Planète Web Sémantique

August 21, 2018

David Larlet

☕︎ Better informed

Obviously the question then is, why is it that better informed people are more optimistic about the future?

As we have seen, being wrong about global development mostly means being too negative about how the world is changing. Being wrong in these questions means having a cynical worldview. Cynicism suggests that nothing can be done to improve our situation and every effort to do so is bound to fail. Our history, the cynics say, is a history of failures and what we can expect for the future is more of the same.

In contrast to this, answering the questions correctly means that you understand that things can change. An accurate understanding of how global health and poverty are improving leaves no space for cynicism. Those who are optimistic about the future can base their view on the knowledge that it is possible to change the world for the better, because they know that we did.

Most of us are wrong about how the world has changed (especially those who are pessimistic about the future) (cache)

At which price? More people to suffocate? (cache) More slaves to go outside for us?

August 21, 2018 11:00 AM

August 20, 2018

David Larlet

☕︎ Qualité poétique

Le salut n’est pas seulement dans une vision politico-historique, il est aussi dans l’exercice quotidien de la vie. Et justement, dans la vie, il faut savoir privilégier ces moments. C’est ce que j’appelle la différence des deux polarités de la vie : la polarité prosaïque et la polarité poétique. La prose, ce sont toutes ces choses qui nous emmerdent, que l’on fait par obligation, que l’on subit… alors que la poésie est ce qui nous dilate, nous donne la communion, exprime la communauté, la jouissance, le jeu… c’est ça la qualité poétique de la vie. En dehors de toute mission, de toute réalisation d’une autre société, nous ne devons jamais oublier cette dimension et c’est peut-être cela qui nous donne ce que vous appelez le courage, cet élan de vivre. Je vis au maximum que je peux la qualité poétique de la vie, et le fait de pouvoir convaincre autrui de vivre la qualité poétique de sa propre vie est déjà une chose positive, sans attendre qu’il y ait une nouvelle société, une nouvelle révolution, etc. De même que Gandhi disait : pratique d’abord sur toi la réforme que tu voudrais appliquer à la société, pratique déjà sur toi cet état poétique que tu voudrais voir régner dans le monde humain…

L’urgence et l’essentiel, Edgar Morin

Alors que mes timelines ne parlent que d’effondrement (c’est devenu tellement à la mode que je n’ose plus creuser en public de peur d’ajouter encore plus de bruit), il est bon d’avoir aussi des messages d’espoirs et de pensées positives.

August 20, 2018 11:00 AM

August 19, 2018

David Larlet

☕︎ Conditions de subsistance

Êtes-vous capables de définir ce qui vous permet, vous, de subsister ?

Si oui, alors je prétends que la liste que vous pouvez dresser de vos conditions de subsistance définit le territoire que vous habitez. Peu importe si vous devez y inclure des éléments répartis sur la Terre entière. Ce n’est pas l’espace qui définit un territoire mais les attachements, les conditions de vie. Et j’ajouterais que vous avez un territoire si vous pouvez le visualiser et, bien sûr, que vous tentez de le faire prospérer et de le défendre avec et contre d’autres qui veulent se l’approprier.

Des questions liées : subsistance, visualisation, protection et défense. Mais supposez que vous n’ayez aucune idée précise de ce qui vous permet de subsister, ou une idée tellement abstraite que vous restiez suspendu en l’air, pratiquement hors sol, quand je vous pose la question : « Qui êtes-vous, que voulez-vous, où habitez-vous ? » Eh bien, je prétends que n’ayant pas de monde concret à décrire, vous êtes devenus incapables de définir vos « intérêts » et qu’ainsi, vous ne pourrez plus articuler aucune position politique vaguement défendable. Je prétends que la situation actuelle de retour général à l’Etat-nation derrière des murs vient directement de cette totale impossibilité de préciser quels intérêts on défend. Comment avoir des intérêts si vous ne pouvez pas décrire votre monde ?

La libellule et la muraille. (cache) — En vrai Bruno Latour cité par Olivier Ertzscheid mais je n’ai pas accès à l’article complet sur le monde…

Il faut que je creuse cette notion là lors de ma prochaine escapade car elle me semble essentielle pour comprendre certains des enjeux.

August 19, 2018 11:00 AM

August 18, 2018

David Larlet

☕︎ Ni bien-être ni paix

Je m’oppose à cette idée que les idéologies sont mortes, mais force est de constater que nous peinons à produire une pensée construite, complète et sérieuse non seulement de l’alternative mais également philosophique sur une idée de l’homme, du monde et des sociétés. Ce n’est qu’avec la force de cette vision plus globale que nous pourrons contester l’idée désormais reçue et acceptée à droite comme chez la plupart des partis de gauche, devenus socio-capitalistes, que l’économie de marché, la spéculation et le néolibéralisme sont des réalités incontestables, devenus immuables, des vérités vérifiées de l’activité économique. Je pense que les partis dits d’extrême gauche et leurs économistes de gauche se trompent quand ils pensent que l’alternative naîtra de la seule critique des logiques et des excès de l’économie néolibérale. La critique de l’économie a besoin, en amont, d’une conception de l’homme, des sociétés et du monde qui considère la nature et l’ensemble du vivant. Il en est de même pour la démarche critique en politique, dans notre quête d’une meilleure gouvernance, comme dans les dynamiques sociales. Nos approches critiques sont fragmentées et correspondent exactement à ce que l’ordre dominant nous impose : une fragmentation, des cloisonnements, une déconstruction du réel qui invite à la pensée technicienne, opérationnelle, et non au questionnement philosophique et anthropologique sur le sens et les finalités.

[…]

C’est cela que je voulais dire quand je parlais d’établir des liens, des correspondances, qui nous permettent d’extraire des processus et des logiques dans l’évolution du monde et des sociétés. Cette démarche est propre à réinsuffler de l’espoir en donnant du sens à nos combats régionaux ou nationaux. Il faut donc changer notre regard sur le monde et faire nôtres, sur le plan méthodologique, la transdisciplinarité des savoirs et l’interdépendance des situations sociales et politiques. Établir des liens par exemple entre les migrations, la gestion de nos sociétés, et les politiques économiques et sociales que nous imposons au monde. Et, inductivement, éveiller la conscience politique des citoyens à la lumière des enjeux internationaux. Nous ne serons jamais en paix si nos gouvernements répandent la mort dans le monde, soi-disant pour notre bien-être. Il faut aller plus loin et accepter de reconsidérer la nature même de notre bien-être si nous voulons obtenir la paix. Si notre bien-être se mesure sur les indices de production et le pouvoir d’achat alors nous n’aurons ni bien-être ni paix.

L’urgence et l’essentiel, Tariq Ramadan

Je suis à peu près en désaccord avec toutes les interventions de Tariq Ramadan dans cet ouvrage qui est une discussion avec Edgar Morin. Mais c’est aussi le but de l’exercice, ne pas lire que des idées avec lesquelles je suis dans l’acquiescement.

Toujours est-il qu’ici ça me conforte dans ma réflexion précédente. Il ne s’agit pas uniquement de tenter de ralentir l’autoroute vers le ravin mais de montrer des chemins de traverse qui semblent enthousiasmants.

August 18, 2018 11:00 AM

August 17, 2018

David Larlet

☕︎ Acroissance

Le mot ne doit donc pas être pris au pied de la lettre : décroître pour décroître serait aussi absurde que croître pour croître. Bien entendu, les décroissants entendent améliorer la qualité de vie, celle de l’air, de l’eau et d’une foule de choses que la croissance pour la croissance a détruites. Pour parler de façon rigoureuse, il faudrait sans doute utiliser le terme « acroissance », comme on parle d’athéisme. L’enjeu est d’ailleurs très exactement celui-ci : l’abandon d’une foi et d’une religion, celles du progrès et du développement.

La décroissance ou le sens des limites (cache)

Est-ce que l’on peut abandonner la croissance sans être motivé par une alternative ? À quel point l’athéisme a mené au capitalisme ?

Vous avez la fin de semaine.

August 17, 2018 11:00 AM

August 16, 2018

David Larlet

☕︎ Water is being stolen

Or let’s talk water. We so often hear that the world is running out of water. People are dying from lack of water. Rivers are dewatered from lack of water. Because of this we need to take shorter showers. See the disconnect? Because I take showers, I’m responsible for drawing down aquifers? Well, no. More than 90 percent of the water used by humans is used by agriculture and industry. The remaining 10 percent is split between municipalities and actual living breathing individual humans. Collectively, municipal golf courses use as much water as municipal human beings. People (both human people and fish people) aren’t dying because the world is running out of water. They’re dying because the water is being stolen.

Forget Shorter Showers (cache)

Always interesting to put into perspective some figures.

August 16, 2018 11:00 AM

August 15, 2018

David Larlet

☕︎ Modern slavery

Contrary to the story Uber, Lyft, and their peers like to tell, ride-hailing services are not reducing traffic in American cities. Nor will they, even if they meet their goals for converting solo passenger trips to shared rides, according to new research from transportation analyst Bruce Schaller.

While ride-hailing companies add options for people to get around without owning a personal car, Schaller shows that the overall effect of their growth has been to jam more motor vehicle traffic onto crowded city streets. Also known as transportation network companies, or TNCs, Uber and Lyft haven’t just supplanted taxis, they’ve more than tripled total for-hire vehicle mileage in the span of a few short years.

Uber and Lyft Are Overwhelming Urban Streets, and Cities Need to Act Fast (cache)

There is a lot to say about new ways to be served by slaves. Last week, I went to an Italian caterer and I realized I was the only one in the line waiting for a food I would actually eat myself. Other meals were delivered by car with a unique person in it.

Depressing.

August 15, 2018 11:00 AM

August 14, 2018

David Larlet

☕︎ Three pillars

To protect folks from these kinds of risks, we’ve made a move to increase the security of the web by doing everything we can to get everything running over HTTPS. It’s undeniably a vital move to make. However this combination—poor performance but good security—now ends up making the web inaccessible to many. The three pillars—security, accessibility and performance—can’t be considered in isolation. All three play a role and must be built-up in concert with each other.

On HTTPS and Hard Questions (cache)

I couldn’t agree more.

August 14, 2018 11:00 AM

August 13, 2018

David Larlet

☕︎ Choix de publication

Ici, j’écris des mots. Ici les mots me pensent. De mon cerveau à ma main. De la main au clavier. Du clavier à l’écran. De l’écran à mes yeux. De mes yeux au cerveau. Et nous y retournons. Une fois synchronisés, puis distribués sur vos écrans respectifs, quelque soit votre lieu—maintenant—quand et où vous lisez cela, ses mots vous pensent. De votre écran à vos yeux, de vos yeux à votre cerveau. Ils viennent déranger l’agencement de votre environnement, la respiration de votre mouvement. Ils sont là maintenant, multiples. Ils existent avec vous.

Le talisman - Carnets Web de La Grange (cache)

On m’a récemment demandé pourquoi est-ce que j’avais fait le choix de ne publier qu’à un seul endroit, ici. La réponse est multiple :

  1. pour conserver le contrôle de ce que j’écris, il s’agit d’une partie de ma mémoire que j’estime et que je ne peux confier à une entité tierce ayant une durée de vie inférieure à la mienne ;
  2. par respect pour mes lecteurs, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour que leurs actions ne soient pas épiées de manière centralisée au cours de la consultation de ces contenus ;
  3. par intimité des contenus produits, je pourrais adopter la pratique POSSE mais je suis satisfait que ces idées restent dans un certain contexte.

La suite de la discussion était sur les choix possibles quant à la découverte de ces contenus et comment fixer cette frontière de l’intimité. J’ai l’intuition (faute de statistiques) qu’ils circulent par liens dans un cercle relativement restreint, parfois via les réseaux sociaux. Il m’arrive rarement de lier des billets sur des canaux de discussion et je mets généralement la page d’accueil en profil sur les différents espaces que je côtoie.

Si je devais passer à du push (en complément du pull qui est le modèle du navigateur) ce serait probablement avec une liste de diffusion dédiée pour diverses raisons (cache), je suis notamment sensible au fait que ça décentraliserait les contenus.

Si tant est qu’ils ne finissent pas tous sur les serveurs de GMail…

August 13, 2018 11:00 AM

August 12, 2018

David Larlet

☕︎ Do No Harm License

A license for developers who write open source code to make the world a better place

As developers we can no longer close our eyes to the fact that open source code is being used by individuals and organizations to the detriment of our society.

The Do No Harm License is for developers that agree in general with the principles of open source software, but are uncomfortable with their software being used as part of efforts to destroy lives, our environment and our future.

In short, developers who use this license want their code to contribute to a just world for all.

A licence for using software for good (cache)

Reading the current content of the license (cache) I wonder how it can be applicable given how generic the intentions are.

At least, it gives a clear orientation :-).

August 12, 2018 11:00 AM

August 11, 2018

David Larlet

☕︎ The History of the Web

The web’s most fascinating stories, delivered each week.

[…]

Prefer RSS? Fine by me

The History of the Web (cache)

Kudos to Jay Hoffmann for these little stories. The last one about clearfix (cache) is pure gold for dinos like me.

Note: please provide an RSS feed if you have a mailing-list 🙏.

August 11, 2018 11:00 AM

August 10, 2018

David Larlet

☕︎ Tout en noir

De la même manière que les individus « prosociaux » ne sont pas des malades mentaux à soigner mais des personnes saines d’esprit prises au piège dans une culture humaine profondément cinglée, les individus que l’on qualifie parfois de « catastrophistes » ne sont pas des dérangés qui verraient « tout en noir ». Le monde entier gagnerait à ce que les euphémistes invétérés et autres optimistes par déni le reconnaissent, et à ce qu’ils utilisent leur énergie pour lutter contre les désastres socio-écologiques en cours qui rendent la vie insupportable tout en la détruisant, plutôt que contre ceux qui les exposent et contre le sentiment de malaise que cela suscite chez eux.

Voyons-nous « les choses en noir » ou sont-ils incapables de regarder l’horreur en face ? (cache)

Nicolas Casaux écrit des textes radicaux qui résonnent particulièrement en moi actuellement, voir aussi ceux sur la civilisation (cache), la collapsologie (cache) et sa suite (cache). Ces pensées se rapprochent de mes propres réflexions : l’Anthropocène est l’histoire d’une extinction, celle de l’espèce humaine. Une espèce qui s’est auto-sélectionnée pour ne garder que les expansionnistes et les explorateurs destructeurs au détriment des reproducteurs et des gestionnaires sensés qui avaient conscience de la finitude du monde.

La question n’est plus pour moi de savoir si tout va s’effondrer mais jusqu’à quand en quelque sorte. Et du rôle que je m’autorise à avoir là-dedans… si tant est que je puisse faire ce choix.

August 10, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Le talisman

 La Saussaye, France, 16 juillet 2018 La Saussaye, France, 16 juillet 2018


Ici, j'écris des mots. Ici les mots me pensent. De mon cerveau à ma main. De la main au clavier. Du clavier à l'écran. De l'écran à mes yeux. De mes yeux au cerveau. Et nous y retournons. Une fois synchronisés, puis distribués sur vos écrans respectifs, quelque soit votre lieu—maintenant—quand et où vous lisez cela, ses mots vous pensent. De votre écran à vos yeux, de vos yeux à votre cerveau. Ils viennent déranger l'agencement de votre environnement, la respiration de votre mouvement. Ils sont là maintenant, multiples. Ils existent avec vous. Cette cigale dans mon jardin à Tsujido au Japon le 10 août 2018 à 16h56m57 (heure japonaise), elle résonne de nouveau dans un autre lieu, dans un autre temps, juste au moment où vous avez lu cigale. Notez le lieu, le jour et l'heure sur un morceau de papier où vous avez lu cigale. C'est votre talisman. C'est notre totem. Nous le partageons tous maintenant.


La manufacture des systèmes, les automatismes de définition, un drap d'Elbeuf, une toile de Jouy, un site Web design material, un bâtiment AutoCAD. OH (a former CTO of Autodesk): “I can walk through most buildings and tell you which version of AutoCad was used to design it. “


August 10, 2018 08:07 AM

August 09, 2018

David Larlet

☕︎ Read/write Web

Triggered by some of the previous postings on RSS, I started thinking about what my ideal set-up for RSS reading would be. Because maybe there’s a way to create that for myself.

My Ideal RSS Reader (cache)

Really interesting ideas here. I’m still thinking about an evolution of both my reading and publishing tools. My ideal setup would be like a browser for RSS/uncluttered contents that I can annotate then optionally publish as a new feed, a webpage and/or as a mailing list (because (cache)).

It looks pretty basic and still I can’t find a self-hosted service doing that. So maybe it’s time to “create that for myself”. I already have the first 80% with my custom made tool for publishing/caching here. It remains the last 80% though :-).

When Google got out of the RSS game, those of us who remained realized that yes, we can survive without them. Five years later, RSS is still the best, most unfiltered way to get content you want. There’s a greater diversity of choices and no one company dominates everything. So let’s stop hoping Facebook or Twitter or someone else will do our job for us. Let’s stop waiting for someone to tell us what we want to read. Let’s stop publishing what they want us to publish. We can do better without them.

Thanks, Google! (cache)

August 09, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Le drap dans la forêt

La Saussaye, France, 23 juillet 2018 La Saussaye, France, 23 juillet 2018


Les arbres, une corde tendue, un drap blanc, des épingles à linge, un projecteur portable, un siège dans la forêt et surtout la forêt tout autour. La forêt est le lieu du confinement infini, de l'épaisseur sans frontières. C'est notre océan. Le vent soulève les embruns à la cime des feuilles en vagues irrégulières. Nous écoutons le bruit sourd du monde au delà de la forêt. Et puis, voilà, c'est le chant des hommes qui s'élève. Nous nous préparons à la danse des troncs, au rythme du bois, au baton qui tremble dans le mouvement. Les tambours s'élèvent. Ils donnent le volume des profondeurs sylvestres. L'écho des feuilles est éblouissant. Les mousses se souviendront de ce jour là. Les ronces et le lierre déjà s'interrogent. Quand ?


August 09, 2018 09:32 AM

August 08, 2018

David Larlet

☕︎ Subordination forte

Comment nommer l’interlocuteur du mentor ?

[…]

Je veux aussi absolument éviter les termes qui induisent une relation de subordination forte.

[Vocabulaire] le mentor et le … (cache)

Cette question m’a fait pas mal cogité cette dernière semaine et j’ai bien peur qu’il n’y ait pas de réponse possible. Il faut choisir un terme plus neutre si on veut garder l’horizontalité, mes propositions seraient :

  • pair que j’aime beaucoup mais qui pose deux soucis ; au féminin ça passe mal et il y a le problème en français de l’homonyme pair/père qui peut être la base de pas mal de quiproquo à l’oral.
  • binôme qui reste mon choix préféré compte tenu des contraintes énoncées par Éric, là c’est clair et ça montre bien l’apprentissage en commun, potentiellement à des niveaux différents. Il y a l’idée du faire ensemble même si le faire reste assez théorique.

Le parallèle sportif qui me vient en tête est celui de l’escalade en corde tendue mais j’ai bien peur que l’expression premier/second de cordée ait prise une mauvaise connotation en France ces derniers temps…

August 08, 2018 11:00 AM

August 07, 2018

David Larlet

☕︎ Aveuglé

Me montre une feuille constellée de points.
— De la pluie ?
— C’est un alphabet en braille papa…

😳

August 07, 2018 11:00 AM

August 06, 2018

David Larlet

☕︎ Multipotentialite

A multipotentialite is someone with many interests and creative pursuits.

Multipotentialites have no “one true calling” the way specialists do. Being a multipotentialite is our destiny. We have many paths and we pursue all of them, either sequentially or simultaneously (or both).

Multipotentialites thrive on learning, exploring, and mastering new skills. We are excellent at bringing disparate ideas together in creative ways. This makes us incredible innovators and problem solvers.

When it comes to new interests that emerge, our insatiable curiosity leads us to absorb everything we can get our hands on. As a result, we pick up new skills fast and tend to be a wealth of information.

Emilie Wapnick, Puttylike (cache)

🐙

August 06, 2018 11:00 AM

August 05, 2018

David Larlet

☕︎ Listening to my body

How do you train for these ultras?

Just however I feel. I don’t have a plan. Sometimes when I leave my house I don’t even know if I’m going to go out for 45 minutes or for 4 hours. Basically I’m just listening to my body and relying on the fact that I feel like I can read the signs my body is giving me pretty well and just going with it, otherwise not getting too caught up on what I do every day to train but trying to just keep getting in good, solid miles and keep figuring out how to do it all better.

There’s No Stopping Ultrarunner Courtney Dauwalter (cache)

🏃‍♀️

August 05, 2018 11:00 AM

August 04, 2018

David Larlet

☕︎ Ruissèlement de la domination

Notre insécurité dans les rues, le métro, le bureau et même dans nos maisons n’est pas une fatalité, une malédiction, c’est un fait social construit par des siècles d’exclusion et de persécution contre la classe d’exploitation de base du capitalisme moderne : les femmes. Et les hommes continuent à participer activement à cette persécution, parce que c’est d’elle qu’en grande partie naissent leurs nombreuses prérogatives et privilèges, même chez les hommes les plus dominés parmi les hommes : le dernier des grouillots sait à quel point il est bon de pouvoir se défouler régulièrement sur plus dominé⋅e que soi. Et c’est de ce seul ruissèlement réellement efficace du système capitalisme (le ruissèlement de la domination), que naissent ces cavaliers de l’apocalypse humaine que sont les dominations discriminantes : racisme, sexisme, classisme, validisme, homophobie, grossophobie, etc. comme autant de comportements qui rassurent chacun sur sa place réelle et concrète dans la hiérarchie de fer du capitalisme, lequel se repait concrètement de toutes les inégalités.

Dernières de cordée, Agnès Maillard (cache)

🧗‍♀️

August 04, 2018 11:00 AM

August 03, 2018

David Larlet

☕︎ Removing tracking

In truth, Google Analytics has always been a bit of a childish self-validation crutch. “Look how many visits I’m getting ma!” It doesn’t really serve a purpose for me. I design my site for everybody, so I don’t need to track where people are coming from. I design my site for every device, so I don’t need to track OS and Browser. I have zero interest in the awfully revealing demographic data that GA exposes. I really have no need to see real-time data on visitors. It’s all really for nothing.

Removing Site Tracking (cache)

🙌

August 03, 2018 11:00 AM

August 02, 2018

David Larlet

☕︎ Slow trail

C’est que le natif du Colorado rétif à parler de son palmarès de coureur, hormis ses deux deuxièmes places au Mad Marathon, son épreuve fétiche à travers les collines verdoyantes du Vermont, incarne une tendance de fond. Comme de plus en plus de runners lassés par les compétitions, Rickey veut tracer sa route, en solo, sans chrono. Ou s’offrir des parcours off sur le tracé d’une course mythique, sans rubalises et meute titubant dans des lacets pour s’afficher en finisher. « Cela fait 20 ans que je fais ça. Ca ne m’intéresse plus, faire des zig-zags dans les montagnes » Dans cette forme assumée de slow trail, on prend le temps de la discussion, du détour, le sac à dos est délesté du superflu, concentré sur l’essentiel.

On a retrouvé Forrest Gump, Patricia Oudit (cache)

🤩

August 02, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Simplicité technologique

Foz do Iguacu, Brésil, août 1988 Foz do Iguacu, Brésil, août 1988

Mon deuxième séjour au Brésil. Le vacarme, l'humidité, c'est le souvenir de ce moment.


Je suis toujours resté avec le même principe de système statique pour ce carnet et je ne me suis pas aventuré dans les systèmes tels que WordPress et autres. Ce billet de Cameron, Back, me conforte dans l'idée que la simplicité offre une résilience, un long terme que la plupart des technologies plus complexes ne permet pas. L'étape qui me manque dans ce processus de conservation des échos de pensées sur La Grange est l'impression sur papier de l'ensemble des billets de La Grange. Je devrais probablement les imprimer tous dans des livres par années car au final, le papier est l'archive la plus sûre. Il devient très facile d'envoyer quelques copies à des proches et amis à travers le monde. And since I wanted to start posting here again, I took the opportunity to revamp my blog. Gone are the comments and the WordPress backend. Now it’s a simple set of statically served pages. It’s 2018 and my site is built with a Makefile and some Perl scripts but I regret nothing. 😃


Volume de Photos.app Volume de Photos.app

Voici probablement la raison pourquoi Photos.app ne peut pas fonctionner pour moi. 348 Go. Des images en plusieurs versions, des générations de thumbnails, etc. Mon répertoire original contient 97 760 photos pour 302 Go, auquel donc s'ajoute les 348 Go de Photos.app. Je pense au final effacer l'application pour trouver autre chose pour gérer ce volume. Je n'ai pas besoin de la plupart des fonctionnalités et pour l'instant je ne l'utilise que pour géolocaliser les photos qui n'ont pas d'informations géographiques. Cela ne contient que les photographies de ma période numérique plus quelques unes que j'ai pris le temps de les numériser, soit avant 1998. J'ai commencé à prendre des photos assez jeune (en 1978 je pense lors d'une classe de neige à Ristolas au format 110), mais le volume a augmenté autour de l'année 1983. Les négatifs et diapos des années 1978 à 1998 (20 ans de photos) ne sont pas numérisés.


August 02, 2018 07:57 AM

August 01, 2018

David Larlet

☕︎ Documentation of my research

OK let me start by saying that I could be wrong. I know that the Codepen folks may want something completely different, or think of something completely different. So this article is not meant to redesign the Codepen switch button, but rather serve as a documentation of my research and train of thought while working on creating my own switch button for my talk. I’ll need to do even more research when it’s time to continue working on my new workshop, and things may change, and I know I’ll learn and know more by the time I create my next switch. But, until then, I know I’ve got this blog post to reference for some of the thoughts and ideas that crossed my mind when I took the first step into this.

On Designing and Building Toggle Switches, Sara Soueidan (cache)

👌

August 01, 2018 11:00 AM

July 31, 2018

David Larlet

☕︎ Lâcher prise

Collaborer c’est bien, mais voir un travail de design critiqué par des personnes qui ne s’y connaissent pas et font une platrée de retours non pertinents, c’est vraiment très agaçant (en plus de faire perdre beaucoup de temps à tout le monde). Ce n’est pas qu’on tienne à faire les divas mais si vous faites appel à quelqu’un dont c’est le métier, c’est important de lâcher prise et de lui faire confiance, et non pas de vous permettre de critiquer sous prétexte que “Tout le monde a des yeux donc tout le monde peut juger de la qualité du design”

Designers & Logiciels libres : et si on collaborait ?, Maïtané Lenoir (cache)

🤔

July 31, 2018 11:00 AM

July 30, 2018

David Larlet

☕︎ Harcèlement ordinaire

Nul doute que la visibilité aussi soudaine qu’écrasante que m’a apportée la conférence sur le design de soi que j’ai donnée à Paris Web en octobre 2015 (cache) y a été pour beaucoup.

Du jour au lendemain, le nombre de mes followers sur Twitter a explosé. Le nombre des personnes me détestant juste parce que mes billets et ma conférence étaient très partagés, aussi.

La violence verbale et symbolique à l’œuvre sur les réseaux sociaux, dont j’étais témoin depuis des années, était en train de me prendre pour cible.

Deux ans plus tard, Marie Guillaumet (cache)

😢

July 30, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Le journal du creux de la main

Deux semaines, la tête plongée dans l'humus, les pieds légers dans les ramures. Je connais les déclivités, les bosses et les faux plats. L'écorce façonne le sillon de mes doigts. Les ronces ébouriffent les envies. Je regarde. Je n'interroge pas. J'accepte. Je ne fais pas le vide. Je laisse la forêt reprendre sa place dans mon tronc. Ceci est mon journal du creux de la main.


La Saussaye, France, 12 juillet 2018 La Saussaye, France, 12 juillet 2018


La Saussaye, France, 12 juillet 2018 La Saussaye, France, 12 juillet 2018


La Saussaye, France, 12 juillet 2018 La Saussaye, France, 12 juillet 2018


La Saussaye, France, 12 juillet 2018 La Saussaye, France, 12 juillet 2018


La Saussaye, France, 14 juillet 2018 La Saussaye, France, 14 juillet 2018


La Saussaye, France, 15 juillet 2018 La Saussaye, France, 15 juillet 2018


La Saussaye, France, 16 juillet 2018 La Saussaye, France, 16 juillet 2018


La Saussaye, France, 21 juillet 2018 La Saussaye, France, 21 juillet 2018


La Saussaye, France, 21 juillet 2018 La Saussaye, France, 21 juillet 2018


July 30, 2018 10:40 AM

July 29, 2018

David Larlet

☕︎ Worthwhile to say

Part of this is convincing myself that I have something worthwhile to say again. That sharing something cool or posting the odd thought doesn’t mean I’m arrogant and think the world needs to hear me. I’m just craving connection over shared experiences.

Insecure, Laura Kalbag (cache)

💪

July 29, 2018 11:00 AM

July 28, 2018

David Larlet

☕︎ Invités à écouter

Il a un format particulier :

Les hommes sont invités à écouter. Les femmes sont encouragées à partager leurs expériences de sexisme au travail.
Les hommes peuvent partager des ressentis ou demander des clarifications, mais pas argumenter sur les expériences partagées.
(Julia, qui a participé à créer le cadre, en a transcrit l’expérience ici (cache) - je vous encourage à aller lire ça pour obtenir pour de détails sur le cadre proposé).

Format inhabituel, mais je sens déjà que je vais m’y plaire. Grand sourire.

Le genre et la parole au travail, Noémie Girard (cache)

🙊

July 28, 2018 11:00 AM

July 27, 2018

David Larlet

☕︎ Stimuler la contradiction

Poussons le raisonnement jusqu’au bout : comment la vie se définit-elle ? Elle est définie précisément par sa capacité d’altération. En conséquence, l’éventuelle mise en place d’un système algorithmique peut être un système immunitaire du calcul de la passibilité des machines contre la passibilité des organismes, contre les événements organiques, contre l’altération, donc contre la vie. Raisonnement extrême, certes, pour stimuler la contradiction.

Colloque « Intelligence Artificielle : fiction ou actions ? » : La gouvernementalité algorithmique, Antoinette Rouvroy (cache)

🤯

July 27, 2018 11:00 AM

July 26, 2018

David Larlet

☕︎ Definition for unschooling

My definition for unschooling is "creating and maintaining an environment in which natural learning can thrive."

The environment I’m talking about—what we sometimes call an unschooling nest—is not just the physical home, though. It’s the relationships within the family, and the exploration of the world outside the home by parents and children both. The emotional environment is crucial—the relationships.

There’s another good piece of advice in general— not just about unschooling, about anything you want to learn.

Read a little, try a little, wait a while, watch.

Doing Unschooling Right, Sandra Dodd (cache)

🤗

July 26, 2018 11:00 AM

July 25, 2018

David Larlet

☕︎ Places aux silences

Les discussions que j’ai préféré, sont celles dans lesquelles mes interlocuteurs m’écoutaient vraiment. Il ne cherchaient ni à me convaincre, ni à se défendre mais plutôt à me comprendre. À comprendre ce qu’il se passait pour moi. Il parsemaient leurs phrases de reformulations. Mes sentiments étaient entendus, reconnus. Ils compatissaient sans me placer en victime. Leurs regards étaient francs mais sans défiance, leur énergie basse mais connectée, leur voix posée.

On laissait leurs places aux silences.

Parler de sexisme avec un homme…, Julia Barbelane (cache)

🙇‍♂️

July 25, 2018 11:00 AM

July 24, 2018

David Larlet

☕︎ Popularity & activism

Based on my experiences, my recommendation to others is simple: Give it a try. If you’re inclined, try being mindful of whose voices you share, amplify, validate and promote to others. For me, it was giving a platform to women where I wasn’t able to mansplain the things they were already saying, but instead just sharing out their own thoughts in their own words. It may be by issue, or by identity, or by community, or some other consideration.

The Year I Didn’t Retweet Men (cache)

A few years ago, when I was still active on Twitter, I tried to follow as many women as men. I gave up after a few months because it was incompatible with keeping a low number of people to follow for my usage of Twitter. Still, I found the idea of only citing folks from a given group to be interesting or maybe only retweeting people with less followers than me or whatever algorithm fitting your values.

Let’s get back to that blog, I will try to quote only women until the end of the month and see how it goes. I will allow myself a unique emoji to comment.

July 24, 2018 11:00 AM

July 23, 2018

David Larlet

☕︎ Merci Boris

Heureusement, la salle était obscure. Personne ne m’a vu versé ma petite larme de fierté.

Il est pas super du tout (cache)

C’est toujours une émotion de lire tes expériences de papa.

July 23, 2018 11:00 AM

July 22, 2018

David Larlet

☕︎ Bushcraft chair

I made a “bushcraft chair” out of a couple of logs and ropes. It takes about 2 hours and a half to collect wood, cut the logs and assemble all that which makes it worth it only for a stationary camp. You need a lot of ropes! It’s great to have some support for your back, I have a lightweight hammock too but when you are eating or drinking a tea it’s better to be fully vertical.

July 22, 2018 11:00 AM

★ Into the Bugs

Résumé en français

Maringouins, mouches à chevreuils, mouches à cheval, mouches à feu, mouches noires, etc. La faune canadienne est pleine de ressources insoupçonnables !

I went for a 4-days trip, I initially planned for 5 but I gave up given the number of bugs surrounding me… This time I mainly focused on fishing and establishing a stationary camp. I knew the spot I was heading to but I arrived just 5 minutes after somebody else at that place. We discussed a bit and then accept to share the campement for a night. It was something new to me and quite enjoyable given I was there for many nights. I started to fish in the right timing and bam, two black bass for the dinner! We cooked them over the fire, appreciating the moment.

For that trip, I took a pyramidal net instead of a tent and it was clearly a mistake for a stationary camp with bugs having time the whole day to infiltrate the shelter. My duvet was full of bugs, and even cleaning up the whole space each and every evening, it wasn’t enough. Not even talking about mosquitoes buzzing around all night, at some point I counted more that a hundred around the net! Needless to say that you don’t go peeing by night and you literally run out of the camp in the morning :-D. Oh, and during daylight time there were all kind of flies biting me, doesn’t sound that fun?!

One of the reasons I wanted to go for five days was to start to take care about hygiene, toilets, solitude, food management, routines and such. On that part, it went pretty smoothly and apart from bugs, I think it was kind of sustainable for a longer period. Time will tell, even if I will focus on 2/3-days for now, I still have a lot of things to explore.

Hiking, swimming (a lot!), learning new skills, overall it was still positive and will make me appreciate the autumn much more when the number of bugs will hopefully drop!

July 22, 2018 11:00 AM

July 21, 2018

David Larlet

☕︎ Pharmakon

Toute technologie est un pharmakon, le tout est de savoir employer également son côté pharma…

July 21, 2018 11:00 AM

July 20, 2018

David Larlet

☕︎ Théorème de Matrix

Avec le temps, on passe inéluctablement par l’ensemble des personnages de Matrix.

July 20, 2018 11:00 AM

July 19, 2018

David Larlet

☕︎ Pogner un citron

La convivialité d’une rencontre fortuite dans les bois et la rapidité avec laquelle les échanges deviennent fluides au bout de quelques heures.

Une petite bulle temporaire, hors du temps.

July 19, 2018 11:00 AM

July 18, 2018

David Larlet

☕︎ Un peu troublant

Dans cent ou deux cents ans le monde, étant sillonné de chemins de fer, de bateaux à vapeur, étant couvert d’usines, de fabriques, dégagera des billions de mètres cubes d’acide carbonique et d’oxyde de carbone, et comme les forêts auront été détruites, ces centaines de billions d’acide carbonique et d’oxyde de carbone pourront bien troubler un peu l’harmonie du monde.

L’Arbre de la science, Eugène Huzar, 1857

Si peu. De quoi méditer ces cinq prochains jours…

July 18, 2018 11:00 AM

July 17, 2018

David Larlet

☕︎ Conflits structurels

Les conflits interpersonnels sont normaux et prévisibles, mais à mon avis, dans le cas de communautés qui échouent, la plupart des conflits structurels auraient pu être évités ou minimisés si les fondateurs avaient au départ respecté six éléments essentiels :

  1. Définissez votre vision de la communauté et rédigez un texte qui la présente. […]
  2. Choisissez un processus de prise de décision équitable et participatif convenant à votre groupe. […]
  3. Établissez des ententes claires… par écrit. (Y compris en matière de personne morale permettant à votre groupe de posséder une propriété.) […]
  4. Développez de bonnes aptitudes en communication et en processus de groupe. […]
  5. En choisissant cofondateurs et nouveaux membres, ciblez la maturité affective. […]
  6. Cultivez les habiletés mentales et émotionnelles requises. […]

Les fondateurs de communautés tendent à être des spécialistes quand il leur faudrait être des généralistes.

Vivre autrement, Diana Leafe Christian

Il serait intéressant de voir quels points ajouter pour les communautés en ligne. Clay Shirky mentionne des écueils spécifiques comme le frein à la participation ou une limite de taille. Il y aurait à mon avis une dimension cognitive/émotive à explorer pour pouvoir s’impliquer sans que cela porte atteinte à sa propre intégrité.

July 17, 2018 11:00 AM

July 16, 2018

David Larlet

☕︎ Open desk

We’re squandering human health and potential on an epic scale by forcing the vast majority of people who dislike or hate the open office into that configuration. Their work deteriorates, their job satisfaction declines. And for what? Because a minority of people kinda like that configuration? Because it’ll look good in a few photos? Because it’ll impress strangers who visit the office? Get outta here.

The open-plan office is a terrible, horrible, no good, very bad idea (cache)

I couldn’t agree more, each and every time I had to “work” in an open space it was so hard to concentrate I gave up to capitalize on human interactions and get the code done once back alone. Meanwhile, reading the post I realized that my desk at home is almost intentionally left open with random i(nte)rruptions from family. Sometimes it infuriates me, sometimes it get me out of my flow but most of the time it makes me smile. Step back, get at the problem with fresh eyes and happy heart. It matters a lot to me, way more than productivity.

It is important to be able to focus and it is equally important to remember to defocus.

July 16, 2018 11:00 AM

July 15, 2018

David Larlet

☕︎ Liesse nationaliste

Toujours songeur devant ces chants patriotiques émanants de personnes ayant pour la plupart choisies d’émigrer. Bi-nationalité ou opportunisme ?

De la poutine et des jeux.

July 15, 2018 11:00 AM

July 14, 2018

David Larlet

☕︎ Mauvaise conscience

Une mauvaise conscience peut rendre la vie intéressante.

Soren Kierkegaard

🤔

July 14, 2018 11:00 AM

July 13, 2018

David Larlet

☕︎ Not buying it

When the hedge funders asked me the best way to maintain authority over their security forces after “the event,” I suggested that their best bet would be to treat those people really well, right now. They should be engaging with their security staffs as if they were members of their own family. And the more they can expand this ethos of inclusivity to the rest of their business practices, supply chain management, sustainability efforts, and wealth distribution, the less chance there will be of an “event” in the first place. All this technological wizardry could be applied toward less romantic but entirely more collective interests right now.

They were amused by my optimism, but they didn’t really buy it. They were not interested in how to avoid a calamity; they’re convinced we are too far gone. For all their wealth and power, they don’t believe they can affect the future.

Survival of the Richest (cache)

And they are right, you cannot buy that. You can influence at a bigger scale with your exemplarity though.

With great responsibilities comes great power?

July 13, 2018 11:00 AM

July 12, 2018

David Larlet

☕︎ BDNFL

Now that PEP 572 is done, I don’t ever want to have to fight so hard for a PEP and find that so many people despise my decisions.

I would like to remove myself entirely from the decision process. I’ll still be there for a while as an ordinary core dev, and I’ll still be available to mentor people -- possibly more available. But I’m basically giving myself a permanent vacation from being BDFL, and you all will be on your own.

Transfer of power (cache)

Trolls have real life impacts. People do get affected. And quit.

Note: I am not fond of PEP 572 but I respect the decision.

July 12, 2018 11:00 AM

July 11, 2018

David Larlet

☕︎ Newbie issues

However, Python only initializes default parameters when the function is first evaluated, which means that the same list is used for every call to the function. As a result, if you mutate those values, the mutations span across invocations.

In this case, user ids and names were appended to the default lists each time it was called. Over hours, those lists began to retrieve tens of thousands of users on each request, overwhelming even the memcache clusters.

Digg’s v4 launch: an optimism born of necessity. (cache)

A good reminder that a full team of engineers can fail miserably at investigating a 101 Python course problem. I did that too, I probably will again. I should collect and publish my own post mortem mistakes, as James Bennett did (cache).

July 11, 2018 11:00 AM

July 10, 2018

David Larlet

☕︎ Because of the numbers

As explained, the official reason why we are observed like Chinese citizens is patently absurd. We do not want better ads. Now they say, AI will make us click. Ads never worked and never will. No one clicks. We could install ad blockers, but that won’t help. But even without us clicking at all, somehow the ad system works. No one knows how, because it all happens in a black box. Only Facebook and Google know the real numbers. But no one questions how it works. Why? Because of the numbers.

Google’s and Facebook’s revenues grow astronomically. Users and profits grow year over year. They are beyond comprehension, they are already bigger than reality, and they still grow. Meanwhile competitors—other social networks, search engines and newspapers—collapse. The once distributed architecture of the Internet is controlled by a handful of winners that take it all. And that is whom we believe. The winners. The losers are just jealous.

There is no doubt that ads are bought. The more they observe us the more excited are the advertisers. The ads are bought. The ads are placed. The ads are distributed. And somehow the ads are clicked. But nobody knows anyone who clicks them. It is only strange if you think about it. Don’t think about it. The revenues grow, the profits grow, the intrusion is real and they are smarter than everybody else. They have data to back it up.

No one cares if the business model really works.

Designed in China, Assembled in California (cache)

Probably the biggest lie of our industry.

Cargo cult advertising?

July 10, 2018 11:00 AM

July 09, 2018

David Larlet

☕︎ Fin du game

Papa, maman, quand est-ce que vous avez appris à ne plus jouer ?

July 09, 2018 11:00 AM

July 08, 2018

David Larlet

☕︎ Make it

I always interpreted this phrase in terms of business needs, not coding standards.

  1. Meet the minimum requirements for the business to call project a success. (Make it work.)

  2. Add bells and whistles to make the program less prone to error and more feature rich. (Make it right.)

  3. Find and eliminate waste in the process. Some assumptions from the start will have been incorrect. Remove unnecessary business logic. Included in this step is to improve code for better performance. (Make it fast.)

Make It Work Make It Right Make It Fast (cache)

0. Understand the ethical implications of your work and your responsibilities acting for a future you believe in. (Make it for good.)

July 08, 2018 11:00 AM

July 07, 2018

David Larlet

☕︎ VANcouver

Et si on vous racontait un peu notre quotidien ? Parce que derrière ces incroyables routes, ces beaux paysages et ces nuits étoilées se cache toute une organisation. La vie en van en fait rêver plus d’un·e mais elle n’est pas toujours de tout repos. On est loin du confort de notre bel (ancien) appartement et ses 100m2. En quittant tout, boulot et appartement, on savait qu’on allait devoir vivre sans tout un tas de choses et avec un revenu bien moindre (quand revenu il y a).

Vis ma vie dans un van (cache)

Au moment où l’idée d’une transcanadienne gratte de plus en plus, pourquoi pas le van ? Le vélo serait plus cohérent mais nous sommes trois et il deviendrait compliqué d’éviter l’hiver.

Quel temps s’accorder pour une telle traversée ?!

July 07, 2018 11:00 AM

Christian Fauré

Thermodynamique de l’Agile

Ce qui va être dit dans cette vidéo résulte avant tout d’un processus de pensée bien connu qu’est l’analogie. Permettez-moi donc d’être en mode « analogique » à l’heure du « digital », en appliquant des lois de la thermodynamique aux façons de travailler en mode Agile.

 

Signaler sur Twitter

by Christian at July 07, 2018 08:30 AM

July 06, 2018

David Larlet

☕︎ Swimming smooth

Video (8.7Mb): me swimming for one minute in Poisson Blanc lake.

As with running barefoot, it is really important to me to practice a sport in a sustainable way. I’m learning swimming freestyle alone for almost 4 years now, there are still a lot of gotchas I can spot in the video but I’m really pleased to be able to swim about 3km per hour with my current technique.

Actually, that’s not the metrics that matter but just being in the water that morning in a gorgeous place after a night fighting mosquitoes and raccoons.

Feeling relieved.

July 06, 2018 11:00 AM

July 05, 2018

David Larlet

☕︎ Keeping food safe

I tried a lot of things regarding food preservation in a natural environment, from hanging it on a tree to burying it in the snow. Lastly, I found URSACK to be the most convenient way to deal with that problem.

When you go for a multi days trip over an area with a high probability to cross the path of bears, wolves, coyotes, lynxes, cougars, raccoons, squirrels and all sort of mice it becomes crucial to keep your food out of them otherwise you end up loosing some weight :-).

First time out with the new bag and a raccoon tried to empty it! It partially accessed the content because I did not tied enough the bag but it was so noisy that it woke me up by night and I was able to chase the intruder. There was obviously failed attempts to open it by teeth, it was only able to put its arms by the gap I left in the opening. Luckily, I put the trash at the top of the food bag so even if it was painful to collect pieces of plastic by night with all mosquitoes around, we kept our food almost intact for the rest of the trip. Yay!

July 05, 2018 11:00 AM

July 04, 2018

David Larlet

☕︎ Fighting mosquitoes

Rynoskin Total was specifically designed to be worn underneath the clothing. This unique concept provides the wearer with comfort, breath-ability, stealth movement and eliminates snags against brush. This armor will stretch to accommodate all different body sizes. Unlike all of the over garment type of insect protection suits that are hot, noisy and snag against the brush, Rynoskin Total is ultra-lightweight body-forming, cool, and comfortable. This body suit is so comfortable that the wearer will forget that they’re wearing it.

Rynoskin Total Insect Protection Clothing (cache)

Making a family canoe trip within a heat wave was probably a mistake, especially in terms of mosquitoes. They were actually swarming around us by evening and all night! A good occasion to test if dedicated clothes make the difference.

Verdict: it does work, maybe not the promoted 98% but close enough to that. As a bonus, it works for black flies and ticks too!

The clothes are not that breathable though but it was about 30°C by night so…

July 04, 2018 11:00 AM

July 03, 2018

Karl Dubost

Nos différences

Le borgne est roi au royaume des aveugles. On est toujours le bourgeois de quelqu'un. Expressions qui ont toujours un sens exprimant la différence vécue (souvent négativement). Cette différence peut être partagée, car partager des idées ne nous dénude pas, elle nous enrichit tous. And I'd like to ask you to join me. One thing I've been hearing a lot from a few sources is that no one really considers themselves an expert, you are an expert at something, and it's truly okay to be an expert to someone who knows only a little less than you in an area (so long as you do it humbly).


July 03, 2018 03:00 PM

David Larlet

☕︎ Tragédie du libre accès

En effet, le raisonnement ne tient que si l’on suppose qu’on a affaire à des éleveurs n’agissant qu’en fonction d’un intérêt individuel étroit, réduit au gain financier. Ces mêmes éleveurs, on les dirait aussi privés de langage, car ils sont incapables de communiquer pour créer des formes d’organisation régulant l’exploitation du pâturage. Cela renvoie à une erreur historique et conceptuelle grossière de Hardin. Il confond en effet ce qu’il appelle des « communs » (commons) avec des situations de libre accès où tout le monde peut se servir à sa guise. Or, le terme de « communs » recouvre tout autre chose : il désigne des institutions grâce auxquelles des communautés ont géré, et gèrent encore aujourd’hui, des ressources communes partout dans le monde, et souvent de façon très durable. Il peut s’agir de pâtures mais aussi de forêts, de champs, de tourbières, de zones humides… souvent indispensables à leur survie.

La « tragédie des communs » nie par avance l’efficacité de ces organisations, en assimilant la bonne gestion avec l’État ou la privatisation. Or, depuis les années 1970, les sciences sociales ont documenté empiriquement des centaines de cas de communautés présentes ou passées gérant durablement leurs ressources sous le régime de la propriété commune.

La tragédie des communs était un mythe (cache)

Un entre-deux, un ailleurs, un ensemble est possible.

La comédie des communs ?

July 03, 2018 11:00 AM

July 02, 2018

David Larlet

☕︎ Super dumb

Since then, Tesla has raced to iron out kinks in the assembly process, mainly by scrapping some complicated robotic machines that proved ill suited to certain tasks, and hiring hundreds of workers to replace them.

[…]

“One of the biggest mistakes we made was trying to automate things that are super easy for a person to do, but super hard for a robot to do,” he said. “And when you see it, it looks super dumb. And you are like, wow! Why did we do that?”

Can Elon Musk and Tesla Reinvent the Way Cars Are Made? (cache)

It appears that robots are not ready yet to build killer robots independently.

July 02, 2018 11:00 AM

July 01, 2018

Karl Dubost

Ton univers poétique

Très souvent, je tape viewpoet à la place de viewport. Ce genre de typo me rassure.


Cinq ans à Mozilla. Merci à Anthony Ricaud pour le coup de pouce qui a démarré l'aventure.


First confirmed image of a newborn planet revealed. It is a moment of birth that has previously proved elusive, but astronomers say they now have the first confirmed image of the formation of a planet.


July 01, 2018 03:00 PM

David Larlet

☕︎ Pot commun

« La question ne concerne pas que Maxime : on a des modes de vie qui s’écartent un peu, certains veulent lever le pied au niveau du travail, d’autres ont des projets d’habitation avec des conjoints extérieurs au groupe... Le groupe doit s’adapter aux évolutions personnelles pour que tout le monde se sente bien, analyse Clémence. En même temps, nous devons trouver les solutions pratiques pour que ça ne devienne pas une usine à gaz et que ça ne désorganise pas le groupe. » Le plus important pour y parvenir ? « Garder notre état d’esprit », répond-elle sans hésiter.

Répartir équitablement le travail, mais aussi les revenus : l’utopie d’une ferme devenue réalité (cache)

C’est la question que je me suis posé en lisant l’article : comment concilier les ambitions initiales et les évolutions de chacun des membres du groupe en lien avec l’extérieur.

Je serais curieux de suivre leurs adaptations sur le sujet.

July 01, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Au fond du canal

Pseudo-public spaces. La liberté sous contrôle privée. Les larges sites de communication sur internet sont un proche équivalent. Protocoles propriétaires, libertés contraintes par les règles du propriétaires. Pseudo-public spaces are large squares, parks and thoroughfares that appear to be public but are actually owned and controlled by developers and corporations. They are on the rise in London and many other British cities, as local authorities argue they cannot afford to create or maintain such spaces themselves.


July 01, 2018 12:49 AM

June 30, 2018

David Larlet

☕︎ Colonies et nazisme

Je voudrais ajouter ceci : dans l’histoire qui part du XVe siècle et qui voit apparaître la Renaissance, j’ai insisté sur le côté fécond de la problématisation, je n’ai pas insisté sur le fait que la nation s’est formée et que cette forme nouvelle de puissance a pu développer des techniques souvent empruntées aux Chinois, comme la poudre à canon, l’imprimerie. Autrement dit, ce formidable développement techno-scientifique a produit une puissance jusque-là inconnue qui a permis le déchaînement de la colonisation grâce aux armes à feu, et cette domination sur le monde s’est faite non au nom de la problématisation mais de la négation de la culture d’autrui, au nom de la supériorité de la race blanche européenne, supériorité qui a dominé toute l’histoire de l’Europe. Les nazis donnent l’impression d’avoir inventé une monstruosité alors qu’ils n’ont fait que reprendre des idées que les Européens occidentaux avaient appliquées aux colonies africaines et asiatiques ; les nazis l’ont simplement appliquée aux Européens eux-mêmes en promouvant la supériorité de la race aryenne.

L’urgence et l’essentiel, Edgar Morin

Je n’avais jamais envisagé les choses sous cet angle. Et si le capitalisme n’était qu’une suite de cette « négation de la culture d’autrui » au nom de la supériorité de la race riche ? On remarque qu’à chaque étape de l’Histoire les détenteurs de cette supériorité forment un groupe de plus en plus restreint.

Jusqu’où est-on capables d’aller ? Quelles alternatives globales ?

June 30, 2018 11:00 AM

June 29, 2018

Karl Dubost

La beauté du monde

Écrire en marchant (merci Pierre) Ce fut donc ce jour de pluie à verse que, bien avant de devenir écrivaine, l’auteure s’est « donné la possibilité d’écrire ». « Enquête intérieure » fascinante depuis la maison de l’enfance jusqu’à ce départ vers l’écriture, Ecrire en marchant – Premiers pas, aux courts chapitres intenses qui sont autant de pas ponctués de mots picards, petits cailloux blancs, est le premier tome de ces écrits de marche.


Retrouver son login et mot de passe pour MetaFilter. 33225 links and 1855472 comments posted since your last visit


June 29, 2018 12:11 PM

David Larlet

☕︎ Collective mentality

Because Kilian is more than just a guy who’s really good at his sport. His position in the mountain world now is shared by only a few other superstars, like Alex Honnold or Lindsay Vonn. He represents the current age of mountain adventure and as such he has tremendous power to mold the direction our sport takes. People will do what he says by the thousands. Yet it may still be a long time before we’re able to truly appreciate what his consistently positive and humble attitude is doing for our collective mentality. If he was more combative or egotistical, I think we might all start to adopt a more competitive frame of mind. But Kilian came from a mountain background that taught him the traditional values of mountain travel–the kind of values John Muir and Henry David Thoreau talked about–and he’s able to prioritize experience and community while still acknowledging the vital role that competition plays in mountain running.

Kilian Jornet: Our Sport’s Ambassador (cache)

Despite the controversy related to his twice in a row ascensions of the Everest, Kilian remains an inspiration for a whole generation of trail runners, alpinists and mountain adventurers. Dakota Jones is right when he put into perspectives how lucky we are to have such an iconic and humble athlete.

Some impacts (when reaching a certain scale?) are very hard to measure.

June 29, 2018 11:00 AM

June 28, 2018

David Larlet

☕︎ Bug-out drive

Nous voici aussitôt à échanger des bidouilles techniques pour maintenir le réseau après effondrement… Mais pour savoir quoi reconstruire, si on se demandait d’abord : qu’est-ce qui nous manquerait le plus, si le Web n’existait plus ? La réponse est unanime : Wikipédia ! Le Web est avant tout une source de connaissance, une énorme encyclopédie partagée… Pour moi c’est aussi, ajoutais-je, un lien entre les gens : au delà de l’accès à une connaissance gigantesque, au delà de l’aspect social, Internet m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires, stimulantes et inspirantes, que je n’aurais pas croisées autrement et que je perdrais sans cela. C’est ce qui me manquerait, insupportablement. C’est aussi ce qui motive mon attachement au Web aujourd’hui. Et vous, qu’est-ce qui vous manquerait le plus, si le Web venait à disparaître demain ?

Sud Web 2018 (cache)

C’est une question qui me trotte en tête depuis que je m’intéresse à l’effondrement, d’où l’idée du pendant au Bug-out bag cher aux suvivalistes mais appliqué aux données numériques collectives.

J’ai recensé plusieurs pistes pour l’instant et je vous laisse ajouter les vôtres :

Les données sont là, il reste à scripter le liant pour les rassembler et pouvoir les consulter/enrichir/distribuer dans un contexte de faible énergie.

Et de me rendre compte que Yohan et Alexis explorent ces pistes depuis bien plus longtemps que moi et m’en parlent sans que j’ai jusqu’alors eu le déclic.

June 28, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Hiroshima

Non, tu ne connais pas Hiroshima. It’s like racism, he says: “If you’re a white middle-class person, racism isn’t a big part of your life. It’s hard to detect because you’re never on the receiving end of it. You have to exercise a fair bit of moral imagination and a degree of curiosity and research to pick it out.” In the same way, many men can’t comprehend what is it like to navigate life as a woman. “We can talk about unexamined privilege but it’s often just at the simplest level,” Winton says. “You recognise that at a certain point your day’s half as hard as a lot of women’s days, regardless of class or whatever else.”


June 28, 2018 09:32 AM

Le sable

Il est mieux d'avoir les poches pleines de sable que pleines d'ennui.


June 28, 2018 09:28 AM

Le monde perdu

The Curse of Bigness, Antitrust in the New Gilded Age We live in an "oligopoly age" where many industries are controlled by just a few firms—big banks, big pharma, big tech. Bigness has become too much of a drain on the nation's economy, and too far a deviation from the type of open capitalism that has, at times, created broad-based wealth and promised a sense of opportunity to every generation. There is a good reason to believe that we once again face the "Curse of Bigness," in the phrase used by Justice Louis Brandeis, to describe the challenges confronting the United States a century ago. Columbia law professor Tim Wu tells the story of what went wrong, and calls for recovering the lost tenets of trustbusters as part of a broader revival of American progressive ideas in a new age of extreme economic inequality.


June 28, 2018 09:24 AM

San Francisco

10:35 Arrivée aux États-Unis.


10:47 L'agent des douanes à San Francisco : « Qu'avez-vous dans votre tube en carton ? » Je réponds « Une carte… » Une pause « une carte en papier… du Japon. » Je me suis demandé si soudainement, cet armateur voulait me voler mon portulans secret. Voilà avec moi, le nom de tous les ports, rivières et villes.


20:23 Quelques pas dans la ville. Touristes et sans-abris. Hoodie et drugstores. « Spare a coin. » La violence étouffée.


20:34 Kim Jong Un a dit à Trump. Many people in the world will think of this as a form of fantasy from a science fiction movie. »


15:03 pièces frigorifiées dans les hôtels.


June 28, 2018 09:20 AM

June 27, 2018

Karl Dubost

Cache-cache

June 27, 2018 03:00 PM

David Larlet

☕︎ Si cher

Le cadre classique est à 218 jours travaillés annuels. Retirez les réunions d’équipe, séminaires, maladies… je compte arbitrairement 200 jours de travail effectif par an et c’est à mon avis loin d’être sur-estimé. Nous voilà entre 250 et 500 € la journée. Dès qu’on parle d’un lead on monte vite au-delà.

Dis tonton, ça coûte combien un ingénieur logiciel ? (cache)

À mettre en balance avec Dis tonton, pourquoi est-ce si cher un indépendant ? (cache). Si vous devez choisir entre les deux options, ça n’est pas forcément le prix qui sera déterminant.

Il écrit de chouettes articles tonton Éric :-).

June 27, 2018 11:00 AM

June 26, 2018

David Larlet

☕︎ Educate yourself (or not)

Are you building an API?

Here is the idea: If you have never heard about the REST architectural style constraints and their implication on the properties of the resulting distributed system and you do not want to (or can’t) educate yourself, use GraphQL.

REST vs. GraphQL: A Critical Review (cache)

A bit harsh and very true. Giving up is OK. Learning for learning’s sake (cache) is OK.

You know what, even not giving a f- about all that is OK too.

June 26, 2018 11:00 AM

June 25, 2018

David Larlet

☕︎ Jeu de fantômes

Faisons ici et maintenant le serment de nous rencontrer et de nous réunir sans se juger à l’apparence et ce à chaque fois que les circonstances l’exigent ; et de nous séparer que lorsque nous aurons transmis à autrui un savoir-faire et un savoir-être renforçant les libertés et la diversité de toutes et tous

Sudweb 2018, test de format : Casper et les pratiques collaboratives (cache)

J’ai beau dire qu’il faut tuer les conférences, il y a des pépites auxquelles je regrette de ne pas avoir participé.

Merci Xavier Coadic pour cette intervention et sa documentation.

June 25, 2018 11:00 AM

★ Communs négatifs

Summary in English

Some thoughts about negative commons and Open-Source.

Dans un premier sens, les « communs négatifs » désigneraient donc l’action de prendre soin d’une ressource « négative », ce qui provoque déjà en soi un élargissement par rapport à la théorie classique des Communs (les Commons Pool Resources d’Elinor Ostrom étaient toutes des ressources positives). Mais avec le Zéro Déchet, il me semble que le sens des « communs négatifs » va plus loin encore, car il ne s’agit plus seulement de prendre en charge des ressources négatives, mais carrément de ne plus considérer les déchets comme des ressources potentielles, en évitant qu’ils soient produits à la source. Il s’agit donc pour les groupes humains de s’organiser pour éviter qu’une chose devienne une ressource, ce qui tranche fortement par rapport à l’approche traditionnelle des Communs.

Le Zéro Déchet et l’émergence des « Communs négatifs » (cache)

Je voudrais revenir sur cette notion importante de commun négatif à la lumière de ce que j’ai pu constater dans les communautés produisant de l’Open-Source.

Chronologie

Premièrement, il faut bien voir que ces communs négatifs sont rarement pensés comme étant des communs avant de devenir négatifs. Dans le cadre d’un projet Open-Source, il s’agit bien souvent de l’initiative d’une seule personne qui se résout à proposer une gouvernance/maintenance réellement commune une fois débordée par son propre produit. L’informatique ne fait encore une fois qu’accélérer et étendre un phénomène qui est comparable à l’exemple sus-cité de la centrale nucléaire : initialement construite par un exploitant puis « transmise » à la communauté faute de pouvoir gérer sa maintenance à long terme. Ainsi ces communs ont la particularité d’être victime de leur propre toxicité de par la rapidité de leur obsolescence mais aussi de la perte brutale de valeur en raison des externalités nocives qui leurs sont associées.

Je ne suis pas sûr que la clé soit d’« éviter qu’une chose devienne une ressource » mais plutôt de miser sur des objets techniques éprouvés tout en réduisant le périmètre de production et les dépendances associées. C’est par exemple ce que l’on tente de faire avec les pyrates en envisageant notamment le code en tant que commun dès le début afin de conserver sa polarité positive. Ou au moins essayer.

Popularité

Un produit Open-Source devient généralement anxiogène lorsqu’il dépasse une certaine popularité, la masse critique faisant alors peser de tout son poids la responsabilité induite sur cette dépendance. De la même manière qu’une centrale nucléaire est trop puissante pour être contrôlée, on en arrive à tenter de résorber la culpabilité associée à un outil en s’appuyant sur la communauté pour qu’elle s’en sorte par elle-même. Il y a aussi une transition de la posture de l’égo : de « c’est moi qui l’ai fait » à « nous devons me protéger de ma propre création ». Il y a ici une acceptation, quasiment un deuil, à faire vis-à-vis d’une création auto-destructive.

Je ne sais pas quels garde-fous sont à mettre en place pour se protéger d’un passage à l’échelle qui inverse la polarité du commun. Il est probable qu’en limitant le périmètre et en étant explicite sur ce qui ne sera pas fait cela stimulerait l’essaimage (?)

Relationnel

Enfin, les communs négatifs semblent être des catalyseurs de conflits car ils sont chargés d’une dimension affective. Les relations initialement positives laissent progressivement place à des ressentis négatifs faute de communication transparente. Les intervenants évoluent au cours de la vie du produit, leurs affinités avec la problématique, leur compréhension des impacts de ce qui est produit, leurs objectifs personnels, tout change sans que cela soit forcément explicitement documenté.

La personne qui a fait le coffrage du réacteur nucléaire il y a 30 ans n’avait probablement pas conscience des conséquences de ses actes. Vieillir, c’est se retenir de juger le passé car on l’a vécu. Et que l’on doit continuer à (sur)vivre avec cette culpabilité. Comment éviter de transformer un commun négatif en lynchage public ?

Évitement

J’ai exploré plusieurs pistes pour éviter la toxicité d’un commun négatif sous forme de code :

  1. Ne plus rien publier. C’est assez radical mais c’est extrêmement reposant. Il y a néanmoins la frustration de ne pas publier du code qui pourrait être utile à d’autres (comme ce site).
  2. Participer ponctuellement ailleurs. Avec le sentiment de papillonner d’un côté et d’être utile de l’autre. Ce n’est pas totalement satisfaisant car il manque l’euphorie de la création initiale.
  3. Au nom du collectif. Que ce soit Etalab, OpenDataTeam ou BetaGouv, cela permet de se protéger des attaques personnelles. La responsabilité diluée ne permet pas de prendre soin de tous les projets par contre.

Mes pistes actuelles se situent du côté des pyrates et aussi de ce que l’on pourrait mettre en place avec Agile France mais je manque de recul pour en parler davantage. L’enjeu d’une approche positive ET soutenable est loin d’être anodin car il remet en perspective le pourquoi d’une mise en commun. De nombreux communs périclitent et continuent de consommer de l’énergie faute de prise de recul et de franchise suffisantes pour rebondir dans d’autres directions. C’est peut-être l’enjeu derrière ces communs négatifs : comment se donner les moyens de mettre un terme à un commun ?

Note : je parle intentionnellement d’Open-Source ici et non de Logiciel Libre, la dimension politique/éthique ne me semblant pas aussi formelle dans le cadre d’un commun j’ai préféré réduire au périmètre explicite.

June 25, 2018 11:00 AM

June 24, 2018

David Larlet

☕︎ Coachs et jésuites

On peut comparer les entreprises à des panoptiques. Les managers veulent une complète visibilité sur ce que font leurs employés (reporting, etc), mais ne communiquent pas sur ce qu’ils font, et les équipes ne se parlent pas. Les équipes finissent par devenir leurs propres gardes, et s’interdisent de faire certaines choses : « ah mais non, ici on ne peut pas faire ça ».

En Amérique du Sud, les colons n’ont pas réussi à transformer les autochtones en esclaves. Ils avaient la mauvaise habitude de se laisser mourir. Ils devaient donc importer des esclaves venant d’Afrique. Jusqu’à ce que les missionnaires jésuites trouvent la combine : une fois convertis à la foi chrétienne, ils craignaient de mourir !

Les grandes entreprises déploient des armées de coachs pour effectuer leur “transformation agile”. Il s’agit moins de transformer toute la structure (et certainement pas le haut de la pyramide), que d’imposer un changement à certains

Pour Romeu, tous ces coaches agiles sont des jésuites. Qu’ils croient ou non aux valeurs de l’agilité, ils sont envoyés pour changer la culture de « ces gens là bas ». Ils sont instrumentalisés.

NewCrafts 2018 (cache)

Des personnes qui pensent savoir d’un côté, d’autres qui n’ont pas le luxe de pouvoir prendre du recul face à une avalanche de techniques. Et c’est toujours l’humain qu’on sacrifie sur l’autel de la performance et de l’efficacité.

Il y a une certaine similitude peu glorieuse en effet…

June 24, 2018 11:00 AM

June 23, 2018

David Larlet

☕︎ The story of a person

I wish there was a place where I could read the story of a person. Everybody’s journey is so different and beautiful; each one leads to who we are. It would be the anti-LinkedIn. And because you wouldn’t "engage with brands", it would be the anti-Facebook, too. Instead, it would be a record of the beauty and diversity of humanity, and a thing to point to when someone asks, "who are you?"

What you’re proud of (cache)

This is the definition of a blog.

June 23, 2018 11:00 AM

June 22, 2018

David Larlet

☕︎ Paying attention

Because at the moment, I’m feeling like I need to write down not just the kind of work I like, but the kind of projects I can allow myself to do. I need to come up with an ethical framework for myself, and how I run my business.

Maybe the answer will be that there’s no ethical web design under capitalism. Maybe the line simply is much, much blurrier than it used to be. Maybe the line was always this blurry, and I’m just now paying attention. I don’t know. I do know this is a small problem amidst everything else that’s happening. But it might be one I can fix. Or at least, I have to try.

Just work. (cache)

Is the world getting, mmh, “blurrier” or are we getting older? Hence asking ourselves more profound questions about life, work and future? Looks like a midlife crisis for a generation of developers realizing they are shaping part of the world for the last decade and it didn’t end as well as they/we expected…

June 22, 2018 11:00 AM

June 21, 2018

David Larlet

☕︎ Anything Ameri^WRussian

Interestingly, the accounts and bots that spread the misinformation were mostly in English because the leaks were first spread by the American alt-right community. Not only is this a completely ineffective means to reach a French-speaking audience, it also likely alienated French nationalist voters who are not inclined to support anything American.

Successfully Countering Russian Electoral Interference (cache)

😱🙄🤦‍♂️🙃

June 21, 2018 11:00 AM

June 20, 2018

David Larlet

☕︎ Spiritualité et mystère

L’esprit et l’âme sont les deux émergences du cerveau ; l’esprit est l’ensemble des activités intellectuelles, spirituelles et mentales ; l’âme est l’ensemble des éléments de sensibilité. L’un est bien entendu inséparable de l’autre, certains ont plus d’âme et d’autres plus d’esprit ! C’est à partir de ces deux composantes qu’émerge la conscience, qui est conscience de soi et réflexivité sur la connaissance. Voilà en quoi la conscience, le produit ultime de l’évolution humaine, reste le plus fragile puisqu’elle peut vaciller à la moindre émotion. Nous avons vu, dès que se déchaîne une guerre à quel point les gens perdent leur conscience pour devenir des barbares.

[…]

J’en arrive à la spiritualité, que l’on réduit généralement à la foi religieuse, mais je pense qu’elle englobe toutes les activités de l’esprit portant sur la méditation, la réflexion, la relation avec autrui, avec le monde, tout ce qui dépasse les purs intérêts immédiats, matériels, économiques ou autres. La spiritualité est un besoin de l’esprit, de l’âme, de réfléchir, de se mettre dans le monde, d’en comprendre le sens, d’en jouir des beautés ; elle se manifeste dans l’amour de la musique, de la poésie, mais à mon avis, elle n’a nul besoin de Dieu.

[…]

Mais je crois profondément au mystère, au mystère de l’univers. Pourquoi est-il né, d’où est-il sorti ? Je m’intéresse beaucoup aux sciences astrophysiques, qui nous disent que notre univers est né du vide. Mais comment un vide pourrait-il produire quelque chose qui n’est pas vide ? En somme, je pense que, quels que soient les problèmes que l’on aborde — l’univers, la vie, l’être humain, le destin, l’aventure humaine, le futur — nous somme toujours placés devant un mystère. Il n’a rien à voir avec l’énigme qui, comme dans les romans policiers, peut être résolue après une enquête expérimentale et rationnelle. Le mystère, ce sont les limites de l’esprit humain devant une réalité qui lui est inconnaissable parce que sa logique ne peut pas l’appréhender, ce sont les limites de la logique de l’esprit humain. Peut-être les mystiques ont-ils le sentiment du mystère quand ils sont dans l’ineffable, ils ont alors l’impression d’être en état de communion avec une réalité supérieure, qu’elle soit incarnée ou non. Peut-être existe-t-il en effet des formes de méditation mystique, notamment bouddhistes, qui appréhendent un autre versant du mystère ? Peut-être que la poésie et la musique nous rapprochent du noyau de certains mystères ? Je suis persuadé que, par ce moyen, par ce biais, il nous est possible d’aller plus avant dans le sentiment du mystère. Pour ce qui me concerne, je vis avec le sentiment permanent du mystère. Je me souviens de ce que disait Jankélévitch : le mystère n’est pas dans l’origine des choses mais dans le fait que les choses sont ce qu’elles sont.

L’urgence et l’essentiel, Edgar Morin

Je ne suis pas sûr de savoir où je vais dans ces recherches, creuser un mystère qui ne semble pas résoluble procure l’enthousiasme d’un chemin sans fin que l’on peut suivre par étapes. En en apprenant un peu plus à chaque tronçon, sur ce monde, les autres et finalement soi. La clé est peut-être ici d’ailleurs : la quête d’un soi que l’on espère hors d’atteinte.

En attendant de faire le chemin inverse pour trouver l’apaisement final :

Pour les plus croyants, beaucoup de questions sont déjà tranchées (« de toute façon, on change juste d’étage ») mais d’autres, moins fervents, trouvent malgré tout dans la religion une source d’apaisement. Il faut bien le dire, c’est plus facile quand on croit. « Je suis particulièrement croyante depuis quelque temps, en vieillissant, assume Paule Giron. C’est déjà pas marrant de mourir, si en plus on n’est pas croyant, se dire qu’on va se retrouver dans un trou, c’est vraiment pas facile. Je ne sais pas s’il y a tellement de vieux qui sont capables d’affronter cette brutalité : "T’as fait ta vie, allez hop, on te débarrasse avec une pelle, au revoir et merci." être athée, ça va tant qu’on est bien. » « Je pense que ça aide, parce que ça donne un sens », abonde Nancy de La Perrière. Pourtant, elle, catholique « de naissance », croit « parfois plus difficilement ». « J’accepte moins les choses qu’avant, je réfléchis plus. » Mais ne pas croire en Dieu n’oblige pas à ne croire en rien : « Je pense que l’existence a un sens, mais je ne le vois pas, c’est de l’ordre de la croyance. »

Les vieux dans les yeux (cache)

June 20, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Brûlures de pluie

Smartphones and the mobile world have deeply affected the UI landscape for every platform. People want sleek and intuitive interfaces that evoke creativity, like what they’ve come to expect from Apple products, and to some extent Android. They don’t necessarily evaluate your application by its use of native widgets, in fact they now want things to look like what the web provides with CSS and HTML5.


Un indicateur de fraîcheur sur un billet de blog. 24 days since this post was last revised. All content should be accurate.


Je ne sais pas s'il y a beaucoup de gens comme moi, mais YouTube est mon spotify. Je joue une playlist dans une fenêtre sans regarder les images/vidéos.


brûlure de pluie.


A dystopia is an imagined, horrific place where people’s humanity is replaced by fear. That’s what I thought my story depicted — a place where my characters were stripped of their humanity and security, a place that was not yet real. I had hoped it would sound a warning about what our country could become if no one stood up to Mr. Trump. I am sickened to admit that — in its essential details — my dystopian tale has come true.


“I always knew I didn’t want kids, for environmental reasons,” she says.


June 20, 2018 12:25 AM

June 19, 2018

David Larlet

☕︎ Journalists or entertainers

Yes, this might — almost certainly will — hurt TV ratings. It might reduce page views. So there’s a decision to make. Are you journalists or entertainers?

I fear I also already know the answer to that question. But I retain eternal hope that journalism will recover its collective spine eventually.

Dear Journalists: Stop being loudspeakers for liars (cache)

I know the answer too. And I don’t have any hope left on that topic.

June 19, 2018 11:00 AM

★ Meritocracy crisis

Résumé en français

Au sujet des inégalités engendrées par la méritocratie. Voir aussi les billets d’Aurélien à ce sujet : 1 (cache) et 2 (cache).

Yes, of course, we’re fucked. (Though it’s important to specify the “we” in this formulation, because the global poor, the disenfranchised, the young, and the yet-to-be-born are certifiably far more fucked than such affluent, white, middle-aged Americans as Vollmann and myself.) But here’s the thing: with climate change as with so much else, all fuckedness is relative. Climate catastrophe is not a binary win or lose, solution or no-solution, fucked or not-fucked situation. Just how fucked we/they will be—that is, what kind of civilization, or any sort of social justice, will be possible in the coming centuries or decades—depends on many things, including all sorts of historic, built-in systemic injustices we know all too well, and any number of contingencies we can’t foresee. But most of all it depends on what we do right now, in our lifetimes. And by that I mean: what we do politically, not only on climate but across the board, because large-scale political action—the kind that moves whole countries and economies in ways commensurate with the scale and urgency of the situation—has always been the only thing that matters here. (I really don’t care about your personal carbon footprint. I mean, please do try to lower it, because that’s a good thing to do, but fussing and guilt-tripping over one’s individual contribution to climate change is neither an intellectually nor a morally serious response to a global systemic crisis. That this still needs to be said in 2018 is, to say the least, somewhat disappointing.)

Carbon Ironies (cache)

I really think the current situation (climate change, potential collapse and so on) has something to do with meritocracy. Not in the sense that they deserve it but because of the way we structure societal inequalities based on that pattern. What started as a satire:

When Michael Young, a British sociologist, coined the term meritocracy in 1958, it was in a dystopian satire. At the time, the world he imagined, in which intelligence fully determined who thrived and who languished, was understood to be predatory, pathological, far-fetched. Today, however, we’ve almost finished installing such a system, and we have embraced the idea of a meritocracy with few reservations, even treating it as virtuous. That can’t be right. Smart people should feel entitled to make the most of their gift. But they should not be permitted to reshape society so as to instate giftedness as a universal yardstick of human worth.

The Disadvantages of Being Stupid (cache)

Soon replaced the previous aristocracy with exactly the same patterns:

A narrative is emerging. It is that the new meritocratic aristocracy has come to look like every other aristocracy. The members of the educated class use their intellectual, financial and social advantages to pass down privilege to their children, creating a hereditary elite that is ever more insulated from the rest of society. We need to build a meritocracy that is true to its values, truly open to all.

The Strange Failure of the Educated Elite (cache)

Trying to fix a profoundly anchored cultural way of thinking and acting with yet another manifesto (cache) restricted to tech and open source is being blind to what is happening at a larger scale. Associated privileges have consequences in areas far more widespread within the society. All is linked and coupled.

And I don’t have any clue on how to fix that complex and systemic issue (knowing that I am part of it). I feel it is deeply related to power and our representation of the world, our relation to nature and our need to dominate others to exist.

The temptation to create a community apart of that society is getting higher and higher as time flies by. Restarting from scratch trying to avoid known pitfalls. Failing, iterating, growing slowly and consciously.

Related

June 19, 2018 11:00 AM

June 18, 2018

David Larlet

☕︎ The Amish and cars

The Amish use us as an experiment. They watch what happens when we adopt new technology, and then decide whether that’s something they want to adopt themselves. I asked one Amish person why they didn’t use automobiles. He simply smiled and turned to me and said, “Look what they did to your society.” And I asked what do you mean? “Well, do you know your neighbor? Do you know the names of your neighbors?” And, at the time, I had to admit to the fact that I didn’t.

[…]

At the beginning of the age of the automobile, nobody said, All right: 30,000 people a year are going to die. Is that a decision we want to make? What did happen is a very intense discussion about whether a car should be allowed on the road and who should be at fault when a car drives over a four-year-old in the street.

In the 1930s, we ended up as a society deciding that four-year-olds should be the one to blame. We began to train people even before they began to speak about how to cross the street and how to avoid it in the street. We redesigned our world to be safe for automobiles and dangerous for children.

The Amish understand a life-changing truth about technology the rest of us don’t (cache)

Interesting article which resonates with my writings 10 days ago and my current reevaluation of technologies. Communities or individuals depicted as weirdos might be part of a future we try to hide to ourselves.

A more resilient future?

June 18, 2018 11:00 AM

June 17, 2018

David Larlet

☕︎ Agile and ethics

He also postulates that programmers today need to have a better grasp of the advanced math that underlies system theory and algorithms. Indeed, today’s popular Agile approach to software development may exacerbate jumping into code. The Agile methodology advocates building something in a short sprint, getting it to a user base to hammer on it and get feedback, fleshing it out, and iterating that until you have a finished product the users accept. Market pressures also sometimes contribute to companies building new features into systems that millions of people might use and become dependent on, but without adequate testing or understanding the full impact of that functionality on the rest of infrastructure they ride on.

If we’re going to be so dependent on software, we’ll need to make sure we understand what it’s doing.

Software is Increasingly Complex. That Can Be Dangerous. (cache)

It’s interesting how agile rituals are about daily feedback, team building, you name it but none of them are dedicated to take a step back and think together about what we are achieving. Not in terms of users’ needs or velocity or stakeholders or personal gripes but related to how we feel about the product and its political implications.

Are we really heading toward the world we want with that piece of code?

June 17, 2018 11:00 AM

June 16, 2018

David Larlet

☕︎ Human value(s)

The greatest threat that humanity faces from artificial intelligence is not killer robots, but rather, our lack of willingness to analyze, name, and live to the values we want society to have today. Reductionism denies not only the specific values that individuals hold, but erodes humanity’s ability to identify and build upon them in aggregate for our collective future.

Our primary challenge today is determining what a human is worth. If we continue to prioritize shareholder-maximized growth, we need to acknowledge the reality that there is no business imperative to keep humans in jobs once their skills and attributes can be replaced by machines – and like Turner, once people can’t work and consume, they’re of no value to society at all.

Genuine prosperity means prioritizing people and planet at the same level as financial profit. […] So, before algorithms make all our decisions – while we remain – the question we have to ask ourselves is:

How will machines know what we value if we don’t know ourselves?

While We Remain (cache)

Maybe one thing to consider today is more “How will developers know what we value if we don’t know ourselves?” Because as Oliver Reichenstein once wrote:

Let’s imagine that it will be scientifically and morally obvious that machines make better political decisions than humans. Who runs those machines that sit in parliament? Who monitors them? And aren’t we ultimately subjecting ourselves to those who build, manage, run and own the machines rather than the machines themselves? Who decides that machines make better decisions? The people that voted the machines into power? The smarter machines? The market? The Lobbyists? A group of programmers on Slack? The machines autonomously? Whom would you like to take such decisions?

As crazy as this may sound, all of this is not Science Fiction. It is happening right now. Machines already filter, sort and choose the information we base our decisions upon. They count our votes. They sort the tasks we spend our time on, they choose the people we talk to and meet. More and more key aspects of our lives are decided by information technology. And things go wrong. Machines are made by humans. As long as we make mistakes, our machines make mistakes.

Who serves whom? (cache)

This is here. This is shaping our current thoughts. This is literally manipulating us for a whole decade now. And we still are so passive about that. Not as developers but as humans.

Where are the whistleblowers from GAFAM+?

Or maybe we don’t even need them anymore (cache).

June 16, 2018 11:00 AM

June 15, 2018

David Larlet

☕︎ Luddites

That which makes the Luddites so strange, so radical, and so dangerous is not that they wanted everyone to go back to living in caves (they didn’t want that), but that they thought that those who would be impacted by a new technology deserved a voice in how it was being deployed.

Of course, we know that today the Luddites are not viewed particularly kindly. And the “why” of this brings us back to an earlier point: when we talk about the Luddites, we aren’t talking about the real Luddites, we’re talking about ourselves. Or, as Theodor Roszack once put it: “if the Luddites had never existed, their critics would have to invent them.”

[…]

What an honest consideration of the Luddites allows is for us to see ourselves as active forces within the technological world. We can choose what to use. We can choose what not to use. We can choose how we use things. We can unite with other people to push for certain things, to push against other things. We can reclaim our ability to recognize that technology is not a neutral force in our lives or in our society. In the midst of recent years that have shown the sorts of racist and misogynistic biases that are often endemic in the tech world, we would be well advised to accept some Luddite skepticism about the values embodied in new technologies.

[…]

The Luddites were not “anti-technology.” They were skilled craft workers who believed that the new machinery being deployed by factory owners would impoverish, disempower, and immiserate them.

Why the Luddites Matter (cache)

Where are contemporary Luddites? What do we have to break to raise a concern from public opinion? Privacy scandals do not look to be effective. Which alternatives?

Oh, and proposing an alternative is NOT looking for a cave (cache).

June 15, 2018 11:00 AM

June 14, 2018

David Larlet

☕︎ For intérieur

Comment faire pour renforcer notre capacité à endurer les chocs et à s’en remettre ? Voici quelques propositions de la psychologue Carolyn Baker qui anime depuis quelques années dans sa ville de Boulder (Colorado, États-Unis), des ateliers de transition en vue de l’effondrement qui s’annonce : tenir un journal intime pour cultiver un dialogue avec son être intérieur ; lire, écrire et apprendre de la poésie pour stimuler son cerveau droit (c’est un langage réparateur pour embrasser des émotions perturbantes après des chocs violents) ; pratiquer la méditation pour créer des liens conscients avec son être intérieur ; créer de la beauté, antidote au manque de sens et à la noirceur d’une époque ou d’une société ; retrouver le sens du sacré car il tient un rôle fondamental et vital dans la capacité de se retrouver après une épreuve radicale ; se reconnecter aux autres et à la nature.

Petit traité de résilience locale (PDF, 429Ko)

Tout un programme. Et puis même si ça ne s’effondre pas, c’est déjà bien proche de ma feuille de route :-).

June 14, 2018 11:00 AM

June 13, 2018

David Larlet

☕︎ Effondrement et récit(s)

La thèse n’est pas récente. Déjà le père Claude-Pierre Lagrange, fondateur de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, au début du XXe siècle, avançait qu’une large part des récits bibliques étaient fondés sur des événements ensuite interprétés, mais dans un dessein pédagogique et analogique, transmis via des « fiches » facilement mémorisables pour un public analphabète. Ce n’est pas tant la véracité d’une preuve historique qui fonde la foi, bien au contraire, c’est le lien que le croyant établit entre une histoire, voire une légende, et le sens qui lui est donné de comprendre à partir de cette légende.

L’urgence et l’essentiel, Claude-Henry du Bord

Interview très apaisée de la part de Cyril Dion, notamment au sujet de l’importance du récit pour une prise de conscience globale. Pour ma part, j’accorde plus d’importance aux transmissions et aux réflexions qui suivent le récit « initial ».

Je mets des guillemets car le récit donne l’idée d’une création là où tout n’est qu’adaptation itérative et j’ai de plus en plus de mal avec cette culture artistique de l’ascendance. Il y aurait beaucoup à dire ici sur l’égo, le droit d’auteur et la société patriarcale.

Le récit a aussi une dimension de mise en spectacle d’une situation que l’on est pourtant bien en train de vivre. Comment réduire la distance pour transformer ces histoires en implications ?

June 13, 2018 11:00 AM

June 12, 2018

David Larlet

☕︎ Simulation inverse

À terme et dans la pratique, une des solutions d’amélioration du modèle proposé par mon tuteur, Serge Fenet, est d’exécuter une simulation inverse depuis un état voulu dans le futur pour trouver des comportements à adopter dès aujourd’hui, ce qui se déroulerait en deux temps :

  1. La simulation inverse à partir de l’état cherché, qui donnerait une multitude de points de départ en fonction des incertitudes
  2. La simulation normale à partir de tous les points de départ trouvés précédemment. On trouverait ainsi le rayon d’action qu’on aurait, et dans quelle mesure on pourrait aboutir à un avenir souhaitable.

Du Vensim au Python (cache)

Le modèle World3 permet de simuler ce qu’il adviendra du monde au cours des prochaines années. Le souci, c’est que le résultat reste pertinent après plusieurs décennies et… qu’il rend compte d’un effondrement prochain (en gros au cours de deux prochaines décennies).

L’approche tentée de voir ce que l’on pourrait modifier aujourd’hui pour arriver à un avenir souhaitable permettrait peut-être d’influer politiquement sur chacun de nous et d’agir en connaissance de cause.

Un peu d’optimisme ne fait pas de mal.

June 12, 2018 11:00 AM

★ Start-up nation

Summary in English

Please stop messing around with start-up nation and Startups d’État names. These concepts are really different.

Et pour cela, un seul modèle tout prêt à l’emprunt, celui des plates-formes et des start-ups. On aurait pu penser que « l’état plate-forme » serait devenu le slogan de Macron et de toute l’administration, sous l’influence de l’élite économique et des réseaux de consultants qui gravitent autour de lui. J’avais signalé comment l’ouvrage de Colin et Verdier sur « l’âge de la multitude » vantait de façon quasi obscène la performance des plates-formes, à l’époque (2012) où Uber émergeait avec la philosophie de barbare qu’on connait (et dont les auteurs se réjouissaient puisque cela allait enfin bousculer toutes les rentes) et où les GAFA devenaient les maitres du monde, les nouveaux suzerains auprès desquels tous les gouvernements faisaient figure de vassaux.

Le dogme de la "startup nation" à l’attaque du service public (cache)

Avertissement : je participe aux Startups d’État depuis 3 ans où j’ai contribué à 3 produits différents. Les propos qui suivent sont le fruit d’une réflexion personnelle.

Il y a beaucoup de choses qui se mélangent dans cet article, à commencer par start-up nation et Startups d’État (cache) qui sont deux concepts que je considère être aux antipodes mais qui ne cessent d’être associés dans mon entourage. Je vais tenter de clarifier en répondant point par point :

Recette 1: table rase

Ressources étonnantes qui ne figurent pas dans les méthodes innovantes proposées : une histoire, une mémoire, une généalogie, une trace de tout ce qui a été tenté et de tout ce qu’on peut apprendre, des réussites comme des échecs. Voilà un des syndromes de l’idéologie startupiste […] : l’inculture historique

Le programme Entrepreneur.e d’Intérêt Général c’est justement de recruter quelqu’un de l’extérieur pour être en binôme avec un agent qui a la connaissance de l’irritant, qui a déjà tenté des choses et qui est une mémoire vivante de la problématique.

Il s’agit aussi d’une acculturation à double sens qui est nécessaire pour établir un lien d’empathie avec les personnes affectées au quotidien par le problème. L’attitude que j’observe n’est pas de nature conquérante mais bien au contraire compréhensive et bienveillante. Il ne s’agit pas de disrupter mais d’accompagner.

Recette 2: créativité oui! controverse non!

Car on peut développer une interface géniale et très « user friendly » d’une application et avoir des retours très satisfaits de ces clients futurs ou réels alors même que l’application crée un désastre économique […], écologique […] ou moral […]. Où se trouve la boite à outils des controverses, des débats publics, du bien commun qui exige débat, contradiction et souci, souci constant des développeurs eux-mêmes à propos de la finalité de leur travail. Car oui, même les geeks et startupers sont responsables et se rendent compte qu’on leur fait parfois produire des dispositifs d’asservissement. […] La disparition du politique, voici le second syndrome du dogme startupiste.

La pensée politique se décline à plusieurs échelles :

  • à titre personnel, je pense que l’on a tous nos propres tiraillements et pour ma part je ne les cache pas et je me rassure comme je peux ;
  • à titre d’équipe, il faut considérer ces startups comme des espaces de collaboration et de réflexion sur un sujet donné, les échanges sont nombreux et loin d’être restreints à la technique ;
  • à titre de communauté, les startups ne sont pas isolées entre elles et communiquent de manière transverse pour échanger leurs pratiques mais aussi leurs craintes et leurs doutes ;
  • à titre de mouvement, il y a des initiatives dans tous les pays et les questionnements sont proches.

Ces différents niveau de réflexion me semblent être suffisants pour que la controverse existe. Sans compter que les personnes externes (dont je fais partie) sont aussi là en tant que citoyens plus ou moins engagés.

Recette 3: passage à l’acte

Ils verraient alors à quel point les cultures politiques ont disparu pour faire place à un impératif quasi fusionnel autour des promesses de la technologie et surtout au passage à l’acte, celui du producteur de code. Il s’agit bien d’un passage à l’acte au sens psychanalytique, qui suspend toute élaboration du désir pour lui substituer la réactivité de la pulsion, dont on ne peut produire aucune réflexivité et qui ne supporte pas l’idée même d’un débat, d’un colloque, soit-il singulier. […] C’est dire à quel point le sens politique du débat, pourtant vital pour la démocratie, a été perdu au profit d’un modèle du confessionnal. On peut donc continuer à passer à l’acte à condition de s’excuser, ce qui revient à ajouter un nouveau terme au slogan du monde numérique « rough consensus, running code… and apologies » !

Je vois une certaine naïveté dans cette pensée qu’il n’y a pas un humain derrière ce producteur de code qui est lui-même un citoyen (potentiellement usager de son propre outil au passage). Il ne faut pas croire également que les startups sont développées complètement hors-sol, au contraire, il s’agit de s’intégrer dans un écosystème existant et de coopérer avec les différents groupes afin de se coordonner et d’aller dans la même direction. Celle qui semble correspondre aux besoins des citoyens.

Recette 4: court-termisme (quick wins en français)

Une dernière dimension me parait totalement absente des discours sur l’adaptation des services publics, celle de la vision. Elle est en quelque sorte le contre point de la mémoire et de la table rase. On pourrait en effet rester indulgent devant le mépris de la mémoire (et donc du passé) si la vision du futur était assez puissante et convaincante.

Ici, je dois avouer que je reste pour l’instant sur ma faim. La vision se dessine au fur et à mesure de l’avancée du projet mais il manque parfois un cap clair dans ce qui est produit et pour quelles finalités. Les externalités sont toujours nombreuses et c’est là où les choix politiques ont leur importance pour orienter et donner de la valeur à l’une plutôt qu’à l’autre.

En revanche, là où la proposition du futur me semble enthousiasmante c’est de montrer qu’une petite équipe est en capacité de réduire un petit irritant. Et que cela puisse donner de l’espoir et de l’envie à d’autres, façon colibris.

Recette 5: metoo (l’autre!) et tyrannie du retard

Or, l’impératif de vision à long terme et de « devenir avec » (les usagers, les talents et les envies des agents) est au cœur du service public et si l’on considère qu’il est absent, ce n’est certainement pas en installant une dénégation de la responsabilité à long terme et de vision, attribuée aux start-ups, que l’on va remédier à la situation. Au bout du compte, c’est avant tout la pression de l’innovation technologique qui semble être le seul moteur d’innovation.

Plus j’acquiers de l’expérience et plus je me rends compte que l’innovation au cœur des Startups d’État n’est pas tant dans la technologie que dans le fait de montrer que des interactions entre ministères sont possibles, que la donnée gagne à être partagée avec tous, que les agents peuvent produire un bien commun plus qu’un bien politique (au sens de Politikè et non de Politeia). Plus que des produits innovants, ce sont les produits inspirants qui m’animent.

Un design organisationnel pluriel et coopératif est possible

Les agents des services publics connaissent les points de blocage et se focaliseront plus facilement sur cette créativité organisationnelle parce qu’ils sont à l’intérieur des services et savent qu’on ne peut pas repartir de zéro. Comment leur redonne-t-on confiance dans leur propre esprit d’initiative, alors qu’on a passé des années à les décourager pour des raisons de procédure, pour des rivalités de clocher ou pour des réductions de moyens systématiques ? Que peuvent-nous dire les pratiques des start-ups pour changer cela ? Quasiment rien, car leur objet, leur situation, leurs cultures, leurs contraintes ne sont pas du tout de cet ordre.

J’espère avoir montré qu’il y a peut-être une alternative. Pour l’anecdote, je ne suis peut-être pas un statupers pur souche mais j’ai quand même évolué dans quelques-unes et mon contact avec le service public me permet aujourd’hui justement d’appréhender cette culture différente et ces contraintes associées. Les divergences culturelles ne peuvent être forcées de manière unilatérale, cela passe forcément par un échange et une compréhension de l’autre, fut-il agent, citoyen ou ministre. Sans ce contact, je n’aurais probablement pas exploré les communs, les algorithmes ou l’importance de la maintenance et de la simplicité requise pour y accéder.

C’est ce qui me motive aujourd’hui : être au contact d’autres cultures afin d’être toujours en capacité de pouvoir changer. De la nécessité d’une certaine entropie pour pouvoir continuer à évoluer. Ne plus être acteur du changement mais porter en soi le changement.

Et que ce changement ait fortuitement des répercussions positives…

June 12, 2018 11:00 AM

June 11, 2018

David Larlet

☕︎ Communauté intentionnelle

L’écovillage est une communauté intentionnelle qui souhaite une manière de vivre plus humaine, axée sur le développement durable. La définition de Robert et Diane Gilman, largement utilisée par les écovillages, est la suivante : « Établissement autonome, à échelle humaine, où les activités s’intègrent harmonieusement au milieu naturel de telle sorte qu’elles contribuent à un développement sain de l’être tout en étant suffisamment inoffensives pour être poursuivies indéfiniment. »

Vivre autrement, Diana Leafe Christian

Encore une piste de réflexion, une autre échelle, un autre engagement. Cela mériterait une visite.

Toutes ces échelles vont bien finir par me mener quelque part :-).

June 11, 2018 11:00 AM

Karl Dubost

Typhon 5

Shinjuku, Tokyo, Japon, 11 juin 2018 Shinjuku, Tokyo, Japon, 11 juin 2018

11:50. Le temps se déplie en strates. Vingt minutes est tout ce dont nous avions besoin pour définir cinq gorgées de café. Le typhon, numéro 5, découpe l'espace en trombes irrégulières. Vingt minutes et cinq gorgées de café.


Shinjuku, Tokyo, Japon, 11 juin 2018 Shinjuku, Tokyo, Japon, 11 juin 2018

12:06. Les immeubles de Shinjuku estompés, le ciel est un papier buvard. Je retire la capuche, car la peau appelle l'eau. Oui, là, à ce moment, la sérénité existe dans le mouvement du monde.


Entre Nippori et Narita, Japon, 11 juin 2018 Entre Nippori et Narita, Japon, 11 juin 2018

13:36. La terre gorgée. L'eau dans les rizières. Les vapeurs de riz m'enveloppent. Le désir d'une boule de riz dans la main.


Narita, Japon, 11 juin 2018 Narita, Japon, 11 juin 2018

15:22. Attendre. Et regarder la ronde des envolées.


June 11, 2018 07:06 AM

June 10, 2018

David Larlet

☕︎ Municipalisme libertaire

Après son année anglaise, Amir renouvelle l’expérience du contact des communautés anarchistes et des hackers, à l’échelle européenne cette fois. Partout, il dresse un même constat : celui de la dépolitisation. « Aujourd’hui, l’utilisation de la technologie ne répond à aucune vision. La technologie est vraiment un grand pouvoir, et on devrait l’utiliser pour changer la société et la politique. Mais ceux qui savent utiliser cette technologie se retrouvent dans des hacker spaces et se consacrent à leurs projets individuels. Ils se servent de la technologie comme d’un jouet. » Amir prend un ton blasé et peste : « C’est vraiment très immature comme attitude. Les hackers devraient utiliser leurs compétences pour avoir une action sur la société. À la place, on a l’impression qu’être hacker est une déclaration à la mode, comme pour dire “Regarde, je suis hacker, je suis tellement cool”. »

Même à Exarchia, quartier d’Athènes réputé pour abriter les derniers bastions d’anarchistes européens, la désillusion est au rendez-vous : « Là-bas, ils s’habillent comme des anarchistes, ils parlent parfois comme des anarchistes, mais ils n’ont aucune conscience politique. » De l’avis d’Amir, hackers et anarchistes souffrent du même mal : un manque d’implication réel dans le champ politique. Et cela serait la conséquence d’un « monde incroyablement complexe. En Occident, beaucoup de hackers n’essaient pas d’améliorer la situation pour mieux appréhender le monde parce qu’ils ont purement et simplement arrêté de croire en quoi que ce soit. Ils n’ont aucune idée à défendre, ils sont juste perdus, enfermés dans leur bulle de confort ».

Amir Taaki, l’anarchiste pro-Kurde qui veut repolitiser les hackers (cache)

Suite à cet article je lis la bio de Abdullah Öcalan qui m’amène à explorer le confédéralisme démocratique et par extension le municipalisme libertaire :

Les assemblées municipales dans un système municipaliste libertaire sont ouvertes à tous. Les citoyens sont informés à l’avance et débattent des sujets lors des assemblées. Les décisions se prennent à la majorité.

Pour les questions touchant une sphère plus large que la communauté (pouvant correspondre autant à la commune, à la municipalité qu’au quartier), elles sont discutées dans des assemblées locales ou régionales, et à un échelon supérieur encore pour les questions plus globales encore. Les personnes assistant à ces assemblées sont des délégués mandatés par les assemblées municipales. Ils doivent rendre des comptes ensuite auprès de leur communauté et leurs décisions peuvent être révoquées. Le pouvoir ne quitte ainsi pas les mains des citoyens, du niveau local.

Le municipalisme libertaire tend à créer une situation dans laquelle les deux pouvoirs, à savoir la confédération de communes libres et l’État-nation ne puissent plus coexister. La structure du municipalisme devient alors la nouvelle structure de la société.

Lorsque je parle de démocratie(s) et d’échelle(s), ce sont ces alternatives auxquelles je pense, un local qui montre que l’on n’a pas besoin du global de par sa simple existence. La difficulté est double : résister au pouvoir global d’un côté qui veut garder sa légitimité, s’accomplir au niveau personnel de l’autre en surmontant les peurs liées à sa « petite » condition.

Écartelé entre les deux, le vivre ensemble.

June 10, 2018 11:00 AM

June 09, 2018

David Larlet

☕︎ Diversity problem

Every time I read or hear that “we have a diversity problem” or “our team is not diverse,” I feel that I am being pushed back in the closet.

Cultural diversity is an asset. […]

Sexual diversity is an asset. […]

Neurodiversity is an asset. […]

Why do I still get to hear that “we have a diversity problem”?

Neurodiversity (cache)

Tough question, there will always be a (hidden) minority which will be affected by the lack of care from others. Group relations are complex, maybe the key is to be lucid about that and do our best as individuals. Even knowing that it will not be enough.

How to be harmless and still be?

June 09, 2018 11:00 AM

June 08, 2018

Karl Dubost

Fabrique du monde

Carte de la province de Sagami, Hikoichiro Tsuruminé Carte de la province de Sagami, Hikoichiro Tsuruminé

Code solidifié. The dataset contains 3TB of repositories from GitHub ready to download. This includes all of the contents (git metadata and file contents) for all of the repositories on GitHub with 50 or more stars.


I dunno. We need to be able to candidly and thoughtfully talk about technology without people assuming you’re calling that technology and the people who create/use it garbage. We have to be mindful of the community we’re fostering, and encourage people to freely discuss all this stuff without getting dog piled on.


Sans le livre Le livre ne m'intéresse pas et ne m'a jamais intéressé : si je travaille sur sa matérialité et sa fabrication sociale, c'est uniquement pour comprendre - je le réalise aujourd'hui - par quels processus nous en venons à indexer sous son appellation des formes inconnues, hétérogènes, qui échappent a priori à son empire.


MamaChari By 2008 electric assist bikes were introduced to the market, and again they targeted women with children as the primary users. Today MamaChari bikes are stable, secure and ubiquitous in Japan, yet they have yet to enter other global markets.


June 08, 2018 09:32 PM

David Larlet

☕︎ Frontière du danger

Quand nous voyageons dans une direction, par moyen terrestre, à partir de quel moment, nous estimons que le voyage comporte un danger, que la route que nous avons choisie peut créer l’opportunité de mauvaises rencontres. Quelle est cette frontière personnelle du danger ?

Vers où ? (cache)

C’est super cliché mais j’ai failli me faire renverser littéralement au coin de la rue il y a quelques jours en allant chercher du pain. Et mine de rien ça remet pas mal en perspective cette frontière. Le danger comme rappel de ce qui vaut la peine d’être vécu.

La voiture est un cas intéressant car il est pour moi assez emblématique d’une technique non maîtrisée et pourtant déployée à grande échelle avec un taux de mortalité qui devrait nous pousser à prendre un certain recul, que l’on se refuse par commodité. On est encore dans le déni de sa dangerosité et le solutionnisme technologique à base de voiture autonomes. Toute ressemblance avec un phénomène de plus grande ampleur serait forcément fortuit…

June 08, 2018 11:00 AM

June 07, 2018

David Larlet

☕︎ Ready to go

No matter what framework or method your management thinks they are applying, learn to work this way:

  • Produce running, tested, working, integrated software every two weeks, every week. Build your skills until you can create a new fully operational version every day, twice a day, multiple times a day.
  • Keep the design of that software clean. As it grows, the design will tend to become complex and crufty. Resist and reverse this tendency consciously, refactoring in tiny continuous steps, all the time, so that your rate of progress is as steady and consistent as possible.
  • Use the current increment of software as the foundation for all your conversations with your product leadership and management. Speak in terms of what’s ready to go, and in terms of what they’d like you to do next.

This is the development team’s best hope for a reasonable life. By keeping the software always ready to go, we can hit any deadline with the best possible result. “Is today the deadline? Here’s what we’ve got, it’s ready to ship.”

Developers Should Abandon Agile (cache)

That is why I made it a quite strong engagement on my professional identity: “pre-production from day 3” is key to be able to iterate with a person not familiar with code or running a shell command. From my experience, displaying a new version of a web page in a matter of second(s) makes the difference to quickly validate feedback and align misunderstood positions.

June 07, 2018 11:00 AM

June 06, 2018

David Larlet

☕︎ Moment historique

Je vous ai déjà parlé de mes tiraillements à participer au renforcement de l’éxecutif. Aujourd’hui a eu lieu un échange de code entre l’exécutif et le contre-exécutif. Open-source as usual vous me direz, et pourtant j’ai bien envie de le romancer autrement et de voir derrière ce code commun la genèse d’un bien commun qui pourra être utile aux citoyens.

Se retrouver entre le marteau et l’enclume pince assez fort ma schizophrénie mais ma curiosité me pousse à voir ce qui pourra sortir de la forge.

June 06, 2018 11:00 AM

June 05, 2018

David Larlet

☕︎ Livre et consommation

Mais en fait, on n’a même plus besoin de bruler les livres, il suffisait d’en faire des objets de consommation. En passant du brasier au compost, on a évacué toute charge émotionnelle de la destruction de l’œuvre.

[…]

Pendant longtemps, le livre a été comme une ancre jetée dans l’éternité. À présent, ce n’est plus rien qu’un consommable comme un autre.

Civilisation de la poubelle (cache)

J’habite à côté d’une bibliothèque depuis un an. Et mine de rien ça a eu deux impacts assez majeurs : moins d’accumulation de livres à la maison ce qui est une vaine résolution que j’entreprends à chaque déménagement mais surtout une hausse assez phénoménale de mes lectures papier, à commencer par les bandes dessinées.

Et aussi le bonheur de pouvoir faire découvrir à un enfant des univers entiers de lecture, anciens et récents (bon pas si anciens quand même, oh !) tout en s’autorisant à moindre coût de participer au désherbage local : les livres jeunesse sont à 0.5 $CAN sur une étagère à l’entrée, je n’ai aucune idée de ce qu’ils deviennent ensuite.

Je ne sais pas si cette proximité nous a encouragé ou pas à avoir une attitude de consommateurs vis-à-vis de la culture. Par contre je sais ce que j’aurais envie de préserver lors d’un hypothétique effondrement.

June 05, 2018 11:00 AM