Planète Web Sémantique

September 16, 2021

David Larlet

Analphabète

Mais depuis quelques mois j’ai trouvé une sorte de parade à cela. Je me fais simplement passer pour un analphabète numérique. Étant donné que je sais que, peu importe les démarches que je souhaite réaliser, il y a de fortes chances pour que je ne rentre pas dans les cases, j’arrive ainsi à établir les dossiers avec une véritable personne qui peut prendre en compte mes spécificités sans avoir, avant, à perdre du temps auprès d’une machine.

Journal de f6k, vol. 12 num. 13 (cache)

Hier, Elle reçoit un courriel la notifiant qu’elle a un nouveau message de l’immigration. C’est un enjeu stressant pour nous, car il y a un visa à la clef et toute une chaîne de conséquences. Elle essaye de se connecter avec son téléphone mais une fois authentifiée, retour à l’accueil, déconnectée. Elle me demande de tester à mon tour, même erreur depuis un ordinateur. Elle se connecte à Twitter car c’est le seul moyen aujourd’hui de pouvoir interagir avec une administration. Elle fait état du bug(?). La réponse est digne d’un « dans le doute, reboot » : essayez de (très) nombreuses fois après avoir vidé le cache du navigateur…

Le lendemain, Elle tente de se (re)connecter au site de l’administration en pestant sur le fait que le courriel de notification pourrait contenir le message et s’éviter tout cela. Cette fois-ci, ça marche ! Le contenu du message :

Vous allez prochainement recevoir un courrier qui contiendra votre nouveau visa.

Tout ça pour ça. Un poids appréciable en moins tout de même. Il faudrait que je fasse le compte de ce que nous coûte en argent (et en temps !) une immigration choisie.

Histoire de chialer comme un bon français 🙃.


Réagir ?

September 16, 2021 11:00 AM

September 15, 2021

David Larlet

Héritage

I like thinking about privacy as being collective, because it feels like a more true reflection of the fact that our lives are made up of relationships, and information about our lives is social and contextual by nature. The fact that I have a sister also indicates that my sister has at least one sibling: me. If I took a DNA test through 23andme I’m not just disclosing information about me but also about everyone that I’m related to, none of whom are able to give consent. The privacy implications for familial DNA are pretty broad: this information might be used to sell or withhold products and services, expose family secrets, or implicate a future as-yet-unborn relative in a crime. I could email 23andme and ask them to delete my records, and they might eventually comply in a month or three. But my present and future relatives wouldn’t be able to do that, or even know that their privacy had been compromised at all.

left alone, together (cache)

Une personne proche n’avait pas eu conscience de divulguer une partie de l’information génétique de sa descendance en procédant à un séquençage. Et surtout, ne comprenait pas en quoi cette information pouvait être une donnée critique.

Toute donnée stockée sera exploitée, tout recoupement possible sera effectué. Ce n’est qu’une question de temps.


Réagir ?

September 15, 2021 11:00 AM

September 14, 2021

David Larlet

Lutte

“From an Indigenous perspective, when we are confronting the climate crisis we are inherently confronting the systems of colonization and white supremacy as well,” Goldtooth said. “In order to do that, you have to reevaluate how you relate to the world around you and define what your obligations are to the world around you. It’s more than just stopping fracking development and pipelines and it’s more than just developing clean energy, it’s about actually fundamentally changing how we see the world itself.”

[…]

“When you take a step back and look at the work that Indigenous peoples have put in over the years and decades, it really goes to show that we collectively are making a tremendous impact for the benefit of this planet,” Goldtooth told Grist.

“It backs up what we’ve constantly been saying,” he added, “recognizing Indigenous Rights protects the water, protects the land, and protects our futures.”

Indigenous resistance has cut U.S. and Canada’s annual emissions (cache)

Au-delà des chiffres, il y a ce constat à la lecture du rapport (PDF, 4 Mo, cache) que (seule ?) la lutte fonctionne. Merci aux personnes qui sont cette lutte, qui incarnent la résistance dont nous avons besoin pour survivre.

Imaginez un peu si la grande démission se transformait en grande action collective… on pourrait appeler ça le Grand Matin pour changer un peu.


Une vidéo du dernier Grand Solstice.


Réagir ?

September 14, 2021 11:00 AM

September 13, 2021

David Larlet

Démission

Car le temps de la pandémie a mis à nu l’absurdité de « la normalité », productrice de la catastrophe et de l’impasse de l’avenir. L’activité routinière de la majorité des travailleurs est devenue clairement incohérente et stérile devant la force de la pandémie ; les repères sécurisants du salariat et de ses institutions se sont révélés fragiles, et même impuissants. Les activités valorisées au départ par les puissants comme étant « essentielles », ont été vite stigmatisées, voire pointées comme coupables de la poursuite du désastre.

[…]

« La grande démission » peut s’inscrire dans le droit fil d’autres mouvements qui, par le passé, ont jalonné l’histoire des résistances à la soumission au travail, et dont les plus connus furent le « refus de parvenir » et le sabotage.

Le Covid et « la grande démission » (cache)

Tout espoir est encore permis… selon l’histoire que l’on arrive à se raconter. J’ai l’impression que « grande démission » pourrait aussi rimer avec « grande dépression » et ses conséquences connues : recherche de boucs-émissaires, stigmatisation, nationalisme, etc.

Attention à qui est-ce que l’on donne du pouvoir.

Serions-nous parvenus au point où « mieux se former », « mieux être payé », ne suffirait plus pour accepter de continuer comme des zombies ? Tout cela pour revenir à la « normalité radieuse » qui n’est autre que celle de la catastrophe permanente. Ou serions-nous devant un choix radicalement différent, celui qui inquiète les prêtres vaudou en question, celui de revendiquer la dignité, la réappropriation de nos vies, le sens de l’humain ?

Ibid.


Réagir ?

September 13, 2021 11:00 AM

September 11, 2021

David Larlet

Vengeance

The greatest regret of my life is my reflexive, unquestioning support for that decision. I was outraged, yes, but that was only the beginning of a process in which my heart completely defeated my rational judgment. I accepted all the claims retailed by the media as facts, and I repeated them as if I were being paid for it. I wanted to be a liberator. I wanted to free the oppressed. I embraced the truth constructed for the good of the state, which in my passion I confused with the good of the country. It was as if whatever individual politics I’d developed had crashed—the anti-institutional hacker ethos instilled in me online, and the apolitical patriotism I’d inherited from my parents, both wiped from my system—and I’d been rebooted as a willing vehicle of vengeance. The sharpest part of the humiliation comes from acknowledging how easy this transformation was, and how readily I welcomed it.

9/12 - by Edward Snowden (cache)

Lire Edward Snowden, 20 ans après. Essayer de comprendre avec son recul, ses mots. Ce qui a pu se passer dans des millions de têtes, pas si loin d’ici. Et les conséquences que cela a pu avoir, les abus, les lanceurs d’alertes.

La polarisation du monde, sa guerre immonde. Des dommages collatéraux, loin. Le souvenir, entretenu, ravivé. Restons terrorisé·es et dociles, canalisés.

Les traders se défenestrent, Ben Laden fait un plongeon, on réserve le même sort aux afghans nous ayant aidé. Pas de parachutes pour notre culpabilité, la vengeance doit montrer la brutalité de cet écrasement. Chutes silencieuses, sur-commentées.

Les victimes sont tombées 99 fois, je me relève sans foi.


Après ceci, je suis à peu près assuré de ne pas pouvoir entrer chez les voisins.

It’s not a bug, it’s a feature. (Developer edition)

It’s not a blunder, it’s a gambit. (Chess edition)


Note : Substack propose un flux RSS pour les publications si vous préférez ce moyen. C’est suffisamment rare pour le remarquer (coucou tinyletter). Heureusement, des outils permettent de palier ce manque.


C’est cool
Ma jeunesse s’écoule
Entre un mur qui tombe et deux tours qui s’écroulent
Eh ouais c’est cool
Ma jeunesse s’écoule

C’est cool 🎶, Gaël Faye


Réagir ?

September 11, 2021 11:00 AM

September 10, 2021

David Larlet

Injustice

Si vous dénoncez une injustice, je vous invite à réfléchir : que voudriez-vous voir arriver ? À quoi la responsabilisation pourrait ressembler ? Si vous pensez que la personne devrait mourir, socialement ou littéralement, nous devons commencer la conversation à cet endroit-là. Sinon, nous avons besoin d’une vision de ce que pourraient être la guérison et la responsabilisation.

Si vous pensez qu’ils doivent mourir… (cache)

Il y a David qui parle de justice réparatrice/transformatrice depuis un moment, il faut que je me penche sur ce concept car j’y vois une source de compréhension et d’acceptation. En lisant la page wikipedia française, j’apprends qu’il pourrait y avoir un lien local avec l’origine de ce concept et sa potentielle mise en application.

De quoi me motiver encore davantage.


Réagir ?

September 10, 2021 11:00 AM

September 09, 2021

David Larlet

Documentation

Here are six requirements that I have on a project for it to reach my gold approval for stellar docs.

  1. Your docs belong in the code repository
  2. Your docs is not extracted from code
  3. Your docs features examples
  4. You document every API call you provide
  5. Your docs is easily accessible and browsed
  6. Your docs should be easy to contribute to

Making world-class docs takes effort (cache)

J’ai mis en place un document collaboratif dernièrement en prenant pour acquis que le markdown était lisible et éditable. C’était une grossière erreur. Même avec l’aide de hackmd, un document contenant principalement des liens est interprété comme étant trop technique pour être accessible à des personnes n’ayant pas cette habitude.

Un bon rappel que la route est encore très longue… (cache)


Réagir ?

September 09, 2021 11:00 AM

September 07, 2021

David Larlet

Frank

Zut.

Ta franchise m’aura fait pleurer de rire. Cette critique, sans filtre, si juste, avait le don de me faire relativiser et de prendre du recul en écoutant ce Frank sensé, qui savait jouer avec les maux de notre temps. Merci de faire partie de cell·eux qui m’ont fait envisager des changements radicaux dans ma vie.

Tu te serais bien foutu de ma gueule d’écrire tout ça ici.

Et ça m’aurait plu.

Il est toujours étonnant de voir que l’on s’obstine à croire, l’on se complait dans l’idée qu’une vie peut être écrite et se dérouler selon des plans, des projections, alors que la seule chose certaine — le surgissement inévitable d’un imprévu, d’un accident, d’une brèche dans la continuité d’une existence — est ce que nous refusons de penser. Nous nous interdisons de penser la menace, le risque inhérent à nos vies. Chacun se considère, comme par magie, à l’abri. Comme si cela faisait partie d’un contrat tacite.

Rupture(s), Claire Marin


Réagir ?

September 07, 2021 11:00 AM

September 06, 2021

David Larlet

Ours

Il [Michel Pastoureau] rappelle que l’ours a été diabolisé par l’Église : « Ursus est diabolus » selon saint Augustin. Pourquoi faire ainsi de l’ours une créature maléfique ? Tout simplement parce que vénéré, respecté et redouté, l’ours faisait de l’ombre au culte du Christ. Il a donc été méthodiquement exterminé et remplacé dans son statut de roi des animaux par un animal plus exotique et plus lointain, donc moins dangereux pour l’Église, le lion. C’est ainsi que l’ours est ainsi devenu, petit à petit, symbole de sauvagerie, de bestialité au sens le moins noble du terme et fut même présenté comme un monstre qui enlevait les jeunes femmes pour s’accoupler avec elles.

Là où le feu et l’ours, Corinne Morel Darleux

Combien d’espèces sacrifiées sur l’autel des religions ? Ou servant d’excuses faciles pour masquer les crimes des hommes ?

Je n’ai toujours pas croisé d’ours dans la forêt canadienne. C’est loin d’être la rencontre qui me ferait le plus peur… et j’ai une apparence d’homme.

J’imagine parfois accompagner de (très) loin des personnes en insécurité dans la forêt. Rester à portée d’appel pour être rassurant. Mais ne deviendrais-je pas de fait la principale menace en ayant ce comportement ?

Pas facile de partager un privilège.


Le jour de la publication :

Regardless, if you’re a member of a privileged group, you have the ability to call out bullshit with far fewer professional and social consequences. Use that power.

Privilege isn’t a dirty word. It’s a reality of living in a society with social power imbalances. If you have privilege, use it for good.

Using privilege for good (cache)


Réagir ?

September 06, 2021 11:00 AM

September 05, 2021

David Larlet

Silence

Such a transformation of the environment from a commons to a productive resource constitutes the most fundamental form of environmental degradation. […] The task must be undertaken urgently because commons can exist without police, but resources cannot. Just as traffic does, computers call for police, and for ever more of them, and in ever more subtle forms.

By definition, resources call for defense by police. Once they are defended, their recovery as commons becomes increasingly difficult. This is a special reason for urgency.

Silence is a Commons by Ivan Illich, 1982 (cache)

J’ai eu du mal à trouver l’extrait le plus pertinent de cette intervention qui a mon âge et qui n’a pas pris une ride… elle. La clairvoyance d’Illich me surprendra toujours.

Le lendemain, Llu m’invite à creuser la piste de Spinoza (cache) aussi. Réservé à la bibliothèque.


Réagir ?

September 05, 2021 11:00 AM

September 04, 2021

David Larlet

Suspension

Et pourtant… En se mettant au vélo, des petits bourgeois blancs découvrent ce que ça fait, de se faire traiter comme de la merde, d’être mis en danger par des personnes bien protégées par leur position sociale. Le géographe Matthieu Adam témoigne de leur prise de conscience de cette « oppression systémique » maintenant qu’ils la subissent. Est-ce que ça va en faire des héros de la justice sociale, des alliés hors pair des classes exploitées ? Vu depuis les pistes cyclables parisiennes, ça n’en prend pas le chemin.

Misère du cyclisme urbain (cache)

Avertissement : je vais parler de matériel qui coûte indécemment cher.

J’attendais d’avoir un peu de recul pour parler d’adaptations que j’ai pu faire sur mon vélo pour ménager mon corps vieillissant. Je rappelle que je suis dans un contexte où les chaussées sont soumises à des contraintes climatiques (et politiques) extrêmes. À tel point que mon vélo de triathlon en carbone reste au garage depuis 5 ans… à part pour aller faire quelques tours de hamster à l’occasion.

J’ai ce vélo depuis 4 ans, acheté en fin de saison en promo. On a connu ensemble toutes les météos possibles et imaginables et je suis bien content qu’il roule encore ! Les améliorations pour l’adapter à mon niveau de confort :

  1. Passer à des pneus en 38 mm — ce sont les plus larges qui rentrent dans la fourche — qui plus est tubeless pour ne pas avoir à trop les gonfler (sans risquer de pincer la chambre à air). Je sais que ça peut être beaucoup plus galère si tu arrives à crever quand même mais ça ne m’est pas encore arrivé, le scellant fait sa job.
  2. Suspendre la selle et le guidon avec des élastomères pour encaisser les chocs tout en restant sur un profil course. Ce changement est plus récent et j’ai hésité à changer complètement de vélo pour intégrer la suspension au cadre mais ça m’a semblé plus portable/durable ainsi. Je n’ai pas encore testé ce que ça donne par grand froid mais dans ces conditions ça ne me dérange pas que le vélo soit plus rigide.
  3. Changer de selle pour une version suspendue également. Pour être plus précis, c’est la sensation d’être suspendu qui est assez unique et c’était un peu un coup de poker (vu le prix !) mais j’en suis très content après 6 mois d’utilisation (ouf !).

La combinaison de ces trois modifications me permet de prendre le vélo quotidiennement pour aller à l’école (~15 km, ~1000 km à l’année) sans avoir de cuissard. De faire des escapades plus lointaines. Mais aussi de faire les courses, aller à la bibliothèque, à la piscine, gravir la seule montagne locale, etc. C’est mon moyen de locomotion principal, de loin.

L’autre point fort, c’est que je n’ai plus mal aux poignets ni au bas du dos qui, à force de contracter à chaque nid-de-foule, finissaient par induire une fatigue musculaire qui n’était pas liée à la puissance me permettant d’avancer. Je n’ai pas l’impression d’avoir perdu en efficacité — malgré la suspension — justement car ce gain est d’un ordre de grandeur au-dessus dans mon cas. Même si la transition s’est faite sur plusieurs mois, j’ai pu sentir l’évolution des douleurs et je commence à avoir fait suffisamment de sports pour savoir qu’il faut préserver ce qu’il nous reste le plus longtemps possible :-).

Toutes les religions organisées ont à faire face à un problème commun, qui représente le point faible par où nous pouvons les pénétrer et les orienter selon nos propres besoins. Ce problème est : comment faire la distinction entre la révélation et l’hubris ?

Missionaria Protectiva, Enseignement pour les Initiés, Dune V. Les Hérétiques de Dune, Frank Herbert

Une photo du vélo incluant les modifications. Sur la tige de selle, l’accroche pour le Weehoo qui nous comble depuis plus d’un an.

Réagir ?

September 04, 2021 11:00 AM

September 03, 2021

David Larlet

Pouvoir

Within an organization, there are three kinds of power structures: role power, relationships, and expertise.

Understanding these kinds of power — how they’re built; how they’re wielded; ethically and otherwise; what they can and can’t accomplish — is key to understanding organizations at a systemic level and maximizing your effectiveness at work.

The Three Kinds of Organizational Power (cache)

C’est toujours intéressants, dans certains contextes, d’analyser qui a du pouvoir et sous quelle forme. Ça en dit parfois long sur ce que l’on a choisi de soigner en tant que société et avec quels moyens de rétro-action, en écoutant quelles boucles de feedback, on est en capacité de rééquilibrer certaines situations.

En parallèle, il en est de même lorsqu’un groupe (de parents) se crée, avec différents rôles, expertises et relations passées. Tout cela nécessite du temps. Encore une question de temps.

[Dialogue entre deux gholas : Miles Teg et Duncan Idaho]
— Il ne faut pas que je fasse confiance à ma Mère… Supérieure ?
— Seulement à l’intérieur de certaines limites que tu apprendras à évaluer. En attendant, permets-moi de te signaler que le Bene Gesserit fonctionne selon le principe de défiance organisée. T’ont-elles enseigné la démocratie ?
— Oui, monsieur. C’est lorsqu’on vote pour…
— C’est lorsqu’on se défie de tous ceux qui sont situés plus haut sur l’échelle du pouvoir. Les Sœurs connaissent très bien ce principe. Ne jamais être trop confiant.

Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

September 03, 2021 11:00 AM

September 02, 2021

David Larlet

Équipes

You might assume that if you put together a bunch of people and give them a goal, they’re a team. But that’s not how it works. While all constellations are working groups of some sort, in order for a working group to be considered a team two criteria need to be met.

The First Question To Ask When Building Teams - Is This Really A Team? (cache)

Je me réfère souvent à cette classification lorsqu’on me parle d’équipe. Elle a l’avantage d’être relativement simple à (re)mettre en mémoire grâce aux schémas.

Un but commun qui nécessite d’être ensemble. Tous les mots comptent.

Ne pas confondre avec un « groupe d’affinité » :

L’influence du mouvement anarchiste sur l’alter-mondialisme procède en grande partie de la diffusion de modes d’organisation comme le groupe d’affinité, une unité militante autonome d’environ 5 à 20 individus qui partagent une même sensibilité à l’égard des causes à défendre et des types d’actions à privilégier. Le processus de prise de décision y est anarchiste, c’est-à-dire qu’il est égalitaire, participatif, délibératif et consensuel.

Les nouveaux anarchistes, Francis Dupuis-Déri


Réagir ?

September 02, 2021 11:00 AM

September 01, 2021

David Larlet

Rentrée

Lettre écrite ce soir à chaud. On verra si je l’envoie finalement demain. L’année pourrait être compliquée.

Chers parents,

Je suis le père d’Alexandre (on vient souvent en vélo) et j’ai récupéré vos courriels dans le bottin incomplet de l’année dernière, il manque 6 familles. S’il y a un autre espace de discussion entre parents je suis prêt à le rejoindre.

Je ne sais pas trop par quoi commencer suite au rendez-vous de ce soir avec l’enseignant de nos enfants, je me sens un peu démuni et anxieux. Il y a plusieurs choses qui me préoccupent et qui ne peuvent être qu’intuitions après 1h de visio et quelques jours de classe :

  1. Le fait qu’il n’y ait eu aucune mention d’empathie, de bienveillance ou d’émotions dans les propos tenus me rend assez circonspect. Que nos enfants soient doués dans les matières scolaires, on le sait, leurs défis sont ailleurs.
  2. Le déni d’avoir besoin de se faire accompagner dans ce nouvel environnement auquel ne s’appliquent plus les mêmes règles ou schémas de pensées. L’ennui, l’attention ou la curiosité sont des concepts qui prennent une nouvelle dimension dans ce contexte.
  3. Le manque de considération lorsqu’on soulève des problèmes qui sont déjà survenus et l’attitude défensive qui en découle. J’ai l’impression que cela n’est pas propice au dialogue et à l’apaisement des points déjà chauds (intégration, évaluation).

Il y en aurait d’autres et je vous laisse rebondir si vous le sentez, je n’arrive pas avec des solutions mais peut-être que si nous sommes nombreux·ses à ressentir des frustrations nous pourrions déjà nous serrer les coudes et envisager des solutions collectives pour aborder ces prochains mois de manière plus sereine.

L’un des défis que nous avons est de rendre l’école suffisamment attrayante pour permettre à notre fils de développer des relations sociales avec ses amis. J’espère que cette année ne provoquera pas une forme de rejet suite à une expérience déplaisante.

Bonne soirée,
David

PS : J’espère pouvoir sourire en relisant ce courriel dans quelques mois, au pire ça aura permis de prendre un premier contact maladroit :-).

PPS : Si vous ne souhaitez pas prendre part à ces échanges, je suis désolé de ne pas avoir respecté votre consentement en premier lieu compte tenu de la situation. Faites-le moi savoir.

Finalement envoyé. Beaucoup de discussions depuis 💚.


Réagir ?

September 01, 2021 11:00 AM

August 31, 2021

Karl Dubost

misère de komagome

Porte d'entrée d'une maison avec fleurs et brouette. Komagome, Tokyo, Japon, 31 août 2021

Une fois, le voyage terminé, je m'aperçois qu'au cours de ces journés, je m'en suis tenu au moment présent d'une manière absolue, comme je ne l'avais peut-être jamais fait de ma vie.
— Le phare, voyage immobile, Paolo Rumiz, urn:isbn:978-2-07-271463-4

Une première balade matinale dans notre nouveau quartier, ils dorment encore. J'en profite pour prendre le temps de la ruelle. Je parcours les rues de Komagome à Tokyo avec l'œil vierge de l'habitude. La photographie est là au bout des doigts, sans difficultés, naturelle et dans le sens de la pente.

Misère poussant contre un mur. Komagome, Tokyo, Japon, 31 août 2021

Le long d'un mur au bout d'un chemin peu emprunté, je trouve mon premier bouquet de misère. Quelle fortune ! J'en coupe une branche que je poserai dans l'eau au retour.

Mais il faut déjà rentrer. La chaleur pointe le bout de son nez entre les maisons et il reste une corvée : déballer les boîtes et trouver de nouveaux emplacements dans un espace que l'on ne maîtrise pas encore.

Un peu plus tard, le son de la pluie sur les arbres du jardin de l'immeuble. Nous sommes au troisième étage à la hauteur de la cime des cerisiers.

La main abîmée à cause du tournevis, une table livrée hier soir laisse son souvenir pour quelques jours dans la paume. Tatouée à la douleur du bricolage et des journées humides.

sur le bord du chemin

August 31, 2021 02:59 PM

David Larlet

Abstraction

Take a moment and think about this super power: if you write vanilla HTML, CSS, and JS, all you have to do is put that code in a web browser and it runs. Edit a file, refresh the page, you’ve got a feedback cycle. As soon as you introduce tooling, as soon as you introduce an abstraction not native to the browser, you may have to invent the universe for a feedback cycle. No longer writing CSS and instead writing Sass? Now you need a development server with a build process to watch your files and compile your changes just to develop and test your project. You’ve just added a giant, blocking dependency for your project to work. And if you can’t get that dependency working, your project is dead in the water until you can—both now and in the future.

Cheating Entropy with Native Web Technologies (cache)

J’ai déjà beaucoup trop parlé du sujet et en même temps cela a été et pourrait encore être mon quotidien si je n’avais pas choisi une certaine forme d’ascétisme technologique (n’ayons pas peur des mots, ataraxie numérique (cache) si on veut être vraiment pédant). Évaluer chaque outil pour son usage actuel et futur, sa maintenance, sa migration, ses drama (coucou Hotwire), son abandon pour la dernière mode. J’apprends hier qu’un produit est à l’arrêt pour X mois car il faut passer d’un framework JS à un autre. Tristesse d’un domaine où une telle pratique est courante. Bien éloignée d’un Web frugal (cache), il y a un excellent résumé avec plein de liens ici (cache) si le sujet vous intéresse.

Je suis admiratif des personnes faisant de petits outils conviviaux (cache) qui permettent d’apprendre et de jouer avec la conception de l’outil en lui-même. Si je devais refaire de l’enseignement technique, j’emprunterais probablement cette voie. À l’opposé de la camionnette à outils qu’il faut savoir dorénavant maîtriser, en opposition à la direction qu’un marché nous pousse à emprunter.

Est-ce que l’on peut considérer l’accumulation de dette technique comme étant un bullshit job ?

16. How does this technology empower me? At whose expense?

The Questions Concerning Technology (cache)

Deux bourdons qui butinent des chardons. Écrits pollinisateurs ?

Réagir ?

August 31, 2021 11:00 AM

August 30, 2021

Karl Dubost

voyage à tokyo

Vue d'un restaurant depuis la rue avec des clients à l'intérieur. Komagome, Japon, 30 août 2021

J'étais seul, je ne connaissais pas la route du phare et l'île était déserte.
— Le phare, voyage immobile, Paolo Rumiz, urn:isbn:978-2-07-271463-4

Voyage à Tokyo, je pars en avance avec lui. Il s'endort sur mes genoux dans le train. Nous marchons dans les rues jusqu'à l'appartement.

Il me dit « Tokyo, c'est chouette. »

C'est la première fois qu'il prend le train depuis très longtemps. Il découvre l'appartement autrement qu'en photos.

Nous attendons le camion de déménagement. Elle clôt la maison de l'océan.

Il faudra tout apprendre.

sur le bord du chemin

  • service minimum.

August 30, 2021 02:59 PM

David Larlet

Elfes

The second (“Elvish”) strategy may sound passive, and in that way inferior or defeatist, but it isn’t. Allowing the problem to solve itself is frowned upon and not even considered to be “real solving” by most humans: “And what did you do? What was your role? How did you save the world?” Humans (at least, us in the modern West) are obsessed with their own sense of agency. Everybody wants to save the world these days, but nobody seems to be interested in doing it slowly, by allowing the world to save itself, even if it is the most effective and efficient solution. Hesse’s Siddhartha isn’t joking when he is saying that all he can do is “think, wait and fast” and it is quite enough to accomplish almost anything. Slow is good, not just because it takes less effort (often it doesn’t), but because it achieves what it was meant to achieve.

Towards a more Elvish vision for Technology (cache)

Ça peut sembler un peu perché au début mais en fait il y a des choses inspirantes dans cette lecture. Je suis toujours fasciné par ce qui pourrait se produire si on vivait beaucoup plus longtemps. Quels changements dans nos sociétés deviendraient enviable ? Quelles actions deviendraient naturelles ? Quels seraient alors les crimes reconnus comme tels ?


En parallèle, je tombe sur cette citation sous forme de mème :

When people travel to the past, they worry about radically changing the present by doing something small.
Few people think they can radically change the future by doing something small in the present.


Le lendemain, la voisine qui doit avoir la soixantaine et qui vient de s’acheter une voiture électrique :

— C’est probablement ma dernière alors il faut bien se faire plaisir…

Que répondre.


Après une rupture biographique — un deuil, une maladie grave, une rupture amoureuse dévastatrice —, on attend avec impatience le retour à la vie « normale ». Nos proches aussi guettent les signes d’un « mieux ». Mais on ne revient pas à la vie d’avant. Comme nous l’enseigne le philosophe et médecin Georges Canguilhem, dans son analyse sur le normal et le pathologique, il n’y a pas, après la maladie, de restitutio ad integrum, de retour à l’état antérieur. Ce qui est vrai pour la maladie l’est sans doute pour d’autres types de ruptures. Il y a des séquelles, des traces, des stigmates, il reste l’empreinte, la marque de l’arrachement, de la perte. Quelque chose s’est brisé, qui empêche le même type de projections, d’enthousiasme, de confiance.

[…]

On ne recommence pas de zéro, on est marqué par une certaine gravité, grevé par le vécu douloureux. Le retour à la vie normale ne va pas de soi. « Comment puis-je commencer quelque chose avec tout cet hier à l’intérieur de moi ? » s’interroge Leonard Cohen dans Beautiful Losers.

Rupture(s), Claire Marin


Réagir ?

August 30, 2021 11:00 AM

August 29, 2021

Karl Dubost

ligne droite ?

cartons empilés en face de la bibliothèque. Tsujido, Japon, 29 août 2021

Ceci est la dernière mise
dans la maison de jeu du monde.
— Mystère bouffe, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

  • Dernier jour de boîtes.
  • Encore beaucoup de choses à faire.
  • Fin des cartons 2 heures… le matin.
  • Demain, jour du déménagement.

Pensée : un déménagement partiel est plus compliqué à organiser qu'un déménagement complet. Il y a plus de choix à faire. Peut-être à expliquer une autre fois.

sur le bord du chemin

  • service minimum

August 29, 2021 02:59 PM

David Larlet

Artistes

Il y a une chose qui m’étonne depuis le début de la pandémie, c’est le manque d’explosion artistique auquel je m’attendais compte tenu des circonstances exceptionnelles. Passée la stupéfaction, j’ai l’impression qu’il y avait toutes les conditions réunies pour créer et partager de nouvelles émotions.

Note : il se pourrait qu’elles me soient rendues invisibles aussi…

En attendant, j’apprends des mots :

  1. ipsedixitisme : Fait de croire vraie une assertion non fondée, parce qu’on l’a entendue dire par quelqu’un en qui on a confiance.
  2. ultracrépidarianisme : Comportement qui consiste à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n’a pas de compétence.

Le fait d’écrire l’histoire est en grande partie un processus de diversion. La plupart des comptes rendus historiques détournent en réalité l’attention des influences secrètes qui se sont exercées sur les évènements importants.

Le Bashar Teg, Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Des pignes de pin au somme d’un résineux. Il y a du monde au sommet.

Réagir ?

August 29, 2021 11:00 AM

August 28, 2021

Karl Dubost

petits bonheurs

feuille posée sur un mur, sanctuaire dans l'ombre. Tokyo, Japon, 28 août 2021

Sur l'eau je ne coule pas,
Je ne brûle pas dans le feu —
esprit inflexible de l'éternelle révolte.
— Mystère bouffe, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

  • Visite d'état des lieux de l'appartement.
  • Les travaux sont terminés.
  • Mieux que ce que nous avions pu souhaiter.
  • Réception des clés
  • Nous imaginons déjà marcher dans les rues au soleil couchant.
  • Nous avons fait le bon choix.

Tout cela fait partie des immenses petits bonheurs.

sur le bord du chemin

  • Service minimum

August 28, 2021 02:59 PM

David Larlet

Copie(s)

As long as there is design, there will be copying.

Copying is the way design works (cache)

Je trouve cela d’autant plus ironique de faire une copie locale de cet article.

Je parcoure de vieux onglets ces derniers jours, cela permet de mieux évaluer si ce que j’ai conservé plusieurs mois dans mon navigateur est encore pertinent. Je redécouvre des choses, je croise des aspirations passées comme apprendre le toki pona (merci f6k), des infographies du début de la pandémie, des cartes de ski de fond de lieux qu’il reste à explorer, pas mal d’articles autour de la sobriété (cache), de la décroissance (cache) et des communs (cache), beaucoup (cache) de technique (cache) bien sûr (cache), des outils autour de la photo/vidéo… et déjà pas mal de 404.

C’est presque de la pré-archéologie.


Réagir ?

August 28, 2021 11:00 AM

August 27, 2021

Karl Dubost

Jour J-3

légumes découpés. Tsujido, Japon, 27 août 2021

Qui je suis ?
Je suis le bûcheron
de la forêt profonde
des pensées
couvertes de lianes par les faiseurs de livres,
l'habile serrurier des âmes humaines,
le tailleur de pierre du pavé des cœurs.
— Mystère bouffe, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

service minimum

sur le bord du chemin

  • jour de boîtes

August 27, 2021 02:59 PM

David Larlet

Médaille

Paris, je t’aime. Je t’aime pour tous les gens libres et solidaires qui vivent en ton sein. Des gens qui se battent pour la liberté chaque jour, debout, bras dessus bras dessous, distribuant des couvertures, de l’amitié et de la solidarité. Je t’aime pour ceux qui partagent leur logement, leur amour et leurs luttes chaque jour, sans se soucier de la nationalité des personnes ni de savoir si elles ont des papiers ou pas.

Madame Hidalgo, vous voulez me décorer pour mon action solidaire en mer Méditerranée, parce que nos équipages « travaillent quotidiennement à sauver des migrants dans des conditions difficiles ». Simultanément votre police vole les couvertures de gens contraints de vivre dans la rue, pendant que vous réprimez des manifestations et criminalisez des personnes qui défendent les droits des migrants et des demandeurs d’asile. Vous voulez me donner une médaille pour des actions que vous combattez à l’intérieur de vos propres remparts. Je suis sûre que vous ne serez pas surprise de me voir refuser votre médaille Grand Vermeil.

Paris, je ne suis pas une humanitaire. Je ne suis pas là pour « aider ». Je suis solidaire à tes côtés. Nous n’avons pas besoin de médailles. Nous n’avons pas besoin de pouvoirs décidant qui est un « héros » et qui est « illégal ». En fait, il n’y a pas lieu de faire cela, car nous sommes tous égaux.

Ce dont nous avons besoin, c’est de liberté et de droits. Il est temps de dénoncer les honneurs hypocrites et de combler le vide par la justice sociale. Il est temps que toutes les médailles soient lancées comme des fers de lance de la révolution!

Papiers et logements pour toutes et tous !
Liberté de circulation et d’installation !

Pia KLEMP, 20 août 2019

La navigatrice et sauveteuse en mer Pia Klemp refuse la médaille de la ville de Paris !!! (cache)

J’avais loupé cette réponse. Voilà une bien belle façon de refuser une médaille.

Des feuilles avec des gouttes de rosée matinale dessus. Équilibre instable.

Réagir ?

August 27, 2021 11:00 AM

August 26, 2021

Karl Dubost

service minimum

Volubilis sur les rayons d'une roue de vélo. Tsujido, Japon, 26 août 2021

Rajeunis-toi dans mon âme.
Révèle au cœur la fête du corps.
— La flûte des vertèbres, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

Service minimum.

Même le volubilis s'entoure sur les rayons de mon vélo.

sur le bord du chemin

  • Chaque déménagement amène son désir d'ascétisme du consommateur. Trop de choses.

August 26, 2021 02:59 PM

David Larlet

Ambivalence

This is just what I’m used to nowadays – not using a technology because it’s the best-in-class or makes my life easier, but because it meets some high-minded criteria about how I think software should be: privacy-respecting, open-source, controlled by the user, etc.

[…]

For the time being, though, I’m going to keep acting like technology is an enemy I need to subdue rather than a purveyor of joys and delights.

My love-hate affair with technology (cache)

Toujours ce tiraillement très bien exprimé par Nolan Lawson entre l’insouciance des choses qui marchent (mais on ne décide pas de la direction dans laquelle (cache) elles vont) et la friction répétée d’outils qui ne prennent pas suffisamment soin des personnes trop éloignées — à différents niveaux et parfois de manière légitime — de l’équipe qui développe.

Ces deux modèles encouragent des modèles de société différents et aucun des deux ne me convient. D’un côté des multi-milliardaires qui bousillent la planète, de l’autre des tech bro qui acquièrent un pouvoir soci·ét·al non négligeable (je caricature, #NotAllDevs, toussa). Ce n’est probablement pas le même ordre de grandeur mais ça me questionne pas mal quand même. Au milieu de tout ça, il y a probablement des archipels (cache) où il fait bon grandir, de manière un peu isolée pour se protéger, un peu entre-soi pour pouvoir se reposer. Ces endroits-refuges sont géniaux et j’ai de bons échanges sur Masto une fois mes interlocuteur·ices choisi·es, trié·es pour être acceptables. Mais peut-on rester insulaire indéfiniment ?

J’ai beaucoup de doutes vis-à-vis de tous ces choix en ce moment. Quels sont les modèles les moins toxiques que je puisse encourager par mon attention ? Et potentiellement mon argent ?!

Par ailleurs, je tombais aujourd’hui (via cette vidéo) sur cette citation :

L’histoire n’est pas quelque chose que l’on peut regarder en se disant « c’est inévitable », elle arrive parce que des gens ont pris des décisions […]

Marsha P. Johnson

Un geai bleu qui se tient à une branche, à l’envers (pour attraper des bleuets). Peut-être faut-il prendre le problème à l’envers : de quoi ai-je besoin ? Vaste sujet.

Réagir ?

August 26, 2021 11:00 AM

August 25, 2021

Karl Dubost

surmenage

Ras de la plage, les vagues et Enoshima sur l'horizon. Tsujido, Japon, 25 août 2021

Écoute,
de toute façon
tu ne pourras pas cacher le cadavre.
— La flûte des vertèbres, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

Épuisement. Je prends le reste de la semaine en congé pour me reposer faire des boîtes. Et puis la semaine prochaine aussi pour me reposer vider les boîtes.

sur le bord du chemin

  • Androïde organique.

    In this case, these stem cells are coaxed to grow into blobs of brain tissue, without anything resembling thoughts, emotions, or consciousness. Such 'mini brains' are used for research purposes where using actual living brains would be impossible, or at the very least, ethically tricky - testing drug responses, for example, or observing cell development under certain adverse conditions.

    Je ne peux m'empêcher de penser les racourcis que certains pourraient prendre sur le thème de « Si nous développons un humanoïde sans pensées, émotions et conscience pour des actions militaires, il n'y a alors pas de problèmes éthiques. »

    Their carefully tended baby brains formed optic cups as early as 30 days into development, with the structures clearly visible at 50 days. This is consistent with the timing of eye development in the human embryo, which means these organoids could be useful for studying the intricacies of this process.

    Nous allons avoir des surprises. Donner une conscience aux robots ? Enlever la conscience aux humains ? À mettre en parallèle avec les progrès réalisés par Boston Dynamics.

  • Burning out and quitting

    I was working longer and longer hours, and getting less and less done. And being asked to continue doing that. Or worse, being told I’m doing a great job with one crisis, and to move onto the next fire. I didn’t think I was doing a great job. I was doing a terrible job.

August 25, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 2

La nuit a été courte mais reposante. L’option de mettre un matelas dans le hamac semble être la bonne, il faudra que j’essaye dans des conditions plus fraîches. Mes précédentes tentatives m’on montré qu’un underquilt n’est pas forcément adapté à cette forme. J’arrive à dormir sur le côté mais la transition reste toujours un peu stressante et hasardeuse surtout qu’il faut maintenant gérer le matelas qui glisse.

Après un bon petit déjeuner, je pars pour un long périple de nage en solo pour aller explorer une île. J’essaye toujours d’en profiter pour imaginer des bivouacs hivernaux lorsque les lacs sont gelés. Mes efforts sont récompensés car il y a bien un emplacement possible à l’extrémité non visible. Ça pourrait aussi être un endroit propice à un accès en raft.

Vue sur le Lac à l’Ours. C’est toujours un peu difficile d’apprécier les distances sur l’eau, j’essaye de rester prudent, surtout que je suis moins entraîné qu’avant…

Alors que je m’apprête à revenir par le même chemin (environ 300 mètres), la famille huard me fait comprendre bruyamment que je les dérange(/surprend ?) en nageant sur cette section du lac. J’attends que les parents et leurs deux enfants soient passés pour faire le retour. Je ne suis pas pressé.

Ironiquement, Pep m’envoie presque un article à ce sujet (cache) le jour même :-).

Le deuxième jour est moins intense en terme de dénivelé, on passe par les chemins de quads/ATV pour faire la jonction avec un autre lac. Là aussi, il s’agit de parfaire mon exploration des lieux car j’ai d’autres projets de packrafting itinérant à cet endroit. D’une certaine manière, ça fait le lien entre les lieux de tournage de Précipitation et de Contemplation. À chaque lac sa saison.

Vue sur le Lac Key. Les photos à l’iPhone ne permettent pas de distinguer les sangsues, ce qui n’est peut-être pas si mal finalement.

Le retour est long (et piquant !) pour arriver jusqu’au char, puis long (et embouteillant !) pour arriver jusqu’à la canicule montréalaise. On n’en revient pas moins avec le sourire d’avoir exploré de nouveaux espaces, ensemble.


Réagir ?

August 25, 2021 11:00 AM

August 24, 2021

Karl Dubost

fuji

Fuji et les nuages. Tsujido, Japon, 24 août 2021

Le trouble effondre le rempart de la raison.
J'entasse le désespoir, brûlant et fiévreux.
— La flûte des vertèbres, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

Parents Are Not Okay. Je ressens cela complètement.

It’s a real monkey’s-paw situation, because, as a parent, all I’ve wanted for a year and a half is for my kids to go back to school—for their sake and for mine—but not like this. Now I’m stuck wishing that the thing that barely worked last year was still an option, because what’s looming is way worse.

La pression de devoir prendre les bonnes décisions au quotidien, d'interdire une visite, d'annuler une activité, de ne pas envoyer l'enfant pour une journée car les protocoles sont trop laxistes à propos de l'activité. Évaluer le risque sanitaire au quotidien, et le contrebalancer avec le bien-être psychologique de l'enfant tout en bien sûr continuant le travail et autres responsabilités quotidiennes. Parfois l'épuisement et le stress prennent le dessus.

Au moins, il reste le Fuji comme point de référence. Son bouillonnement est plus lent caché dans les nuages à l'horizon.

sur le bord du chemin

  • comparaison d'images célestes de 1870 avec des photos contemporaines

  • Après avoir lu l'article, vous pouvez aussi regarder Dying in the Name of Vaccine Freedom | NYT Opinion. Aujourd'hui, je viens d'apprendre la mort d'un grand-parent d'une personne et sa mère est à l'hôpital également.

  • After the intermission: films are back in cinemas – but will the crowds return too?

    And cinema isn’t like live music or even theatre, it is not quite as vulnerable. It is indoors but, as anyone who has been to an afternoon showing will tell you, physical distancing isn’t necessarily a problem. And people have short memories: they have forgotten how television was going to destroy cinema in the 1950s but didn’t, because people cherished precisely what its obituarists claimed was its fatal flaw: the business of leaving the house and making a social occasion of it. And people still love the democracy and equality of the cinema, which exceeds anything in sports or the theatre. There is a variation in ticket prices but basically everyone, from the hedge-fund manager to the student nurse, pays the same and gets the same experience.

    Je ne sais pas vraiment. Mais notons mes pensées du moment de façon à pouvoir me contredire plus tard.

    • Je n'ai plus envie d'aller dans un cinéma
    • Il y a longtemps que les odeurs de pop-corn et autres délicatesses m'importunent
    • Les films peuvent être diffusés sur un mur chez soi.
    • Depuis le covid, le bain de foule me rend inconfortable. Se retrouver dans une salle et « tonton, pourquoi tu tousses… »
    • Il n'y a pas que les virus, les cinémas et salles de concert sont aussi devenus la cible de tous les violents en manque de tragédie.

August 24, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 1

Première fois que j’accompagne quelqu’un dans la forêt canadienne qui ne soit pas de la famille. Les conditions ne sont pas faciles car on part sur deux jours de canicule à 33 °C, ce qui n’est pas très agréable lorsqu’on prévoit un bivouac assez éloigné. Je profite que l’on soit deux pour faire mes propres expériences et retenter le hamac dans un autre contexte. Objectif du séjour : rester léger. Au moins pour changer du MULET que je suis lorsque j’ai un raft + du matériel vidéo.

Je m’en sors avec un sac qui doit avoisiner les 8 kg tout compris, principalement car j’ai pris trop de nourriture.

Le sac. La poche principale fait 17 litres, pour avoir une idée de l’échelle.

C’est à la limite du dumblight (tellement ultra-léger que c’est stupide, « ultropléger » en québécois ?) mais je prends le risque car je ne pense pas pouvoir avoir froid dans ces conditions et qu’un peu de pluie serait presque salvatrice. Une fois monté ça ressemble à ça :

Le hamac une fois entre deux arbres. Après la photo, j’ai recentré le hamac pour garder les pieds au sec !

Le tarp (bâche) est là pour me protéger de la rosée mais surtout de ce qui peut tomber des arbres. J’ai souvenir de m’être réveillé au même endroit, bombardé par un écureuil de pignes de pin qui me faisaient m’inquiéter pour ma tente…

Mais bon, en attendant d’arriver au campement, on marche quelques kilomètres et par cette chaleur les moustiques s’en donnent à cœur joie vu que notre taux d’humidité avoisine les 100 %. Heureusement que des lacs ponctuent notre parcours, permettant de se rafraîchir un peu. On bénéficie également de la protection de la forêt lorsque ça n’est pas trop humide et infesté de bibittes.

C’est avec soulagement que l’on arrive à un campement vide après n’avoir croisé personne. On monte nos différents couchages expérimentaux en se demandant si on va réussir à dormir dans ces chaudes conditions. Lorsque le soir arrive, on fait quand même un feu pour faire cuire notre nourriture.

Un camembert, dans de l’aluminium, sur un feu. Miam. Le saviez-vous, le camembert rôti au feu n’a pas un goût de… camembert !

Je m’endors dans mon cocon, bercé par le chant du huard et le feu qui crépite. Pour une fois, la forêt est relativement silencieuse. Assommée par la chaleur ou apeurée par notre présence sensiblement bruyante ?


Réagir ?

August 24, 2021 11:00 AM

August 23, 2021

Karl Dubost

pétrir

feuille et plume dans le sable. Tsujido, Japon, 22 août 2021

Aujourd'hui dès que je suis entré chez vous
j'ai senti
que ça n'allait pas.
— La flûte des vertèbres, Vladimir Maïakovski, urn:isbn:2-909317-41-2

Une journée de travail, plus une soirée dans les cartons. Fatigue. Jour J-7.

Il reste encore beaucoup de pain sur la planche. Il faut pétrir la fatigue.

D'ailleurs…

Reste-t-il encore des boulangers du début de l'année 2020 ? Des lecteurs assidus ? Des spécialistes du yoga et de l'exercice sportif confiné ?

sur le bord du chemin

August 23, 2021 02:59 PM

David Larlet

Olympique

Aujourd’hui pour être un athlète de haut niveau, il semble qu’il ne soit plus suffisant d’être bon, il faut aussi être populaire.

Que certains sportifs soient des influenceurs en capacité de monnayer leur image est une chose. Mais que pour une grande majorité d’entre eux on subordonne leur capacité de vivre (souvent assez mal) de leur sport à leur capacité d’être des influenceurs, est tout à fait désolant, a fortiori dans le cadre encore un peu particulier qui est celui de l’olympisme moderne.

Plus vite, plus haut … plus de vues. (cache)

J’ai retenu trois choses de ces jeux olympiques :

  1. Lorsqu’on prend en compte certains facteurs économiques, sociaux et politiques (cache) pour ordonner le classique tableau des médailles, on obtient un classement où la France se retrouve bonne dernière (vive l’EPS !).
  2. Les pays riches achètent des athlètes (cache) pour remonter dans le classement classique des médailles, quitte à devoir leur faire changer de noms en cours de route.
  3. Il y a des enjeux diplomatiques plus ou moins bien cachés (cache) à tous les niveaux autour des délégations et de leurs dénominations.
Une cascade en pause longue. Pose longue d’un ruissellement de nationalité.

Réagir ?

August 23, 2021 11:00 AM

August 22, 2021

Karl Dubost

temps d'une marée

Poisson mort sur la plage. Tsujido, Japon, 22 août 2021

Il est beau de se taire ensemble,
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Quand on vient de bonne heure sur la plage, on peut voir les poissons morts laissés par la marée.

Plus tard… avant la prochaine marée haute, les oiseaux ont déjà mangé les carcasses.

Encore un peu plus tard, la marée emporte les carcasses.

La plage a oubliée.

sur le bord du chemin

August 22, 2021 02:59 PM

David Larlet

Allemansrätten

Il y a toujours un mot allemand, japonais ou… suédois pour exprimer avec concision (et exotisme !) un concept qui n’est pas tout à fait exprimable en français, en tout cas pas en un seul mot. Ici, je parle de « Droit d’accès à la nature » qui s’exerce à divers endroits (pays scandinaves mais pas que, la page wikipedia en anglais est — comme souvent — plus complète) avec des contraintes différentes selon les localités. C’est un concept que je ne connaissais pas avant de m’inquiéter de cela au Canada (et de regarder des bushcrafteur·euses suédois·es sur Google Youtube).

Ce qui s’en approche localement, c’est le concept de Crown land qui est traduit par les Terres du domaine de l’État en québécois. Je me suis mis en quête d’une carte de ces terres. Il existe un registre dédié qui fait notamment un lien vers le texte de loi. Les terres sont peut-être visibles sur cette carte interactive (avec un accès difficile) permettant de visualiser les territoires plus ou moins jaunes (habités) et non organisés. Je ne suis pas sûr de la façon dont le Crown land est représenté et s’il faut faire une requête spéciale pour un bout de terrain donné. Si j’en crois ce document, il y aurait une notion de terres publiques/privées.

En parallèle sur Mastodon, on me pointe cette liste de cartes qui comprend notamment celle des droits fonciers. J’y découvre aussi des couches topographiques bien plus précises que ce que j’ai pu trouver par ailleurs, trop pratique pour de futures explorations !

Pourquoi s’intéresser à tout ceci ? J’ai toujours dans un coin de ma tête ce projet un peu f(l)ou et j’imagine que ça serait plus cohérent en bordure d’espaces qu’il serait possible de parcourir librement. Si j’ai loupé des trucs, je veux bien apprendre.

La férocité que nous manifestons à nos ennemis est toujours tempérée de la leçon que nous espérons leur donner.

Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Un pigeon avec un drapeau québécois en fond. Sans commentaire.

Réagir ?

August 22, 2021 11:00 AM

August 21, 2021

Karl Dubost

déconstruire

voiture abandonnée dans les feuillages. Tokyo, Japon, 20 août 2021

ils cherchent la philosophie du matin
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Encore un week-end la tête dans les boîtes, nous déconstruisons lentement et avec précipitation les habitudes de ces huit dernières années depuis que nous sommes venus de Montréal.

En égrainant notre aurore, nous créons les circonstances de l'aube.

sur le bord du chemin

August 21, 2021 02:59 PM

David Larlet

Électrique

En 2020, on a acheté une voiture et… une brosse à dent électrique. Je vous rassure, j’ai beaucoup fait pipi sous la douche pour compenser. Je fais aussi une partie de ma lessive sous la douche (pas au même moment…), mais c’est une autre histoire. Donc, voilà, je suis passé du bambou recyclé d’Indonésie avec des poils de yacks de l’Himalaya local à un bâton de lithium extrait par des mineurs-esclaves. C’est grosso modo l’équivalent de passer du vélo au SUV. La bouche est bouclée (rires).

J’en parle pour me justifier parce que c’est bien évidemment difficile à assumer… et pourtant, je n’ai jamais eu les dents aussi propres — ou du moins la sensation qu’elles le soient. À tel point que cela est devenu une nouvelle dépendance (dans le sens dont-je-pourrais-difficilement-me-passer) tellement la différence est frappante. Notamment au retour de la forêt.

Je suis curieux de voir ce que ça donne niveau longévité, après neuf mois elle est encore en parfait état et je n’ai eu besoin que d’un embout de brosse (on partage la poignée). Six minutes par jours à faire vibrer mes dents, parfois davantage lorsque je suis en régime estival (il faudra que je parle de ça), et à méditer sur le nombre d’esclaves énergétiques qui s’activent dans ma bouche pour que je puisse me sentir propre.

Nous n’enseignons pas l’histoire ; nous recréons l’expérience. Nous suivons la chaîne des conséquences — la piste de la bête dans sa forêt. Regardez au-delà de nos paroles et vous apercevrez toute l’étendue d’un comportement social qu’aucun historien n’a jamais effleuré.

Panoplia Propheticus B. G., Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Une enfilade de bouées qui protègent un barrage hydro-électrique. Heureusement que l’électricité est très relativement « propre » dans le coin.

Réagir ?

August 21, 2021 11:00 AM

August 20, 2021

Karl Dubost

tokyo life

maison envahie par la végétation. Tokyo, Japon, 20 août 2021

il doit être quelque chose qui voyage en lui-même, qui tire sa joie du changement et de l'éphémère.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Nous sommes allés à Tokyo pendant les travaux de rénovation de l'appartement afin de prendre la (les) mesure(s) de l'événement. La peinture avait été refaite, de nombreuses choses avaient déjà été réparées.

Cela nous a confirmé de ce que nous avions su voir malgré l'état initial. Il y a encore beaucoup de choses à faire. Nous recevons les clés le 26 ou le 27.

sur le bord du chemin

  • The web browser as a tool of thought
    Living with these small bits of customization and intelligence scattered throughout my browser, I’m increasingly convinced that the future of the web browser is the best tool – nay, medium – for thought.

August 20, 2021 02:59 PM

August 19, 2021

Karl Dubost

La Grange

pomme épluchée et sa peau. Tsujido, Japon, 19 août 2021

Qui n'est parvenu que dans une certaine mesure à la liberté de la raison ne peut avoi sur terre le sentiment d'être autre chose qu'un voyageur, — quand bien même cela ne signifie pas un homme qui entreprend un voyage pour atteindre un but ultime : car il n'y en a pas.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Parfois, il me demande de couper sa pomme avec la forme de La Grange.

Et puis il la croque.

pomme en forme de grange. Tsujido, Japon, 19 août 2021

sur le bord du chemin

August 19, 2021 02:59 PM

David Larlet

Définition

On pourrait distinguer des développeur·ses, designer‧ses, agilistes et coach dont c’est l’activité ou la profession, si leur travail nourrit directement une structure capitalistique et qui renforce le maillage néolibéral.

La victoire des professionnels (cache)

Suivi de :

(j’ouvre une parenthèse ici pour préciser que quand je dis que je « suis développeur web », j’ai l’impression que ça cache la valeur que j’apporte quand je réfléchis à ces questions de « résilience sociale » autour du logiciel que je créé)

David sur Mastodon

Réflexions croisées qui viennent alimenter mes propres explorations plus ou moins récentes sur le sujet. Ce besoin de définition est même assez récurrent ici, le blog étant probablement une forme de définition en soi mais je m’égare et ça devient trop meta.

« Pour qui, pour quoi travaillons-nous ? » pour reprendre le titre de Jacques Ellul, avec quels espoirs plus ou moins communs engageons-nous notre attention, aspirons-nous à dédier notre fameuse « force de travail » ? J’ai l’impression d’avoir de moins en moins de réponses à tout cela, une définition peut rester floue, une identité aussi finalement, lorsqu’on est suffisamment en confiance. Peut-être qu’en dépassant cette dénomination, on s’élève, on se libère d’un poids à la fois social et culturel. « Je fais des trucs en équipe que j’espère utiles et qui parfois se retrouvent sur le Web », c’est sûr que ça n’est pas très vendeur pour obtenir un emploi mais c’est peut-être ce qui se rapproche le plus de mon activité. En tout cas, ça se retrouve pas mal dans ce qui nous anime depuis bientôt 9 ans.

Au niveau du « pour qui », il y a toujours cette tension à travailler pour un gouvernement, ce péché d’orgueil d’espérer faire moins pire que ce que ça pourrait être. J’imagine que l’Histoire est remplie de personnes bien intentionnées qui — avec ce même raisonnement — en sont arrivées à commettre les pires atrocités. Se pose peut-être davantage la question du « jusqu’à quand » dans ce cas là, savoir s’arrêter avant que la collaboration ne change de sens…

Les gens veulent toujours quelque chose de plus qu’une joie immédiate ou que ce sentiment plus profond qu’on appelle le bonheur. C’est là un des secrets qui nous aident à façonner l’accomplissement de nos visées. Ce « petit quelque chose » exerce un pouvoir décuplé sur ceux qui ne savent lui attribuer un nom ou (comme c’est le plus souvent le cas) ne soupçonnent même pas son existence. La plupart des gens ne réagissent qu’inconsciemment à de telles forces cachées. De sorte que nous n’avons plus qu’à concevoir un « petit quelque chose » bien étudié et à lui donner une forme et une définition acceptables pour qu’on nous suive comme un seul homme.

Les secrets du pouvoir au Bene Gesserit, Dune V. Les Hérétiques de Dune, Frank Herbert

Une rivière en pause longue au Mont Mégantic. Un flux d’idées, momentanément figé.

Réagir ?

August 19, 2021 11:00 AM

August 18, 2021

Karl Dubost

dettes immobilières

fenêtre, lampe et végétation. Tsujido, Japon, 14 août 2021

Nous ne passons pas d'une vie période de vie à l'autre sans provoquer ces douleurs de la trahison et sans en souffrir à nouveau aussi.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Les déménagements sont toujours l'objet d'une profonde réflexion sur notre incapacité à rester léger. Les circonstances de l'immobilité et de l'espace entraînent l'accumulation. Lorsque l'on est nomade très régulièrement, nous minisons naturellement notre empreinte afin de pouvoir rester engagé dans la mobilité. La capacité à se déplacer est le critère de qualité. Ce critère favorise une plus grande simplicité dans les choix d'acquisition.

Je voyage bien en minimisant mes besoins et mon bagage. J'ai beaucoup de progrès à faire sur les îles où j'ai fait escale dans ma vie.

Dans 12 jours, les cartons partent à Tokyo.

sur le bord du chemin

  • Back/forward cache
  • Glue Work
    Of course coding is an important skill in a software engineering team. But there are a ton of other skills that we need to bring to work every day. Skills that can mean the difference between a project that succeeds and one that fails. Like noticing when other people in the team are blocked and helping them out. Or reviewing design documents and noticing what's being handwaved or what's inconsistent. Or onboarding the new people and making them productive faster. Or improving processes to make customers happy.

August 18, 2021 02:59 PM

David Larlet

Lettres

This is one small step towards something different: an ethic that prioritizes technologists’ agency, the need for self-reflection, and the importance of historical inquiry.

Letters to a Young Technologist (cache)

La déception du jour ce sont ces lettres avec un contenu profond mais une forme désastreuse. Le courrier est sollicité mais alors l’enveloppe ! Impossible d’afficher le moindre contenu sans charger pas moins de 13 fichiers JavaScript depuis static.cargo.site, pour… 6 pages de HTML qui pourraient facilement peser 10 fois moins lourd.

Pauvres jeunes, ils auront tellement à réparer…

The second way that history can help us avoid mistakes is by showing us predictable ways things can go horribly wrong. In the light of history, we can take the long view on present-day crises and take care to not repeat the foibles of the past.

Study the Past, Create the Future (cache)

Well, ¯\(ツ)/¯.

Un merle d’Amérique mangeant une baie. Vous reprendriez bien un peu de JS ?

Réagir ?

August 18, 2021 11:00 AM

August 17, 2021

Karl Dubost

puzzle

Poissons avec motifs en forme de puzzle. Tsujido, Japon, 17 août 2021

Le meilleur moyen de bien commencer chaque journée est : au réveil, de réfléchir pour voir s'il n'y a pas au moins un homme à qui aujourd'hui on pourrait apporter une joie.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Quand j'entends la pluie qui tombe en trombe… je me demande toujours combien de temps.

Carte de la pluie ce soir.

Juste une averse passagère même pas un typhon.

2021-09-18 : Je publie aujourd'hui alors que le typhon Chanthu nous passe dessus.

sur le bord du chemin

August 17, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 2

La nuit a été fraîche. Presque trop. Échange de duvets et habillages en plein milieu de la nuit + réveil matinal avec petite marche pour se réchauffer. Le décor avec ces volutes de fumées qui s’élèvent de la rivière vaut le coup, bonne compensation avant de se réchauffer les mains sur une kuksa pleine de gruau. Le soleil pointe enfin son nez pendant qu’un héron vient prendre son propre repas à quelques mètres. On voit à l’œil nu les poissons frétiller dans son bec avant qu’il ne les engloutisse. Il y a des choses qui se transmettent avec les yeux (manifestement, pas la pêche :p).

Rivière Ouareau. Le chauffage s’en vient enfin !

— Tu devrais garder de la batterie pour si on a un problème grave.

Cette année, il y a une claire prise de conscience du danger et de ce qu’il lui faudrait faire s’il m’arrivait quelque chose. Cela alimente des discussions autour du risque et de ce qui est acceptable ou non. Une grosse chute plus tard, on inverse les rôles. Si la répétition est la base de l’apprentissage… la compréhension est la base de son acceptation.

Il faudra que je me rappelle que l’on mange pas mal lors de ces sorties, l’effort combiné au froid : ça creuse. J’avais aussi apporté mon réchaud à alcool et c’était une bonne idée, ça permet de libérer du temps et de l’attention pour d’autres choses autour du campement, comme le ramassage de bleuets ou la cueillette d’épinette pour se faire une infusion nature.

On remonte la rivière et on prend un dernier bain avant le retour. On retrouve enfin notre char, fatigués, affamés et souriants. La graine n’en finit pas de germer 🌱.

— On aurait pu rester deux nuits en fait.


Lu avant publication :

Quiconque promet à quelqu’un d’autre de contrôler la prise de risque lui greffe automatiquement des peurs dont il n’avait même pas idée, qu’il n’avait jamais éprouvées ni imaginées jusqu’ici. Ces peurs inconscientes vont devenir brusquement réalité et il va falloir les « couvrir » avec une bonne assurance, ce qui va rassurer…

[…]

La prise de risque est une initiative indispensable qui expose le sujet à un nouvel environnement hors de sa zone de confort. Cela va lui permettre de grandir, de tester sa flexibilité, sa tolérance, et de se nourrir intérieurement grâce à l’adaptation que nécessitera ce nouvel environnement.

Le risque zéro n’existe pas - La nature dans ma vie, Sarah Marquis


Réagir ?

August 17, 2021 11:00 AM

August 16, 2021

Karl Dubost

corps rouillé

Clanche rouillée. Tsujido, Japon, 14 August 2021

On accorde plus d'importance à la chose inexpliquée et obscure qu'à la chose expliquée et claire.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Le deuxième vaccin fût un coup de massue. J'ai dormi toute la journée précédente. Fébrile, fiévreux, mais aujourd'hui cela va déjà un peu mieux. J'ai juste l'impression d'être décrépi, usé, rouillé, laminé.

sur le bord du chemin

  • Plants of India: Introduction
    The exploration of the Himalaya may be said to have started with Hope’s pupil Francis Buchanan (Buchanan-Hamilton) who in 1802 was the first western botanist to make a detailed study of the flora of Nepal. This continued with visits to Nepal by Wallich in the 1820s. It was the influential John Lindley (of the Horticultural Society and later Professor of Botany at the University College, London) who realised the importance of the Himalaya as a source of hardy plants for British gardens. This led to a steady stream of introductions from the 1830s onwards by amateurs (such as Lady Amherst), botanically inclined soldiers (such as Thomas Hardwicke and Edward Madden) and by professional botanists including John Forbes Royle and plant collectors such as Thomas Lobb. The culmination of this phase came with Joseph Hooker’s expedition to Sikkim in 1848/9, which literally changed the face of Scottish gardens, with the first steps towards large-scale introduction of rhododendrons and to a lesser extent of primulas (Primula sikkimensis) and Himalayan poppies (including Meconopsis simplicifolia).
    Planche botanique représentant un lotus.

August 16, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 1

La fin du mois d’août est le moment où il fait encore chaud-mais-pas-trop et où la haute saison des bibittes est derrière nous. C’est aussi notre rendez-vous annuel pour se faire un camping père-fils. Cette fois-ci, ça ne sera pas sauvage mais à un emplacement suffisamment isolé pour que ça y ressemble.

Un peu plus de 3 kilomètres pour accéder au campement en longeant la rivière, l’enfant porte symboliquement une partie de la tente ce qui m’évite de devoir galoper derrière avec tout le reste !

Rivière Ouareau. Entre deux rapides, j’envisage de la descendre en raft un de ces jours…

On mange et on installe notre tipi du XXIe siècle qui nous laisse suffisamment d’espace sous la protection de la moustiquaire puis on part en exploration sur une (presqu’)île. L’enfant s’assoit avec un soupir : On est bien là. Léger soulagement de mon côté après m’avoir indiqué qu’un camping-de-voiture c’était pas mal aussi. On regarde la rivière couler, petit bain, jeux sur la petite plage, pas pire.

Rivière Ouareau (encore). Lors de ma précédente visite, j’ai marché sur cette rivière.

[Après avoir vu et ramassé des déchets laissés par d’autres personnes]
— Parfois j’aimerais ne pas être un humain.

Cette réflexion m’a pas mal retourné, les chats ne font pas des chiens.

Le soir, on fait faire trempette à des mouches lorsqu’un castor remonte la rivière juste devant nous, à moins de 3 mètres ! Il galère avec le courant ce qui nous laisse l’occasion de pouvoir l’observer en détail car il est obligé de passer par-dessus les rochers des rapides en étant totalement émergé. Une chouette surprise qui ne m’a pas fait regretter pour autant mon matériel. Cette excitation partagée était le plus beau des clichés. Lorsque les moustiques deviennent trop présents, on abdique après une dernière ballade digestive.

Rivière Ouareau (toujours). Cette ambiance <3.

— Le moment où je m’endors est le pire de ma journée, j’ai l’impression de mourir.


Réagir ?

August 16, 2021 11:00 AM

August 15, 2021

Karl Dubost

archives

Rue de Paris en face des puces de Saint-Ouen. Tsujido, Japon, 15 août 2021

Si l'on a beaucoup de choses à y mettre, la journée a cent poches.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Dans les vieilles photos de son arrière grand-père japonais, nous trouvons une photographie de Paris, probablement les années 70s. Je connais l'endroit. Les puces de Saint-Ouen. Le panneau de la direction de l'autoroute de Rouen y est présent. Je me souviens passer par là avec mes parents en voiture pour rentrer aux Sapins à Rouen.

Puces de Saint-Ouen. Google Street View, Septembre 2018

sur le bord du chemin

  • Dans la bibliothèque de Tsujido, il y a quelques jours, je découvre un livre fabuleux sur les graines.

    Couverture de livre à propos de graines.

    Couverture de livre à propos de graines.

    Aujourd'hui, c'est une gallerie de photographies de graines par Levon Biss

  • HTTP Content-Type et le paramètre charset

    • ~20% Did not include a charset, and decoded okay with utf-8.
    • ~5% Did not include a charset, and did not decode okay with utf-8.

    aussi

    The results also demonstated sufficiently that the newer charset_normalizer package performed as well or better than chardet at detection, while being significantly faster.

  • Oh oui… atom complet

    New rule: if your RSS/Atom feed doesn't contain the full content, I don't subscribe.

August 15, 2021 02:59 PM

David Larlet

B(r)ouillon

Ce sentiment qu’un tumulte gronde, frémit, que des curseurs sont poussés à bout. Bouillon d’horreurs où la dignité finira par faire place à la rebellion, à une autre forme de violence. Plus pure, sans limites autres que cet espace fini. Nous avons plastiqué ce monde sans prendre conscience qu’il allait finir par exploser. Un nouveau cycle, un tour de plus, voilà ce que nous promet la révolution. Cet espoir d’être le point de départ d’une n-ième répétition.

Où vaudra-t-il mieux être alors ? Que voudra dire « mieux » dans un tel contexte ? A-t-on vraiment ce choix ?

Souvent, la compréhension facile est un réflexe comparable à celui du genou et constitue la forme d’entendement la plus dangereuse qui puisse exister. Tel un écran aveugle et scintillant, elle annihile votre faculté d’apprendre. Le système juridique des précédents fonctionne de la même manière et encombre votre parcours d’impasses. Vous voilà prévenus. Ne comprenez jamais rien. Toute appréhension de la réalité ne saurait être que temporaire.

Fixe mentat (adacto), Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Écureuil dormant sur une branche. Une branche sur laquelle oublier les remous de ce monde.

Réagir ?

August 15, 2021 11:00 AM

August 14, 2021

Karl Dubost

jardins

jardins en face d'un hôpital. Tsujido, Japon, 14 août 2021

« Joie prise à la chose », dit-on : mais en vérité, c'est joie prise à soi-même au moyen d'une chose.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Ce matin, deuxième vaccin. Je me promène dans le jardin des herbes du parc d'Okubo, juste avant sous une humide chaleur. L'hôpital se dresse au dessus des plantes. Je m'assoie. Ce deuxième vaccin est un peu de sérénité et d'apaisement.


Je découvre par hasard une photographie de Emdrup à Copenhague au Danemark.

Jardins entourés de haies avec de l'espace entre les haies.

Un article écrit par Ferdinand Cazalis dévoile de nombreux éléments à propos des aires de jeux des enfants : Histoire fragmentée des aires de jeux, 1770-2010.

Au début des années 1930, l’architecte paysagiste danois Carl Theodor Sørensen observe les jeux des enfants à Copenhague et se trouve frappé par leur intérêt pour les terrains vagues et les sites en construction. À partir de ces considérations, il forge le concept de « Junk Playground » : oublier les traditionnels toboggans, tourniquets et autres bacs à sable pour n’offrir aux enfants qu’un terrain vague, sous le regard bienveillant d’un adulte, rempli d’objets abandonnés, et leur permettre de construire l’aire de jeux de leurs rêves. La première application de cette idée a lieu en 1943 dans le quartier d’Emdrup à Copenhague, pendant l’occupation nazie. Si, comme les réformateurs américains des années 1890-1910, Sørensen pense éviter aux enfants de basculer dans la marginalité en les occupant dans des jeux constructifs, il désire surtout leur transmettre les valeurs de solidarité communautaire et d’autogouvernement, résonnant avec les expériences de Pestalozzi ou de la George Junior Republic.

Et je plonge dans ce que nous appelions, pendant mes années d'école primaire à Rouen, « Le petit champs. » Le terrain vague était derrière l'école Seguin et je le traversais matin et soir pour aller à l'école depuis l'immeuble Forest (Fernand Forest). Certains mercredi après-midi, nous construisions nos rêves dans ce champ sans adultes pour nous surveiller. Il y avait Vincent, Thomas, Stéphane, Frédéric. Je crois me rappeler, je ne suis plus très sûr.

Vue satellite et parcours tracé. Le petit champ est le carré rouge. Le trait rouge, le chemin de l'immeuble à l'école.

Le terrain est maintenant construit. Je vois qu'il y subsite encore un peu de verdure et que le chemin existe toujours.

sur le bord du chemin

August 14, 2021 02:59 PM

David Larlet

Animalière

Wilderness without wildlife is just scenery. — Lois Crisler

Envie de parler de mon approche concernant la photographie animalière. Ce n’est pas la bonne, ni même une que je recommande, c’est celle qui me convient en ce moment.

  1. Légèreté : mon matériel fait 1,3 Kg pour aller de 180 mm jusqu’à un équivalent 540 mm. Il n’a pas le meilleur piqué ou un bokeh de f(l)ou mais je peux le tenir à bout de bras pendant une balade de plusieurs heures sans qu’il soit un poids dont j’ai envie de me débarrasser. Et j’ai encore suffisamment de force pour ensuite tenir la pose lorsqu’il faut être statique à main levée pendant plusieurs minutes. Je parle de poids en premier car j’ai déjà eu du matériel beaucoup plus qualitatif (et dispendieux !) et au final je ne l’avais que rarement avec moi, et encore moins en randonnée. Le meilleur appareil photo, c’est celui que j’ai (facilement) à portée de main !
  2. Qualité : tout est compromis, avec cette contrainte de poids je ne peux pas sortir LA photo. Et c’est correct, je reviens avec les photos. De toute façon, c’est principalement pour les partager sur des plateformes qui me font de la bouillie de pixels ou ici (et je prends soin de votre bande passante). À petites ambitions, petit capteur, un micro 4/3 me suffit amplement.
  3. Comportement : j’essaye de photographier en dérangeant le moins possible. Il s’agit de capter des images, pas l’attention des animaux. Si j’en arrive à stresser l’animal, ça se verra de toute façon sur la photo… ou dans ma propre lecture de la photo. Les animaux sauvages sont extrêmement curieux, en étant plus dans l’attente et l’écoute ils finissent parfois par s’approcher d’eux-mêmes. Toute ressemblance avec des animaux moins sauvage serait fortuite.
  4. Contentement : mon intérêt actuel est dans l’observation et la connaissance que je peux acquérir de mon environnement. La photo qui vient avec, c’est le bonus pour ne pas oublier ces instants et éventuellement les partager. Je n’ai pas envie de la bonne « attitude » sur l’instantané mais de l’approche qui a permis à l’animal d’être suffisamment en confiance pour avoir ce comportement. Et tant pis si je loupe la photo à la fin, le simple fait d’en avoir été témoin me suffit.
  5. Patience : j’ai envie de photographier des espèces locales, de prendre le temps de les connaître et de les approcher. Ce n’est pas un safari d’où il faut revenir avec des espèces exotiques mais un apprentissage — forcément lent — et une prise de conscience de mon environnement. Les animaux seront toujours là, différents… et moi aussi. Déguster cette exploration en prenant ce bien en patience, régulièrement.

Un détail technique pour finir, j’essaye de progressivement m’extraire des produits Apple en commençant par les logiciels intégrés. J’utilise RAW Power depuis quelques mois, ça plante souvent mais j’ai l’impression de reprendre un peu le contrôle sur ma chaîne de développement et de pouvoir visualiser les fichiers sur lesquels je travaille dans l’explorateur. C’est déjà ça.

Un héron dans la Rivière des Prairies. Like a rock.

Réagir ?

August 14, 2021 11:00 AM

August 13, 2021

Karl Dubost

vieux tshirt

vieux tee-shirt avec col usé. Tsujido, Japon, 13 août 2021

C'est la prérogative de la grandeur de combler de bonheur par de modestes dons.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Pourquoi s'attache-t-on tant parfois à un vieux t-shirt ? J'ai dû acheter celui-là il y a près de 20 ans. Mais là, aujourd'hui, j'ai décidé qu'il fallait se séparer.

sur le bord du chemin

  • 1 sur 169… Je me demande si à partir d'une certaine taille, les entreprises privées devraient automatiquement devenir la propriété de l'état.
  • How the Pandemic Now Ends
    Eventually, humanity will enter into a tenuous peace with the coronavirus. COVID-19 outbreaks will be rarer and smaller, but could still occur once enough immunologically naive babies are born. Adults might need boosters once immunity wanes substantially, but based on current data, that won’t happen for at least two years.

August 13, 2021 02:59 PM

David Larlet

Tests payants

Plus question de tester à tout-va. « À partir de cet automne, les tests PCR seront rendus payants, sauf prescription médicale, et ceci afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests », a annoncé Emmanuel Macron dans son allocution ce lundi soir.

Covid-19 : les tests seront payants dès l’automne (cache)

Cette décision française est terrible. Les tests sont l’une des rares mesures relativement fiables que l’on puisse avoir sur l’épidémie à un instant t. Empêcher les personnes les plus pauvres de se faire tester, cela signifie laisser ces personnes en contaminer d’autres. C’est aussi rendre invisibles les personnes vaccinées qui ont des symptômes faibles mais qui doutent et n’ont pas envie de payer pour vérifier, ne permettant pas d’avoir un suivi de la pertinence de la vaccination qui soit précis. C’est enfin une logique comptable qui me semble être bien éloignée de la réalité du terrain, j’ai du mal à imaginer que des tests à répétition pour éviter la vaccination soit une situation « de confort ».

Au passage, rendre les tests payants uniquement pour les étrangers (cache) était déjà bien puant…

Le pouvoir attire les corruptibles. Tous ceux qui le recherchent sont à soupçonner. […] Nous devrions confier les responsabilités du pouvoir uniquement à celles qui sont réticentes à l’idée de le détenir, et encore dans ces conditions propres à accroître cette réticence.

Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Un écureuil sur un banc avec un fruit dans la bouche, une noix ? Noyer le pois(s)on.

Réagir ?

August 13, 2021 11:00 AM

August 12, 2021

Karl Dubost

contrat

Photo floue de papiers. Tsujido Japon, 12 août 2021

Beaucoup sont opiniâtres quant au chemin qu'ils ont emprunté. Peu quant au but.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Et voilà ! Nous avons signé le contrat pour l'appartement que nous avions visité et qui nous avait tant ému par son endroit près du cimetière de Somei. Quelle chance, quel bonheur.

(La photo est volontairement rendue floue.)

sur le bord du chemin

  • La source première de votre contenu et les dépendances.

    This website should be the source of truth, not the other way around.

  • Aux États-Unis aussi, la population japonaise est en déclin. graphique des inégalités des asiatiques étasuniens

    Over the course of several months of reporting on this issue, and drawing on more than a decade of experience as Asian American reporters covering Silicon Valley, we heard some common themes from Asian American tech workers. What follows is a taxonomy of their experience, from the brand-new interns to those lucky enough to have made it to the Silicon Valley C-suite. It shows how far Asian Americans are from achieving full equality, and perhaps why equality for even less privileged groups has proved so elusive.

    L'article dévoile les stéreotypes, les inégalités sociales à l'intérieur de ces différents groupes.

August 12, 2021 02:59 PM

David Larlet

Musique

The reason I’m screwed is that Spotify listeners’ ability to access their collection in the far-out future will be contingent on the company maintaining its software, renewing its agreements with rights holders, and, well, not going out of business when something else inevitably supplants the current paradigm of music listening.

Spotify Has Changed Music Libraries Forever (cache)

J’ai une collection de musiques que j’apprécie, en FLAC, et que je restreins à environ 200 Go. Cela peut paraître un peu anachronique en 2021, ou snob, ou les deux. Savoir que quelqu’un·e, quelque part, sait dans quel mood je peux être à un moment donné me fait davantage flipper qu’un Pass sanitaire (aussi inutile soit-il).

Aussi, le son et sa qualité ont une place particulière dans ma vie car j’ai une probabilité génétique assez importante d’être privé d’une partie de ce sens à moyen terme. Lorsqu’on sait ce que l’on va perdre, il est plus facile d’en profiter à sa juste valeur.

Ultimately, it’s impossible to use Spotify without it processing your personal data. “To delete that personal data, you need to close your account,” Spotify’s settings say.

All the Ways Spotify Tracks You-and How to Stop It (cache)

Une mère Grand Harle et ses deux petits de l’année. La finesse des sons de la forêt me manquera.

Réagir ?

August 12, 2021 11:00 AM

August 11, 2021

Karl Dubost

trucs en vrac

Deux BDs sur une table. Tsujido, Japon, 11 août 2021

Un musicien qui aime le tempo lent prendra les mêmes pièces toujours plus lentement. De même, il n'y a d'interruption dans aucun amour.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Il plonge dans les BDs de mon enfance. Trucs en vrac de Gotlieb. Beaucoup de choses ont un peu vieilli dans la critique sociale, mais il y a toujours de l'absurdité drôle.

sur le bord du chemin

  • Pas utilisé, mais joli design pour ce jeu
  • Constraint Systems
    a collection of experimental web-based creative tools. They are an ongoing attempt to explore alternative ways of interacting with pixels and text on a computer screen. I hope to someday build these ideas into something larger, but the plan for now is to keep the scopes small and the releases quick.
  • Allumettes et stop motion

August 11, 2021 02:59 PM

David Larlet

Pré-requis

You can choose to make it really complicated. Convince yourself that “the modern web” is inherently complex and convoluted. But then look at what makes it complex and convoluted: toolchains, build tools, pipelines, frameworks, libraries, and abstractions. Please try to remember that none of those things are required to make a website.

This is for everyone. Not just for everyone to consume, but for everyone to make.

Foundations (cache)

Suivi de :

It feels like the web we’re making now is a web designed for commercial interests. The reason we get CSS grid or the JS APIs of ES6,7, and 8 has more to do with how companies want to build and deliver software over the web than it does with how individuals want to connect and communicate with each other over the web.

Browsers and Representation (cache)

À quoi ressemblerait un navigateur du peuple pour le peuple ? Qu’est-ce qui pourrait être ajouté/retiré ? Quelle en serait sa gouvernance ? Quelle serait l’échelle d’usage/développement qui nous semblerait acceptable avant d’essaimer ?

Qu’il est inconfortable de se poser toutes ces questions :-).

C’était là une approche typiquement mentat : se concentrer uniquement sur les questions. Les mentats accumulaient les questions comme d’autres avaient tendance à accumuler les réponses. Les questions créaient leurs propres trames et leurs propres systèmes. C’était cela qui aboutissait aux formes reconnaissables. Chacun voyait son univers à travers des trames qui s’étaient créées d’elles-mêmes, composées d’images, de mots, de désignations (parfaitement temporaires), le tout mêlé en un faisceau d’impulsions sensorielles qui se réfléchissaient sur ces constructions intérieures de la même manière que la lumière était renvoyée sur une surface brillante.
Le premier instructeur mentat de Duncan Idaho avait élaboré une configuration provisoire de mots pour décrire cette fragile construction : « Surveillez les moindres mouvements significatifs de vos écrans intérieurs. »

[…]

La véritable force d’un mentat résidait dans cette construction mentale que les instructeurs appelaient « la grande synthèse ». Cela requérait une patience que les non-mentats n’auraient même pas pu imaginer. Dans les écoles de mentats, on désignait cela sous le nom de persévérance. Il fallait être un pisteur primitif, capable de déchiffrer les signes les plus infimes, les perturbations les plus minuscules de l’environnement, et de les remonter jusqu’à leur source. En même temps, il fallait demeurer ouvert aux grands mouvements de l’extérieur comme de l’intérieur. Tout cela concourait à produire un état de « réceptivité naïve » qui était l’attitude de base du Mentat, apparentée à celle du Diseur de Vérité, mais beaucoup plus vaste dans son champ d’action.
« Vous êtes ouvert à tout ce que l’univers pourra décider de faire », disait son premier instructeur. « Votre cerveau n’est pas un ordinateur. C’est un outil de décision couplé à tout ce que vos sens peuvent lui apporter. »

Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert

Deux nénuphars et leurs reflets. Que cette fleur soit synonyme de protections périodiques m’auto-frustre.

Réagir ?

August 11, 2021 11:00 AM

August 10, 2021

Karl Dubost

libre la nuit

route avec voitures la nuit. Tsujido, Japon, 8 août 2021

Vers la lumière — ton ultime mouvement ; un cri d'allégresse de connaissance — ton ultime parole.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Il a pris son vélo. Je suis allé à pied avec lui. Nous sommes allés faire des courses. La nuit était presque là. Il était heureux de pouvoi pédaler dans la nuit.

sur le bord du chemin

  • Phasing out faxes faces fierce resistance from Japan's bureaucrats
    Since the notice was issued in June, the administrative reform task force, which is set up within the Cabinet Secretariat, has been inundated with about 400 responses from bureaucrats laying out all the reasons why they think fax needs to be maintained, said Naoya Takeda, an official with the task force. The resistance has resulted in more exceptions being allowed than originally anticipated, he said.
  • Apple a l'intention de scanner les photos pour abus des enfants. Cela crée des frictions, toujours quand on mélange technologie, société privée et interactions avec le domaine sociétal. One bad Apple, Overview of Apple's Client-side CSAM Scanning
  • Google vs. the web
    The Edge team decided to keep alert(), prompt(), and confirm() in to their latest update instead of removing them. This now puts them in the position of having to essentially maintain a forked version of Chromium or just go along with whatever Google wants to do with Chromium.
    No one browser vendor should be able to just deprecate a long-standing platform feature without consensus from the others.
  • CSS transforms

August 10, 2021 02:59 PM

David Larlet

HTTPSadness

At some point, you won’t be able to visit the first web page ever published without first clicking through a full-page warning injected by your web browser

Chromium Blog: Increasing HTTPS adoption (cache)

Cela me rend triste, alors qu’un effort particulier a toujours été fait pour ne pas casser grand chose sur le Web jusqu’à présent. Chrome est bien parti pour nous les briser pendant quelques années encore… #BeenThereSufferedThat

Il y a 30 ans (merci Karl), Tim nous incitait à essayer (cache) son nouveau jouet :

It's just a question of generating plain text or SGML (ugh! but standard) mark-up on the fly. The browsers then parse it on the fly.

Subject: Re: Qualifiers on Hypertext links... (cache)

Un héron à la recherche de son futur repas au milieu des nénuphars. Vous avez évité une n-ième photo de toile d’araignée.

Réagir ?

August 10, 2021 11:00 AM

August 09, 2021

Karl Dubost

miroir invisible

Racine et pousse d'une plante monstera. Tsujido, Japon, 8 août 2021

Si ton regard est devenu assez fort pour voir le fond du sombre du puits de ta nature et tes connaissances, peut-être les constellations lointaines de cultures à venir deviendront-elles pour toi visibles dans son mirroir.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Nous ne voyons habituellement que la progression extérieure des plantes. Avec la monstera, nous percevons la géométrie de sa pousse. Une plante grandit aussi dans le monde du dessous.

sur le bord du chemin

  • Comme chaque 9 août, 1 minute de silence pour Nagasaki à cause du bombardement du 9 août 1945. Tous les hauts parleurs des villes au Japon demandent aux citoyens de penser aux bombardement le 6 août pour Hiroshima et aujourd'hui pour Nagasaki.
  • La montagne bleue, version 1963 par Katsumi Nishikawa. 青い山脈. La première version est de 1949 avec Setsuko Hara. Tiré d'un roman populaire de l'après guerre. 青い山脈 (新潮文庫). Non traduit. Ni en anglais, ni en français.

August 09, 2021 02:59 PM

David Larlet

Support

Lorsque deux personnes ne se supportent pas — n’ont aucune envie de servir de support l’une à l’autre — doit-on tout de suite y voir un conflit de privilèges, de classes, de cultures ou d’égos ? Peut-être qu’il y a parfois « juste » un truc qui ne passe pas et il faut plutôt travailler à dégoupiller la pression sociale qui peut pousser ces deux personnes à se rencontrer. La violence me semble émaner de cette mise en proximité si elle est imposée (aussi numérique soit-elle), on réagit rarement de manière intelligente lorsqu’on est acculé·e.

Une mère canard sur un rocher, ses petits sur un autre. En sécurité ou à l’écart ?

Le point de rupture est ce moment où l’on renonce à un lien, on le défait ou le tranche. C’est le moment où l’on cesse de croire en quelqu’un, d’attendre quoi que ce soit de lui. Notre capacité à lui faire confiance s’est épuisée au fur et à mesure des déceptions, des mensonges, des violences ou des trahisons. Ou bien, elle s’effondre d’un coup, sous nos yeux incrédules, comme une falaise de craie. C’est le moment de la perte, cet étrange moment où l’on « perd » quelqu’un encore vivant.

Rupture(s), Claire Marin


Réagir ?

August 09, 2021 11:00 AM

August 08, 2021

Karl Dubost

les histoires du dedans

Boîte de déménagements remplies et non remplies. Tsujido, Japon, 8 août 2021

Et tandis que tu voudras de toutes tes forces épier par avance la manière dont le nœud de l'avenir sera encore noué, ta vie prendra la valeur d'instrument et de moyen de connaissance.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Jour de typhon, jour de boîtes.

À chaque chose que nous enfouissons, une mémoire s'éveille, un lieu, un parfum, un goût, un plaisir ou une tristesse. Que de choses étranges sont contenus dans les objets que nous soigneusement serrons les uns à côté des autres.

Ce ne sera pas possible, car nous n'avons jamais le temps quand nous ouvrons les boîtes de déménagement. Mais à l'intérieur de chacune, il y a une histoire qui se dessine par les objets accumulés. J'aimerais pouvoir être l'archéologue de mes boîtes de déménagement.

sur le bord du chemin

August 08, 2021 02:59 PM

David Larlet

Vacance

Comme un besoin de rendre ce temps d’écriture vacant pour voir pour qui et par quoi est-ce qu’il pourrait être comblé pendant cette prise de soin.

J’ai pu regarder la coupe du monde d’échecs en direct et voir Magnus Carlsen perdre contre Jan Krzysztof Duda en demi (mais alors quelle « petite » finale !). Je commence à comprendre les lignes et stratégies évoquées par les commentateur·ices et c’est chouette.

Je me suis demandé pourquoi est-ce que j’avais besoin de partager mes photos sur des réseaux instantanés plutôt qu’ici. J’ai l’impression que ça traduit une certaine insécurité, celle d’avoir besoin d’un retour (flatteur) immédiat. Peut-être qu’il faut que je travaille aussi la simplicité de publication pour ces media, cela rejoint des limites que je ressens sur le générateur actuel.

Aller de plateforme en plateforme pour être poseur de tendance et passer de l’autre côté de barrière sans pour autant montrer la dimension réelle du travail. Certaines plateformes tentent un modèle plus ancien en tapant dans la longue traîne des amateurs qui voudraient bien devenir professionnels, ou plus exactement se faire du blé, ou de l’argent de poche, on ne sait pas trop. Une forme d’uberisation de l’image en quelques sortes. C’est fatiguant.

[…]

  • a-matrice : sans matrice : le contraire :)

Notes sur une photographie ouverte (et amatrice) (cache)

J’ai apprécié de faire à nouveau des photos de nénuphars depuis le raft, des cascades en pause longue et des oiseaux flous. Arpenter la forêt boréale jusqu’à épuiser les pensées, se dépenser jusqu’à l’épuisement. Évaluer l’épuisette et remettre les poissons à l’eau, nager comme un gardon avec l’enfant. Gelés et contents.

Un geai bleu prenant son envol. J’ai parfois l’impression d’arriver aux limites de mon matériel et c’est presque thérapeutique (de le penser et de l’accepter).

J’ai encore une fois été frustré en essayant de faire une vidéo « en famille » d’une ballade, le tempo n’est tout simplement pas adapté et il faut que je m’en rappelle car cela me met de mauvaise humeur. Ne pas oublier ceci.

J’ai appris à jouer à Quarto! et ça m’a plu. Ça donne une bonne idée de la faiblesse du cerveau lorsqu’il s’agit de n’évaluer que 4 paramètres à la fois. On n’a pas tenté la variante hardcore qui ajoute aussi les carrés.

J’ai observé avec stupeur des hommes montrer leur muscles et des femmes montrer leurs fesses devant des cascades. Je ne sais pas encore si je vais pouvoir/vouloir comprendre ces pratiques. Je me suis senti vieux.

J’ai lu Rupture(s) de Claire Marin qui est une continuité inattendue après avoir lu Disparaître de soi de David Le Breton (auquel elle fait d’ailleurs référence !). Cela réveille en moi des choses autour de l’identité et de mon propre vécu. Elle m’a dit que c’était le propre des aphorismes.

Il y aurait des vertus de l’échec. Vraiment ? Mais la rupture n’est parfois qu’un gâchis, un manque de courage, une lâcheté. Le constat d’échec d’un couple, d’une famille, d’une amitié, d’une politique, d’un projet. Et l’échec n’est souvent rien d’autre que lui-même, pauvre, décevant, un pur raté. La plupart des échecs ne nous apprennent rien. Pire, nous nous enlisons souvent dans le bégaiement des mêmes échecs, comme s’ils étaient inévitables, et ce, dans une jouissance paradoxale de leur répétition presque rassurante.

Rupture(s), Claire Marin


Réagir ?

August 08, 2021 11:00 AM

August 07, 2021

Karl Dubost

imaginer l'histoire

tas de rails d'un jouet en bois. Tsujido, Japon, 7 août 2021

Et tout cela étant dit, en avant sur la voie de la sagesse d'un bon pas, en pleine confiance ! Quel que tu sois, sers-toi à toi-même de source de connaissance !
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Construire un train, c'est construire une histoire. Avec des blocs de rails, il pose le fil d'un voyage, d'une idée, d'une aventure, d'une poésie.

sur le bord du chemin

  • Elle a pu obtenir son rendez-vous pour le vaccin en se présentant deux heures avant l'ouverture des portes d'un hôpital local. 16 août, 6 septembre 2021. Voici un peu de sérénité qui revient.
  • Is Taiwan Next?
    It was hard to know what to make of Taiwan’s precarity — when the act of existing was itself a provocation. It was a country still in transition from one authoritarian regime that could soon be subsumed by another. During this brief moment of respite, Taiwan was flourishing, but would the Taiwanese themselves ever have the chance to decide their own fate?
  • Je parle de Einstein avec lui. Je lui dis que j'avais un poster dans ma chambre d'enfant avec l'image de Einstein. Il n'est plus édité mais j'ai trouvé une image en ligne. Je me demande ce que ce poster est devenu. Visage de Einstein sur fond d'étoiles.

August 07, 2021 02:59 PM

August 06, 2021

Karl Dubost

cigale

cigale dans la main. Tsujido, Japon, 6 août 2021

Par manque de calme, notre culture se précipite dans une nouvelle barbarie.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Après 17 ans, les cigales s'abandonnent dans les rues en nombre, point de chute de leur existence courte sous le soleil. Elles partagent la verticalité de leur fin avec les camélias.

sur le bord du chemin

August 06, 2021 02:59 PM

August 05, 2021

Karl Dubost

sandale

Coucher de soleil, ciel violet orange. Tsujido, Japon, 5 août 2021

Il y a pourtant de la noblesse dans l'oisiveté et l'abandon à l'oisiveté.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

9h37. Au carrefour de hamamiyama, une femme à vélo casse la lanière de sa sandale. Elle la retire. Elle regarde négligemment la partie cassée. Elle la pose dans le panier de son vélo et repart.

sur le bord du chemin

  • TIL : j'ai appris (ou ré-appris ?) le sélecteur css ~ pour sibling elements dans une même hiérarchie. .content > h2~h2 sélectionne le deuxième h2 directement sous .content.
  • Pour bien maîtriser launchd sur macOS, l'équivalent de cron du monde unix.
  • urlwatch. Très utile pour suivre les pages modifiées irrégulièrement. Elle n'a pas encore reçu son vaccin. Nous surveillons donc les mises à jour pour savoir quand les stocks de vaccins seront renouvelés.
    urlwatch is intended to help you watch changes in webpages and get notified (via e-mail, in your terminal or through various third party services) of any changes. The change notification will include the URL that has changed and a unified diff of what has changed.
  • Alien Dreams: An Emerging Art Scene
    Ever since OpenAI released the weights and code for their CLIP model, various hackers, artists, researchers, and deep learning enthusiasts have figured out how to utilize CLIP as a an effective “natural language steering wheel” for various generative models, allowing artists to create all sorts of interesting visual art merely by inputting some text – a caption, a poem, a lyric, a word – to one of these models.

August 05, 2021 02:59 PM

August 04, 2021

Karl Dubost

doublement covid

L'ombre du vélo. Tsujido, Japon, 1er août 2021

Et ici, toute chose est restée si calme, si éternelle : il n'y a que nous qui soyons si différent, si agité ; nous ne retrouvons qu'une poignée d'hommes sur lesquels le temps ne se soit pas plus fait les dents que sur un chêne : paysans, pêcheurs, habitants des bois — ce sont les mêmes.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Une société bi-polaire se dessinent dans la « crise » sanitaire actuelle. À la fois une étrange impression que rien ne change vraiment et que tout change vraiment. Le virus crée des drames importants dans les parcours personnels. Une personne perd son travail. Une autre ne peut voir sa famille pendant des mois (bientôt années). Une autre encore perd un parent proche. Et pourtant globalement, ces drames restent à l'échelle du nano. Ils n'ont pas exactement le même impact que celui d'une guerre globale. Ou bien… est-ce parce que je n'ai jamais été en pays en guerre où les « gens vivent normalement » malgré le hasard de la mort.

Et autour de nous, nous voyons des gens qui vont au restaurant, au onsen, dans les parcs d'attractions allègrement sans vaccinations, tout en se plaignant de l'inaction du gouvernement mais ne respectant pas les gestes barrières. Tout est anormalement normal. Est-ce la fatalité ? L'engourdissement continu ? Et pendant ce temps, les nombres explosent au Japon.

Nous avons tous nos zones d'irrationalité. Il suffit de trouver le bon sujet.

Quand tous les vaccinés auront leur passeport de vaccination, la société va se bi-polariser un peu plus. Contre ou pour, débats sans fin et pendant ce temps les nanos catastrophes continuent. Ceux qui veulent le vaccin mais ne peuvent pas l'avoir, ceux qui sont obligés pour ne pas perdre leur travail, ceux qui n'en veulent pas.

Ma deuxième injection le 14 août 2021. Je veux choisir ma liberté de vie en société.

Et en attendant, le vélo aura été un magnifique instrument de liberté individuelle.

sur le bord du chemin

August 04, 2021 02:59 PM

August 03, 2021

Karl Dubost

choix de la coupe

Sacs poubelles. Tsujido, Japon, 3 août 2021

C'est en lui-même que l'homme effectue les meilleures découvertes sur la culture, lorsqu'il y trouve le règne de deux puissances hétérogènes.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Aujourd'hui, les jardiniers sont venus pour couper les arbres. Principalement les pins. C'est une tâche longue et délicate où ils coupent certaines branches et enlèvent certaines aiguilles. Il y a là une expertise. Je regarde leurs mains travailler autour des pointes.

Ils mettent les coupes dans des sacs poubelles. Je me demande où sont emmenés les sacs après ? Un petit pincement au cœur.

Le jardin est un entretien, une constante décision. Retirer ce brin de plante ou le conserver. Laisser la place à cette espèce ou celle-ci. Laisser la nature faire son choix ou entretenir un passage. Si on ne l'entretient pas, la nature au Japon explose très vite, très haut et en grand volume. La combinaison des pluies et de la chaleur donne les conditions d'une serre.

sur le bord du chemin

  • Demander un pass sanitaire pour une vaccination à l'étranger
  • Français au Japon et pass sanitaire en France
    → Quel certificat de vaccination est accepté ? Si vous résidez au Japon, le certificat de vaccination simple (obtenu automatiquement sur le coupon de vaccination) devrait suffire pour cette procédure, puisqu’il comporte votre nom, la date des injections et le code-barre des vaccins, sans avoir à passer par la demande d’un « passeport vaccinal » japonais.
  • Covid-19 – Déplacements vers la France et informations générales
    Voyageurs vaccinés : obligation de présenter un justificatif du statut vaccinal ainsi qu’une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection à la Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19. Aucun test exigé avant l’embarquement ; exemption de test et d’isolement à l’arrivée en France.
    7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
    Depuis le 15 mars 2021 à 0h00, tout déplacement vers / depuis l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour, n’est plus soumis à la production d’un motif impérieux.
    Un certificat de test Covid-19 doit être obtenu auprès d’un établissement médical dans le pays/la région de séjour, prouvant un résultat négatif à un test pour la Covid-19 dans les 72 heures précédant le départ du pays/de la région de séjour, pour la réadmission au Japon).
    Cette page propose notamment un modèle de certificat à imprimer (version française). Le résultat doit être certifié par la signature du médecin ayant réalisé l’examen ainsi que par le cachet de l’établissement. En cas de non-respect de ces formes, les voyageurs s’exposent à un refus d’entrée au Japon.
  • Shimofuri Ginza
  • institut français du Japon rénové par Sou Fujimoto

August 03, 2021 02:59 PM

August 02, 2021

Karl Dubost

surface de carte

carte au mur en plusieurs morceaux. Tsujido, Japon, 1er août 2021

il emprunte en quelque sorte des passages abrités du vent, bien protégés, plongés dans une demi-pénombre, tandis qu'au-dessus de lui, dans le vent, les cimes des arbres se tordent en mugissant, et trahissent pour son œil à quelle violente agitation est en proie le monde extérieur. — Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Le lieu de rêve devient plus concret et vaste.

Nos négociations avec le propriétaire à travers l'agence vont bon train. Le contrat est en cours d'envoi par la poste. Cependant, nous ne relâchons pas notre recherche pour avoir un plan B. Il reste un mois.

Nous avons réalisé une grande carte pour mieux comprendre l'espace. Une surface plate, un collage de photocopie de cartes, et des interprétations divinatoires de l'espace afin de déterminer les chemins à prendre pour le train, l'école à vélo.

La forme et la densité des espaces sur une carte papier permet de comprendre déjà sa poésie. La carte papier ou alors un écran immense permettent le détail et la surface dans le même temps plutôt que le va et vient nécessaire sur l'écran.

Elle permet l'appaisement du mouvement afin de pouvoir déambuler sereinement dans l'espace. Elle a aussi un bord qui permet de circonscrire les pensées.

La projection sur un mur d'un écran d'ordinateur ne supplée pas au grand écran, car les détails de la carte sont limités par la résolution de l'écran initial. Il faut plus de pixels et de surface.

sur le bord du chemin

August 02, 2021 02:59 PM

August 01, 2021

Karl Dubost

a/a/a… a…

Recherche dans un moteur de recherche. Tsujido, Japon, 1er août 2021

Si quelqu'un voulait imaginer un génie de la culture, comment celui-ci serait-il constitué ?
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Ce soir en faisant la vaisselle, je chantonnais un air de chanson qui a ce passage d'un long « aaa… a… » et je n'arrivais pas à retrouver le nom de l'artiste. Elle non plus. Et puis 30 secondes plus tard elle me dit : « Led Zeppelin ! »

Époustouflé, je lui dis comment tu as fait. Elle me montre l'écran de son téléphone et j'explose de joie.

Elle a littéralement tapé : « a/a/a… a… »

Hilarité.

Et pour chantonner vous même en faisant la vaisselle : Immigrant song par Led Zeppelin.

Sur Wikipedia, Immigrant Song et les paroles, une histoire de vikings.

sur le bord du chemin

August 01, 2021 02:59 PM

July 31, 2021

Karl Dubost

vache marine

trois bols avec soupe, kimchi et riz. Tsujido, Japon, 31 juillet 2021

Peut-être la production du génie est-elle réservée à une période limitée de l'humanité.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Les plaisirs sont parfois essentiels et simples. Une marche dans la forêt, le vent sur le visage sur la plage, un morceau de beurre sur une baguette, un chocolat chaud quand il fait froid et… la soupe coréenne de bœuf aux algues (wakame) avec kimchi et riz.

Quelle sérénité à chaque bouchée chaude, un bouillon léger, le léger croquant des algues molles, la tendresse des morceaux de bœuf. Terre et mer, c'est la saveur qui s'échoue sur le rivage de mon appêtit.

sur le bord du chemin

  • Adversarial Interoperability
    But interoperability is just the ante. For a really competitive, innovative, dynamic marketplace, you need adversarial interoperability: that’s when you create a new product or service that plugs into the existing ones without the permission of the companies that make them. Think of third-party printer ink, alternative app stores, or independent repair shops that use compatible parts from rival manufacturers to fix your car or your phone or your tractor.

July 31, 2021 02:59 PM

July 30, 2021

Karl Dubost

envie des collines d'été

Myrtilles dans une casserole avec du sucre et de la vanille. Tsujido, Japon, 29 juillet 2021

Le milieu qui éduque veut rendre l'homme non libre en lui faisant toujours voir le nombre le plus restreint de possibilités.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Hier, il est allé cueillir des myrtilles. Ensemble, nous avons préparé de la confiture avec un brin de vanille fraîche, du sucre de canne et du citron.

Les matins prochains nous aurons le goût de la cueillette, du soleil, de l'effort et des envies de collines en été.

sur le bord du chemin

July 30, 2021 02:59 PM

David Larlet

Poignée

Un outil est une opportunité avec une poignée. — Kevin Kelly, traduction libre

Je tombe sur cette citation aujourd’hui et je me demande si je suis un fabricant de poignées.

La sagesse est de savoir résister à la tentation de concevoir des poignées pour toutes les portes.

Tous les gouvernements sont affligés d’un grave problème chronique : Le pouvoir exerce une grande attraction sur les natures pathologiques. Ce n’est pas tant que le pouvoir corrompt, mais il fascine les sujets corruptibles. Ces gens ont tendance à s’enivrer de violence, ce qui crée rapidement les conditions d’une accoutumance fâcheuse.

Missionaria Protectiva, Texte QIV (dicto), Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 30, 2021 11:00 AM

July 29, 2021

Karl Dubost

articuler la technologie

mousse séchée sur un mur de pierre. Tsujido, Japon, 29 juillet 2021

Mais comme il semble que ce qui lui est utile soit l'opposé de ce qui est utile à ses compatriotes ou aux membres de sa classe, ils supposent que ses principes représentent pour eux un danger ; ils disent ou ils ressentent : il ne saurait avoir raison car il nous est nuisible.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

The questions concerning technology. Une série d'une quarantaine de questions pour penser les nouvelles technologies que nous mettons en place. Peut-être l'une de mes préférées est celle sur les conséquences.

What practices will the use of this technology cultivate?

Elle est souvent difficile à discerner. Que ce soit des nouvelles pratiques bénéfiques et négatives, nous sommes parfois incapables de percevoir les conséquences de nos inventions. Les deux aspects sont souvent contenus dans toutes choses inventées.

Créer une nouvelle technologie consiste à déplacer le monde. Je ramasse cette branche morte dans la forêt pour démarrer un feu de camp, un feu dans la cheminée, un feu dans le four à céramique. En faisant cela, j'arrache intentionnellement un morceau d'écosystème : cloportes, fourmis, vers, champignons, moisissures, il y avait là un monde qui cesse d'être protégé, dont nous détruisons l'habitât, tout un nombre d'êtres vivants que nous allons brûlés vifs. Chacun de nos gestes est à la fois destructeur et créateur. Et lorsque ce geste devient automatique dans sa continuité, dans son esprit, car il devient le mouvement « naturel » d'un besoin d'un autre futur, nous oublions alors la conséquence première du geste de retirer ce morceau de bois de la forêt. Et lorsque nous multiplions ces gestes souvent et partout, nous affectons plus largement l'écosystème. Notre geste cultive un oubli de cet état précédent. À la petite échelle, nous justifions ce que nous réalisons à grande échelle.

Et si ce morceau de bois que nous avons pris pour réaliser un feu contenait une espèce de champignons, pratiquement invisible à l'œil nu, en voie de disparition. Et pourtant, nous luttons.

Pouvoir articuler toutes les questions de la technologie lors de nos développements informatiques est un moment que peu de nous prenons vraiment le temps de faire.

sur le bord du chemin

July 29, 2021 02:59 PM

David Larlet

Mobilaine

14 jours pour traverser l’océan dans une cabine avec vue sur l’océan ou 14 jours dans un hôtel d’aéroport après avoir été entassé 10 heures dans un avion.

[…]

Et que dire de la friction lente qui nous habiterait pendant ce temps de quarantaine active où nous mettrions à contributions nos pensées dans le mouvement d’une attente.

quarantaine mobile (cache)

J’aime vraiment beaucoup cette suggestion de Karl au sujet du temps et de la dynamique. Un bon moyen de rééquilibrer l’avantage que procure l’avion vis-à-vis d’autres moyens de transport. Quitte à s’isoler, autant le faire pour de vrai.

Il suffirait d’une seule mutation sur la protéine Spike pour que l’humanité (des riches) s’alloue deux années de réflexion supplémentaires sur ces sujets… peu enviable, potentiellement nécessaire ?


Réagir ?

July 29, 2021 11:00 AM

July 28, 2021

Karl Dubost

monstera

racine de plante. Tsujido, Japon, 28 juillet 2021

On qualifie d'esprit libre quelqu'un qui pense autrement que l'on s'y attend de sa part en raison de sa provenance, de son milieu, de sa classe et de sa fonction ou en raison des opinions qui prédominent à son époque.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Une nouvelle racine émerge discrètement de la plante monstera. Mais cette fois-ci, j'ai su la voir. Je jubile à l'idée de la voir grandir. Et je me demande quel phénomène biologique incite à cette racine de sortir là à ce moment, à cet endroit. Le poids du reste de la plante ? Le besoin de puiser la terre de plusieurs sources ? Le besoin de s'évader un peu plus loin. J'ai changé le pot, il n'y a que quelques semaines et déjà, je vois qu'à l'automne, il me faudra surement prendre un pot un peu plus grand et un support pour qu'elle puisse grimper dans les hauteurs de Tokyo.

sur le bord du chemin

July 28, 2021 02:59 PM

David Larlet

CarbEAUne

L’hyper-focalisation sur le carbone et l’électricité cache efficacement les autres grands problèmes environnementaux. De tous ces problèmes, il me semble que la consommation d’eau du numérique peut devenir très problématique dans un futur proche et dans des zones très concentrés : les lieux d’extraction minière (approvisionnement en eau pour le nettoyage et la purification du minerai) ; la fabrication de circuits intégrés (eau ultra-pure, rinçage des wafers, etc.) ; le refroidissement des centres de données en zones désertiques (par évaporation d’eau) ; et la pollution des eaux (rejets miniers et industriels, décharges, etc.).

Paradoxes et enjeux environnementaux de la numérisation (cache)

Une excellente série de billets par Gauthier Roussilhe qui enchaîne avec :

Je suis particulièrement sensible à l’effort qui a été fait pour tenter de prendre en compte l’ensemble des coûts autour de ces sujets. Ainsi que l’impact sur le cycle de l’eau qui est localement redéfini par de telles industries.

Les besoins en eau de certains acteurs du numérique pourraient se confronter avec le plus consommateur d’eau sur le globe : le secteur agricole. Plus précisément, certains acteurs du numérique pourraient rentrer en concurrence avec les acteurs agricoles pour pomper les eaux souterraines en zones de stress hydrique et pour la captation des eaux de surface (réservoirs, etc.). Par exemple, en avril 2021, le gouvernement taïwanais a demandé l’arrêt subventionné de l’irrigation de 74 000 hectares de terres agricoles pour maintenir l’approvisionnement en eau d’usines de semi-conducteurs dans le nord de l’île. De plus, les rejets industriels d’usines de fabrication pourraient contaminer plus gravement des rivières et flux qui servent aux activités agricoles.

Ibid.


Et pendant ce temps-là au Québec, on parle d’un traffic Internet plus vert (sic), la route est longue :

Hydro-Québec fait, elle aussi, partie de la solution. En incitant des centres de traitement de données à s’installer ici pour profiter de notre énergie propre, nous pouvons en effet contribuer à rendre le trafic Internet plus vert.

Pollution numérique (cache)


Réagir ?

July 28, 2021 11:00 AM

July 27, 2021

Karl Dubost

vieille maison

Vieille maison humid et abîmée. Tokyo, Japon, 1er juillet 2021

Comment l'homme peut-il tirer de la joie de l'absurdité ?
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Souvent quand nous perdons le courage, quand tous semble s'échapper et que l'approche de la date limite est plus intense, alors que nous marchons dans les vieilles rues de Tokyo, je lui dis : « Oh ! Je ne t'ai pas dit. J'ai trouvé notre maison. Le contrat est signé. » Je lui pointe alors du doigt une vieille maison que nous passons en chemin.

Alors elle sourit.

Alors nous pouvons continuer le chemin avec nos espoirs et nos illusions que nous pourrons trouver quelque chose de bien à Tokyo.

Il y a tant de choix pour les célibataires et si peu pour les familles qui plus est travaille à la maison.

sur le bord du chemin

  • Privacy Reality Check
    All that consent does is that it offloads privacy labour to the user, and only under very specific conditions does it increase the user's autonomy.

July 27, 2021 02:59 PM

David Larlet

Évasion

Deux jours pour me libérer de la prison de mes pensées et prendre soin de ma santé mentale. Quelques instants d’écoute dynamique de la forêt et de mes aspirations. Une tentative maladroite de partager ce sentiment de calme intérieur.

J’aurais pu soigner encore davantage le son, effacer ces gouttes d’eau sur l’objectif, faire des transitions exotiques, rythmer encore davantage. Et j’apprécie que cela reste un travail amateur, satisfaisant dans ses imperfections et ses approximations. Le montage a encore été la source de nombreux questionnements, c’est à la fois la partie la plus difficile et peut-être la plus intéressante du point de vue introspectif. J’essaye de me fixer la règle de ne pas prendre plus de temps à produire la vidéo que ce que m’a pris la sortie en question !

La vidéo : Évasion (23 minutes). Normalement, j’ai fait attention à ne pas vous faire mal aux oreilles, même lorsqu’un hydravion me passe au-dessus de la tête… je ne pouvais pas manquer un si gros oiseau.

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l’instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu’à force d’accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.

Texte mentat n°2 (dicto), Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 27, 2021 11:00 AM

July 26, 2021

Karl Dubost

koban

poste de police avec massif d'hortensia. Tsujido, Japon, 15 juillet 2021

Celui qui a autrefois écrit et éprouve en lui la passion d'écrire, n'apprend de presque tout ce qu'il fait et vit que ce qui peut se communiquer par l'écriture.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Partout au Japon, les postes de police de proximité saupoudrent les quartiers. Ils sont petits. Un vélo ou deux est garé devant. L'affichage des décès de la route et des accidents est renouvelé quotidiennement. Celui-ci a un bel hortensia qui fin juin, début juillet lui donne un tour encore plus charmant. Je pense souvent à une possible anthologie photographique des kobans (交番).

sur le bord du chemin

  • Vue dans un article du journal « The Guardian » cette image demandant si le lecteur accepte le lecteur accepte d'afficher le contenu instagram, ce qui signifie tracking. C'est pas mal de permettre aux personnes de choisir avant le fait les conditions de la traque publicitaire. message de tracking

July 26, 2021 02:59 PM

David Larlet

Dose 2

Suite des aventures, deux mois plus tard.

J’ai été vacciné au moment où (code) :

  • 1,6 % de l’Afrique ; 10,2 % de l’Asie ; 37,2 % de l’Europe ; 36,9 % de l’Amérique du Nord ; 9,9 % de l’Océanie ; 17,8 % de l’Amérique du Sud avaient reçues une seconde dose.
  • 2 122 millions de personnes ont déjà reçues une dose dans le monde (soit 27,2 %) et 1 074 millions une seconde dose (soit 13,8 %).
  • Le Canada a dépassé la France en pourcentage de population vaccinée 2 doses le 1er juillet, pour la première dose c’était le cas depuis le 29 mars.
  • 40,6 % des pays à haut revenus ; 14,9 % des pays à presque hauts revenus ; 5,3 % des pays à presque faibles revenus ; 0,2 % des pays à faibles revenus ont reçu une seconde dose ;
  • 48 % des québécois·es de ma tranche d’âge (infographie dynamique mise à jour quotidiennement), 61 % des québécois·es tout court ont reçu cette seconde dose (83 % des plus de 12 ans vaccinables ont au moins reçu une dose).
Tableau de bord des chiffres sur l’évolution de la Covid-19 et de sa vaccination au Québec Tableau toujours aussi intéressant pour comprendre la stratégie québécoise.

Au passage, en voulant récupérer ma preuve vaccinale :

Dû à un fort achalandage, le site d’émission de la preuve vaccinale et d’inscription au concours est temporairement non disponible.

Sachant que c’est la mise en place d’une loterie qui a fait tomber le site, ça me fait glousser :

Le lancement du concours « Gagner à être vacciné » a connu des ratés, dimanche [on est mardi]. Il fallait faire preuve de patience avant de réussir à s’y inscrire sur le site de quebec.ca.

[…]

Pour être admissible à un lot de 150 000 $ ou à une bourse d’études de 10 000 $, il faut avoir obtenu au moins sa première dose et s’inscrire par Internet en passant par le site quebec.ca/vaccincovid et sa section du concours Gagner à être vacciné.

Lancement laborieux pour la loterie vaccinale (cache)

C’est quand même pas de bol que la mesure incitative pour se faire vacciner fasse tomber le site qui permet de prendre rendez-vous pour se faire vacciner.


Au niveau des effets secondaires sur les 48 heures suivantes, un peu de fièvre/fatigue le lendemain qui m’a obligé à faire une sieste de 3 heures et ensuite pas la grande forme les 24 heures suivantes. Je me rassure en me disant que les corps jeunes sont davantage soumis aux effets secondaires 😇.


Réagir ?

July 26, 2021 11:00 AM

July 25, 2021

Karl Dubost

quand les androides embaucheront les humains

Personnes cuisinant des tako yakis. Tsujido, Japon, 25 juillet 2021

Considérer l'écriture comme un métier pour gagner sa vie devrait à bon droit être tenu pour une espèce de démence.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Quand je vais chercher des tako yakis, je regarde l'hominidé machine. Toute la journée, ils tournent des milliers de boule dans les réceptacles ronds. Le même mouvement répété incessamment. Écrivent-ils après une semaine de travail ? Que voient-ils de l'autre côté de la vitre. Les enfilades de clients qui ne restent pas plus que quelques minutes, le temps de l'achat. « Tako Yaki » cela pourraît être le titre d'un roman, un roman de geste sur l'héroisme inutile du quotidien.

Un jour, les androides, quand ils domineront le monde, embaucheront des humains pour les tâches répétives car ce sera moins cher que de construire un robot dédié.

sur le bord du chemin

July 25, 2021 02:59 PM

David Larlet

Dé·mont(r)age

J’ai passé les dernières 48 heures à convertir, découper et colorer des fragments de vidéos. Suivant le démon de mes propres aspirations. S’assurer que le son soit cohérent parfois, pester contre l’auto-focus encore une fois, se rendre compte que certains réglages n’étaient pas adéquats, irrécupérables parfois. La rage.

Et puis, il y a ce que l’on veut montrer. À quel point cette mise en scène est ridicule. Donner un sentiment de plénitude et d’apaisement alors que je suis en train de penser à ce chapelé de bits qui viennent remplir la carte mémoire. Dé·montrer aussi les instants où je coupe pour de vrai, où je nage pour moi, où je laisse le trépied dans un coin, où je suis ridicule (vous ne me verrez jamais m’extraire d’un raft !). Je me rends compte qu’il faudrait que j’ai une idée préalable de scénario/script si je voulais vraiment partager une histoire. Or, c’est assez incompatible avec l’approche itérative et exploratoire de la forêt que je veux avoir.

Démontage enfin de mes peurs et de mes faiblesses vis-à-vis d’un medium que je ne maîtrise pas. Passer outre la tétanie, apprendre. Encore.

En vous confinant dans un simple rôle d’observateur, vous passez systématiquement à côté du sens même de votre vie. L’idéal pourrait être ainsi défini : Vivez de votre mieux. La vie est un jeu dont les règles s’apprennent en y sautant à pieds joints pour être immergé jusqu’au cou sous peine d’être toujours pris au dépourvu, toujours surpris par le moindre changement de décor. Les spectateurs passifs se plaignent en gémissant que la chance est passée juste à côté d’eux. Ils refusent de voir qu’une bonne part de cette chance, c’est à eux qu’il revenait de la créer.

Darwi Odrade, Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 25, 2021 11:00 AM

July 24, 2021

Karl Dubost

15 minutes

un minuteur sur le dos d'une chaise. Tsujido, Japon, 24 juillet 2021

Ce n'est ni le meilleur ni le pire d'un livre qui en est intraduisible.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Quinze minutes assis sur une chaise pour penser le monde.

Quinze minutes pour regarder les personnes alignées et entendre les alarmes de ceux qui sont restés le temps du décompte.

Quinze minutes pour réfléchir aux circonstances de la chance.

sur le bord du chemin

  • Utopies locales. Les solutions écologiques et solidaires de demain
  • The Simplest Tool for Improving Cities Is Also Free
    They tried a time experiment once a week: one street closed to cars and open to children’s play for four hours at a time. Just like Riverbend Park, the idea had to start small — temporary, built to address the needs of local residents, while planting the seed of more substantive change. The group eventually opened eight “playing lanes” throughout the city, created a replication manual for other neighborhoods, and generated data to advocate for more sustainable play space in the future.

July 24, 2021 02:59 PM

July 23, 2021

Karl Dubost

pastèque

Pastèque découpée en morceaux. Tsujido, Japon, 10 juillet 2021

on rit bien plus souvent qu'on est bouleversé.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Sucrée en bouche, à chaque fois, mes lèvres mouillées, le jus coule sur mes joues. La chaleur s'évanouie. Il y a quelques années, je n'aimais pas la pastèque. J'essuie mes joues avec ma main. Je souris. Il y a tant à découvrir.

sur le bord du chemin

  • SEO pour les CVs

    To give one example, when applying to top management consultancies, it is widely known that various text-analysis algorithms are used automatically to sift job applications. Now here’s the thing. Many of the nerdier applicants know this. So they start by composing perfectly sensible applications to email to prospective employers. But before they send them (and I promise I’m not making this up) they type a series of positive adjectives and descriptors — ‘Nobel Laureate… Double Olympic Medallist… Becomes mildly aroused by the sight of a spreadsheet…’ at the bottom of their CV; then they change the font colour of these words to white. This way, they are invisible to the human eye, but remain legible to the computer which is making the decision.

    Bien que complètement absurde, cela rentre dans les expertises que chacun construit pour augmenter ses chances d'obtenir un emploi. De la même façon que les personnes doivent développer des compétences pour obtenir un travail, l'exercice de « avant le travail » est un autre immense domaine de compétences. CV, entretien, réseau de relations humaines, présence en ligne, etc. Tout cela repose sur la proposition que notre monde doit être hautement compétitif plutôt que coopératif.

  • Dans la même veine, Simon Willison proposait d'avoir un blog pour sortir du lot. « sortir du lot » plutôt que de tendre la main.

July 23, 2021 02:59 PM

David Larlet

Ozone

In the annals of environmental history, humanity’s response to the ozone crisis stands out as a rare success story. During the 1970s and ‘80s, evidence started to mount that certain household chemicals used in refrigerators, air conditioners, and aerosol cans like hairspray were eating a giant hole in Earth’s ozone layer, which prevents harmful ultraviolet radiation from reaching the surface. Facing the terrifying prospect of a future without any atmospheric sunscreen at all, in the late 1980s nations came together to sign the Montreal Protocol, a global treaty to phase out so-called ozone-depleting substances like chlorofluorocarbons.

Since then, the ozone hole has been slowly healing. According to the U.N., it’s now on track to recover fully by mid-century.

But if things hadn’t turned out that way—if the scientific evidence linking man-made chemicals to ozone depletion wasn’t strong enough, or if ozone deniers (yes, there were ozone deniers) successfully stymied the Montreal Protocol—the world might look very different.

What would have happened if we never fixed the ozone hole? (cache)

En ces temps un peu désespérants, il est utile de se rappeler qu’une action collective a été possible il n’y a pas si longtemps. Et qu’elle a eu des conséquences réparatrices relativement rapides.

Bien plus facile à « résoudre » techniquement mais ces menaces auto-infligées mondiales sont rarement contraintes par la technique. Qu’est-ce qui a changé dans nos sociétés pour que l’on ne soit plus à même de répondre en commun quelques décennies plus tard ?

Avec l’adresse cumulée de plusieurs siècles d’existence, il jetait sur son environnement un regard filtré par une sophistication naïve. Les mentats cultivaient la naïveté. Croire qu’on sait quelque chose est le moyen le plus sûr de s’aveugler. Ce n’est pas l’âge qui freine lentement la connaissance (enseignait-on aux mentats), mais l’accumulation des « choses que je sais ».

Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 23, 2021 11:00 AM

July 22, 2021

Karl Dubost

planter la ville

Fuji et nuage sur l'horizon. Tsujido, Japon, 21 juillet 2021

De même que l'ombre est nécessaire pour embellir, le « confus » est nécessaire pour éclaircir.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Et si l'humain devenait un animal Nocturne?

Je me demandais l’autre fois si l’espèce humaine n’allait pas devoir devenir nocturne pour pouvoir rester active au moment où les températures sont vivables. Avec des dortoirs climatisés pour les urbains le jour, le mode de vie diurne deviendra peut-être un luxe.

David lie un article à propos de la chaleur dont il cite ce passage :

But hot spells that take locals by surprise remain a concern, especially in cities. A phenomenon called the urban heat island effect can raise temperatures in areas with lots of heat-holding concrete and a dearth of trees by several degrees compared to surrounding areas. That means densely packed metropolises can fall into the danger zone while folks in the suburbs feel fine.

Constats

Je souligne un passage différent du sien. L'absence d'arbres comme facteur d'élévation de la température déclenche deux pensées :

  1. À chaque fois qu'une propriété de plus de 50 ans est détruite au Japon, les arbres et le jardin sont éliminés pour construire deux (ou plus) maisons collées l'une contre l'autre. Et en effet, la faune et les insectes, les espèces florales natives, l'effet thermo-régulateur, tout cela disparaît à coup de buldozer. Pourquoi coupe-t-on les arbres massivement ?
  2. Il y a de très nombreux micro-parcs au Japon, avec un tobbogan, une balançoire et quelques arbres. Depuis longtemps je me demandais pourquoi tant de parcs alors que dans de nombreuses zones urbaines que ce soit Paris, Montréal, New-York, il y en a que très peu, à part un seul grand parc. Et j'ai réalisé cette année en regardant une carte locale d'évacuation en cas de tremblement de terre. Les parcs sont préservés pour permettre un point de rassemblement en cas de catastrophes.

Extrapolation

Le changement climatique est un problème. Les gens meurent à cause de la pollution et de la température qui augmentent. Pourquoi ne pas réquisitionner des terrains au cœur des villes en zones protégées et arborées afin d'améliorer et de combattre les effets du changement climatique de la même façon que les parcs du Japon sont là pour aider au cas où il y aurait un tremblement de terre.

sur le bord du chemin

July 22, 2021 02:59 PM

David Larlet

Vol d’eau

The drones don’t create rain themselves but help to jump-start rain production via cloud seeding. They “zap” the clouds with an electric charge, subsequently charging the droplets inside. Since the beginning of 2021, the National Center of Meteorology (NCM) has conducted 126 instances of cloud seeding.

“What we are trying to do is to make the droplets inside the clouds big enough so that when they fall out of the cloud, they survive down to the surface,” explained Keri Nicoll, one of the core investigators on the project.

The technique has successfully created rain over Dubai and has even resulted in safety warnings for drivers over slippery roads.

The UAE is Using Drones to Control Dubai’s Weather (cache)

Suite de mes réflexions vis-à-vis de l’eau, des sécheresses et de sa virtualité. Ici, on arrive tout de même à une technologie qui permettrait à une localité de récupérer l’eau avant qu’elle arrive « naturellement » à un autre lieu. Ça augure de nouvelles tensions géo-politiques. C’est un peu équivalent aux conflits diplomatiques qui existent — dès à présent — avec des fleuves parcourant plusieurs états et des retenues/consommations d’eau en amont qui créent des sécheresses en aval.

On ne manipule pas une marionnette avec un seul fil.

Le Fouet Zensunni, Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 22, 2021 11:00 AM

July 21, 2021

Karl Dubost

lune de nuit

plage et île de Enoshima la nuit. Tsujido, Japon, 21 juillet 2021

De quoi éprouvons-nous la nostalgie à la vue de la beauté ?
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

La nuit est là. Dans l'obscurité, on ne distingue que la mousse des vagues sous la lune. Les enfants s'étourdissent dans le sable. Tout est serein. Tout est en ébullition joyeuse. L'été est là.

sur le bord du chemin

July 21, 2021 02:59 PM

David Larlet

Espoir

In a sense, every hyperlink on the World Wide Web is little act of hope. Even though I know that when I link to something, it probably won’t last, I still harbour that hope.

If hyperlinks are built on hope, and the web is made of hyperlinks, then in a way, the World Wide Web is quite literally made out of hope.

I like that.

Hope (cache)

J’aime bien ce raisonnement et j’ai perdu espoir il y a un moment en essayant de mettre en cache local les publications que je lie. Je me demande parfois ce qui freine les autres personnes sensibles à ce vieillissement des liens à mettre en place leur propre solution pour le faire.

J’utilise ce script et je fais pas mal de travail manuellement ensuite pour que ça reste au moins lisible. Dans certains cas j’abandonne, notamment pour les images/graphiques qui ont besoin de JavaScript pour s’afficher… dans d’autres je prends le temps de faire des liens absolus ou des retouches sémantiques. Une forme de prise de soin de mes futur·es lecteur·ices (dont je fais partie !) avec l’espoir que ça soit utile. Il faudra que je regarde le nombre de liens qui ne sont plus disponibles que via ma copie en fonction des années. C’est intéressant aussi pour pouvoir faire des recherches en full-text sur le dépôt dédié sans dépendre d’un historique de navigateur.

En 6 ans, je n’ai supprimé qu’une seule ressource sur ma proposition à l’auteur·e qui souhaitait faire disparaître un contenu. Aucune violation de copyright ou autre n’a été remontée. Si cela arrivait, je m’assurerais auparavant que ce contenu n’est pas dans le cache de Google ou dans la Wayback machine 🤷.

As a young man, I wanted to help make a new medium that would be a step forward from Gutenberg’s invention hundreds of years before.

By building a Library of Everything in the digital age, I thought the opportunity was not just to make it available to everybody in the world, but to make it better–smarter than paper. By using computers, we could make the Library not just searchable, but organizable; make it so that you could navigate your way through millions, and maybe eventually billions of web pages.

Reflections as the Internet Archive turns 25 (cache)


Réagir ?

July 21, 2021 11:00 AM

July 20, 2021

Karl Dubost

sceau certifié

sceau et tampon encreur. Fujisawa, Japon, 20 juillet 2021

C'est sa tâche involontaire que de faire de l'humanité un enfant ; c'est sa gloire et sa limite.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Mon nouveau sceau (印鑑) est enregistré à la mairie de Fujisawa. Le tampon (判子) de mon sceau est en bois simple d'érable. La personne a conscieusement osculté le sceau, a pris de multiples empreintes sur des bandelettes de papier. Elle a collecté mon nom et mon adresse. Je suis maintenant une personne recommandable.

J'ai également reçu un certificat d'authenticité du sceau (印鑑証明) afin de pouvoir fournir à l'agence de location quand il sera temps de signer un contrat pour la vie à Tokyo.

sur le bord du chemin

  • The Handshake of Generations. J'ai connu deux arrières grand-mères. L'une d'elles la mère de « mamie » (Madeleine), je l'appelais la « petite mamie » (Fanny). Je n'ai que très peu de souvenirs d'elle. Elle vivait dans une petite pièce dans la maison de mes grand-parents. Je n'ai pas de souvenirs de sourires. Et une photographie a cristallisé son apparence. Elle est assise sur une chaise sous les pins à moitié dans l'ombre et le soleil. Tout autour, il y a probablement des bruyères. Elle est sérieuse sur la photo. Elle est née en 1890 et elle est morte en 1977, quand j'avais 8 ans.

July 20, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 2

Réveil à 4 h, pas d’orage mais les grenouilles ont eu des choses à se raconter toute la nuit durant. Je me lève car j’aime bien cette ambiance du matin lorsqu’il y a de la brume sur un lac. J’enchaine avec un petit déjeuner et le rangement du camp, je profite que la tente ne soit pas mouillée.

Un tronc dans le lac dont la partie émergente sert de milieu de vie à d’autres plantes. Chaque tronc qui émerge devient un radeau de vie.

Au passage, je tente du combustible « Esbit » et c’est assez pratique. J’essaye de ne pas trop consommer de bois sur cette île qui est soumise à un prélèvement important ayant des conséquences visibles sur l’écosystème. Je me demande dans quelle mesure la génération d’une pastille (et son transport) est plus consommatrice en ressources que le bois dont j’ai besoin dans mon petit réchaud. J’expérimente aussi pour les fois où les feux sont interdits ou lorsque je veux cuisiner en refuge l’hiver.

Un nénuphar. Il y a quand même une certaine esthétique dans cette fleur.
Des plantes carnivores. Mes alliées de toujours.

Je pars pour un grand périple autour du lac où je croise de jolis nénuphars et des plantes carnivores perchées sur des troncs semi-immergés. Avoir un télé-objectifs m’autorise de nouveaux angles de prise de vue. Par contre un raft ce n’est jamais immobile, surtout avec du vent !

Un autre nénuphar. Nénuphar, tu voles ? Et non, je nage… #référence
D’autres plantes carnivores. Mangez, mangez et mangez encore !

Je rentre au camp pour me baigner nu, principalement afin de ne rien mouiller d’autre que moi. Cette sensation de liberté et de vulnérabilité est assez spéciale. Je pense au hashtag #MontreTaLune. Rassurez-vous, ça ne sera pas dans le prochain film, c’est encore possible d’inviter ses enfants :-).

Des fleurs jaunes poussent sur un tronc. Au milieu de nulle part, quelques graines et c’est la vie.
Des plantes qui sortent du lac. Parfois même d’un tronc complètement immergé.

J’hésite au niveau de la stratégie pour le retour et je décide de lever le camp pour être sur le raft avant l’orage qui arrive. J’ai de la chance car la pluie se met à tomber 2 minutes après avoir mis pied à terre. Je suis à l’abri de la forêt, j’en profite pour capter de nouvelles images. C’est bien pratique ce nouveau jouet pour faire passer le temps.

Une feuille partiellement mouillée. Lorsqu’il pleut de manière intermittente.

Les moustiques attendaient impatiemment le portage retour, juste après la pluie il n’y a pas de meilleur moment pour être en appétit ! Je me console en réussissant à capter une becquée de geai bleu. Je croise aussi un serpent mais je n’ai pas le temps de dégainer qu’il est déjà à l’abri de son trou, ça va finir par être un documentaire animalier :-).

Je termine avec les batteries à plat (dans tous les sens du terme) et la tête (et les cartes) pleine(s). J’étais loin de déconnecter complètement mais ça m’a fait un bien fou.

Un animal végétal étrange. Si vous voyez un caribou, c’est peut-être grave.

En rentrant, j’apprends que cette lumière particulière que j’ai pu apprécier pour sa douceur lors du tournage de ces deux derniers jours était due aux feux de forêt en Ontario (province voisine). Tristesse.

Note avant publication :

La carte de la fumée en Amérique du Nord (2021-07-26). Le Canada entier est enfumé.

Cette carte montre l’état actuel de la qualité de l’air sur le Canada. Non seulement il faudra vivre la nuit, mais qui plus est avec des masques. Et pas du FFP2…


Réagir ?

July 20, 2021 11:00 AM

July 19, 2021

Karl Dubost

sans sceau

boîtes aux lettres rouillées. Tokyo Japon, 16 juillet 2021

Nous sommes habitués, face à tout ce qui est parfait, à omettre la question du devenir : et à nous réjouir au contraire de ce qui est présent comme si cela était sorti de terre d'un coup de baguette magique.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Cette quête de la recherche d'un lieu de vie à Tokyo a généré de nombreuses surprises. Et nous n'avons encore rien signé. Une agence dans les démarches demandent un numéro de téléphone mobile personnelle et un sceau certifié.

Il m'aura fallu plus de 20 ans pour qu'une entreprise requère un sceau… certifié à la mairie avec mon vrai nom. Depuis lors, j'utilisais un sceau avec le nom sémantique. Ce matin, je me suis rendu dans le magasin le plus simple, pour demander le sceau le plus simple en bois d'érable avec les lettres DUBOST. Je tenterais de l'enregistrer à la mairie dès demain.

« Paris vaut bien une messe. »

Pour le téléphone, peut-être allons nous réussir à convaincre que mon compte de téléphonie IP est un bon substitut. (Mise à jour : Ils ont accepté.)

sur le bord du chemin

July 19, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 1

Comme un besoin de faire une coupure dans mon incompréhension du monde.

Réveil à 3 h 30. Arrivée sur place à 6 h. Dans mon raft à 6 h 30. La météo annonce 2 jours d’orages avec une alerte en prime mais je n’y crois pas. J’ai longtemps hésité à amener tout le matériel de tournage par contre… Étant en train d’apprécier les bruits retrouvés de la forêt, un hydravion me passe juste au-dessus de la tête. Grrr.

Vue du lac depuis l’île. Vue du lac depuis l’île.

Je vais à un endroit que je connais bien que vous pouvez retrouver ici ou pour des versions plus fraîches. Je connais un raccourci pour le portage entre les deux lacs mais je sais qu’il est infesté de moustiques (et de framboises). Mon erreur aura été d’avoir les deux mains prises, raft d’un côté et caméra de l’autre. Elles se font plaisir et le temps de prise de vue ne fait que prolonger ma présence en ces lieux humides !

Un couple de huards. Attention, un huard peut en cacher un autre.

J’arrive enfin sur l’île en dérangeant(?) le couple de huard à résidence. Ils me le font savoir bruyamment et je ne prends même pas le temps de changer d’objectif tellement c’est soudain. Le jour où je croise un ours, ce sera probablement avec un 9 mm aussi… Je suis tout sourire et concentré car c’est quand même bancale de trimbaler un sac plus le matériel vidéo sur une embarcation pas si stable. Je vous passe les détails des embarquements et débarquements approximatifs.

Une famille de champignon. Le grand est tout sourire.
Une très jeune pousse d’une épinette. Le petit cherche à grandir.

Je prends le temps de (re)découvrir cet environnement insulaire avec le regard d’un photographe et j’ai du plaisir à capter de nouvelles choses entre baignades et farnientes. J’espère le retour des huards tout en sachant qu’ils ne reviendront pas avant le soir. Je nage jusqu’à un promontoire difficile d’accès et je découvre un champ de bleuets, j’y retourne en raft un peu plus tard. Miam !

Une plume accrochée à une branche. Quel oiseau a pu laisser une telle plume ?

Je pêche le soir sans grand espoir, plus pour faire des images depuis mon rocher favori. Je passe ensuite off the record de l’autre côté de l’île où je sais qu’il y a plus de chances et un énorme achigan (black bass en français) attrape ma mouche. La lutte est courte mais intense, il repartira avec une mouche et moi avec mon fil, vierge. Je passe la soirée à me dire qu’il va passer le reste de sa vie avec un hameçon dans la mâchoire à cause de moi. Peut-être moins pire que dans mon ventre ?

Reflets de soleil couchant sur le lac. Douce lumière du soir.

Pour fuir les moustiques, je prends le lac en soirée et je tente de suivre les huards qui sont bien plus rapides que moi. Ils sont curieux et je tente des prise de vue à beaucoup d’ISO et à main levé depuis un raft avec un 600 mm. Autant dire que c’est sportif et approximatif. À l’œil nu, je les distingue difficilement et je suis étonné d’arriver à capter quoi que ce soit dans ces conditions. On verra bien. J’aime ce moment où ils mettent la tête dans l’eau pour vérifier s’il y a des poissons avant de plonger. Une canne à pêche est tellement archaïque en comparaison.

Je m’endors en acceptant l’idée d’essuyer un orage dans la nuit. Les météos locales sont unanimes. La lune est rousse et douce, je n’ai pas le courage d’attendre les étoiles cette fois.

La lune. #MontreTaLune

Réagir ?

July 19, 2021 11:00 AM

July 18, 2021

Karl Dubost

subtilement

Mur avec dessin de tori. Tokyo Japon, 16 juillet 2021

Il n'y a pas assez d'amour et de bien dans le monde pour qu'on se permette d'en gaspiller pour des êtres imaginaires.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Le long d'un sento tsurunoyu (つるの湯) à Takinogawa (滝野川) il y a un chemin. Nous n'avions pas le temps pendant les visites de lieu de vie. Mais je vais y retourner plus tard. Il y a un symbole de tori sur le mur. Je suspecte un sanctuaire discret au bout du chemin. Le sens du sacré y est absent pour moi, tout commes les églises, les temples et les mosquées. Mais je ne me lasse jamais de la discrétion, de l'architecture, des parfums et couleurs. Il y a là cette humanité que l'on retrouve dans la main de l'artisan, sur la peau du jardinier, dans la patine d'un meuble en bois.

Ces choses subtiles qui se cachent dans les villes, voilà ce qui m'attire.

sur le bord du chemin

July 18, 2021 02:59 PM

David Larlet

Sachance

Ce n’est pas un hasard si les femmes sont les plus inquiètes des effets indésirables – si l’on en croit l’étude de la fondation Jean Jaurès. Les scandales sanitaires les plus récents ont eu des femmes pour principales victimes.

[…]

Il faut être aveugle pour ne pas voir que la défiance envers le vaccin se nourrit du discours pro-vaccin. Réduits à la condition d’« antivax » hystériques et illettrés, qui s’informent sur les réseaux sociaux plutôt que de lire le Monde ou d’écouter Karine Lacombe sur TF1, la population défiante envers le vaccin subit une nouvelle fois la violence que les sachants aiment infliger aux autres car il grandit d’autant leurs prétentions.

Comprendre la défiance envers le vaccin pour sortir de l’épidémie de Covid (cache)

Délit de sachance hier, orgueil de détenir une licence de biologie cellulaire et un master de bio-informatique. Et puis, d’une certaine manière, je prépare ma thèse en épidémiologie depuis un an aussi… pour rendre intelligibles les points de l’ANSM et les avis de la HAS. Que je vous encourage à lire si vous êtes sceptique.

Un besoin de comprendre, au moins socio(il?)logiquement, pourquoi la France se retrouve dans cette impasse. Passer outre la #CovidFatigue et la rationalité. Continuer de creuser. Encore. L’analyse de cette défiance est peut-être la clé pour faire germer d’autres comportements, créer des liens différents de ceux de la méfiance commune. Garder un mince espoir…

Quant au niveau de revenus, il joue de manière similaire face au vaccin contre le Covid que face aux vaccins en général. Les 10 % les plus riches sont moins hostiles au vaccin que les 50 % les plus pauvres. Ce qui compte alors n’est sans doute pas tant le niveau de revenu que l’appartenance à des réseaux de sociabilité qui informent les croyances et les pratiques.

[…]

Le débat sur l’obligation vaccinale des soignants fixe l’attention sur certaines catégories de personnels, les aides-soignant.e.s et les infirmier.e.s, et instille le doute sur leur capacité à adopter les bons gestes pour éviter les transmissions, remettant en cause leur professionnalisme.

« Les réticences face au vaccin contre le Covid sont socialement construites » (cache)

Cyniquement, c’est la doctrine incompréhensible du gouvernement associée à / causant des pratiques non collectives qui me permet d’être dans ces 10 % depuis plus d’un an. Il faut que j’apprenne à « vivre avec » ce paradoxe de l’in·utilité.

Tract manifestement anti-vaccination découvert sur un arbre dans le Parc d’à côté. Tract découvert sur un arbre dans le Parc d’à côté. Il y a beaucoup de français·es à Montréal. Trop ? (cache)

Voir aussi :


Avant publication, je croise cette citation sur Mastodon :

Je peux vivre avec le doute et l’incertitude. Je peux vivre sans savoir. Je pense qu’il est beaucoup plus intéressant de vivre sans savoir que d’avoir des réponses qui pourraient être fausses. J’ai des réponses approximatives, j’ai des croyances plausibles avec différents degrés de certitude sur différents sujets. Mais je ne suis absolument sûr de rien. Et il y a beaucoup de choses dont je ne sais absolument rien. Mais je ne suis pas obligé d’avoir une réponse. Je ne me sens pas effrayé par le fait de ne pas savoir.

Richard Feynman, partagé par Stéphane Klein


Les lois prohibitives ont tendance à renforcer ce qu’elles voudraient interdire. C’est le point sensible dont toutes les professions juridiques de l’histoire se sont servies pour assurer la stabilité de leur fonction.

Coda Bene Gesserit, Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 18, 2021 11:00 AM

July 17, 2021

Karl Dubost

lotus chez soi

lotus dans un pot. Tokyo, Japon, 16 juillet 2021

On ne sait encore rien, en ces temps, des lois de la nature ; il n'y a pas de nécessité ni pour la terre, ni pour le ciel ; une saison, l'ensoleillement, la pluie peut venir ou aussi bien rester absent. Tout concept de la causalité naturelle, de manière générale, manque. — Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Hier, le long d'un mur d'un chemin étroit entre les maisons, je découvre que les lotus poussent confortablement dans un pot en céramique.

Il me faudra trouver une large céramique et tenter de planter dans la boue un lotus. J'aime tant les larges mains du lotus étendues vers le ciel en attente de la pluie.

sur le bord du chemin

July 17, 2021 02:59 PM

David Larlet

Long terme

On ne répond pas à leur question : quelles conséquences auront sur le long terme ces vaccins ? Cette interrogation revient chez toutes les personnes, que j’ai rencontrées ou que j’ai entendu interrogées dans les médias qui ne se vaccinaient pas. Elle n’est pas un échappatoire. Elle signe un conflit moral pour ces personnes. Le conflit entre prendre le risque de peut-être tomber gravement malade voire mourir, de contaminer des proches et des proches fragiles. Et celui de ne pas savoir pour soi — mais aussi collectivement — ce que donnera dans le temps cette vaccination massive avec des produits sur lesquels on a très peu de recul. Plutôt que de les culpabiliser, pourquoi ne répond-on pas à cette question des conséquences sur le long terme ?

Stigmatiser les non-vaccinés, est-ce bien responsable ? (cache)

Cette question est intéressante à un moment où le long terme est quand même sacrément mis en doute. S’inquiéter d’un vaccin alors qu’on mange et respire quotidiennement n’importe quoi tout en creusant notre propre sauna c’est assez… surprenant.

Mais soit, tentons d’y répondre. En préambule, la simulation la plus scientifiquement précise de la visualisation des bénéfices/risques à court terme du vaccin est celle-ci. Bien évidemment, on ne dispose d’aucun résultat d’étude à long terme (cache) donc ça se complique. Néanmoins, un ARNm se dégrade très rapidement dans l’organisme donc :

  1. soit il produirait des modifications irréversibles qui ne se révèleraient qu’à moyen terme (on a quand même 6 mois de recul sur une population énorme : 3 milliards !) ;
  2. soit cela viendrait de ce qui accompagne l’ARNm dans l’injection vaccinale.

Pour le 1., la biologie c’est du bricolage à tous les étages (c’est flippant). On dispose heureusement de nombreux mécanismes de rétro-action lorsque ça dérape (c’est presque rassurant). Est-ce que l’on n’est pas en train de jouer aux apprenti·es sorcier·es ? Bin, en fait, dès que l’on essaye de « sauver » une population vulnérable on est dans cette situation et c’est le cas depuis bien longtemps ! Césarienne, IRM, implant dentaire, lunettes, paracétamol, les exemples se retrouvent dans tous les quotidiens. Et ce ne sont que les exemples scientifiques, la vie en société, la solidarité, depuis que l’on a des tribus on joue le jeu de protéger les plus faibles pour un avenir en commun. Je pars un peu loin mais je crois que la défiance n’est pas que médicale / biologique, elle en dit long sur l’état d’une société. Au passage, si la crainte est d’introduire du matériel génétique dans notre organisme, l’ARNm du virus est bien plus long et avec des conséquences dont on sait dès à présent qu’elles ne sont pas cool (Covid long, etc).

Pour le 2., on ajoute d’autres ingrédients (cache) à la recette pour que l’ARNm ait une chance d’arriver jusque dans la cellule et produise la protéine Spike sur laquelle les défenses immunitaires vont pouvoir s’entraîner. Ce sont ces autres ingrédients qui sont susceptibles de déclencher une réaction allergique immédiate, et c’est la raison nous allons tou·tes passer 2×15 minutes de notre vie en 2021 à réfléchir à la vacuité de nos existences. Youpi !

Dans les deux cas, j’ai du mal à voir comment des effets secondaires latents pourraient tout à coup se manifester après des années. En tout cas, pas plus qu’un autre vaccin obligatoire sur lequel on a davantage de recul. Au passage, 95 % c’est très élevé mais ça reste différent de 100 %, donc oui il y a(ura) des personnes vaccinées qui attrape(ro)nt la Covid.

Est-ce que ça peut co-participer à dépasser un seuil dans une situation déjà affaiblie ? Certainement, et c’est la raison pour laquelle la population la plus vulnérable ne peut pas se faire vacciner, le rapport bénéfice/risque est trop faible. C’est aussi pour cela que le reste de la population se vaccine, il y a une part de solidarité dans l’acceptation de ce risque, aussi bénin soit-il pour les personnes bien portantes.

Tout cela étant dit, peut-on être pro-vaccination et contre le gouvernement ? Cette question reste ouverte, j’ai l’espoir que cela puisse être le cas mais je ne suis pas non plus naïf quant aux implications politiques qu’il y a autour de cette pandémie.

Le virus, lui, s’en lave les mains.

Voir aussi : « Oui mais on manque de recul… » : 10 arguments pour répondre aux questions SENSÉES des vaccino-sceptiques (et les rassurer) (cache)


[7 ans, juste après l’injection d’un vaccin pour la varicelle (obligatoire au Québec), aux infirmières]
— Est-ce que je suis mort ? C’est ça le Paradis ?!

Pour le coup, ça les a bien tuées 😅.


Les règles créent des fortifications à l’abri desquelles les esprits étroits édifient des satrapies. État de choses dangereux quand tout va bien, désastreux en temps de crise.

Coda Bene Gesserit, Dune VI. La maison des mères, Frank Herbert


Réagir ?

July 17, 2021 11:00 AM

July 16, 2021

Karl Dubost

tokyo, encore un voyage

Guichet de la station de Tsujido. Tsujido, Japon, 16 juillet 2021

L'homme qui agit lui-même est certes victime de l'illusion du libre arbitre ;
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Encore une fois, le cérémonial du train pour se rendre à Tokyo, nous espérons qu'il s'agit là de la dernière fois. Nous devons visiter une maison et deux appartements.

Dans un parc, nous regardons des enfants jouer, il est encore tôt, nous avons de l'avance pour la visite des deux appartements. L'agent immobilier nous informe que l'un des appartements sera probablement loué très vite car les propriétaires sont de Osaka. Selon lui, les gens de Osaka expédient les affaires très très vite. Et il faut signer tout de suite. L'autre appartement, le propriétaire voudra probablement nous rencontrer avant de louer.

Nous louons des vélos pour avoir une meilleure impression des distances entre le lieu de vie et l'école, ce qu'il faudra croiser, monter, descendre, attendre, traverser.

Nous avons acheté dans un supermarché quelques petites choses à manger : kara-age, galette de pommes de terre et salade de okura. Nous mangeons le long de la rivière Shakuji.

Nous visitons une maison. Le propriétaire est là. Le quartier est dense. L'impression n'est pas positive. Nous savons déjà que nous ne le prendrons pas. Je vois par la fenêtre deux maisons voisines littéralement collées l'une à l'autre. Je pense au feu, au bruit, à la promiscuité.

graffiti de visage sur un mur. Tokyo, Japon, 16 juillet 2021

Nous repassons une dernière fois dans le quartier pour nous convaincre que notre coup de cœur était bien placé. Un fabricant de tofu près de la station de komagome donne envie de prendre son vélo pour aller en acheter.

Guichet de la station de Tsujido. Tokyo, Japon, 16 juillet 2021

Dans le train du retour, nous sommes pensifs. Nous nous demandons où nous serons à la fin août. Rien n'est signé. Toutes les options sont encore ouvertes. Les négociations vont bon train.

sur le bord du chemin

July 16, 2021 02:59 PM

David Larlet

Char

Antoine me demande un peu de contexte sur Combien coûte mon char ? et c’est l’occasion de revenir sur cette notion de comptabilité et aussi pourquoi j’ai finalement fait ce choix.

Avoir un véhicule motorisé n’est pas un plaisir, c’est même plutôt un danger. On a pu s’en passer avec le sourire pendant 4 ans à Montréal mais on s’est un peu trouvés démunis lorsqu’il fallut accompagner l’enfant à l’école l’hiver alors que la prise des transports en commun devenait problématique #pandémie.

Pourquoi pas le vélo ?

Il y a 3 mois pendant lesquels c’est critique en raison du froid et de ses conséquences (engelures, glissades, visibilité, etc) mais c’est surtout pour protéger le matériel que je ne retiens pas cette option. Le sel/sable déversé sur les routes et les voitures qui le projettent détérioreraient le matériel trop rapidement et j’en ai bien besoin les 9 autres mois ! Peut-être qu’au moment où il y aura une piste cyclable sécurisée depuis le pallier jusqu’à l’école cela changera. Ça s’en vient (cache) et je m’en réjouis.

En imaginant devoir en changer tous les 2/3 ans pour l’usure prématurée, j’ai beaucoup hésité avec un fatbike (à assistance électrique) mais l’enfant restait trop bas en arrière. Il faut voir les vagues de sloche qu’une voiture peut produire par ici.

Pourquoi une grosse et vieille voiture thermique ?

Je voulais le moins d’électronique possible et plutôt prendre un vieux véhicule robuste qui me permette de sortir d’un banc de neige et peut-être à terme de la ville. Il y a aussi le fait que les routes québécoises étant ce qu’elles sont, non seulement ça secoue pas mal mais ça devient rapidement dangereux si t’es obligé de slalomer entre les nids de foule #ironème. Enfin, il y a un côté militant à ne pas acheter un véhicule neuf. Il y a suffisamment de voitures sur cette planète, n’en déplaise aux boomers du quartier qui s’achètent la dernière Tesla pour avoir bonne conscience tout en revendant leur SUV à celleux qui n’en ont pas les moyens (et qui seront ensuite davantage taxés sinon c’est moins drôle).

Autre point positif : elle chauffe et consomme beaucoup. Ce qui signifie que je rechigne à faire des longs trajets avec et que cela devient physiquement perceptible que je fais partie du problème si je la prends l’été. J’essaye également d’avoir la conduite la plus économe possible avec ce véhicule, d’autant que le prix de l’essence a augmenté de 40 % depuis son achat…

Bilan après 9 mois ?

Je m’attendais à ce que ça nous coûte cher et je n’ai pas été déçu. Notamment car il y avait beaucoup de pièces rouillées (merci le sel) que je n’avais pas prises en considération comme étant des dépenses imminentes. J’aurais au moins appris un peu de mécanique… mais c’est clairement la catégorie des réparations qui plombe le budget.

Cette comptabilité me permet aussi de comparer le coût avec celui potentiel d’une voiture louée pour quelques mois d’hiver. Ça pourrait devenir une option à moyen terme.

Un point positif comparé à la location ponctuelle, c’est que ce soit moins la course pour aller chercher/ramener le véhicule, ce qui ajoutait un autre style de stress et de fatigue aux sorties. Je peux aussi partir plus tôt dans la journée, m’adapter à mon propre rythme.

Note : si vous devez faire votre propre outil, je vous recommande d’attribuer une date à chacun des évènements, c’est la base mais je ne l’ai pas fait sur certaines écritures et je l’ai regretté par la suite. C’est notamment limitant pour des représentations graphiques pertinentes.

La survie de l’individu, de l’espèce et de l’environnement, voilà ce qui motive l’être humain. On observera que l’ordre d’importance varie au cours de la vie. Qu’est-ce qui réclame le plus d’attention à un âge donné ? Le temps qu’il fait ? L’état de la digestion ? Éprouve-t-il (ou elle) réellement quelque chose pour moi ? Tous ces appétits variés que la chair est capable de ressentir et peut raisonnablement espérer satisfaire. Quelles autres choses pourraient avoir de l’importance ?

À Hwi Noree, La Voix de Leto II, Dar-es-Balat, Dune V. Les Hérétiques de Dune, Frank Herbert


Réagir ?

July 16, 2021 11:00 AM

July 15, 2021

Karl Dubost

spirale sans retour

bras de pieuvre cuit et enroulé. Tsujido, Japon, 14 juillet 2021

Au spectacle d'une cascade, nous pensons voir dans les innombrables courbes, entortillements, réfractations des ondes liberté de la volonté et bon vouloir ; mais tout est nécessaire, tout mouvement mathématiquement calculable.
— Humain, trop humain, Friedrich Nietzsche, urn:isbn:978-2-0812-7999-5

Dans un panorama de la littérature islandaise, l'article commence par ce passage :

Icelandic authors write for an audience of roughly 360,000 people. […] If these authors had spent any time studying economics, it would’ve been obvious that it doesn’t pay to invest time and effort writing in Icelandic; no matter how well written the book, the market’s so small that there’s practically no chance of anyone turning a profit. As an Icelandic artist, the message or impression you want to convey will—best-case scenario—reach about 1,000 people at most. The economist would no doubt advise you to keep your day job and buy an internet advert to make said impression.

Le métier d'auteur regardé à travers la lentille de la source de revenus est une illusion. La taille du marché importe peu. Toute l'industrie de la culture fait miroiter le mythe de l'auteur à succès. C'est la logique capitaliste courante. Si tu travailles fort et que tu as du succès, tu auras de l'argent. La phrase souvent omise est, il y a 0.0003% auteurs qui vivent de leur littérature (aux États-Unis).

It's estimated that fewer than 1000 fiction writers in North America make a living from their writing.

Tout cela n'est pas très important. Le rêve colle à la peau des uns. Et la littérature islandaise traduite en français et en anglais est formidable : Auður Ava Ólafsdóttir, Halldór Laxness, Thor Vilhjálmsson et de nombreux autres.

Je cherche un coin de la vitre qui ne soit pas couvert de boue pour regarder le paysage. N’est-ce pas dans cette ferme qu’a vécu une poétesse autrefois? Avec cette rivière impétueuse aux eaux gris anthracite chargées de sable et de boue qui murmurait au creux de ses veines? Ses vaches en pâtissaient, disait-on. Pendant qu’elle couchait sur le papier des amours et des destins tragiques, s’échinant à convertir les couleurs des brebis en couchers de soleil sur le Breidafjördur, elle oubliait de les traire. Or il n’y a pas pire péché que de ne pas vider des mamelles gorgées de lait. Quand elle rendait visite aux habitants des fermes voisines, elle ne voyait pas le temps passer, elle déclamait des poèmes ou se taisait des heures durant en trempant des morceaux de sucre dans son café. Il paraît qu’en écrivant, elle entendait un orchestre symphonique. Ou qu’il lui arri- vait de réveiller ses enfants en pleine nuit pour les emmener dans ses bras voir depuis la cour de la ferme le ballet des aurores boréales onduler dans le ciel noir. Le reste du temps, elle s’enfermait dans la chambre conjugale, la tête sous la couette. Elle portait en elle tant de mélancolie que, par une claire soirée de prin- temps, elle a rejoint les profondeurs de la rivière argen- tée. La perspective de manger bientôt des œufs frais de macareux moine ne lui suffisait plus, car elle avait perdu le sommeil. On l’a retrouvée dans un filet à truites près du pont. La poétesse aux ailes rognées fut ramenée sur la rive, jupe ruisselante, bas troués, le ventre gonflé d’eau.
— Miss Islande, Auður Ava Ólafsdóttir, urn:isbn:978-2-84304-869-2

sur le bord du chemin

July 15, 2021 02:59 PM

David Larlet

Nocturne

But hot spells that take locals by surprise remain a concern, especially in cities. A phenomenon called the urban heat island effect can raise temperatures in areas with lots of heat-holding concrete and a dearth of trees by several degrees compared to surrounding areas. That means densely packed metropolises can fall into the danger zone while folks in the suburbs feel fine.

How heat can kill you (cache)

Je me demandais l’autre fois si l’espèce humaine n’allait pas devoir devenir nocturne pour pouvoir rester active au moment où les températures sont vivables. Avec des dortoirs climatisés pour les urbains le jour, le mode de vie diurne deviendra peut-être un luxe.

Compte-tenu du nombre d’espèces que nous avons rendues nocturnes par notre présence et nos activités, ce ne serait qu’un juste retour des choses que nous y soyons contraint·es à notre tour.

J’ose parfois espérer que Dune ne soit pas un roman d’anticipation…

The costs of inaction are also already playing out in American life. More than 100 people were killed by the oppressive heat in Oregon last month, part of a larger record-breaking heat dome event that cumulatively caused more than 800 deaths across the Pacific Northwest.

“What can I do?” Anything. (cache)


Réagir ?

July 15, 2021 11:00 AM