ballots de foin où déjà j'ai préparé ma place pour la nuit.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Ce soir, pas de neige, à Sapporo, à l'aéroport, je reprend un avion bondé des salarymen qui sont venus pour la semaine. Dans quelques heures, la chaleur de Shonan et le sourire rond de notre futur.

vigne envahissante Sapporo, Japon, 30 octobre 2015

Vide Grenier

Une présentation à propos de l'anonymisation des images afin de préserver certains des éléments de vie privée. Reversible visual privacy protection

Lieux d'être, une émission de Radio-France, écoutée dans le vol de Sapporo à Tokyo. la journaliste : Nous nous sommes mis au-dessus du monde. Nous sommes passés, nous avons basculé d'une manière que semble-t-il vous jugez pernicieuse. Nous avons basculé dans une forme d'abstraction. Nous sommes devenus une humanité hors-sol en quelque sorte. L'invité : Exactement, le mot hors-sol dit bien ce dont il s'agit. Et le mot abstraction. Parce que… il s'agit de la modernité. Il s'agit finalement du dualisme moderne qui a coupé ce qui en réalité lie toujours les sociétés humainés à leur environnement. Ce lien c'est ce qu'on peut appeler milieu justement. Alors en quoi est-ce pernicieux ? Parce que pour le dire d'une formule un peu forte. À force de nous abstraire de la terre, et bien on va finir par perdre pieds. C'est ce qu'on peut appeler perte de monde, a-cosmique comme on peut le dire aussi et ça ça peut-être tout à fait dangereux et même fatale pour cette espèce humaine qu'est l'homme.

January 02, 2016 02:04 PM

January 01, 2016

Eric van der Vlist

Bonne année 2016 – Happy new year

[fr] Cette année, vous avez échappé à toutes les autres photos du jour que vous pouvez voir sous forme d’albums ou de billets. [en] This year I could have used any of the other pictures of the day which you can browse as albums or as blog posts.

by Eric van der Vlist at January 01, 2016 05:24 PM

Les chatons

[fr] Chatons de noisetier. [en] Catkins of hazel.

by Eric van der Vlist at January 01, 2016 04:52 PM

Karl Dubost

Ne pas tout prendre au sérieux

immeuble la nuit et nuage Sapporo, Japon, 29 octobre 2015

Près du centre de convention, nous avons trouvé un café, Little Fort Coffee. Le café latte y est bon, l'ambiance y est simple et absorbante. Dès l'entrée, le désir d'une respiration lente accompagne le sentiment que les mushi y sont extraits du corps par l'espace qui vous libère. Pas d'autres clients pendant près de 1h30, et toujours cette question en sortant « Comment font-ils pour vivre ? »

Le temps—je veux dire ce sentiment de la durée si fluctuant, si instable lorsque l'on marche ainsi—m'a paru aujourd'hui s'être écoulé à toute allure.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Mon hypothèse s'est réalisée. Aujourd'hui une personne m'a proposé de venir travailler pour eux. Quel étrange lieu que ce centre de convention. Ce sera beaucoup plus difficile cette fois-ci de me convaincre. Les conversations sont légères.

Vide Grenier

Par l'intermédiaire de Jeremy Keith, je découvre ce guide de code qui montre le rendu et le code source. Belle astuce.

Emmanuel pense à faire ce que je fais déjà pour La Grange. Le gros bénéfice est d'ajuster le script à ses besoins au fur et à mesure. Ce script ymir jamais terminé a beaucoup évolué depuis le début. Il évoluera encore. Il n'est pas nécessairement fait pour être utilisé par les autres (bien que ce soit possible). Mais il peut peut-être vous donner des idées. Apprendre à parler un peu Python pour automatiser certaines tâches routinières, voilà qui me serait utile et qui m’intéresserait. Je vais essayer une énième fois de m’y mettre, on verra bien.

Ymir, le script pour gérer La Grange, ce carnet. Apprendre à parler un peu Python pour automatiser certaines tâches routinières, voilà qui me serait utile et qui m’intéresserait. Je vais essayer une énième fois de m’y mettre, on verra bien.

notes est un script complémentaire pour formatter les entrées du grenier. Apprendre à parler un peu Python pour automatiser certaines tâches routinières, voilà qui me serait utile et qui m’intéresserait. Je vais essayer une énième fois de m’y mettre, on verra bien.

⏮⏪▶️⏹⏸⏩⏭ et le bouton liberté ⏺ Apprendre à parler un peu Python pour automatiser certaines tâches routinières, voilà qui me serait utile et qui m’intéresserait. Je vais essayer une énième fois de m’y mettre, on verra bien.

January 01, 2016 02:08 PM

Chemins de traverse

can rouillée sur un parking Sapporo, Japon, 28 octobre 2015

Hier soir, un restaurant enfumé où de nombreux salarymen discutent de la journée autour du poisson grillé, sashimi et crabe à la vapeur. Tous en costume-cravate, l'ambiance y est typique. Il aura fallu étendre les vêtements pour se débarasser de l'odeur de tabac. Ce soir, à 50m du précédent restaurant, l'ambiance y est totalement renversée ; les néons blancs ont été remplacés par des éclairages incandescents et intimes. Les clients y sont presque uniquement féminins. La guerre des sexes n'aura pas lieu. Les territoires sont bien définis.

Affronter l'imprévu quotidien des rencontres, c'est rechercher une autre image de soi chez les autres, briser les cadres et les routines des mondes familiers, c'est se faire autre et d'une certaine façon, renaître.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

La traverse des frontières sociales et culturelles est une source de bon-être.

Vide Grenier

La difficulté des personnes qui tapent sur leur clavier fortement. J'ai un utilisateur de marteau-piqueur sur ma gauche. Il mange ses ongles. Ses gestes sont rapides. Son comportement montre une personne avec du stress. Au fond de moi, je pense qu'il devrait prendre une marche et regarder le tsuboniwa du Centre de Convention de Sapporo.

Pensée pendant la session plénière du W3C à Sapporo. Nous tentons de corriger les enjeux de sécurité qui se résument souvent à s'assurer que l'échange est réalisé entre deux personnes de confiance, et par conséquence identifiées. Plutôt que de permettre les échanges dans des environnements sécurisés (love hotel, conversation dans une forêt) ou bien de permettre dans des environnements hyper-sécurisés des communications anonymes (système de vote par bulletin de vote papier, échange d'argent comme les pièces).

À cela j'ai envie d'ajouter qu'il n'est pas toujours sain de savoir ce que les autres connaissent à propos de vous. Ce n'est pas si noir et blanc que cela. Les contextes, les circonstances, les équilibres de pouvoir. There is an interesting challenge. Suppose we said "Everyone should have a right to have access to all the information you have about me." Tough question - how do you ensure that the requestor is the person the information should be delivered to? which takes us back to the need for strong authentication without losing the ability to retain anonymity at will?

to help you learn, build, and move the web forward. The one-stop place to find the information and tools you need

Le harassement à l'école au Japon. Bullying cases reported by elementary schools hit a record 122,721 in the 2014-2015 school year, up by 3,973 from a year earlier.

January 01, 2016 01:56 PM

Le cycle des lieux

can rouillée sur un parking Sapporo, Japon, 27 octobre 2015

Sapporo porte un symbole étrange. Dans le centre de convention de Sapporo, les conversations se lient ; les projets se dessinent. Déjà 7 ans, j'avais participé à un sommet Creative Commons lorsqu'une conversation de couloir accompagnait l'opportunité d'un poste dans l'organisation. Je décidais de quitter le W3C (mais pas uniquement pour cette raison). Décision prise peut-être un peu trop vite à l'époque, mais qui finalement me permit d'explorer d'autres territoires géographiques, humains et professionnels.

Ce monde de l'errance n'est jamais mort ni en nous, ni autour de nous.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Donc 7 ans après, de nouveau au même endroit et cette fois pour une réunion du W3C entouré de nombreux geeks. Et je ne peux m'empêcher de m'interroger si une personne tentera de me recruter.

Vide Grenier

Très bonne introduction par Antoine sur la réalisation d'un livre multiforme. Seule une version PDF du livre de Marie Lebert est proposée, dommage pour un livre sur le livre numérique. Je décide mettre en forme les contenus déjà disponibles dans un livre web, accompagné d’un fichier au format EPUB. […] Pour celles et ceux qui seraient curieux des étapes d’un tel projet, voici quelques explications. Faites-vous un thé ou un café, c’est un peu long !

Je n'ai jamais eu d'outils de statistiques sur ce carnet. La seule chose que j'avais installée pendant une période était un outil pour permettre de découvrir les Referrer:, c'est à dire les liens pointant vers le carnet afin de découvrir de nouveaux espaces. La découverte des autres est essentielle. La popularité des sujets que vous publiez n'a aucun sens. I am now in the camp that analytics are detrimental to most new writers, and many long time writers as well. We are better off without them.

Ma règle pour les boulots à distance est souvent « est-ce que deux employés partageant le même bureau travaillent comme s'ils étaient à 5000 km l'un de l'autre. » I have been accumulating a few useful sites for remote job seekers…

January 01, 2016 12:51 PM

David Larlet

★ Expérience d’écriture

To explore this further, we developed Membrane, which is an experiment in permeable publishing. By permeable publishing, we mean a new form of reading experience, in which readers may “push back” through the medium to ask specific, contextual (and constrained) questions of the author. Membrane empowers readers with two new abilities. The first is that they can highlight any piece of text within the article, select a question they want to ask (e.g. “Why is this?”, “Who is this?”, “How did this happen?”), and submit that question to the newsroom, asking the reporter to give further explanation or clarify. The second is that they can browse–inline–questions that have already been previously answered by the reporter, giving them the benefit of the discussion that has already occurred. When a reader’s question is answered, they are notified, letting them know that the newsroom is paying attention to their feedback. In this way, the article becomes a channel through which questions can be asked, responses can be given, and relationships can be developed.

Membrane: An Experiment in Permeable Publishing (cache)

Cette nouvelle année démarre une nouvelle expérience d’écriture, la tentative de casser la linéarité temporelle pour générer un graphe de textes. C’est une réflexion que je poursuis depuis longtemps et j’ai encore du mal à voir où je vais à ce sujet. À moyen terme, j’aimerais pouvoir ouvrir ce graphe vers l’extérieur mais je vais commencer par voir ce que cela produit déjà localement.

Ce qui me gène actuellement dans la publication et la navigation sur le web c’est cette problématique pour faire des liens de contenus passés vers des productions futures. Je vais tenter de produire des textes à base de mots-clés auto-référencés par la suite avec une navigation à base d’ancres. On revient à une publication sur une seule page pour fluidifier la navigation, le rythme sera probablement hebdomadaire.

À long terme, le concept de publication perméable m’intéresse et pourrait être le début d’un échange entre lecteurs et producteurs. Je n’exclus pas le fait que les producteurs puissent être multiples et distribués. On pourrait même imaginer à terme un lexique distribué et/ou personnalisé de mots-clés mais je me retiens dans ma réflexion tant que les premiers textes n’ont pas été rédigés.

January 01, 2016 11:00 AM

Karl Dubost

Sapporo

ville derrière une fenêtre Sapporo, Japon, 26 octobre 2015

Je suis ici pour la grande réunion annuelle du W3C : le TPAC. L'opportunité pour la majeure partie des personnes du W3C de se rencontrer et de discuter. Une socialisation contrainte par la proximité qui est éprouvante en quelques heures. La lutte des territoires entre les compagnies y est féroce sous couvert de coopération. Le W3C a toujours été ce lieu permettant de discuter des enjeux avec un rôle plus que difficile.

On ne part plus sur les routes pour prêcher ni faire son salut, pour conquérir quelque Graal au cœur des châteaux forts.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Au moins, dans les discussions difficiles, il me reste le goût du ramen d'hier soir. Et l'amitié.

signe pour ramen Sapporo, Japon, 26 octobre 2015

Vide Grenier

Significatif ? Je ne sais pas mais dans le programme du TPAC 2015, certaines réunions de groupes relatifs à XML ont été annulées. copie écran du programme 2015

Sacre du printemps par Marie Chouinard.

January 01, 2016 10:05 AM

Terres nomades

terre Tsujido, Japon, 25 octobre 2015

Les événements d'une journée bousculent l'autre. L'oubli absorbe ce qui nous semblait essentiel quelques heures plus tôt. Nos moments de mémoire déambulent sans fil d'ariane au gré des coups de vent.

Avant de partir, j'ai pris la terre de La Grange et l'ai placée sous le pin pour que les terres mêlées communiquent.

Des nomades en somme, étrangement perdus et égarés au sein d'un monde devenu sédentaire, des ambulants qui déambulent sans motif apparent, des divagants qui errent sans raison (d'où le second sens de ce mot).

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Ce soir, j'ai pris l'avion de Haneda vers Sapporo, mon sac sur les épaules après une journée de soleil. L'arrivée sous une tempête de neige, la première de l'année, dans une ville avec un plan à l'américaine avait tous les parfums de Montréal. Étrange collision.

Vide Grenier

La volonté farouche de la différence quand elle fournit le mur nécessaire à l'appaisement. La vie est une tempête. Tout le monde n'est pas marin ou a la cuirasse d'un héros. Mais les gens aiment les barrières, surtout quand il s’agit d’en faire une essence, ça les rassure et puis, surtout, ça ne demande aucun effort. C’est l’entre-soi, et c’est l’évidence.

January 01, 2016 09:36 AM

Les chemins creux

bras et café Tsujido, Japon, 24 octobre 2015

Certaines amitiés ont le confort des chemins creux où l'on s'abrite des chaleurs de l'été en découvrant le plafond étoilé des noisetiers qui nous enveloppent. La certitude est que le chemin est en pente douce et que l'on s'y sent bien quels que soient les circonstances. Je l'ai attendu à la gare. Il était en avance et s'était déjà promené à travers les rues. Nous nous sommes rencontrés ici, il y a presque 15 ans. Et c'est peut-être pour cela que nos rencontres, nos échanges partagent beaucoup avec la marche.

Autrefois, il y avait toujours dans les villages de quoi loger les errants et les voyageurs de passage. Marchands, colporteurs, compagnons, les termes ne manquaient pas pour désigner ceux qui se déplaçant sans sur les chemins.

Jacques Lacarrière, Chemin faisant.

Notre errance est choisie. Elle observe ses propres contraintes qui nous sont restées douces. Le parcours aujourd'hui n'est ni une volonté de mémoire, ni un pélerinage mais juste l'envie de mêler un contexte géographique à un contexte émotionnel.

Vide Grenier

Une introduction par EFF à propos du désir d'introduction des DRMs dans… les photos numériques en pdf. Some of the proposals for the JPEG Privacy & Security activity threaten to create a form of DRM for images

January 01, 2016 08:53 AM

December 31, 2015

Eric van der Vlist

Le pont libéré

[fr] Le pont des arts sans cadenas. [en] Lockless Pont des arts.

by Eric van der Vlist at December 31, 2015 03:02 PM

David Larlet

Archive annuelle

Je voulais vous faire un ebook avec Sigil mais l’interface m’a rapidement découragé et je manque de temps pour faire quelque chose de propre. J’ai quand même fait une page chronologique avec l’intégralité du contenu ce qui fait un peu plus de 500Ko que vous pouvez transformer en pdf/epub par vous-même. L’avantage d’avoir une seule page est de pouvoir faire une recherche directement dans le navigateur plus facilement vu que mes titres ne sont pas tous descriptifs ou explicites.

Je vous épargne les X billets les plus populaires car je n’en ai aucune idée. La seule statistique intéressante que j’ai sur cette année à publier quotidiennement : 485 liens archivés sans aucune demande de retrait. Pour être honnête, c’est fastidieux à automatiser — même avec readability-xml — car il y a toujours des problèmes d’encoding, de parsing, de détection, etc (le pire étant le code HTML généré par Medium…) mais je suis bien content de l’avoir fait pour avoir des contenus compréhensibles dans la durée.

Je ne sais pas encore de quoi demain sera fait. J’ai toujours une grosse envie d’écrire, reste à voir sur quels sujets et sous quels formats. Merci de vos nombreux retours par email ou lors d’événements cette année, même si je suis timide dans mes réponses cela me fait extrêmement plaisir de pouvoir continuer certaines réflexions suite à nos échanges.

December 31, 2015 11:00 AM