Planète Web Sémantique

December 04, 2021

Karl Dubost

les transitions

Tombes sous les arbres. Cimetière de Somei, Japon, 18 octobre 2021

il se servit une tasse de thé, retourna s'installer sur le canapé, et son regard, un instant resté dans le vague, se posa sur le livre.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Pourquoi remarquons-nous la première nuit un peu froide ?

La plante umbellata depuis deux semaines commencent à perdre ses feuilles. Je ne sais jamais si je l'arrose trop ou pas assez. Elle aime être dehors. Chaque début de printemps quand je la sors, elle explose de bonheur. Et puis pendant l'hiver elle s'abandonne à la chute. Elle se repose peut-être.

Heureusement, il y a le cimetière de Somei, le matin sur le chemin de l'école. La crispation tombe. Les ombres, la chaleur, les mousses et lychens, un creuset pour les rêveries après les nuits froides. Les apnées s'oublient.

Il est temps de fermer le clou, encore une dernière page.

sur le bord du chemin

  • Air conditionné 1, machine à laver 0
    Là-bas s’étalent des dizaines de réfrigérateurs, machines à laver, télévisions et condensateurs d’air conditionné qui ont été récupérés, réparés et nettoyés, et qui attendent désormais une nouvelle maison.

December 04, 2021 11:00 PM

le retard

Bonbons multicouleurs et canard au milieu de fleurs colorées. Sugamo, Japon, 17 octobre 2021

J'aime bien l'odeur de cuisson des gâteaux dans la maison.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Le retard dans l'écriture est une respiration. La lecture est lente. La relecture est paresseuse. La mise en page est oubliée. Et les jours passent lentement entre deux respirations.

La rue de Sugamo est tout aussi lente et froide aujourd'hui. J'ai envie de manger un taiyaki. Il est chaud en bouche. Mon corps cocon se détend. Je suis sur le boulevard de Verdun à Rouen quand la foire se faisait encore là bas dans la continuité de la place du Boulingrin. Je mange des chouquettes. Les lumières colorées des ménages sur les lèvres froides.

Homme préparant des tai-yaki et un tai-yaki en gros plan. Sugamo, Japon, 17 octobre 2021

sur le bord du chemin

December 04, 2021 01:29 PM

November 27, 2021

David Larlet

Haïku

Première neige
Derniers vols de bernaches
Journée père-fils


Réagir ?

November 27, 2021 11:00 AM

November 26, 2021

David Larlet

Incompétence

The magic of programming is largely just things you don’t know yet. Once you learn those things, it stops being magic in the sense of “I have no idea how it did that or why it works“ and starts being magic in the sense of “I can make the computer do exactly what I ask it to do!”. The point is to become the wizard, not the bedazzled member of the audience.

This does not happen overnight, and we need to have the confidence to accept that our profession has depth, even as we celebrate the ease with which someone can get started (and welcome them onto the journey of becoming a wizard)!

It also doesn’t happen across all the domains of programming. You can’t become an expert at everything, and it’s fine to accept your boundaries. But it’s not fine to think you shouldn’t be on some paths towards mastery, if you intend to make programming your career.

Programmers should stop celebrating incompetence (cache)

C’est marrant, j’ai de plus en plus envie de célébrer cette incompétence justement. Pas pour s’y complaire mais pour rendre cet espace plus accueillant. C’était un peu l’objectif de ma démarche avec le billet d’hier. Il est possible d’assumer d’être incompétent·e sur certains points et tout de même arriver à faire des choses chouettes dans le web. Cette toile de connaissance est justement là pour externaliser une partie de sa mémoire et de ses expériences. Lernen durch Lehren généralisé !

Pour chaque magicien auto-proclamé, il y a de potentielles nouvelles recrues qui sont démotivées par l’ampleur d’une tâche qui est devenue un mythe. Celui créé par une élite qui en profite allègrement.

J’aimerais participer à son piétinement.


Lu depuis :

But knowing how to research, how to look things up? Knowing how to parse good information from junk, and make effective decisions based on what you’ve learned? That’s a critical skill for modern developers.

That’s not “copy-pasta.” That’s being good at your job.

Big surprise! That guy who made a third of his company quit has no idea what he’s talking about. (cache)


Réagir ?

November 26, 2021 11:00 AM

November 25, 2021

David Larlet

Git

Rant time: You’ve heard it before, git is powerful, but what good is that power when everything is so damn hard to do? Interactive rebasing requires you to edit a goddamn TODO file in your editor? Are you kidding me? To stage part of a file you need to use a command line program to step through each hunk and if a hunk can’t be split down any further but contains code you don’t want to stage, you have to edit an arcane patch file by hand? Are you KIDDING me?! Sometimes you get asked to stash your changes when switching branches only to realise that after you switch and unstash that there weren’t even any conflicts and it would have been fine to just checkout the branch directly? YOU HAVE GOT TO BE KIDDING ME!

LazyGit

Je profite de la découverte de cet outil pour une confidence qui n’en est pas vraiment une : j’utilise un client graphique pour tout ce qui a trait à git (et je n’en ai pas honte).

J’ai longtemps utilisé mercurial à la main car je trouvais les commandes relativement intuitives mais en passant à git il y a une dizaine d’années, je me suis retrouvé la moitié du temps à aller chercher des commandes sur StackOverflow, puis à faire des alias car c’était impossible à retenir, puis à perdre du code, etc. Au final, quitte à lancer des commandes que je comprends à peine (il parait que c’est moins cryptique aujourd’hui) autant utiliser celles qui ont été éprouvées par d’autres.

Tower sait faire tout ce dont j’ai besoin à mon niveau. Et vu le temps que ça me fait gagner à répétition, c’est largement rentable. Peut-être même de plusieurs ordres de grandeur… considérant que je contribue quotidiennement à une dizaine de dépôts.

Ce témoignage pour peut-être déculpabiliser des personnes qui pensent qu’il faut être un·e virtuose de la ligne de commande et de ses outils pour pouvoir développer. C’est un plus indéniable dans certaines situations d’être en capacité de descendre aussi bas niveau et d’avoir quelques notions de ce qu’il se passe mais il est tout à fait possible d’emprunter (et de créer !) d’autres voies.


Réagir ?

November 25, 2021 11:00 AM

November 24, 2021

David Larlet

Souveraineté

  1. Recevoir une notification sur Google Mail.
  2. Qui redirige vers un build cassé dans Microsoft Github.
  3. Car il y a un bug dans ce composant Facebook React.
  4. Ouvrir son éditeur Microsoft VSCode.
  5. Faire une recherche sur Google Search.
  6. Trouver une solution sur Google web.dev.
  7. Tester le rendu dans Google Chrome.
  8. Tester le responsive sur Apple Safari mobile.
  9. Pousser le code sur Microsoft Github.
  10. Faire tourner les tests sur Amazon Web Services.
  11. Déployer la pré-production sur Amazon Web Services.
  12. Tester avec son Apple iPhone.
  13. Se féliciter que la production tourne chez OVH 🇫🇷.
  14. Acheter des Google Adwords pour faire connaître le service.
  15. Faire de la publicité ciblée sur Facebook (Instagram).
  16. Enregistrer les retours utilisateur·ices dans une Google Sheet.
  17. Les contacter en utilisant Amazon Simple Email Service
  18. Leur proposer des interviews sur Google Hangouts.
  19. Se demander s’il y a des améliorations à faire pour prendre en compte la nouvelle barre d’URL basse dans Apple Safari mobile.
  20. Etc etc.

La liste est une (auto-)critique caricaturale mais pas tant que ça et elle pourrait facilement s’allonger. Il y a un moment où l’hypocrisie de ce processus vis-à-vis de la production de nos capta et tracka me pèse plus que d’autres. À quelle souveraineté peut-on prétendre lorsque toute notre chaîne de production est pieds et doigts liée aux GAFAM ?

Je salue chaque initiative qui essaye de s’en extraire et de montrer que d’autres voies sont possibles :

Comme le montre cette liste, Etalab s’est tôt engagé dans le fait de recourir à des logiciels libres : c’est d’abord cet engagement qui a décidé le pôle logiciels libres à utiliser SourceHut pour publier une partie de ses codes sources. C’est aussi pour montrer qu’il existe d’autres forges que celles envisagées par défaut ou par habitude, et ainsi encourager chaque administration à bien motiver ses choix d’hébergement de code.

Pourquoi le pôle logiciels libres d’Etalab utilise SourceHut (cache)


Réagir ?

November 24, 2021 11:00 AM

November 23, 2021

David Larlet

Horaires

Autrement dit et pour résumer ces transformations, on peut parfaitement envisager dès maintenant une réduction massive du temps de travail. Ce n’est pas du tout « utopique » ou imaginaire de réclamer deux heures de travail par jour, du moins dans les secteurs susceptibles de l’automatisation-informatisation. D’ailleurs, compte tenu du fait que l’usure nerveuse est beaucoup plus grave et moins réparable que la fatigue musculaire, il est devenu indispensable dans ces métiers d’abréger les séquences de travail continu et de réduire déjà sérieusement la durée de la journée de travail. Mais ceci pourrait aller beaucoup plus loin. Or, il semble que ni dans le monde capitaliste ni dans le monde socialiste on ne soit décider à entrer dans cette voie. Il y a comme un blocage qui s’est effectué, et l’on choisit délibérément de ne pas appliquer les moyens techniques que l’on a à sa disposition pour maintenir l’ancienne structure à dominante industrielle. On introduit seulement de façon incoordonnée, à dose homéopathique, tel ou tel procédé. On automatise ici une chaîne de montage. On met en place une banque de données. On introduit un ordinateur etc. Mais il y a en réalité répugnance à changer le système.

Ceci provient d’un certain nombre de difficultés qu’il ne faut pas méconnaître : une inadaptation idéologique évidente. Il y a une répugnance à abandonner « l’idéologie du travail », une angoisse à l’idée de tellement de temps « libre ». On ne sait pas ce que deviendrait la vie humaine si elle n’était pas remplie par le travail. On soupçonne que cela supposerait un changement radical, total de société, de ses orientations, de ses objectifs, de ses structures, mais on n’est pas mûr pour tenter une pareille expérience.

Pour qui, pour quoi travaillons-nous ?, Jacques Ellul, Foi & Vie, n°4, juillet 1980

Facturation à la journée, à l’heure, parfois sur des créneaux un peu hybrides. Pas facile de trouver la granularité qui soit la plus pertinente en ce moment. À la fois pour mon énergie, et pour les produits, et pour les équipes.

À cela vient s’intégrer, de manière transverse, la pénibilité de la tâche en elle-même. Comment facturer au temps lorsque cette durée n’est pas fatigante de manière équivalente d’une heure sur l’autre ? Quid de l’implication émotionnelle ? De ce bug que l’on amène courir avec soi ? De ce commentaire qui va longtemps rester en travers ?

Je ne sais pas si la solution est la semaine (cache) de 4 jours (cache) ou celle de 168 heures, il y a du vrai dans chacune de ces approches et des ressentis différents vis-à-vis du travail. De ces activités ayant créées des professions (cache) très lucratives et dont je bénéficie si facilement.

Je payerais cher pour savoir ce que penserait Jacques Ellul d’une telle situation.


Lu depuis :

Mais il faudrait déjà que l’on se parle
Malgré les bouchons d’oreille les machines qui martèlent nos silences à la pause pourquoi se dire et quoi se dire d’ailleurs
Que l’on en chie
Que l’on peine à trouver le sommeil le week-end
Mais que l’on fait
Comme si
Tout allait bien
On a un boulot
Même si de merde
Même si l’on ne se repose pas
On gagne des sous
Et l’usine nous bouffera
Et nous bouffe déjà

À la ligne, Joseph Ponthus

De quoi remettre en perspective mes questionnements de privilégié.


Réagir ?

November 23, 2021 11:00 AM

November 22, 2021

David Larlet

Jour 2

Le vrai journal est écrit dans la mer et dans le ciel, on ne peut pas le photographier pour le donner aux autres. Il est né peu à peu de tout ce qui nous entoure depuis des mois, les bruits de l’eau sur la carène, les bruits du vent qui glisse sur les voiles, les silences pleins de choses secrètes entre mon bateau et moi, comme lorsque j’écoutais parler la forêt quand j’étais gosse.

La longue route, Bernard Moitessier

Je me suis réveillé 5 fois dans la nuit. Ce n’était pas pour vérifier le pilote automatique du voilier mais pour remettre une bûche dans le poêle. À chaque milieu ses contraintes… et son manque de sommeil. Cela m’a permis de dormir en t-shirt, la prochaine fois je m’abstiendrai de porter un duvet pour ce refuge dont le poêle est surdimensionné… mais qu’il faut tout de même alimenter en continu pour éviter qu’il ne s’éteigne !

J’attends que la pleige (sorte de neige très liquide) s’arrête pour quitter le refuge. Je démarre sous le soleil et la grêle. #Canada

Un chemin, sous la neige. Pas de meilleure motivation que le soleil pour arriver en haut d’une crête !

J’ai prévu de faire une longue crête et je me rappelle aussi qu’il me restait à explorer un lac en contrebas, de l’autre côté, où j’espère trouver un emplacement pour de nouvelles aventures. Mes efforts sont récompensés car il y a effectivement de quoi mettre une tente et/ou un hamac. Il y a même une sorte de cuvette aménagée pour pouvoir faire trempette sur le petit cours d’eau à côté. Limite du glamping. Je suis joie.

Lac braque, gelé avec son barrage de castor au premier plan. Pour le moment, il faut creuser si on veut pouvoir se baigner.

Je remonte sur la crête et avec le vent ça commence à crouter sévère. Le soleil se voile et la température chute, je dois absolument redescendre de l’autre côté avant que ça devienne ingérable. Je prends un raccourci. Le ruisseau aussi et j’ai rapidement les pieds trempés. Heureusement qu’il ne fait que -5°C mais ce n’est pas le moment de se faire mal. Je rejoins une piste de ski de fond qui me permet d’augmenter la cadence et de me réchauffer.

Point de vue depuis la crête. J’espère dormir un jour sur cet à plat en contrebas. #YouDidNotSleepThere

J’arrive à un abri où j’envisageais initialement de passer la nuit. Je me fais une soupe miso pour me réchauffer de l’intérieur, il faudrait que je change au moins de chaussettes. Je suis rejoins par deux personnes qui vont y dormir cette nuit, ce seront mes seules rencontres ce jour. Elles ont l’air contentes d’être là, moi aussi.

Assis sur la chaise du poste de pilotage intérieur, je regarde l’eau phosphorescente à travers les hublots de la coupole qui protège des déferlantes et m’en rapproche. Je suis presque arrivé au tournant de ma route. Je sais, depuis l’océan Indien, que je ne veux plus rentrer là-bas.

[…]

Et jusqu’au Horn, ne pas regarder autre chose que mon bateau, petite planète rouge et blanc faite d’espace, d’air pur, d’étoiles, de nuages et de liberté dans son sens le plus profond, le plus naturel. Et oublier totalement la Terre, ses villes impitoyables, ses foules sans regard et sa soif d’un rythme d’existence dénué de sens. Là-bas… si un marchant pouvait éteindre les étoiles pour que ses panneaux publicitaires se voient mieux dans la nuit, peut-être le ferait-il ! Oublier tout ça.

Ne vivre qu’avec la mer et mon bateau, pour la mer et pour mon bateau.

Ibid.


Réagir ?

November 22, 2021 11:00 AM

November 21, 2021

David Larlet

Jour 1

Je commence à comprendre que c’est moi qu’il faudrait aussi protéger de cette caméra.

Au début, je croyais qu’il suffisait d’appuyer sur le déclencheur après avoir réglé l’objectif. Ce n’est pas du tout ça. Il faut y mettre quelque chose d’autre, dans cette caméra. Elle essaye maintenant de me bouffer les tripes.

La longue route, Bernard Moitessier

Cette sortie a été plusieurs fois décalée, aussi j’essaye d’assurer le coup en me tenant éloigné des chasseurs. Je retourne dans un refuge que je connais bien en passant par de nouveaux chemins. Et je laisse la caméra à la maison.

Dès les premiers mètres, je sais déjà que je n’ai pas les chaussures appropriées : ça glisse et c’est très humide, j’ai des chaussures basses, plutôt lisses et pas super étanche. J’ai déjà été dans cette situation, il faut croire qu’il est difficile d’apprendre de ses erreurs. Je persévère et je suis récompensé, passés les premiers kilomètres plus populaires je me retrouve dans une trace fraîche qui est beaucoup plus praticable.

Ce n’est pas la première fois que je remarque que l’hiver ce sont les infrastructures et les activités humaines qui rendent la forêt plus dangereuse (glissades, décrochages, infrastructures, machines, etc).

Le lac corbeau, gelé. Je suis surpris que les lacs soient déjà gelés, ça va encore être galère de trouver de l’eau liquide…

Je fais un long périple en acceptant le côté glissant de mon pas, me revoilà sur Arrakice avec sa démarche bien particulière pour ne pas attirer l’hiver… (rires). À force de trop glisser en descente, j’ai la malléole qui tape un tronc et ça pique pas mal, sans compter les adducteurs qui commencent à souffrir. Je ne suis pas mécontent d’arriver au refuge après une quinzaine de kilomètres.

Le lac corbeau, vu de haut. C’est bien la peine d’avoir pris une bonne suée !

Je n’ai croisé personne mais j’ai eu beaucoup de notifications qui sont venues étirer mes pensées. Je me mets en mode avion et je monte à bord du Joshua. J’ai l’impression de partager une partie de cette (longue) route avec la neige qui fouette les vitres telle des embruns et des préoccupations autour de la récupération de l’eau potable.

Pourtant, c’est une carte bien lourde à porter, ce besoin de rassurer la famille et les amis, de leur donner des nouvelles, des images, de la vie, de leur transmettre ce quelque chose d’infiniment précieux, cette petite plante invisible qui s’appelle l’espoir. La raison me crie de jouer seul, seul, sans m’encombrer des autres. […]

Mais une autre voix insiste depuis plusieurs jours : « Tu es seul, pourtant tu n’es pas seul, les autres ont besoin de toi et tu as besoin d’eux. Sans eux, tu n’arriverais nulle part et rien ne serait vrai. »

Ibid.


J’ai beaucoup de gratitude pour Isabelle Attard qui cite cet ouvrage dans son livre et qui m’a motivé pour l’emprunter à la bibliothèque ainsi que pour Thomas qui m’a indirectement incité à amener de la lecture en forêt.

Il y a des poids qui allègent.


Réagir ?

November 21, 2021 11:00 AM

November 20, 2021

David Larlet

Hypertélie

Il est assez courant qu’une innovation consiste à réutiliser un objet technique plus ancien, en particulier quand les générations récentes d’une lignée technique ont évolué vers ce que Simondon appelle « l’hypertélie », c’est-à-dire quand le fonctionnement de l’objet a été suradapté à une fonction précise et à un milieu donné. Ses performances sont inégalables dans cette configuration, mais il ne peut plus être employé pour remplir d’autres fonctions qu’il assurait auparavant et il se dérègle ou tombe en panne dès que le milieu varie. Il a perdu en « généricité ». Alors, il faut revenir à la génération précédente avant d’envisager un progrès majeur, c’est-à-dire une réorganisation globale de l’objet qui le rende plus synergique.

Penser l’innovation sur Arrakis, Vincent Bontems dans Dune : exploration scientifique et culturelle d’une planète-univers

J’ai maintenant un mot/concept/caractère pour décrire ce qu’il s’est passé dans le Web ces cinq dernières années. J’ai l’impression que c’est en train de se réorganiser pour créer des synergies entre les différentes parties.

C’est marrant de le retrouver dans un livre sur Dune qui cite Simondon dans Du mode d’existence des objets techniques.

En fait, les traits hypertéliques ou exubérants résultent de l’action de la sélection sexuelle et du conflit sexuel entre les partenaires.

Caractère hypertélique

Oh non, rien.


Réagir ?

November 20, 2021 11:00 AM

November 19, 2021

David Larlet

Capteurs

La qualité de l’air dans les écoles est une préoccupation du réseau scolaire depuis de nombreuses années, et ce, bien avant la pandémie de COVID-19. Récemment, le ministère de l’Éducation (MEQ) a fait l’acquisition de 90 000 lecteurs de dioxyde de carbone (CO2). Ces outils permettront aux directions d’établissement de prendre des actions pour assurer le maintien d’une bonne qualité de l’air dans les classes de leur école.

Les lecteurs de CO2 seront installés par le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) dans toutes les classes.

Installation des lecteurs de CO2 (cache)

La bonne nouvelle de la journée.

On pourra toujours discuter des seuils plus tard, pour l’instant : installons et mesurons.


Réagir ?

November 19, 2021 11:00 AM

November 18, 2021

David Larlet

Oligarchie

Selon vous, les énergies fossiles ont notamment permis l’émergence de la classe moyenne. La fin de l’énergie abondante la condamne-t-elle ?

A terme, ça la remet en question de façon évidente. Avec l’énergie, on a vu l’émergence du confort matériel chez tous, du pouvoir d’achat pour tous. Et la modification du type d’activité avec le développement du secteur tertiaire. Est-ce que la décrue énergétique va permettre de conserver ce genre de travail, de services ? A terme, pas dans les mêmes volumes. La société va devoir se structurer différemment.

Une interview dans Le Un en novembre 2021 (cache)

Tout l’enjeu climatique est là. Les personnes en capacité d’enrayer cette débauche d’énergies sont les mêmes qui vont constituer cette future oligarchie de riches à l’abri des conditions qu’elles auront créées.

À partir de ce postulat, il faut :

  • soit essayer de faire partie de ces 5 % en fermant les yeux sur le reste de la population (c’est ce que font les 25 % actuels sans prendre conscience qu’il n’y aura pas autant de places à la fin) ;
  • soit redonner le contrôle à davantage de personnes pour influer sur le sort de l’humanité (ça fait pompeux mais on en est malheureusement là…) ;
  • soit accepter de terminer sa vie dans les 15 prochaines années (et après moi le déluge #OhWait).

J’aimerais tant être surpris.

Sauf à avoir un visionnaire à la tête de l’Etat. Mais ça, ça demande une période de crise. Et nous n’y sommes pas encore suffisamment enfoncés.

Ibid.


Au passage, aller vivre dans un éco-hameau (ou ses déclinaisons) ça s’assimile de plus en plus pour moi à du survivalisme-doux-qui-fait-l’autruche sur une situation généralisée. C’est peut-être rassurant et nécessaire à la santé mentale de quelques privilégié·es mais ça ne permettra pas de tenir bien longtemps sans prise de conscience et d’action globale.


Découvert depuis : Mao-spontex.

Lu depuis :

Mais puisqu’on évoque une pragmatique de la réception, je crains juste que « écosocialisme » ait par trop les airs d’une catégorie interne à la grammaire capitaliste et ne sonne que comme la énième proposition de l’« infléchir ». On pourrait dire que c’est habile, que ça permet d’avancer masqué et de tromper son monde — je n’aurais rien contre ce genre d’habileté. On peut dire aussi, symétriquement, que ça prépare à toutes les neutralisations. Au total, j’en reviens à un argument assez rustique : « communisme » est ce qui se déduit dans l’ordre de l’affirmation positive d’une prémisse sans équivoque anticapitaliste.

[…]

Andreas Malm a fait litière de cet absurde « Anthropocène » dont le nom même n’est qu’un évi­te­ment : un de ces stra­ta­gèmes géla­ti­neux typiques de l’idéalisme mora­liste, qui fait tou­jours tout pour igno­rer les forces maté­rielles et les forces sociales, les hégé­mo­nies et les conflits, les rap­ports sociaux et les rap­ports de force, et qui fina­le­ment nous laisse quoi comme pos­si­bi­li­té ? Réformer l’Homme ? On sait déjà com­ment ça se finit : par le tri des déchets et l’apologie des « petits gestes » qui « per­met­tront de tout chan­ger ». Or voi­là : les petits gestes pour tout chan­ger sont pré­ci­sé­ment des béquilles pour tout recon­duire, donc pour ne rien chan­ger.

« La multitude mobilisée en masse est l’unique solution » (cache)


Réagir ?

November 18, 2021 11:00 AM

November 17, 2021

David Larlet

Apprentissages

Ça fait pas mal de temps que je trouve inspirant ce qu’a fait Simon Willison avec ses TIL. Une façon de partager des frictions techniques quotidiennes pour documenter — et potentiellement aider d’autres personnes.

Ce serait une bonne occasion d’essayer datasette aussi mais c’est peut-être un peu trop dynamique à mon goût. Idéalement, ce serait déposer des bouts de code sur sourcehut et les déployer automatiquement là-bas aussi, sur mon propre sous-domaine.

Je vais laisser cette idée mâturer un peu, ça pourrait faire l’objet d’un cru 2022.


Réagir ?

November 17, 2021 11:00 AM

November 15, 2021

David Larlet

SourceHut

This suite of open source tools is the software development platform you’ve been waiting for. We’ve taken the wisdom of the most successful open-source communities and turned it into a platform of efficient engineering tools.

Ce soir, je (re?)découvre SourceHut et je suis impressionné. C’est rapide et leurs petits outils satellites sont bien pensés. Ça semble être une alternative crédible à Microsoft Github Pages et Microsoft Gists pour les petits bouts de codes.

Pour ce qui est des dépôts en eux-mêmes, cela me demanderait de revoir mon workflow (cache) pour passer davantage par les courriels, ce qui est potentiellement une meilleure pratique (cache), davantage décentralisée. Je me demande à quel point ça devient moins accessible à la contribution cela dit, ce qui pourrait être le point le plus bloquant. Je vois bien qu’en ayant ma propre forge, cela réduit les contributions à néant… et je n’ai pas de moyen de comparer avec une présence de ces sources sur Microsoft Github.

Cerise sur le gâteau, niveau culture ça a l’air bien pensé aussi :

Think of SourceHut’s engineering culture as a dynamic, mutual collaboration between equals, who aim to support each other in achieving our shared ambitions in free software. We have essentially attempted to reproduce the FOSS community’s collaboration environment, and to some extent, governance model, in the context of a business.

Introduction to SourceHut culture (cache)


Réagir ?

November 15, 2021 11:00 AM

November 14, 2021

David Larlet

Captées

Plutôt que de data, il nous faudrait plutôt parler de capta :

  1. les data ne sont pas données comme l’espace et le temps, elles doivent être produites ;
  2. les data sont toujours construites d’une manière particulière, d’après une vision du monde ;
  3. pour être connues, les data doivent être captées ; il a y donc un choix entre le type d’information qui a été retenu et ce qui a été ignoré ;
  4. les data seraient donc beaucoup moins objectives qu’elles ne le paraissent à première vue.

Les données ne sont pas données (cache)

Distinction importante rapportée par Louis-Olivier Brassard. J’accorde beaucoup d’importance à cette distinction sémantique, surtout avec le double sens de « données » en français qui prête d’autant plus à confusion…

Peut-être faudrait-il même évoquer (cache) des tracka ? Auquel cas l’ambiguïté est davantage acceptable, souhaitable ? 😇


Réagir ?

November 14, 2021 11:00 AM

November 13, 2021

David Larlet

Frustration

When you look a bit more closely to what meditation is about, the main concept is to shut down any distraction (like smartphones, smart watches, and even counting mosquito bites) to put full focus on yourself. Once you’re in the focus, the goal is to find relief, self-confidence, health and happiness in the world. It’s a great and weird mixture of extreme selfishness and embracing a social, helpful society. Meditation is a great technique to calm down, to get into a more self-reflecting mode.

It’s time for a healthy tech approach (cache)

C’est la seconde fois consécutive que j’annule une sortie en forêt. La première fois car la pluie autour de 0°C ce n’est pas super enthousiasmant. La seconde car j’ai fini par récupérer le rhume de l’enfant la veille de partir.

Derrière cette frustration, il y a le manque de cette méditation dans l’action qui m’apporte tant durant ces journées en forêt. Cela signifie que la prochaine sortie sera forcément blanche… et fraîche.

Once we start building things for people, we not only make others happier and healthier, we will be happier as well. There’s nothing as long-lasting and uplifting as someone else who is grateful for what you have done for them. Our own happiness will make us calmer and more healthy.

Ibid.


Réagir ?

November 13, 2021 11:00 AM

November 12, 2021

David Larlet

Étiquettes

In hierarchical file systems, the path to a file tells us how to retrieve it, not what is inside the file. For example, “/home/john/diary.txt” tells the computer to start from the root, go into the directory named “home”, go into the subdirectory named “john”, and follow the link named “diary.txt” to access the file. It doesn’t necessarily tell us anything about what the file contains – for all we know, it could be an actual diary or a downloaded movie. To make matters worse, the meaning of the path is relative to which computer system we’re working on. The same path “/home/john/diary.txt” might exist on a distant server, but possess completely different file content.

Designing better file organization around tags, not hierarchies (cache)

Un long article un peu technique sur le passage d’un stockage hiérarchique à une structure complètement plate en passant par des tags.

Ceci m’intéresse à double titre. Ce qui m’interpelle cette fois-ci, c’est qu’une fois la hiérarchie établie par un·e précurseur·euse, les autres doivent suivre et se retrouvent avec moins de libertés. Une approche par étiquettes permet potentiellement de privilégier une structure permettant une évolution plus fluide.

Peut-être que la façon dont on nous a appris à ranger nos affaires numériques en dit plus que ce que l’on pense. Et je ne parle même pas des URLs. Comme une envie de revisiter des choses par ici.


[Lisant le titre d’un livre posé dans le salon : « Les lois naturelles de l’enfant »]
— Nous, on n’a pas de lois.

🤗


Réagir ?

November 12, 2021 11:00 AM

November 11, 2021

David Larlet

Écoute

Attention : notre écoute peut paraître paternaliste si nous insistons pour que des femmes parlent dans une réunion mixte, par exemple. Il importe donc de bien exposer les motifs de cette préoccupation, et il est sans doute préférable d’indiquer que les hommes parlent trop, plutôt que de souligner que les femmes ne parlent pas.

Petit guide de « disempowerment » pour hommes proféministes (cache)

Je suis de plus en plus attentif à la répartition de la parole dans un groupe mixte, considérant que ce temps d’attention est un facteur majeur de déséquilibre. Cette simple (dé)mesure est trop souvent édifiante.

Note : j’ai encore du travail à faire de mon côté.


Réagir ?

November 11, 2021 11:00 AM

November 10, 2021

David Larlet

Éducation

L’éducation, c’est surtout de la pacification des jeunes foules. […] Les futurs dominants se bardent de diplômes pour s’innocenter de l’exploitation qu’ils feront subir. S’ils se retrouvent au sommet, c’est parce qu’ils ont bataillé pour recevoir l’onction méritocratique. Mais déjà, pour une salle des profs lambda, l’idée que l’écoledelarépublique puisse trier socialement les enfants au lieu d’en faire des citoyens illuminés par la connaissance, c’est dur à avaler.

« Je veux plus aller à l’école » (cache)

Il y a des jours où je me demande pourquoi est-ce que je l’amène à l’école. Et puis il n’y en a pas d’autres.


Réagir ?

November 10, 2021 11:00 AM

November 09, 2021

David Larlet

Junior

Pour diminuer ces risques, les entreprises devraient accepter de renoncer à une part de rentabilité immédiate au profit d’une forme d’investissement durable reposant sur le recrutement de davantage de juniors. En comprenant que ces juniors sortant de formations courtes – qui sont, notamment, des femmes – auraient pu être ingénieurs ou ingénieures si ils ou elles n’avaient pas rencontré dès l’enfance toute une série de barrières socio-culturelles, l’industrie miserait sur son propre avenir.

« Le manoir de verre » : comment la tech traite-t-elle les femmes développeuses ou data scientists ? (cache)

Il y a des jours où je suis bien content de voir l’évolution de scopyleft sur ce plan là. Cette dernière année, nous sommes devenu·es paritaires en réduisant notre moyenne d’âge de 5 ans. Ce qui se joue en interne va bien au-delà de ces chiffres et je vais avoir besoin de davantage de recul pour en parler.

Jusqu’ici c’est très chouette :-).

We end up in a situation where the demand for senior developers far outweighs the capacity and willingness of the companies to train juniors. Up until recently it wasn’t that bad though, we were in kind of an stable situation - the number of developers needed was growing steadily, the attrition was stable, companies were offering some internships and entry-level positions, universities and bootcamps provided streams of candidates. It wasn’t very easy to get the first job in the industry, but with enough effort and determination it was possible even for someone who has just started programming.

And then came the pandemic.

Why nobody hires junior developers anymore (cache)

PS : niveau salaires par contre, c’est très inégal et ce sera l’opportunité d’un futur billet.


Réagir ?

November 09, 2021 11:00 AM

November 08, 2021

David Larlet

Écriture

La question est de savoir ce qui reste de la capacité de fiction quand toutes les histoires se publient sans friction et quand seules les frictions semblent capables de « faire histoire » dans le débat public.

[…]

La vitesse de ces enchaînements déterminés algorithmiquement dans le seul but de fabriquer des routines d’aliénation scopique, cette capacité à ne valoriser le court que tant qu’il concourt à fabriquer de l’artificiellement long en continu, ce refus total et programmatique du discontinu, cela interroge aujourd’hui notre capacité plus globale, plus politique, à nous confronter à des régimes narratifs nécessitant d’articuler le temps long comme autre chose que la simple agrégation de séquences courtes.

Je n’ai pas eu le temps de faire plus court. (cache)

De l’importance de l’élément perturbateur, de son récit, du rythme imposé par les plateformes, encore un billet bien touffu et nécessaire d’Olivier Ertzscheid.

L’injonction au court(-termisme).

There are 2 things I have come to believe about writing:

  1. The average person should write 5x more things than they do.
  2. The average written thing should be 5x shorter than it is.

Write 5x more but write 5x less (cache)


Réagir ?

November 08, 2021 11:00 AM

November 07, 2021

David Larlet

Attente

Le coucher de soleil est un des rares phénomènes que ça ne dérange personne d’attendre.

#cahiersdelecture2 : lieux métaphoriques et adoucissants (cache)

Je lis cette phrase ce soir… après ne pas avoir eu la patience d’attendre un coucher de soleil qui était pourtant magnifique. Ironie.


Réagir ?

November 07, 2021 11:00 AM

November 06, 2021

David Larlet

Client

The central cause of the failure was another anti-pattern, CEO as Customer. And it turns out that a company that can’t invest in the quality of its mainline product, won’t invest in the quality of its replacement, either. That’s a management anti-pattern, and starting over with new people and a blank piece of paper doesn’t change management. Only management can change management.

The Inner Osborne Effect (cache)

CEO comme client < Comité directeur comme client < Équipe de développement comme cliente < Équipe produit comme cliente < Interviewé·es comme client·es.

Étonnamment, entre le biais de sélection et la transformation des personnes recrutées, « Client comme client » est très difficile à atteindre.

À moins d’être son propre client.


Réagir ?

November 06, 2021 11:00 AM

November 05, 2021

David Larlet

Palimpseste

Manuscrit dont on a fait disparaître l’écriture pour y écrire un autre texte. — wiktionary

En ce moment, j’interroge ma façon de partager des informations dans un groupe. Et quels outils pourraient m’aider dans cette tâche extrêmement difficile.

Tentative du jour, l’adaptation d’une page nownownow (cache) pour une équipe. Un simple pad — ou tout autre moyen d’écrire simultanément — où chacun·e est libre d’échanger ses (pré)occupations du moment. La seule information qu’il me semble importante d’avoir en commun est peut-être la date de mise à jour de sa partie, de façon à avoir une idée de la pertinence dans le temps.

Peut-être un moyen pour les personnes moins à l’aise à l’oral (ou avec la synchronicité des échanges verbaux) de partager des émotions et des informations. Peut-être un moyen pour que le temps d’attention s’équilibre au sein d’un groupe, ce qui est très difficile avec la discussion seule.

Avec la légèreté de ne pas se préoccuper d’un historique (pour une fois !).

Une semaine plus tard : je suis le seul participant 😅.


Information is generally far less useful when it is only stored in one person’s head, as opposed to being accessible in a shared system that everyone trusts and can use. If you take important information out of your own head and store it in a medium that allows others to easily find and contextualise it, that’s a win for everyone.

No, We Won’t Have a Video Call for That! (cache)

Beaucoup de choses qui alimentent mes réflexions du moment. Une communication efficace et optimisée soit, mais avec quelle humanité ?


Réagir ?

November 05, 2021 11:00 AM

November 03, 2021

David Larlet

Composants

Web Components had so much potential to empower HTML to do more, and make web development more accessible to non-programmers and easier for programmers. Remember how exciting it was every time we got new shiny HTML elements that actually do stuff? Remember how exciting it was to be able to do sliders, color pickers, dialogs, disclosure widgets straight in the HTML, without having to include any widget libraries?

The promise of Web Components was that we’d get this convenience, but for a much wider range of HTML elements, developed much faster, as nobody needs to wait for the full spec + implementation process. We’d just include a script, and boom, we have more elements at our disposal!

The failed promise of Web Components (cache)

Le constat ne souffrait pas d’ambiguïté il y a un an. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Il y a Simon Willison qui commente un Web Component tenant dans un seul fichier (cache). Et Dave Rupert qui parle de leurs super-pouvoirs (cache). Tout le monde espère pouvoir les utiliser nativement (cache).

En attendant, il y a des petits frameworks comme Tonic ou Lego. Des plus conséquents comme Lit.

Tout espoir n’est pas perdu. Juste une décennie.


Réagir ?

November 03, 2021 11:00 AM

November 02, 2021

David Larlet

Réflexion

This website is essentially a repository of my memories, lessons I’ve learnt, insights I’ve discovered, a changelog of my previous selves. Most people build a map of things they have learnt, I am building a map of how I have come to be, in case I may get lost again. Maybe someone else interested in a similar lonely path will feel less alone with my documented footprints. Maybe that someone else would be me in the future.

this website as a learning and reflection tool (cache)

Je pourrais citer tellement de parties de cet article que ça en est troublant. Quelqu’un, quelque part se pose aussi plein de questions et les partage. C’est chouette.

Je retiens, entre autres, que je pourrais soigner la façon dont on peut faire des requêtes dans ces données. J’aime bien le fait que l’on puisse récupérer les sources (cache !) et faire une recherche full-text mais c’est pas super accessible. Et quand même limité en terme de navigation(s). Si je suis mon premier explorateur, de quelle manière est-ce que j’aimerais (re)découvrir mon ancien moi ? On a rarement l’occasion d’être aussi mégalo :-).

Merci Eli.


Réagir ?

November 02, 2021 11:00 AM

November 01, 2021

David Larlet

Inaccessible

  1. Je souhaite insister ici sur le fait que vivre dans une société inaccessible contribue très largement à ce sentiment. Bien plus que la maladie, c’est l’inaccessibilité qui réduit le champ des possibles pour les malades chroniques et personnes handicapées. Une vie que l’on peut juger diminuée ou rétrécie n’a pas moins de valeur que les autres.

Rechute chronique (cache)

Parfois, une note suffit pour écouter le monde différemment.


Réagir ?

November 01, 2021 11:00 AM

October 30, 2021

David Larlet

Cobayes

Une pensée pour les personnes qui ont fait partie des essais cliniques pour vérifier que les vaccins — qui ont à ce jour été injectés 7 milliards de fois — avaient une balance bénéfice/risque très positive.

On n’en parle pas, on ne fait pas d’articles, on ne les applaudit même pas, et pourtant. Ces personnes sont celles qui ont pris de gros risques pour que le reste de la population en prenne moins. Soyons honnêtes, probablement pas par choix, et cela n’enlève rien au rôle qu’elles ont pu jouer dans cette histoire.

Elles ne peuvent pas en parler, elles ne peuvent même pas évoquer leurs séquelles potentielles, elles font partie des héroïnes oubliées de cette pandémie.

Merci.

Si l’histoire est un sanglant « abattoir », le sang qui le recouvre n’est pas seulement celui des victimes innocentes de la civilisation, mais aussi celui des hommes et des femmes qui nous ont laissé un héritage de liberté. L’héritage de liberté et l’héritage de domination se sont souvent tragiquement entremêlés. Pour pouvoir se sauver des effets homogénéisants de la société de marché, il est nécessaire que le souvenir pâlissant qu’a l’humanité des luttes héroïques pour atteindre la liberté soit sauvé de la pollution de cette société — une pollution qui a déjà dépassé de nombreuses bornes dans nos cultures contemporaines.

L’écologie sociale, Murray Bookchin


Réagir ?

October 30, 2021 11:00 AM

October 29, 2021

David Larlet

Vélocité

It’s true that the gains from picking the right problem can be greater than the gains from having better tactical execution because the gains from picking the right problem can be unbounded, but it’s also much easier to improve tactical execution and doing so also helps with picking the right problem because having faster execution lets you experiment more quickly, which helps you find the right problem.

Some reasons to work on productivity and velocity (cache)

Une réflexion récente de Sarah sur la vitesse (dans un contexte de développement) m’a interpellé car je suis de moins en moins convaincu que ce soit un facteur de réussite important pour un produit. Et c’est là où il va falloir définir « réussite ». C’est un peu un accident lorsque ça marche :

  • un public qui a un besoin ;
  • un produit qui est connu de ce public ;
  • une équipe qui se fait confiance ;
  • un budget/revenu qui permet d’arriver à un produit fonctionnel ;
  • une connaissance autour de la problématique qui est capitalisée ;
  • etc.

La vitesse d’avancement de l’équipe technique dans tout ça est rarement le goulot d’étranglement. (En ayant conscience du biais de ne pas vouloir faire partie de ce goulot, qui m’invisibilise peut-être des situations passées…).

Si ça se trouve, introduire un peu de lenteur permet de mieux évaluer la pertinence de ce que l’on expérimente parfois, de prendre du recul, de trouver des solutions moins techniques, de diluer la pression, d’avoir davantage d’interactions avec les utilisateur·ices. Si ça se trouve.

The acceleration of our collective pace of life is not a result of stupidity or irrationality; rather, it is a symptom of what is perfectly predicted by the prisoner’s dilemma at a global scale: Hyper-rational individuals making hyper-rational decisions on how to spend their time by launching into an inescapable arms race of productivity. Burnout is inevitable.

We’re Optimizing Ourselves to Death (cache)


Réagir ?

October 29, 2021 11:00 AM

October 28, 2021

David Larlet

Lâcheté

On s’était fait, à l’usure, à l’idée monstrueuse que le Covid-19 était une maladie juste pour les vieux et les faibles. On se fait à l’idée, non moins monstrueuse, que ce ne sera bientôt plus qu’une maladie de pays pauvres. Vae victis. Le « lâche soulagement » dont parlait Édouard Daladier après les accords de Munich… On est sauvés et tant pis pour le reste du monde. Préparez Noël. Consommez. Oubliez.

On sous-estime ce qui s’est passé (cache)

Il va falloir oublier de la même façon que l’on doit fermer les yeux sur tellement de choses au quotidien. Pour conserver un semblant de santé mentale décente. Pour accepter de vivre au dépens de tant d’autres. Pour masquer cela aux suivant·es.


Les élèves sont invités à se déguiser et nous voulons vous sensibiliser sur ce qui est accepté ou non à l’école.

Il est inacceptable de porter un costume faisant la promotion ou la démonstration de violence. Ainsi, nous vous demandons d’éviter les éléments suivants :

  • Sang et marques de violence ;
  • Outils tels que couteaux, haches et armes en tous genres ;
  • Costumes thématiques d’émissions ou de films violents.

Extrait d’un courriel de l’école.

Quelle forme de violence souhaite-t-on cacher aux enfants ? Quelles discussions ces représentations pourraient provoquer ? Avec quel(s) arbitre(s) ?!


Si l’argent n’existait plus on serait tellement libres.

Tes réflexions sont parfois tellement troublantes fils, tu n’as pas idée d’à quel point ça m’inspire et alimente un espoir vacillant.


C’est peut-être simplement dans le « sourire [des enfants] qui [n]ous font éclater la poitrine » que nous retrouvons cette force d’affronter l’incertitude de la vie et le courage d’être.

Rupture(s), Claire Marin


Réagir ?

October 28, 2021 11:00 AM

October 26, 2021

David Larlet

Complicité

Stéphane m’indique qu’il préfère être complice plutôt qu’allié·e car ce n’est pas une guerre avec deux fronts bien définis. Je n’avais jamais songé à ce terme dans ce champ lexical là.

Je me demande s’il ne faudrait pas explorer d’autres angles, en se reconnaissant et s’affirmant comme étant complexe par exemple. C’est davantage auto-centré mais (espoir++) en acceptant sa propre complexité, on ne peut qu’accepter — et encourager — celle des autres. Et ensuite prendre conscience que deux êtres complexes vont avoir des difficultés à communiquer, à se comprendre, à s’entendre, à faire un bout de chemin ensemble. Alors à plusieurs !

De la complexité du vocabulaire… il reste un ironème à trouver.


2 kinds of people. (Maybe more.)


Réagir ?

October 26, 2021 11:00 AM

October 25, 2021

David Larlet

Transformatrice

je suis insatisfait par le système de justice tel que je le connais parce qu’il ne prend pas bien en compte les victimes, ne répond pas vraiment à leurs besoins, ou alors par accident

Une autre justice - description du problème (cache)

David nous parle de ses explorations autour de la justice, réparatrice puis transformatrice à travers des interprétations de situations malheureusement bien réelles. Le travail d’essayer de décortiquer les attentes des victimes et le soin qu’il y aurait à leur apporter est fascinant. Ou déprimant. Bon en tout cas ça me fait bien cogiter.

Merci.


Réagir ?

October 25, 2021 11:00 AM

October 24, 2021

David Larlet

Représentation

Je trouve les possibilités offertes par cet outil vraiment esthétiques. L’image finale est intéressante mais savoir qu’elle est le résultat d’une multitude de réajustement fondée sur le volontariat et le partage lui donne une autre dimension. Je l’imagine en poster avec la signature de milliers d’auteur·ices.

Par exemple pour Montréal, on distingue très bien l’île, flottant au milieu du St Laurent :

Les routes sur l’île de Montréal Où l’on remarque aussi que l’île ne comporte pas seulement la commune de Montréal (d’où les espaces blancs).

Cela donne une idée du poids des routes (répertoriées dans OpenStreetMap) pour une agglomération donnée. On peut aussi y voir l’histoire des différentes remodélisations de la ville (coucou Barcelone). Il y a plein de choses à (se) représenter grâce à un outil qui n’est techniquement pas si complexe.

Attention : pour certaines villes le chargement peut être extrêmement volumineux.


Réagir ?

October 24, 2021 11:00 AM

October 22, 2021

David Larlet

Astronaute

Tous les ans, Juliette fait son pèlerinage en vélo dans le quartier de son enfance. Mais cette année, devant l’ancien appartement familial, une affiche: À vendre - Visite libre. En ouvrant, les portes de son décor de jeunesse, les souvenirs remontent. Les amis, les petits bonheurs, mais surtout l’arrivée bouleversante de son frère Tom : le petit astronaute.

Le petit astronaute, Jean-Paul Eid

Cette bande dessinée m’a bien remué. À l’intersection de beaucoup trop de choses qui me font déborder… qui plus est dans un contexte montréalais.


Réagir ?

October 22, 2021 11:00 AM

October 21, 2021

David Larlet

Perspectives

Je me rends compte en suivant des parcours de randonnées en France que je n’ai jamais de telles perspectives dans la forêt québécoise. Il y a souvent des points de vues aménagés aux sommets ou sur une crête mais sinon je vois très rarement à plus d’une centaine de mètres — exception faite des trouées sur des lacs.

Cette navigation sans visibilité est assez particulière. Cela forme un cocon introspectif qui invite à se poser cette question : à quoi bon aller plus loin ? Si la forêt boréale est la même sur ces quinze prochains kilomètres, où s’arrêter ?

Lorsqu’on perd la notion de sommet ou de col, on n’aspire plus aux mêmes objectifs. Je me fie souvent à mon oreille : lorsque je n’entends plus d’activité humaine, c’est que je suis suffisamment loin et que je peux m’arrêter au prochain point d’eau.

Effort, densité, aspirations, il y aurait bien sûr une métaphore culturelle à filer de tout ça mais je me retiens.


Au passage, je réalise que j’ai gravi l’Aiguille de la Grande Sassière (cache) à 8 ou 9 ans. C’est beaucoup plus facile niveau acclimatation en habitant à Tignes mais tout de même, le dernier mur était bien raide ! Souvenirs…


Mise à jour : j’ai retrouvé une photo que j’avais prise au sommet, ça confirme 9 ans (août 91 !).


Réagir ?

October 21, 2021 11:00 AM

October 20, 2021

Karl Dubost

rouille

Nom de magasin rouillé sur tôle. Takinogawa, Japon, 20 octobre 2021

la pensée offrait une si belle proximité.
— Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson, urn:isbn:978-2-07-014637-6

Souvent, je me dis que j'aimerais vivre sous l'ombre d'une rouille.

sur le bord du chemin

October 20, 2021 02:59 PM

David Larlet

RSSexploration

Oh boy, ce titre…

Suite à des échanges avec Eliness, je me demande si l’invitation à découvrir d’anciens contenus via le flux pourrait se faire manuellement. Après tout, cela pourrait être un choix éditorial que celui de proposer de vieux articles… qui pourraient avoir un lien plus ou moins ténu avec la publication récente.

Sans essayer de l’automatiser ou de le rendre aléatoire, qu’est-ce qui serait im·pertinent de faire à cet endroit là ? Et si ces liens pointaient vers l’extérieur ? Et si ces liens étaient choisis par les lecteur·ices ? Et si.


Réagir ?

October 20, 2021 11:00 AM

October 19, 2021

Karl Dubost

graines de mémoire.

Magasin de graines et photo d'une femme agée mais souriante. Sugamo, Japon, 17 octobre 2021

Il y a toujours une lacune dans l'accident.
Il n'y a pas d'accident dans l'expression.
— Paul Eluard, René Char, urn:isbn:2-07-031918

Dans ce magasin de fèves de la rue Sugamo, les boites s'alignent tout le long du magasin. Des blancs, des verts, des oranges, des rouges, des noirs, des petits, des gros, des longs, des tous ronds, les graines se déclinent dans cette grotte sans voleur. Je veux plonger mes mains dans les baquets pour sentir la douceur des haricots entre mes doigts.

L'homme se souvient de sa mère. La propriétaire précédente est en photo à l'entrée, souriante.

sur le bord du chemin

October 19, 2021 02:59 PM

David Larlet

Lecteur d’écran

Another false assumption is that screen readers understand the human content they are reading. They do not. Mostly. Screen reader heuristics will look at some strings of characters and announce them differently than what you may see (1st as "first"). But even that varies across screen readers and browsers.

Blaming Screen Readers 🚩×5 (cache)

C’est la réflexion que je me faisais lorsqu’on parle d’accessibilité et de point médian pour une écriture inclusive : pourquoi ne pas faire évoluer les outils si c’est là que la conversion pose problème ?

Adrian Roselli y répond en partie dans son article, ça n’est pas aussi simple — ni rapide — que ça en a l’air. Les solutions faisant appel à la technique (des autres) sont si confortables…


Réagir ?

October 19, 2021 11:00 AM

October 18, 2021

David Larlet

Dune

Les trailers de Dune dévoilent TOUT. LE. FILM. Les scènes grandioses, les enjeux entre les personnages, les costumes incroyables, les pivots narratifs, les décors démesurés, les retournements de situation, TOUT Y EST au point de se demander s’il y a encore un intérêt de payer vingt balles (bienvenue en Suisse) pour découvrir au cinéma la version longue d’un clip qui résume l’essentiel du film en trois minutes.

Divulgâchis cinématographiques (cache)

Bon. J’ai vu Dune par Denis Villeneuve. Enfin. Même s’il est sorti le 15 septembre en France, il doit sortir le 22 octobre au Canada. Plus d’un mois d’attente à slalomer entre les critiques. Après un an d’attente suite à la bande annonce… et j’ai finalement craqué pour un torrent en bonne qualité (oups, encore une).

Est-ce qu’il est besoin de préciser que ça va divulgâcher dans la suite ?

J’avais vu la bande annonce et c’était clairement une erreur. Comme le dit Eliness, il n’y a plus aucune surprise. L’histoire je la connais — là n’était pas la surprise — j’avais envie de voir à quoi pouvait ressembler un ornithoptère, un distille ou un Kriss. Et sur ces plans là, c’est vraiment réussi mais ça donne une impression de déjà vu qui est décevante.

Les décors, l’ambiance, la représentation de l’épice, beaucoup de choses sont bien faites et permettent de se plonger dans l’image et de réajuster ses propres projections mentales issues des lectures. J’étais notamment curieux de voir comment la façon de progresser sur le sable allait être interprétée. La musique, il faut aimer ce que fait Hans ZimmerBROOOOM (pas mon cas).

L’univers c’est chouette mais qu’en est-il de l’intrigue ? Ou plutôt des intrigues ? Il y a clairement eu une volonté d’exhaustivité sur ce plan là (la pression des fans !) et ça endommage un peu ce premier volet. Peut-être qu’il faut au minimum une trilogie ? Beaucoup de choses m’ont semblé un peu bâclées (au montage ?) et je me demande comment comprendre tous les rapports de force sans avoir lu les livres. Ça devient un enchainement de scènes et je trouve que ça écrase certaines dimensions et/ou croisements.

La difficulté de faire une adaptation cinématographique de Dune, c’est qu’énormément d’émotions et de réflexions se passent dans la tête des personnages. Or, c’est difficilement retranscriptible dans un medium qui est assez pauvre à ce niveau là. La seule option que je verrais pour les rendre intelligibles serait une voix off très présente, ce qui pourrait vite devenir ennuyant (adaptation de David Lynch). Le choix d’avoir retranscrit ces émotions visuellement rend les personnages visiblement hypersensibles et c’est très éloigné du contrôle de soi opéré par le Bene Gesserit par exemple. Jessica devient un anti-personnage expressif sur ce plan là, grosse déception.

Pour finir sur le négatif, il y a un souci de temporalité qui est inhérent au format. Certaines transformations nécessitent de s’inscrire dans le temps, on ne devient pas un Kwisatz Haderach en 2 minutes chrono !

Mais sinon, j’ai apprécié que Liet Kynes soit une femme noire et que les Fremens soient représentés par des personnes à la couleur de peau sombre. Oui, on songe forcément aux Touaregs (Kel Tamajeq, ⴾⵍⵜⵎⴰⵣⵗⵜ) et non, c’est pas pour ça qu’une adaptation allait être logique sur ce plan là… on a déjà vu des castings beaucoup moins bien inspirés.

Les boucliers, les combats, tout ce qui est visuel est plutôt bien fait sans tomber dans le travers de vouloir trop en faire. J’avais une grosse appréhension pour l’épreuve du Gom Jabbar et c’est plutôt bien amené. Pareil pour les visions de Paul qui sont extrêmement difficiles à retranscrire avec de l’image. Les Fremens sont plutôt fidèles à la représentation mentale que j’en avais, autant dans le fond que dans la forme. J’ai salué l’angle qui consiste à comparer un oppresseur à un nouvel oppresseur avec une scène de transmission qui a un arrière goût de Troisième Reich.

Ma conclusion : c’est une bonne adaptation mais je crois que je ne pourrais de toute façon jamais me satisfaire d’un film sur le sujet.

J’attends aussi la suite avec impatience. ¯\_(ツ)_/¯


Lu depuis :

Superstition, brusquerie touchante, sensualité, la caricature de l’Orient tourne à plein régime. Dans un mélange de condescendance, de fascination et d’attirance à connotation sexuelle, les Fremen sont un cas d’école du regard de l’Occident sur des peuples colonisés, réduits au rang de curiosités et auxquels on concède quelques qualités venant confirmer leur irréductible infériorité.

« Dune », montagne de stéréotypes (cache)

Et aussi :

In a moment of broader cultural gloominess, Dune’s perspective may resonate more with the current movie-going public. Its themes of long-term ecological destruction, terraforming, and the specter of religious extremism seem in many ways ripped out of the headlines, while Asimov’s technocratic belief in scholarly wisdom as a shining light may be less in vogue. Ultimately, though, the core appeal of these works is not in how each matches with the fashion of today, but in how they look forward through thousands of years of human futures, keeping our imagination of long-term thinking alive.

“Dune,” “Foundation,” and the Allure of Science Fiction that Thinks Long-Term (cache)

Il faudra que je parle de Foundation à un moment.


Réagir ?

October 18, 2021 11:00 AM

October 17, 2021

David Larlet

Ét(ec)h(n)ique

10 + 1 Commandments for Ethical Techies

  1. Understand your basic professional obligations.
  2. Know your specific legal and contractual obligations and those governing your software and project.
  3. Know your own ethical bottom line.
  4. Understand whose interests your work serves.
  5. Know the harms your software could do.
  6. Maintain critical awareness of your whole work situation.
  7. Be good at saying “no”.
  8. Be good at speaking truth to power.
  9. Know your escalation path.
  10. Know your own tolerance for personal and career risk.
  11. Document your concerns!

Fiona Charles sur Twitter

Ronan me transmet ces commandements suite à une précédente discussion. Je les garde sous le coude car c’est une perpétuelle remise en question de mon côté. Savoir si les (méta)données que je suis en train de collecter pourront se retourner contre leurs producteur·ices. Faire le moins de dégâts possibles dans une forme de refus de parvenir à la sauce numérique.

Lorsqu’on travaille principalement avec un État, chaque enregistrement pourrait devenir une preuve à charge sans même en avoir conscience aujourd’hui.

Là est le danger : le futur(?) Grand Croisement.


Réagir ?

October 17, 2021 11:00 AM

October 16, 2021

Karl Dubost

soya (宗谷)

Bureau dans une cabine de bateau. Higashi-Yashio, Japon, 16 octobre 2021

Chaque rapprochement était un nouvel adieu.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

De retour à la maison, le soir, je me suis demandé si le bateau dans la vitrine du magasin de jouets était un vrai navire. J'ai cherché son nom :

Quelle pelote de laine. J'ai tiré un fil et je suis parti en voyage. Le navire a bien existé. Mieux que cela on peut le visiter. Amarré à Odaiba, il sert maintenant de bateau musée. Donc nous sommes partis le voir.

Navire amarré dans le port. Higashi-Yashio, Japon, 16 octobre 2021

Ce navire a eu une histoire mouvementée.

Construit au chantier naval de Matsuo, sur l'île Koyagi de Nagasaki, pour les russes en 1938 mais jamais livré pour cause de conflit diplomatique. Le chantier naval a été abandonné depuis.

Chantier naval abandonné. Matsuo, île Koyagi de Nagasaki

Le navire a d'abord été utilisé pendant la guerre pour des missions de ravitaillement et puis à la fin de la guerre des missions de rapatriement. Danes les années 50, il devient vraiment un navire scientifique pour explorer l'Antarctique.

Un événement dramatique l'a immortalisé. À sa deuxième mission, il a aidé à sauver le personnel d'une base antarctique. Les chiens de la mission ont dû être abandonnés. Deux chiens cependant ont survécu : Taro et Jiro.

Il y a eu deux films qui s'inspirent de l'histoire des deux chiens :

Bureau des transmissions. Higashi-Yashio, Japon, 16 octobre 2021

Ce fût une belle journée aventureuse. Tout cela à cause de la maquette d'un vieux bateau abandonné dans la vitrine d'une boutique de jouets.

sur le bord du chemin

October 16, 2021 02:59 PM

David Larlet

Situation

Grâce à Maud et son crayon, nous avons pu faire de la B.D. un formidable outil pour crier nos colères, témoigner des injustices, parfois avec rage ou une pointe de découragement et de tristesse mais souvent avec humour. Tantôt espace de déversement de nos colères ou échappatoire jubilatoire, cette B.D. a aussi été l’occasion pour nous de réfléchir à de potentielles voies d’émancipation, notamment collectives. Face à des situations de sexisme qui nous sautent aux yeux et nous laissent souvent impuissantes, s’esquissent désormais des scènes de B.D. qui dénoncent l’oppression.

Notre B.D., si elle se veut féministe, n’a pas pour ambition de parler au nom de toutes les femmes. Elle est le reflet des constructions sociales de ses autrices : nous sommes toutes les six des femmes jeunes, cisgenres, blanches, hétéronormées et ayant fait des études supérieures. Nous ne prétendons donc pas à l’universalité de nos propos et nous avons essayé de garder en tête cette dimension située. Comme nos personnages, nous bénéficions d’un certain nombre de privilèges. Certains conscients, d’autres sans doute moins…

Il est où le patron ?, Maud Bénézit & Les paysannes en polaire

J’aimerais pouvoir exprimer cela de manière claire sur cet espace. La difficulté d’un écrit en ligne est que l’on peut facilement tomber dessus sans avoir plus que ça de notion de temporalité ou d’évolution de l’auteur·ice. Ma façon de me situer aujourd’hui sera probablement différente de celle que j’aurais explorée demain.

Quel support pour le palimpseste d’une vie ?


Le même soir, je lis :

Ce que je veux vous faire comprendre avec cette longue présentation, c’est que nous sommes tous et toutes situé·es socialement, que nous devons composer avec un curieux mélange de privilèges et de discriminations, qui se cumulent et s’entrecroisent. Ça nous marque au fer rouge, ça modèle nos consciences et nos subjectivités, et donc nos façons d’aimer et d’être aimé·es.

Ce qui veut dire que nous ne sommes pas tout à fait libres, mais pas totalement déterminé·es non plus. Et je crois que plus on prend conscience de tout ce qui nous détermine, plus on peut être libre.

Le Cœur sur la table, Victoire Tuaillon


Réagir ?

October 16, 2021 11:00 AM

October 15, 2021

Karl Dubost

le magasin de jouets

vélo devant une maison avec la végétation grimpant dessus. Takinogawa, Japon, 15 octobre 2021

Mais il régnait un calme parfait. Tous les humains semblaient avoir été emportés par les eaux. — Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans une vieille boutique de jouets de la rue commerçante de Sugamo, la poussière cache les merveilles. La vieille dame assise sur sa chaise garde les lieux dans cette caverne. Au milieu de la pièce, il y a un train de modéliste qui tourne incessamment. Dans une vitrine au milieu de choses qui n'ont pas bougé depuis des décennies, je découvre un bateau. Il n'est pas à vendre probablement. Je le trouve magnifique. Le « Soya » déjà me donne l'envie du voyage et des rêves.

Bateau Soya dans une vitrine empoussiérée. Sugamo, Japon, 15 octobre 2021

sur le bord du chemin

October 15, 2021 02:59 PM

David Larlet

Engagement

Il y a une notion en alpinisme/escalade qui est relativement indépendante de la difficulté. Il s’agit du niveau d’engagement de la paroi/voie. Ce n’est pas la même chose de parcourir un chemin de randonnée ou de se faire une arrête avec 1000 m d’à-pic de chaque côté. Pourtant la largeur est la même, mais la conséquence d’une inattention ou d’un trébuchement n’a pas la même criticité.

Ronan me rappelait à juste titre qu’il en est de même sur des produits informatiques. Il y a le chemin, mais il y aussi le vide autour (ou parfois plutôt le trop plein). Il est facile de se laisser happer par des problématiques bien au-delà du périmètre auquel on voudrait bien se circonscrire pour épargner sa santé mentale.

En se focalisant sur le degré technique, on néglige parfois la cotation de sérieux qui est toute aussi importante — si ce n’est plus — pour revenir en un seul morceau.

L’évaluation de sa capacité d’engagement est indissociable d’une bonne connaissance de ses capacités et… d’une certaine humilité.


Réagir ?

October 15, 2021 11:00 AM

October 14, 2021

Karl Dubost

Gaïa / Goya

October 14, 2021 02:59 PM

David Larlet

Carrière

Without understanding the context, the advice is meaningless, or even worse, harmful. If those folks had followed their own advice early on, they themselves would likely have suffered from it. It is hard to escape this trap. We may be the culmination of our experiences, but we view them through the lens of the present.

20 Things I’ve Learned in my 20 Years as a Software Engineer (cache)

Beaucoup de sagesse dans cette liste. J’en aurais d’autres à ajouter mais je ne sais pas si j’en suis à 20 années de carrière, ayant du mal à dater le moment où celle-ci a véritablement commencée.

Ce serait peut-être mon premier conseil : envisager cela comme un cheminement en forêt et non comme un concassage de cailloux. Le papillon semble avoir plus de fun que la chenille (relire cette phrase en anglais).


Réagir ?

October 14, 2021 11:00 AM

October 13, 2021

Karl Dubost

jardin de ville

Magasin fermé avec plantes devant. Kita-Otsuka, Japon, 11 octobre 2021

À mon réveil subsitait encore l'ombre de mon rêve…
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Nous pourrions imaginer que nous sommes dans un coin de campagne, une petite ville, un quartier résidentiel calme. Nous sommes à deux pas de la station de train et dans le quartier des bars et restaurants. Mais Tokyo sait se donner des oasis d'abandon et de végétation. Les volets métalliques marrons de ce magasin accueillent des pots de toutes sortes posés sur des caisses retournées en plastique de toutes les couleurs. Des géraniums, des plantes grasses, un jardin de rêveur ou rêveuse, un jardin de l'habitude empoussièré par manque de pluie ces jours-ci.

sur le bord du chemin

  • An Exhibition That Helps Us Rethink Our Relationship to Facebook
    the main aim of the show is to offer a creative, clever perspective on the reasons behind the alienated and addicted relationship we sustain with social media platforms.
  • Hériter de patrimoines immobiliers dans les villes en déclin au Japon et dans le monde : enjeux socioéconomiques, politiques et opérationnels
    Ce séminaire expose l’état de nos enquêtes sur les acteurs du réinvestissement ou de la revente de biens fonciers et immobiliers privés inoccupés qui ont été construits au Japon avant que ce pays ne connaisse un déclin démographique durable. Depuis vingt ans, une conjugaison de facteurs démographiques, socioéconomiques et politiques ont contribué à l’essor du nombre de logements vides (plus de 13,5 % du parc total en 2020). Dans le sillage d’une loi de 2014 créant de nouveaux dispositifs pour faciliter le traitement de la vacance résidentielle par les collectivités territoriales, et sur l’inspiration de politiques mises en œuvre ailleurs dans le monde, de nombreuses « banques de maisons vacantes » (akiya banku) ont été établies : elles se chargent d’aider à la réhabilitation de logements vides et peu entretenus, après le départ ou le décès de leurs propriétaires. Les banques de logements vacants ont la difficile tâche de « négocier » auprès de personnes héritières de biens immobiliers qui ont parfois perdu presque toute leur valeur marchande (ce que l’on surnomme « négabilier » ou fudōsan), sur des marchés locaux peu attractifs. Cela fait du Japon un terrain des plus intéressants pour interroger la soutenabilité de l’accès à la propriété comme instrument de sécurité sociale et pilier de logiques de croissance vertueuse. La massification des « patrimoines négatifs » affectant les territoires urbanisés en réponse aux besoins de l’après-guerre, interpelle les champs de la géographie, de la sociologie économique et de l’aménagement. Grâce au carrefour de rencontres scientifiques que constitue à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, mes recherches ont pris comme point de départ la question de la vacance résidentielle dans les villes en décroissance, et elles se sont également enrichies d’une réflexion sur la transmission des héritages issus de périodes développementalistes, vers des générations grandissant dans un contexte marqué par les crises et l’austérité.

October 13, 2021 02:59 PM

David Larlet

Prodiverse

Je continue sur cette idée de produit, l’avantage d’un rythme hebdomadaire est de pouvoir rebondir sur mes propres propos avec un peu de recul.

Je me demande de plus en plus s’il n’y a pas déjà tout ce qui serait nécessaire au niveau échanges de messages et notifications avec mastodon. Ce qui pêche un peu dans l’usage orienté produit que j’imagine c’est davantage le rendu et la navigation. Et on touche peut-être du doigt un irritant personnel que j’ai déjà avec le client par défaut et l’affichage des discussions.

En ayant 6 heures de décalage horaire avec la France, je me réveille souvent avec un train de retard et en lisant de manière anté-chronologique le fil des discussions c’est vraiment fastidieux de s’y retrouver. Un affichage à-la-P2 me permettrait de ne pas perdre le fil justement, avec une arborescence qui commencerait par m’afficher la source.

C’est peut-être un premier petit pas : tenter de faire le client mastodon qui irait dans le sens d’une arborescence de discussions plus que d’un flux. Et tant qu’à faire en asynchrone histoire d’ajouter un peu de fun.

Fais très attention à qui tu racontes ton histoire parce que c’est ce que tu as de plus précieux.

C’est tout ce que tu posséderas jamais : ta propre histoire.

Citation d’un aborigène dans un livre de Sarah Marquis


Réagir ?

October 13, 2021 11:00 AM

October 12, 2021

Karl Dubost

autour de l'arbre

clotûre détournée pour préserver un arbre. Sugamo, Japon, 12 octobre 2021

Un jour dans un massif de renoncules derrière la bibliothèque, tu m'as demandé qu'elle était l'odeur d'un secret. J'ai répondu qu'elle était sucrée, comme un melon qui se fendille.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans l'ordre du monde, les arbre devraient toujours avoir la priorité.

sur le bord du chemin

  • Hyper Life (Stéphanie Lacombe). Une photographe capture la vie ordinaire près des supermarchés.
    L’ordinaire est son sujet de prédilection, le goût des autres son moteur. En résidence photographique en Picardie, Stéphanie Lacombe a cherché où rencontrer les habitants de la région. Dans la France rurale devenue celle des ronds-points et des centres commerciaux, c’est au milieu des caddies et des automobiles, sur le parking de l’Intermarché de Saint-Erme, qu’elle a choisi de poser son regard.
  • Blink RenderingNG deep-dive: LayoutNG
    When we think about bugs in the rendering system, we typically think about correctness, for example: "Browser A has X behaviour, while Browser B has Y behaviour", or "Browsers A and B are both broken". Previously this is what we spent a lot of our time on, and in the process we were constantly fighting with the system. A common failure mode was to apply a very targeted fix for one bug, but find weeks later that we had caused a regression in another (seemingly unrelated) part of the system.

October 12, 2021 02:59 PM

October 11, 2021

Karl Dubost

les ombres du matin

femme en kimono le matin dans une rue ensoleillée. Kita-Otsuka, Japon, 11 octobre 2021

La porte était entrouverte, une ombre se projetait sur le sol du couloir, comme un portrait de femme inachevé.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Le matin à vélo, le soleil dans le visage, les quartiers animés de Kita-Otsuka sont sans bruits. J'ai envie de rester là pour voir la marche de ville sur le chemin du temps. J'aimerais écouter son pouls.

Mais je dois me dépêcher pour enregistrer la nouvelle adresse de ma carte de résident étranger au centre municipal. Je fais partie du chemin.

Tuyaux et mur sales. Kita-Otsuka, Japon, 11 octobre 2021

sur le bord du chemin

  • Using the platform
    Working on a codebase with no dependencies has been a way of rediscovering exactly what I get for free in 2021, and what value I’m adding by bringing frameworks, transpilers and bundlers to the mix. I’d like to share what I learned (and what I needed to unlearn) in the process.
    ECMAScript Modules (also referred to as ESM or ES6 Modules) is the first native standard for modules in JavaScript. I emphasise native here because that means we can ditch the build tools and bundlers in favour of <script type=“module”> in HTML and import/export in JS:

October 11, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 2

Je me dis que je ne vais pas prendre le départ trop tôt, laissant les cowboys faire leur truc à l’aube. J’espérais voir le lever du soleil mais il est resté couché lui aussi.

La forêt dans la brume matinale. Ambiance intéressante quand même.

Alors que je prépare mon petit déjeuner, j’ai la visite très silencieuse d’une jeune femme qui vient me murmurer qu’ils sont en train de chasser juste à côté. J’ai envie de hurler « SUPER ! » mais il ne faut pas trop rigoler avec ces gens là. Ils sont armés.

La rive du lac. Et pendant ce temps là, je chasse la feuille rouge.

Vers 9 h, je me décide quand même à rejoindre un point de vue que je pensais beaucoup plus proche. Je ne suis pas déçu par le panorama mais je commence à douter de mon énergie pour le retour !

Des arbres rouges, vraiment. Red is the new green.
Des arbres rouges, toujours. À perte de vue.

Il est temps d’entamer ma migration retour. Cette fois je trouve l’astuce d’accrocher ma gamelle et son couvercle à l’extérieur de mon sac, ça m’évitera de siffler car en montée c’est pas évident (puis j’ai mal aux joues). Style jeunes mariés, pour une approche qui se veut faire le moins de dégâts possibles dans la forêt c’est loupé. Ou peut-être que j’épargne ainsi des vies ?

Des bernaches en v(ol) en cours de migration. Migrez vite ! Même si la bêtise humaine n’a malheureusement pas de frontières.

Pour ma prochaine sortie, je me trouve un endroit plus serein qui me permettra peut-être d’éprouver d’autres émotions. Cela m’a tout de même permis d’explorer une nouvelle zone qui pourrait être intéressante avec un raft… ou des skis !


Réagir ?

October 11, 2021 11:00 AM

October 10, 2021

Karl Dubost

sendagi

Pots alignés le long d'un mur avec des tuyaux. Sendagi, Japon, 10 octobre 2021

Elle adorait par-dessus tout Anna Karénine. Les trains et la ville de Moscou la faisaient rêver, et elle aimait aussi, sans raison particulière le nom de Vronski qui sonnait si bien quand elle le lisait à vois haute, avec une sorte de rythmique hivernale. Il emprunta le roman de nombreuses fois avant de l'échanger contre un harmonica pour le lui offrir un soir au crépuscule. Dès lors, elle le garda toujours auprès d'elle, même lorsqu'elle alla en France et en Afrique, et jusqu'à leur retrouvailles, bien des années plus tard. Un jour, à l'insu de son mari, elle l'accompagna à Moscou. Dans le wagon brinquebalant, il remarqua le livre sagement rangé dans sa valise de cuir. « Le destin d'Anna est peut-être le mien », lui dit-elle avec un sourire mélancolique.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans les rues de Sendagi, sur la pointe des pieds sur les pédales, je me laisse glisser dans la pente de la journée. Tokyo est calme entre les cimetières. Du papier de Isetatsu, un croissant chez Succession, un regard dans cette boutique de vélo, je ramasse du regard les graines et feuilles mortes de mes escapades. Je collerais les souvenirs dans un carnet et je sèmerai les graines dans mon quotidien.

Je n'ai jamais lu Anna Karenine. Je ne peux avoir son destin. Mais je me souviens de Robinson Crusoë, le grand livre rouge en cuir du fond de la classe en CM1, que je dévorais dès que j'avais fini en avance et dont j'étais triste d'avoir fini avant la fin de l'année scolaire. Il y a de ces livres que l'on ne voudrait jamais qu'ils s'arrêtent.

sur le bord du chemin

  • Amia Srinivasan talks to Catherine Dale about genealogy, conceptual battle and the democratisation of philosophy.. Nous rationalisons les histoires de nos vies et de nos origines pour justifier notre présent. Nous choisissons les moments, que nous rendons signifiants, pour mieux comprendre notre angoisse existentielle quotidienne, parfois avec le support de la généalogie. Cette interprétation du maintenant est bien une écriture et non pas la réalisation d'une pré-destination.

  • Ponctuation et littérature est une illustration des romans après avoir enlevé toutes les lettres et laissé juste la ponctuation.

    When we think of novels, of newspapers and blogs, we think of words. We easily forget the little suggestions pushed in between: the punctuation. But how can we be so cruel to such a fundamental part of writing?

    Et votre ponctuation ? Clive Thompson a créé un outil Web pour extraire la ponctuation d'un texte. Si par exemple, je l'applique au texte, entre les choses, j'obtiens cette courte phrase de signes.

    Liste de signes de ponctuation

  • Utilisation des techniques de « Machine Learning » pour permettre à un drône de naviguer à haute vitesse dans un environnement dense en obstacles.

October 10, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 1

Quelques pas dans la forêt et je tombe sur un panneau : le chemin est fermé pour cause de chasse à l’orignal. Je profite d’avoir été précédé par un couple que j’ai croisé sur le parking pour partager notre inconscience de poursuivre le chemin. J’ai bien fait de prendre mon bonnet réversible orange fluo même si, vu la couleur du feuillage environnant, ça ne doit pas être si pertinent…

Une forêt, rouge, dans le brouillard. L’ambiance est de toute beauté mais je n’en mène pas large pour autant, une balle pour orignal c’est gros.

Je passe sur mes réflexions misanthropiques du moment et j’ai de toute façon tellement de choses à penser, autant techniques que très personnelles, que mon cerveau va être difficile à calmer cette fois. Pour faire du bruit, je sifflote en continu « Dans sa maison un grand cerf ». En espérant qu’il·les n’aient pas de balle à troll.

Une forêt, rouge, et un lac dans le brouillard. J’arrive à un lac, parfait pour une petite collation.

Je marche encore quelques heures, la progression est difficile avec les feuilles détrempées qui jonchent un sol inégal devenu invisible. Je m’astreins à rester sur le sentier, ce n’est pas le moment de faire du zèle…

Le couple est arrivé avant moi au refuge et je ne me sens pas d’aller les déranger en dépit de la menace. Je continue en espérant trouver un coin sympa au bord du lac. En arrivant enfin à un endroit convenable, je manque de marcher sur un co-locataire alors je lui tire le portrait.

Un crapaud et des feuilles rouges (oui il y a une constance). Crapaud, crapaud ouvre moi, ou le chasseur… #OhWait.

Je remarque qu’il a de la nourriture directement posée sur la tête. Il y a d’autres téméraires dans cette forêt.

Un crapaud avec un insecte posé sur la tête. YOLO.

Il y a des empreintes et des bouses d’orignal partout. Je réalise que j’ai choisi de faire une randonnée dans une Zone d’exploitation contrôlée (ZEC) en période de chasse, pas non plus très malin de ma part.

Le temps est toujours à la grisaille et je suis content d’avoir pris la tente. Ça finit par se lever en soirée alors que ça commence à tirer dans tous les coins. Je me dis que je serai moins exposé une fois couché…

La lune au-dessus de la forêt. #MontreTaLune.

Réagir ?

October 10, 2021 11:00 AM

October 09, 2021

Karl Dubost

écraser les graines de ginkgo biloba

Ginkgo, feuilles et graines sur le sol. Kita, Japon, 9 octobre 2021

Tant de temps s'était écoulé depuis, plus personne ne s'en souciait.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Ils ont ramassé des fruits puants de ginkgo. Je les entends rire avec des éclats de soleil d'automne. Ils ont pris une pierre afin de dégager la pulpe et mettre à nu la graine. Ils tapent sur les graînes pour en extraire l'amande.

Un peu plus loin alors qu'ils tambourinent encore, je découvre à moitié enfoui un beau spécimen mort de coléoptère.

Coléoptère dans une main. Kita, Japon, 9 octobre 2021

Nous découvrons la librairie de Kita près de Jujo. Nous lisons. Nous rions. Pas trop fort. Et nous empruntons des livres. Il est autorisé de prendre jusqu'à 30 livres en une seule fois pour deux semaines. Et de ramener le(s) livre(s) à l'une des bibliothèques du secteur de Kita. Il existe même un rayon français.

Collection de livres de philosophie en français. Kita, Japon, 9 octobre 2021

sur le bord du chemin

  • Le grand tremblement de Tokyo
    In 2013, the central government issued a report predicting that there is a 70% chance of a magnitude 7 earthquake striking the capital region in the next 30 years. In a worst-case scenario, the quake could kill up to 23,000 people, cause more than ¥95 trillion in damage and destroy 610,000 homes. But casualties could be reduced tenfold — to around 2,300 people — if preparations are made ahead of time, namely if precautions are taken to prevent fires, which are predicted to be the cause of about 70% of casualties.

October 09, 2021 02:59 PM

David Larlet

Slowgrégateur

The current state web browsers is particularly damning from this perspective. Web browsers have access to such a treasure trove of valuable, often well-structured information about what we learn and how we think, what interests we have, and who we talk to. Rather than trying to take that information and let us build workflows out of them, browsers remain a strictly utilitarian tool – a rectangular window into documents and apps that play dumb, ignorant of the valuable information that transits through them every day. I think we can do better.

The web browser as a tool of thought (cache)

J’ai de plus en plus envie/besoin que ce soit mon agrégateur de flux RSS qui soit plus flexible. Personnaliser l’indexation, choisir de pouvoir introduire du délai entre les articles (voir plus bas), distinguer ce qui peut rester en stock sans que ce soit problématique, etc.

Anne-Sophie me racontait qu’elle avait réussi à reconstruire un flux à partir d’un site qui donnait des conseils/tutos pour enfants avec plusieurs années de décalage pour que ça soit synchronisé avec un âge qui lui est pertinent, je trouve cela fabuleux et tellement peu mis en avant.

Un autre exemple, lorsque je découvre un blog qui m’intéresse, je vais lire les dernières entrées mais ce qui serait pertinent serait de remonter d’anciens articles sporadiquement pour m’aider à mieux comprendre comment la personne en est arrivée là. C’est le cheminement que je trouve intéressant.

Une dernière option, un flux de plusieurs milliers d’éléments c’est sous-optimal vu que c’est une technologie basée sur le fait de répéter des requêtes indéfiniment sur cette ressource (vs. uniquement pousser les nouveaux éléments vers les clients). En revanche, récupérer l’intégralité du stock une bonne fois pour toute afin de l’indexer et faire remonter des choses via une recherche plus ou moins intelligente, là c’est pertinent. Je ne connais pas d’option dans ces formats pour différencier ces deux usages.

J’aurais plein d’autres idées, mon problème avec les outils actuels n’est pas liée à l’infobésité mais à la malnutriformation (?!) : avoir l’impression de toucher du doigt des mines d’informations et de réflexions qui sont enfouies par les 10 dernières entrées.

Je pense que l’on peut faire mieux.


Réagir ?

October 09, 2021 11:00 AM

October 08, 2021

Karl Dubost

sous la table

allée de cimetière. Sugamo, Japon, 8 octobre 2021

J'avais l'impression que mes doigts fondaient et que les lignes de ma main disparaissaient. J'ai poussé un long soupir.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Tremblement de la nuit.

Nous avons eu le temps cette fois-ci. Le temps de sentir la secousse, le temps de la comprendre, mais encore plus le temps de se mettre sous la table en attendant que cela se passe. Il est très rare d'avoir ce temps là. Habituellement, ils sont toujours trop courts pour avoir le temps de se préparer correctement.

Mais cette fois-ci nous avons eu le temps. C'est peut-être cette durée qui définit une forme d'angoisse plus intense. Il pourraît devenir plus gros, ce tremblement là. Cette nuit.

sur le bord du chemin

October 08, 2021 02:59 PM

October 07, 2021

Karl Dubost

autoroute

October 07, 2021 02:59 PM

David Larlet

Consigner

When you “P2” something, you’re writing a blog post, where you can tag in coworkers and cross-post to other P2s. What do teams use P2s for? Absolutely everything. Checklists for onboarding, status reports on projects, thoughts about detailing projects, discussions about best coding practices, architectural diagrams, marketing data analyses, and more. The best part is that the entire company’s history of P2s is available to search through. Also, you can subscribe to literally any P2, and comment on it as necessary, starting with your own team’s.

Why P2s? Because they capture fleeting one-off written communication: you can read a P2 at your own speed, in your own timezone, which is key since we operate across all timezones.

Writing for distributed teams (cache)

On a essayé pas mal de chose avec Scopyleft pour garder des traces de discussions, de décisions, avec toujours cette frustration personnelle que le résultat est à l’image de la personne qui prend le temps de consigner cette histoire. La difficulté d’une écriture commune est réelle et je me sen(tai)s un peu démuni face à ce dilemme d’avoir envie (besoin ?) de retenir des choses tout en n’assumant pas de devenir le scribe officiel. On se retrouve avec une base de connaissance éclatée dans laquelle il est difficile de (re)trouver une information.

La solution mise en place par Automattic (avec un recul non négligeable (cache)), à mi-chemin entre le blog et l’interactivité d’un réseau social est vraiment alléchante. Suffisamment pour me faire envisager de coder un truc à ce sujet. J’imagine déjà une version distribuée (re-coucou le fédiverse) qui permettrait de rendre certaines parties publiques, voire des interactions inter-structures sur des projets communs. Une forme de journalisation interactive avec des droits d’accès relativement fins.

Il n’y a pas eu une seule discussion utilisateur·ice et il y a déjà une montagne de fonctionnalités, ça fait une éternité que je n’avais pas parlé de vaporware par ici :-).

Si vous vous demandez à quoi ressemble P2, il y a une vidéo en action ici et le seul espace que je connaisse dans la nature est au sujet de Montréal. J’aime notamment que les nouvelles entrées soient mises en surbrillance et disparaissent au scroll, à l’usage c’est pertinent.

Conversations on P2s take place in line, update in real time, and provide space for threaded replies. We’ve stuck with P2 for years now, and it has ultimately evolved into a rich source of institutional wisdom and collective company memory.

[…]

At its core, P2 is organized, searchable knowledge. For example, we write up notes from every meeting, and tag attendees by name. I can search for any person’s name tag and pull up all conversation history related to the individual in question. It’s an invaluable resource.

Distributed FAQ: How Did P2 Become Automattic’s Signature Mode of Communication? (cache)


Réagir ?

October 07, 2021 11:00 AM

October 06, 2021

Karl Dubost

Pro et perso

Immeuble avec business en bas et appartement en haut. Meguro, Japon, 6 octobre 2021

J'ai fermé les yeux mais je n'ai pas rêvé.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Je me dis de plus en plus que je devrais séparer mon ordinateur de travail et mon ordinateur personnel. Il y a des aspects légaux, mais il y a également l'envie de mieux séparer au quotidien la vie professionnel de la vie personnelle.

Et pourtant, certaines choses ne sont pas faciles à régler. Le cas ne se présente pas vraiment en ce moment avec la crise du covid et tous les voyages au point mort. Mais lors d'un voyage pour raisons professionnelles, il devient plus difficile d'emporter sa vie personnelle, à moins de transporter deux ordinateurs avec soi. Cela exige de s'organiser différemment.

Laisser son ordinateur personnel localement a l'avantage de minimiser les risques d'abus de la vie personnelle par un gouvernement au passage de la frontière. Mais comment gérer tous les numéros d'urgences, le courrier, le matériel d'écriture, les photographies, etc. Surtout si comme moi, on est un peu chatouilleux sur le fait de ne pas avoir trop de choses à soi sur des services en ligne.

Un ordinateur pro + un appareil mobile personnel permettant de réaliser les tâches essentielles pendant les voyages pro ?

Si vous avez déjà pensé à cela, n'hésitez pas à écrire un billet sur votre blog ou à m'envoyer un mail.

sur le bord du chemin

  • ça ne fonctionne pas ainsi. Un beau billet de Éric à propos de l'exploitation des employés sous couvert de solidarité. La solidarité avec une valeur n'existe pas, c'est à dire le capital de l'entreprise. Peu importe la noblesse de la mission de l'entreprise. La solidarité avec les autres employés peut exister, et là encore dans certaines limites à cause des écarts de salaire et surtout de la flexibilité qu'un employé a pour retrouver un autre emploi en fonction de ses compétences et du marché de l'emploi.

October 06, 2021 02:59 PM

David Larlet

Promotion

At most companies, it’s common for the person leading you to have experienced a promotion in taking on the role. At Automattic, we view taking on the team lead role as a focus change rather than as a promotion. This means people are welcome to step up into the lead role and step down without a change in salary. We’re all ultimately individual contributors at the end of the day!

You might not love working at Automattic if… (cache)

Beaucoup de choses très inspirantes dans cet article. J’apprécie que l’on puisse considérer que le rôle de lead (difficilement traduisible) soit temporaire et ne soit pas indexé sur le salaire. C’est accepter une certaine impermanence dans nos envies, nos appétences et nos expérimentations. C’est une façon de pouvoir se tromper sans que les conséquences ne soient rapidement critiques.

J’ai l’impression de porter différentes casquettes actuellement sur les différents produits auxquels je participe et j’adore cette diversité. Une forme de full stack (1, 2) mais en mode distribué où j’apprends des autres casquettes présentes dans les équipes.

Pour moi, une promotion correspond au courage et à la confiance suffisante en soi de consentir à une casquette relativement inconnue, au moins pour un tour.

Littéralement : pro-motion, être en faveur du mouvement.

For example, I was a lead for 3.5 years and was able to easily step away to pursue other work when an opportunity came up without a change in pay. I never approached leadership as being a “forever lead” which helped me make decisions that I knew I’d have to live out if down the line I was no longer a lead.

Ibid.


Réagir ?

October 06, 2021 11:00 AM

October 05, 2021

Karl Dubost

parasite

Umbellata. Komagome, Japon, 5 octobre 2021

Je nourrissais cependant encore l'espoir de poursuivre ma lutte contre le monde entier — situation tragique et sublime qui s'accordait parfaitement avec mes rêves d'héroïsme.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Facebook down et le monde se réjouit.

Je pense à la personne ou les personnes qui doivent corriger le problème. Coincées dans cet engrenage huilé, où la réussite se mesure à l'échelle de la minimisation des échecs en secondes. Une seconde perdue et quelques milliers de clics et de visibilité des publicités entraînent une baisse des revenus.

Je pense au problème que Facebook représente pour la société, les sociétés. Tentaculaire et puissant, le service de cette société représente un service et une menace pour l'équilibre, tout comme ces organismes parasites qui maintiennent en vie l'hôte. S'en débarasser est tout aussi problématique que de le préserver. Ou peut-être, sommes-nous tous collectivement engourdis ?

Je n'ai plus de compte twitter : karlcow et karlpro ont été détournés par d'autres, une fois que je les ai abandonnés, il y a quelques années. Je n'ai jamais eu de compte facebook. Je n'ai pas de compte Google personnel (J'en ai un pro, obligé puisque l'infrastructure de communication de Mozilla l'utilise). Mais je n'échappe pas pour autant à de nombreux services : GitHub, iCloud, etc.

Soyons prudents quand nous déclarons notre indépendance. Nous faisons juste des choix différents.

sur le bord du chemin

October 05, 2021 02:59 PM

David Larlet

Conférences 2

— Tiens, tu ne fais plus de conférences.

C’est vrai. Et c’est intentionnel.

Quel que soit le format, j’ai fini par remarquer (il m’a fallu une dizaine d’années tout de même…) que ces évènements favorisent l’entre-soi et donnent une ascendance aux organisateur·ices et participant·es actif·ves. Ce statut est malsain car il permet des comportements déplacés de la part des personnes ayant davantage de pouvoir, d’autant plus lorsqu’une foule est réunie.

Rien de nouveau sous le soleil mais ça n’est pas une raison pour le cautionner avec ma propre participation qui vient renforcer un bon paquet de biais.


Tout cela étant dit, je suis toujours motivé pour accompagner des personnes qui seraient activement exclues (cache) de ces lieux si elles souhaitent participer, prendre confiance en elles et en connaître les codes. Pas en mode sauveur, peut-être en mode allié, certainement à distance.


Ce billet pourrait faire l’objet d’une conférence 🙃.


Réagir ?

October 05, 2021 11:00 AM

October 04, 2021

Karl Dubost

saleté annexe

Escalier en faïence. Takinogawa, Japon, 4 octobre 2021

C'était un après-midi de mars gris et glacial. L'herbe n'avait pas encore verdi, dans l'air ne flottait encore nul parfum de fleurs. Tout donnait l'impression que la saison froide se prolongeait, sauf mon manteau de laine jaune clair qui exhalait le parfum doux et charmeur du jasmin d'hiver.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Ils ont commencé les travaux de rénovation de la nouvelle annexe de l'école. J'espère qu'ils vont garder les faïences de l'escalier.

Parfois je désire la poussière, la graisse noire, la rayure à la trop grande perfection d'une propreté orchestrée. Une certaine ambiguité, une demi-saison des émotions ensablent le corps.

sur le bord du chemin

October 04, 2021 02:59 PM

October 03, 2021

Karl Dubost

infrastructure à vélo

Grand parking à vélo. Ikebukuro, Japon, 3 octobre 2021

Une femme qui sortait du travail nous avait dépassés à vélo, une botte de céléri vert jade dans son panier. Deux vieillards jouaient aux échecs au pied d'un mur. Dans l'air flottaient des effluves d'ail et de ciboule revenus dans l'huile bouillante.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Une infrastructure urbaine pour accompagner les cyclistes, cela se conçoie. Des parkings à vélo sont saupoudrés à travers la ville. Bien souvent invisibles, car en souterrain ou en étages, ils existent parfois en grande dimension comme celui-ci à ikebukuro.

Pour sortir du parking, il y a une bande roulante qui permet d'aider la remontée pour les vélos les plus lourds.

sur le bord du chemin

  • Le compte twitter de Sumana Roy

  • autobiographies #03 | des arbres comme écriture, avec Sumana Roy. François (dans sa vidéo — Quel exercise admirable au long cours) s'exprime à propos de Sumana Roy.

    Si la question s'exprime, il faut la constituer, la constituer dans son chemin de vie.

    mais ce qui me retient est cette phrase à propos de la découverte des livres.

    Ce n'est pas très glorieux nos circuits de lecture.

    Il y a en effet peu de choses à l'acte de la lecture et la façon dont, dans l'habitude, on trébuche sur la découverte d'un livre. Je lis. Je fais la vaisselle. Je lis. J'étends le linge. Je marche les doigts coupés par le poids du sac de course. Je lis. La tâche quotidienne du « lire » sans prétentions, sans objectifs. Je lie le quotidien. Le monde se réalise de tous ces petits moments qui s'investissent entre nos respirations.

  • The Point Magazine

    The Point is a print and digital magazine of philosophical writing that embodies two distinct but complementary convictions: on the one hand, that humanistic thinking has relevance for contemporary life; on the other, that our lives are full of experiences worth thinking about. Each issue contains three sections: ESSAYS that blend memoir, criticism and journalism to examine the ideas and beliefs that shape our world; a SYMPOSIUM that gathers contributions on a topic chosen by the editors (e.g. privacy, sports, film, marriage), and REVIEWS of pretty much anything at all.

October 03, 2021 02:59 PM

David Larlet

Justesse

J’ai un regard flou et partial sur mes œuvres passées, en tout cas si j’étais sexiste, si j’ai collé des clichés, des idées pas terribles, qui peuvent être blessantes, j’aimerai les corriger un jour et si in jour je meurs je veux dire que je n’ai aucun problème avec l’idée qu’on corrige une de mes oeuvres. Si j’ai étais nul, insensible, caricatural, alors je m’en excuse. Par exemple, je pense que si je pouvais corriger mes romans, plus aucun personnage ne mangerait d’animaux. Autre exemple, je me demande si dans ma bd Le banc de touche il n’y a pas une planche sexiste et je n’aurais aucun problème à ce qu’on la supprime. Le passé d’un artiste, c’est aussi un truc qui doit être mouvant, vivant, touché, travaillé. Le passé c’est aussi de la matière nourrie par le présent. La fidélité c’est ce qu’on est maintenant qu’on a traversé la tempête et qu’on est pris dans une autre. La fidélité c’est d’abord la justesse et la justice, et le moi de 22 ou 30 ans serait d’accord avec ça. Pas de sacralisation autre que la sacralisation de l’évolution d’un artiste.

Fidélité à la justesse (cache)

Martin Page est quand même sacrément juste. En un paragraphe, il y a tout. Chapeau l’artiste.

Si c’est figé, ce n’est plus vrai.


Réagir ?

October 03, 2021 11:00 AM

October 02, 2021

Karl Dubost

pachinko

homme lisant le journal en attendant un Pachinko. Sugamo, Japon, 2 octobre 2021

C'était une sécrétion urbaine — la poussière et la souillure du monde des hommes.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Le matin, avant l'ouverture du pachinko, les personnes attendent en longue file d'attente. Le calme règne dans la rue. Ils attendent avec la lecture d'un journal ou une conversation. Bientôt, ils seront étouffés par le bruit des billes, des lumières et de la fumée des cigarettes, silencieusement, jusqu'à ce que les lumières de la rue soient plus pressentes. Ils remplissent d'oubli leur existence afin de mieux évacuer les pensées turbulentes. Comme nous tous.

sur le bord du chemin

  • Jardin japonais à Penang et jungle à Itabashi.

    Quand nous sommes entrés dans la serre, le parfum humide des mousses et des fougères m'a étourdit délicieusement. Les gouttes de sueur perlent sur mon front pendant la marche lente de Ayer Itam vers Penang Hill. La chaleur enveloppe. Le chemin mou regorge de forêt.

  • Règles pour le voyage entre la France et le Japon

    • France → Japon : Voyageurs vaccinés
      1. « Obligation de présenter un justificatif du statut vaccinal ainsi qu’une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection à la Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19.
      2. Aucun test exigé avant l’embarquement ;
      3. exemption de test et d’isolement à l’arrivée en France. »
    • Japon → France : Voyageurs vaccinés
      1. « Présenter le résultat d’un test PCR négatif réalisé moins de 72 heures avant le vol et certifié par un médecin selon un modèle de certificat spécifique. Seul le modèle d’attestation édité par le ministère japonais de la Santé doit être utilisé.
      2. Se soumettre à un test salivaire à l’arrivée à l’aéroport.
      3. Effectuer un isolement de dix jours dans le lieu de leur choix (leur domicile le cas échéant) ;
      4. Effectuer un test PCR le dixième jour de quarantaine.
      5. Installer une application de géolocalisation sur son téléphone afin de répondre aux interrogations des autorités japonaises sur son état de santé durant la quarantaine ;
      6. S’engager à ne pas utiliser les transports en commun ni à sortir de son lieu d’isolement. »

October 02, 2021 02:59 PM

David Larlet

Redesign

So what you see here isn’t me.

Without the safety of this website my flaws and vices are clear: I’m often lazy and uncoordinated. I don’t have a lot of natural social grace (or rather it takes a long time for me to warm up to charming). My ego gets in the way all the time, and I’m so very jealous of everyone around me. Also: I’m perpetually, completely, infinitely terrified of everything.

So websites are weird like that. They’re a fun house of mirrors that can be manipulated in every which way to hide who the author really is. And I don’t mean that in a cynical way, I mean to say this with a dash of optimism: with this website I can redesign myself as much as I do the homepage (I hope you like the new one).

With this website I can figure out who I want to be.

From the distance of this website (cache)

Cela fait longtemps que je n’ai pas revu le design de ce site et de sa page d’accueil. Je pourrais y voir une certaine signification, celle qu’il soit encore en accord avec une image que j’ai envie de partager de moi-même. Entre le manque de mouvement et la flemme, il y a une troisième voie (voix ?) : un truc qui fonctionne suffisamment bien pour pouvoir porter mon attention ailleurs.


Réagir ?

October 02, 2021 11:00 AM

October 01, 2021

Karl Dubost

peaux de gyozas

restaurant la nuit avec des lampions. Sugamo, Japon, 1er octobre 2021

J'aurais voulu noter ces paroles sur un petit bout de papier et le fourrer dans sa poche ! Je n'avais qu'une crainte : qu'il ne les oublie dès qu'il aurait repris ses esprits.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Nous n'avons pas assez de peau pour les gyozas. Je sors rapidement pour aller en acheter. Le supermarché proche de la station de Sugamo doit en avoir.

Je presse le pas. La farce des gyozas est déjà prête. Ils m'attendent. Cependant, je ne peux m'empêcher furtivement de regarder à l'intérieur des restaurants depuis la rue. 18h47. Les restaurants commencent déjà à se remplir.

Les gyozas est probablement le seul plat où nous cuisinons tous les trois ensemble. Nous préparons la farce. Les farces ! Une au porc et oignons verts pour les frits, une à la crevette et à la coriandre pour les bouillis. Nous plaçons la farce dans les peaux. Aujourd'hui, il montre pour la première fois sa réussite d'un gyoza pliée plus conventionnellement. Il est heureux.

Nous avons chacun notre technique de pliage. Il y a bien longtemps que j'ai cuisiné la peau moi même.

Assiettes de gyoza et beignets. Komagome, Japon, 1er octobre 2021

sur le bord du chemin

  • ce que l'on doit contenir
    He remains a most thoughtful voice on technology, its potential and its dangers in his role as the chief digital officer of the New York Public Library.

    "It’s a weapons-grade technology. I use the word digital in my title in a way that firemen use fire in theirs. I’m not trying to spread it. What I’m actually trying to do is contain it, understand it, control it and point it where it can be useful. And I worry that the internet let loose in certain places has done more harm than good."
  • Échanger/recharger sa batterie de scooter à Taiwan
  • nginx playground
  • Apprendre sur le tas
    I asked on twitter what people feel was easier to learn 15 years ago. One example a lot of people mentioned was the command line. I was initially a bit surprised by this, but when I thought about it makes sense – if you were a web developer 15 years ago, it’s more likely that you’d be asked to set up a Linux server. That means installing packages, editing config files, and all kinds of things that would get you fluent at the command line. But today a lot of that is abstracted away and not as big a part of people’s jobs. For example if your site is running on Heroku, you barely have to know that there’s a server there at all.
  • Rêve d'enfance. De l'art dans des boîtes de Petri. J'en connais une qui rigole déjà.
  • Comment commenter le code pendant les relectures
  • How to Fold Dumplings

October 01, 2021 02:59 PM

David Larlet

Stratégie

“The first thing is to make this thing a war,” Admiral Gouveia e Melo said in an interview, recalling how he approached the job. “I use not only the language of war, but military language.”

While politicians around the world have invoked a similar martial rhetoric, he said it was critical to his success that he was widely seen as detached from politics.

In Portugal, There Is Virtually No One Left to Vaccinate (cache)

Différents pays, différentes cultures, différentes stratégies. Je trouve ça fascinant à étudier, essayer de comprendre pourquoi est-ce que ça fonctionne ou échoue, ici et là. Est-ce que les personnes qui ont du pouvoir auront ce recul en d’autres temps ?


Réagir ?

October 01, 2021 11:00 AM

September 30, 2021

Karl Dubost

Pourquoi je prends une photo ?

Porte de temple. Cimetière de Somei, Japon, 29 septembre 2021

Un amour aussi durable ne pouvait être inutile.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Pourquoi prenons-nous des photos ?

J'ai accumulé un peu plus de 100000 photos numériques dans cet album photo. Je scrolle vers le haut pour le regarder. J'essaie de déterminer leurs caractères. Je tente de découvrir l'intention de la prise.

  • artistique
  • souvenir d'un moment, d'une émotion
  • partager avec une autre personne une pensée
  • pour utiliser plus tard dans une conférence
  • le souvenir d'un goût
  • enregistrer le lieu avec les coordonnées géographiques
  • garder la citation d'un texte dans un livre
  • documenter un processus dans une série (recettes de cuisine, réparation, fabrication)
  • en signet (numéro de place de parking, code, un achat futur, une réglementation d'un lieu, une notice historique, …)
  • utilitaire (photos pour passeport, papiers officiels, etc.)
  • Comme note visuelle pour ne pas oublier de parler d'une chose particulière.

sur le bord du chemin

September 30, 2021 02:59 PM

September 29, 2021

Karl Dubost

les chemins qui étonnent

Maisons en bois. Nishisugamo, Japon, 29 septembre 2021

Il me semblait pouvoir entendre le son de la moindre particule de poussière dans la pièce.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Le matin j'aime avoir le temps du regard. Je pose un pied à terre. Je prends une photo. J'écoute les craquements entre les maisons et le pas des chats.

Le matin entre la maison et l'école, je tente d'être à l'heure. Le matin entre l'école et la maison, je tente de d'inspirer la rue entre deux battements de paupières. Je choisis les chemins qui m'étonnent.

sur le bord du chemin

September 29, 2021 02:59 PM

David Larlet

Lenteur

L’exercice est chronophage, épuisant, voire frénétique ; et le rythme de publication est difficilement tenable, autant pour la personne qui écrit que pour celles qui lisent.

Médias lents (cache)

C’est une question que je me pose souvent vis-à-vis du rythme, il y a une certaine brutalité à asséner des articles quotidiennement. Je sais que certaines personnes avec lesquelles j’interagis sont à la peine de garder ce rythme et la publication décalée me semble aider. Les contenus sont là, rarement dans un tempo critique.

Ils seront probablement accessibles pour quelques années, la lecture peut être quotidienne mais pourrait tout aussi bien être hebdomadaire ou mensuelle. C’est notre soif d’être à jour, d’avoir une pastille d’agrégateur à zéro, qui peut rendre ce rythme intenable. En un sens, le flux pérenne peut aider à une gestion personnelle en stock, apaisée, où l’on vient picorer régulièrement (en n’étant pas trop regardant·e sur la qualité). Et je me trompe probablement, il doit y avoir des pratiques dont je n’ai même pas conscience, je serais curieux de connaître la vôtre cher·e lecteur·ice.

Quant à mon propre épuisement, il me semble être plus salutaire qu’autre chose. Une fois l’éponge pressée, elle redevient disponible. Tel un écureuil, je me nourris des graines des autres, j’en déplace, j’en cache, j’en plante et je suis parfois surpris que ça puisse pousser… me créant un nouveau terrain de jeux.


Réagir ?

September 29, 2021 11:00 AM

September 28, 2021

Karl Dubost

long mardi

magasin avec des faiences bleues sur le mur et des volets fermés. Bunkyo, Japon, 26 septembre 2021

Je détournai le regard en me disant : « Je le retrouverai tout à l'heure.» J'ignore pourquoi, j'eus soudain un coup au cœur, comme un sentiment de perte. Quelque chose, à cet instant précis, arrivait à son terme, dont j'ignorais encore la nature. Il ne me faudrait pas longtemps pour comprendre que c'était la fin. La fin de l'enfance.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

6h15. Le soleil dans le bureau le matin. le bruit des cigales ou des grenouilles. un volet d'une maison est ouvert. Ce bruit caractérisque du panneau de métal que l'on coulisse pour qu'il rentre dans son enveloppe. C'est un bruit que je ne connaissais pas avant de venir au Japon.

Les mardi sont longs. Pourtant c'est un mot court dans la semaine. Mon premier meeting est à 6h30. Le dernier meeting finit à 23h00.

sur le bord du chemin

  • The styled-components Happy Path. Il est très rare que les manuels autour de CSS dans React affiche le code final. L'objectif pour eux n'étant pas la qualité du code non visible, mais le rendu et l'interaction visuels du produit fini.
  • Deploying Websites to AWS on Easy Mode. Il en va de même pour le côté serveur. Peu de soucis de comment tout cela tient. Mais quand nous nous soucions du code HTML ou du code HTTP, peut-être que les personnes qui ont l'amour d'un autre niveau pense certainement que nous faisons des horreurs. Les priorités ne sont pas les mêmes.

September 28, 2021 02:59 PM

David Larlet

Paranoïa

Scanning the photos on your phone isn’t like steaming open the mail and peeping inside the envelopes. It’s like rifling through your memory.

And when those memories may at any time be silently observed or removed… even if it never happens but there is the possibility of it…

[…]

And if somebody else is now inside your memories, can you be sure that they’re not being edited? Is gaslighting occurring with these most personal of devices? Even if it never happens… that’s the lesson of the Panopticon, the mere possibility is enough to affect behaviour.

Apple’s photo scanning and our state of forced collective paranoia (cache)

Je me suis penché plusieurs fois sur cet article depuis sa publication. Il y a plusieurs lectures possibles pour considérer les liens entre ces différents éléments et, même si ça semble un peu tiré par les cheveux parfois, il y a tout de même cette atmosphère un peu malaisante que j’ai du mal à formuler.

Les pensées et fragments de mémoire publiés ici me semblent être difficilement falsifiables à mon insu. J’ai un historique, sur plusieurs machines, etc. En revanche pour des photos — qui plus est stockées sur l’ordinateur d’un·e autre — c’est bien plus compliqué à identifier et à prouver.


En retournant le problème, cela pourrait être un métier d’aller effacer de mauvais souvenirs… plus ou moins à la demande de la personne.


Réagir ?

September 28, 2021 11:00 AM

September 27, 2021

Karl Dubost

brièvement

Vêtement accroché derrière une fenêtre. Nishisugamo, Japon, 27 septembre 2021

De retour dans la chambre, j'ai rangé le jeu d'échecs. Les pièces ont résonné en tombant dans la boîte, puis la chambre s'est enfoncée dans le silence. La radio était éteinte, le bruit de la pluie avait cessé. Tu étais si tranquille que tu semblais ne pas exister.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Assis sur le canapé, la maison est assoupie. La pluie claque des doigts sur un toit de plexiglas à l'étage en-dessous. Un chien aboie. Brièvement. Il faudra probablement prendre le métro ce matin pour aller à l'école.

J'ai enfin un bureau.

sur le bord du chemin

  • écrire en marchant

    J’ai souvent des embryons de pensées en chemin, comment les consigner ? Mon téléphone, mon cerveau ou mon calepin ont chacun leurs limites propres. Pas sûr de vouloir les verbaliser et rompre le silence ainsi non plus. Si j’oublie, est-ce si important ?

    Écrire dans la mobilité, écrire en dictant, écrire sur le papier, écrire directement dans le numérique, rechercher les mots passés, ajoutons à cela l'illustration, photographiques ou dessins. Je n'ai pas testé cet outil, mais il y a là une tentative d'articulation et de transition. Les transitions réciproques entre monde numérique et physique sont toujours passionnantes. L'injection de contenu dans un des mondes l'est tout autant et touche tellemenent à nos habitudes personnelles.

    Je pense que pour mieux se comprendre, il faut dessiner sur un grand papier une forme de graphes des interactions listants les modes d'entrées, de sorties et de transformation.

September 27, 2021 02:59 PM

September 26, 2021

Karl Dubost

après la journée

Graines de gingko sur le sol. Bunkyo, Japon, 26 septembre 2021

Les lettres que j'y trouvais s'étaient colorées de vert et dégageaient un parfum d'herbes. Je me souviens que je grimpais dans l'arbre pour les lire.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Nous avons façonné un long parcours dans la ville à vélo. Les journées sont éphémères. Les pensées ne sont pas plus longues. Il était nécessaire de se dépoussiérer des merveilles de la journée. Nous décidons d'abandonner la fatigue à la terrasse d'un café. Nous discutons de la ville poétique, des villes passées, de l'automne, des choses matérielles et des graines de gingko. Les mots s'estompent sur nos lèvres. Nos regards apaisés prennent la couleur de la saison.

Jambe d'un homme d'affaires. Bunkyo, Japon, 26 septembre 2021

sur le bord du chemin

September 26, 2021 02:59 PM

September 25, 2021

Karl Dubost

immense

Maison avec la forme d'un visage. Komagata, Japon, 25 septembre 2021

Tous ces lieux et paysages surgissent aux mêmes horaires qu'autrefois.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

À Tokyo, à vélo, nous explorons le monde horizontalement et verticalement. Aujourd'hui, il a voulu aller tout là haut. Alors nous sommes allés voir la ville jusqu'à l'horizon à 450 mètres de hauteur.

Tokyo depuis Skytree. Oshiage, Japon, 25 septembre 2021

On se dit qu'en montant bien haut, on pourra voir au delà. Mais ce lointain là n'existe pas. Il n'y a bien que du côté de la baie que l'on peut voir la ville sur la pointe des pieds en équilibre prête à s'immerger.

La baie de Tokyo depuis Skytree. Oshiage, Japon, 25 septembre 2021

Et même là, au delà de l'eau on voit l'urbanité de Chiba de l'autre côté de la baie.

Depuis quand la ville a-t-elle perdu sa temporalité ? Le temps s'est affaissé, le jour où le contour a disparu et a replié l'espace urbain dans une seule continuité. Nous voilà tous ensemble dans cette singularité dont nous parcourons les lignes. On ne peut pas s'échapper de Tokyo. Nous sommes son horizon.

sur le bord du chemin

September 25, 2021 02:59 PM

David Larlet

Atelier

J’ai motivé une rencontre autour des échecs entre enfants de sa classe. Quelques heures au parc et je peux déjà identifier qu’il y a trop d’attentes de la part des parents pour pouvoir aménager un espace d’apprentissage qui soit enthousiasmant.

Comment divertir leur attention de manière non violente ? Si je plaide en faveur d’un moment entre jeunes, quelle devient alors ma place ? De quelle façon discuter de positions sans que les joueur·euses se sentent jugé·es ?

Quelques idées :

  • faire jouer les adultes entre ell·eux, à côté ;
  • imaginer de nouvelles façons d’équilibrer les niveaux ;
  • me retenir de jouer.

Il n’y a pas que les jeunes qui ont à apprendre de leurs propres échecs…


Réagir ?

September 25, 2021 11:00 AM

September 24, 2021

Karl Dubost

toucher le bois

Vieille maison close en bois. Tsujido Motomachi, Japon, 18 septembre 2021

Il a toujours été un être à part. Chaque fois qu'il se sentait déçu, il décidait de se retirer. Si bien qu'il a passé sa vie à s'en aller. Je me dis parfois que s'il avait pris le parti de rester chez lui, s'il avait choisi de ne faire aucun choix, sa vie entière aurait sans doute été infiniment plus douce.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Le travail du bois m'appaise. Je souffle sur les copeaux. La poussière parfume mes narines. Je suis en contact avec les lignes. Du bout de mon doigt, je caresse le trou pour sentir son abrasion. Les dermatoglyphes retiennent les plus grosses aspérités, un papier de verre fin fera le reste jusqu'à la douceur du matériau travaillé.

Aujourd'hui, ce bois est l'érable. L'objet est le nouveau plateau de mon bureau.

Aurais-je dû être un sylviculteur, un bucheron, un garde-forestier, un ébéniste, un menuisier, un homme des bois. Mon nom aurait trouvé sa forêt.

sur le bord du chemin

  • TIL : Apprendre la taille des mèches pour placer un bon insert de vis dans le bois. Apprendre aussi comment percer un trou à la bonne profondeur dans une planche de bois pour éviter de percer trop profond.

September 24, 2021 02:59 PM

David Larlet

Militantisme

En créant un espace de discussion entre parents, cela nous a permis d’élargir aussi le champ des interactions et d’introduire le politique dans notre groupe.

C’est l’occasion de partager sur le chandail orange et comment l’aborder en famille, de faire circuler des pétitions importantes pour l’école, d’organiser des activités extra-scolaires.

Après une année et demie de Covid, on sent bien que les échanges entre personnes — qui feraient de toute façon partie du même cluster — sont plus rapides et fluides qu’à l’accoutumé.

Une autre forme d’intégration…


Réagir ?

September 24, 2021 11:00 AM

September 23, 2021

Karl Dubost

voie ferrée

ciel coincé entre le béton au soleil couchant. Oji, Japon, 23 septembre 2021

Je n'ai jamais pris ce train, et je ne suis jamais allé à Moscou. Mais cet imaginaire m'est resté et il a grandi avec moi.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Les lignes de chemin de fer sont souvent comprises comme l'axe d'une mobilité. Mais lorsque l'on est autour de la ligne dans le paysage, elles sont un mur avec quelques rares passages. Il devient impossible de les traverser sans transgression ou danger extrême. La voie n'est plus. Il ne reste que la falaise sur laquelle se brise le parcours.

À Montréal, il y avait un passage comme ceci que tout le monde prenait. Certains se faisaient verbaliser. La grille était réparée. Mais jamais très longtemps, quelqu'un avec des pinces coupantes venaient toujours réouvrir le passage.

Le regard de l'autre côté de la voie, nous voudrions pouvoir continuer le chemin juste de l'autre côté pour cet arbre, pour cette maison, pour cette pente innaccessible et inclinée dans le désir du chemin. Mais la voie est là. Protégée, entourée parfois de grilles, ou d'un mur de bêton, il faudra en faire le tour, jusqu'à l'un de ces passages. Je dois retourner dans le carrefour de Oji pour pouvoir la contourner.

sur le bord du chemin

  • Retour à Taiwan pour Lao Pi. Quarantaine, jour 0 : l'arrivée.

    La fumée s’élève au-dessus du savoureux bouillon de bœuf dans lequel trempent de larges nouilles et de tendres morceaux de viande. C’est le premier diner de l’hôtel dans lequel nous allons passer les quinze prochaines nuits, avant de pouvoir enfin regagner nos pénates après un long séjour en France. Rassasié par mon bol de nouilles au bœuf (牛肉麵), il est temps de faire un résumé de ces dernières heures.

    J'ai faim.

  • TIL: hg strip -r [changeset] pour enlever mes vieux commits qui sont montrés par hg outgoing.

  • Where did you grow up?. Où avez-vous grandi ? Et voici une question intéressante qui définit une forme de narration de sa jeunesse. Quand définissons-nous le début de cette question ? Quand pensons-nous que nous avons « fini » cette période. Probablement le symbole est différent pour chacun. Certains ont été nomades par nécessité. Certains sont restés toute leur enfance dans le même endroit. Certains ont été ballotés entre deux maisons.

  • Food Systems for People

    Corporate food systems, and the increasing influence of corporate actors in political decision-making on food and nutrition at the local, national, regional and global levels, pose a universe of threats and harm to human rights and the rights of workers, women, peasants, indigenous peoples, fisherfolk, pastoralists, migrants, consumers and the urban poor. Those who contribute most to world food security, the smallholder producers, are the most threatened and affected by corporate concentration of land, seeds, markets, natural and financial resources, and the related privatization of commons and public goods.

September 23, 2021 02:59 PM

David Larlet

Dossier

It’s a difficult concept to get across, though. Directory structure isn’t just unintuitive to students — it’s so intuitive to professors that they have difficulty figuring out how to explain it. “Those of us who have been around a while know what a file is, but I was at a bit of a loss to explain it,” lamented one educator […] Others, meanwhile, believe it’s professors who need to adjust their thinking. […] Even professors who have incorporated directory structure into their courses suspect that they may be clinging to an approach that’s soon to be obsolete. […] His advice to fellow educators: Get ready. “This is not gonna go away,” he says. “You’re not gonna go back to the way things were. You have to accept it. The sooner that you accept that things change, the better.”

Kids who grew up with search engines could change STEM education forever (cache)

Un article fascinant qui interroge sur ce qui doit être transmis et ce qui doit évoluer par l’usage quitte à adapter les outils… et les modèles mentaux des générations précédentes. Ces derniers sont probablement les moins flexibles.

Je me suis rendu compte que je classais beaucoup moins mes courriels, je suis passé d’une arborescence assez profonde à une demi-douzaine de dossiers. Je peux me le permettre car la recherche de Mail.app est très pertinente, en contrepartie cela me lie fortement à l’outil et dès que je teste une alternative je suis frustré par ce manque.

Tristement, j’ai construit mes propres barreaux. Chaque génération est-elle condamnée à tenter de les transformer en échelles ?

Des nuages dans le ciel. Rester léger.

Réponse(s) de David :

Ma croyance, c’est que les dossiers sur ordi sont un héritage de la manière dont les systèmes d’exploitation sont organisés (par fichier et dossier)
Et les premières interfaces utilisateurs ont reflété naïvement l’API du système d’exploitation

Et c’était mieux que rien

Et clairement, une fois que l’on peut chercher via une requête textuelle qui a une compréhension correcte des dates et du langage, la notion de dossier perd complètement son intérêt

Déjà, le déplacement de « dossier » vers « label » que GMail a proposé a été un premier pas en avant libérateur pour les emails

Le dossier, c’est une des solutions possibles au problème « j’ai besoin de retrouver une information »
Et il y en a beaucoup d’autres

J’imagine que le dossier émerge dans les systèmes d’exploitation, parce qu’il faut trouver une solution au problème de retrouver ses infos et le rangement manuel dans des dossiers, c’est 1) assez familier comme modèle mental et 2) facile à implémenter (enfin j’imagine parce que je n’ai jamais implémenter un système de fichier… en tout cas, c’est beaucoup plus facile à implémenter qu’un système qui comprend le langage)

Une des difficulté à implémenter autre chose que des dossiers (ou des labels), c’est que ça amène rapidement des problèmes de performance ou de pertinence

Les dossiers, il n’y a pas de problème de performance (…et pour la pertinence, on délègue entièrement la responsabilité à l’utilisateur de créer/maintenir une arborescence qui lui est pertinente)

Implémenter un système de recherche pertinent, ça demande une compréhension correcte du langage du contenu
…mais quel langage ?
parce qu’une recherche s’implémente différemment selon le langage
Et si on travaille dans plusieurs langues ?

Et l’usage de la recherche devient une partie importante de l’expérience utilisateur

Je tombe également sur : Google introduces a new way to search that combines images and text into one query (cache).


Réagir ?

September 23, 2021 11:00 AM

September 22, 2021

Karl Dubost

cartes

Panorama de bibliothèque. Honkomagome, Japon, 22 septembre 2021

Cette voie ferrée contenait tout mon imaginaire des contrées lointaines.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Une première exposition depuis presque deux ans ? Je ne me souviens plus de la dernière fois. Mais pas très loin d'où nous vivons, il y avait Tokyo en carte au musée de Tokyo Bunkyo. Tokyo. Des cartes anciennes. Dans une bibliothèque spécialisée dans l'Asie. Cela semblait une occasion à ne pas manquer.

Affiche de l'expo

Quand je vois tous ces vieux livres consacrés à des pays d'Asie écrits par des colonialistes, je me demande souvent quels auraient été les livres écrits par les lettrés, aventuriers, commerçants de ces pays à propos de la France, l'Angleterre, la Hollande.

Rangée de vieux livres consacrés à l'Afghanistan. Honkomagome, Japon, 22 septembre 2021

sur le bord du chemin

September 22, 2021 02:59 PM

David Larlet

Introduction

J’aime beaucoup accompagner quelqu’un dans la découverte d’un produit sur lequel je travaille. Cela me pointe candidement mes propres insuffisances et incompréhensions. Les fois où je n’ai pas été assez patient ou trop fainéant. Les parties qu’il reste à nettoyer, celle qui sont difficilement compréhensibles.

Me revient souvent en tête la conférence de Mathieu à SudWeb (Attention, on voit Frank au début.) Les super-héro·ïnes sont des cadeaux dont il faut écouter le premier regard.

Une plume entre mes doigts. Une plume de Gélinotte huppée.

Réagir ?

September 22, 2021 11:00 AM

September 21, 2021

Karl Dubost

notes lunaires

Lune illuminant les nuages toujours cachée derrière un bâtiment. Komagome, Japon, 21 septembre 2021

Il ne remontait jamais très loin dans sa mémoire. C'était trop d'effort. Et puis il ne fallait qu'une dose infime de souvenir pour rythmer la monotonie de sa vie. Ce qu'il aimait, ce n'était pas tant l'évocation du passé que l'instant fugace du retour au présent.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Je me suis demandé hier si à la place d'un fichier par jour pour les notes, je devrais en fait prendre les notes dans un fichier par mois ou par an, qui serait traité par le programme en jour automatiquement.

Cela ne change pas grand chose pour le traitement, mais peut-être cela permet-il d'avoir une meilleure continuité spatiale et temporelle en voyant directement le texte du jour et précédent. Cela permet aussi une recherche plus directe dans le passé.

J'utilise Visual Studio Code comme éditeur depuis quelques années (?) et la recherche ainsi que le mode multi-colonnes permet probablement cette continuité.


La lune ne se lève pas toujours à l'horizon.

sur le bord du chemin

September 21, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 3

Nuit très agitée où j’ai l’impression d’être sur une balançoire irrégulière, la pleine lune n’arrangeant pas les choses. Chaque bourrasque fait tellement pencher les arbres qui me soutiennent qu’ils impriment un mouvement de tension sur le hamac. Le tarp doit être réajusté régulièrement car sinon il faseye bruyamment (et puis j’essaye de me protéger un minimum). Les rafales doivent être autour des 70 km/h. Pas vraiment reposant.

Je profite d’être proche du refuge pour aller y faire chauffer mon eau à l’abri, ce n’est pas le moment de prendre des risques inutiles.

Lever de soleil sur le marais (encore). Niveau couleurs, c’est toujours pas mal.

Je prends la route du retour en essayant d’opter pour toutes les variantes possibles histoire d’avoir l’impression de faire une boucle. L’avantage de tout ce vent, c’est que la forêt me déroule un tapis de feuilles rouges.

Hébété par la fatigue, le corps est en pilote automatique. Les muscles adoptent une marche à l’économie et le cerveau est momentanément en pause. C’est peut-être pour cela que je vais dans la forêt : me dé-penser. Ce qui est cocasse compte-tenu du prix de mon équipement…

Avant de partir, j’ai lu : Making Noisy into Quiet (cache). Toujours cet équilibre duquel tenter de s’approcher.

Un chemin de feuilles rouges. La célébrité.

J’emprunte principalement la piste de ski de randonnée au retour car elle est davantage dégagée, je me dis qu’il faudra que je revienne cet hiver car c’est un chouette environnement. Peut-être accompagné ?

En 48 heures, je mesure à quel point la forêt a pu changer de couleurs. Je fais une dernière pause près d’un lac. C’est coûteux mais ça en vaut la peine.

Lac proche du refuge Nordet. Un lac, des feuilles rouges, que demander de plus ?

Nombre de kilomètres : une quinzaine.
Nombre de personne croisées : zéro.
Poids du sac : 12 kilos.


Insolite : quand soudain au détour d’un chemin et sorti de nulle part… de quoi se rappeler comment tout a commencé. J’apprends que ce titre a été traduit par « Vers l’inconnu » au Québec.

Une camionnette délabrée (l’extérieur). Et pourquoi pas un remake à faible budget…
Une camionnette délabrée (l’intérieur). …avec une fin plus heureuse ?

Réagir ?

September 21, 2021 11:00 AM

September 20, 2021

Karl Dubost

des deux côtés du regard

Feuilles dans le jardin. Tsujido, Japon, 20 September 2021

Nous venions d'emménager. Nous avions choisi de la flanelle verte pour confectionner les rideaux sur mesure, les gardénias et les freesias plantés sur le balcon n'étaient pas encore éclos, le vin de Shaoxing aux prunes vertes était encore trop jeune. J'avais acheté un petit four et une poêle pour faire des omelettes japonaises, et imprimé toute une liasse de recettes de cuisine trouvées sur Internet.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans le train de retour, je pense toujours à ceux qui vivent près de la voie ferrée. Le rythme des trains, le bruit constant et régulier, les vibrations qui agitent la poussière des maisons de papier, tous les rideaux sont fermés de jour comme de nuit.

L'esthétique du passager n'est pas celle de celui qui ne regarde pas le train enfermé dans l'ombre de son vacarme.

sur le bord du chemin

September 20, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 2

Pas d’étoiles filantes observées mais une chouette est venue se percher juste au-dessus de ma tête pendant une trentaine de secondes. Elle est en chasse, tête à 360°, je retiens ma respiration. Elle file et je me lève avec le sourire. Il est 5 h et le ciel est déjà incroyable.

Lever de soleil sur le marais. Mais oui Legolas, du sang de rongeur probablement…

Il fait juste au-dessus de 0 °C mais je ne peux pas laisser passer ces volutes de brouillard au soleil levant. Une ambiance difficile à retranscrire en photo, d’autant que je découvre a posteriori que toutes mes photos faites au téléobjectif sont voilées car il y a de la condensation sur l’objectif. J’ai du mal à comprendre pourquoi celui-ci et pas les autres alors qu’il était stocké à la même température. Pour sa défense, le taux d’humidité est proche des 100 % et je fais rapidement chauffer mon gruau du matin. Vivement que le soleil vienne sécher tout ça !

Lever de soleil dans la brume. J’ai aussi pris le temps de NE PAS faire de photos.

L’objectif de la journée est de gravir la montagne blanche qui culmine à… 883 m tout de même ! C’est peut-être ce qui me frustre le plus au Québec, qu’il soit si difficile de trouver un peu de dénivelé. J’avais hésité à y aller pour le lever de soleil mais je suis bien content d’être resté au campement vu l’ambiance. D’autant que je dois m’y reprendre à deux fois pour trouver le bon chemin, je n’imagine même pas dans l’obscurité.

Arrivé au « sommet », la vue vaut quand même le détour. Je ne suis finalement pas si en avance sur la saison et les flancs commencent à être franchement colorés.

Vue depuis le sommet avec un lac et des arbres rouges. Les collines aussi c’est joli parfois.

Je redescends et le vent se met à souffler. Il est chaud et violent, j’appréhende un peu la nuit. Je décide de mettre un tarp au-dessus du hamac au moins pour me protéger des aiguilles qui tombent en continu et peut-être des branches si elles ne sont pas trop grosses. Il y a des arbres morts avoisinants mais je n’ai pas pris de scie, n’ayant pas considéré ce risque. Une bonne leçon.

Je me couche, pas vraiment serein.


Nombre de kilomètres : une douzaine.
Nombre de personne croisées : quatre.
Poids du sac : 3 kilos.


J’ai souvent des embryons de pensées en chemin, comment les consigner ? Mon téléphone, mon cerveau ou mon calepin ont chacun leurs limites propres. Pas sûr de vouloir les verbaliser et rompre le silence ainsi non plus. Si j’oublie, est-ce si important ?


Réagir ?

September 20, 2021 11:00 AM

September 19, 2021

Karl Dubost

enraciner

Horloge Slava mécanique. Tsujido, Japon, 19 septembre 2021

J'aurais préféré me passer d'enracinement.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Nous réalisons la corvée de deux lieux de vie et nous commençons à évaluer de nouveau la fréquence de nos allers et retours. Au moins, nous avons trouvé une machine à laver d'occasion dans un magasin proche, une sorte d'Emmaüs, mais à la japonaise, où tout est pratiquement plus propre que les originaux. Comme si le temps fonctionnait à rebours.

Je découvre une vieille horloge Slava russe des années 60, mais malheureusement elle ne fonctionne pas.

sur le bord du chemin

  • Incremental note-taking
    Captured ideas are better than missed ones. No self-respecting “note-taking system” should ever allow an idea to escape our minds un-recorded because it took too long, or was too much of a hassle to write it down. In order to make the most of the invisible 90% of our ideas that float through our minds, we need a tool that can capture ideas in the moment, however fleeting. This means our tool has to be fast, and can’t burden you with questions like “In what folder should I put this?” that aren’t relevant in the moment.
  • Trouver la bonne taille de cadre
  • Pour les journées touristiques
  • autobiographie #1 | images intérieures, avec Danielle Collobert
    – en s’appuyant sur Dire I & II de Danielle Collobert (1974), partir à la rencontre, dans l’enfance ou dans une période et un lieu précis de son parcours, de trois ou cinq de ces images flottantes, rémanentes, émergeant d’un souvenir lacunaire, mais susceptibles de revenir aussi traverser les rêves ;
  • Dire I / II. Danielle Collobert.
    Sur la passerelle, la gare n’était pas loin pour le voyage, et sous moi les dizaines de voies, pas encore séparées, unies dans l’horizon, glacé immobile dans les bouffées fumeuses, le vent soufflant partout qui m’enlevait à cette panique immense. Pas de courbe solitaire, pas de support liquide, rien pour l’évanouissement. La passerelle, au bout du tunnel, ouverture par là sur notre zone, ton chemin à toi de chaque soir. Par moments ta voix, redescente du temps.

September 19, 2021 02:59 PM

David Larlet

Jour 1

Réveil à 5 h 30, départ à 6 h, arrivée à 7 h 30, sur le sentier à 8 h. Il fait 2 °C et la minimale attendue pour le séjour était de 5 °C, ça commence bien 😅.

C’est le moment de l’année où la forêt commence à rougir avant de se mettre à nu. Je suis probablement en avance d’une semaine mais les fenêtres sans pluie sont rares et j’aurais bientôt moins l’occasion de pouvoir m’absenter en semaine alors j’en profite.

Je retourne à un endroit où j’ai déjà connu deux échecs : une première fois car il faisait trop froid (mais j’avais quand même pu faire une petite vidéo rafraîchissante), une seconde où j’avais carrément abandonné l’idée à cause des mouches noires… Autant dire que j’y vais avec une certaine appréhension mais je sens qu’il y a un potentiel à explorer.

Reflets des couleurs de l’automne dans un lac. Ces couleurs.

Je n’ai pas pris de quoi faire des vidéos mais j’ai quand même 2,5 kg de matériel pour faire des photos. Cela me fait dépasser mon poids agréable pour un sac de 3 jours (autour d’une douzaine de kilos) et mes genoux me le font sentir, d’autant que j’ai fait le — mauvais — choix de ne pas prendre de bâtons pour les aider. Je prends mon temps et j’aimerais ne pas arriver trop tard car je ne sais pas s’il y a des endroits propices et s’ils vont être occupés. Je suis tout de même un peu moins stressé que d’habitude à ce sujet car j’ai repris le hamac, ce qui me laisse normalement plus de flexibilité sur ce plan là.

Je suis content de me retrouver dans la forêt sans aucune préoccupation vis-à-vis des bibittes estivales, c’est tellement reposant ! Le contraste avec le mois dernier est saisissant. Je suis aussi surpris par le silence, le temps est à l’apaisement, l’hiver s’en vient et chaque espèce s’y prépare comme elle peut.

Refuge de l’appel. Promis, je n’ai pas pris que des reflets.

Je finis par arriver au refuge ciblé qui, contre toute attente, est ouvert. Cela m’offre une solution de repli en cas de problème, c’est toujours appréciable. Personne ne semble avoir prévu de camper dans les environs cette nuit-là, je me retrouve rapidement seul en bord de lac à ruminer mes pensées. Sombres. Ça contraste.

Un avion passe au-dessus de la forêt. Vers où me mèneront mes réflexions ?

La nuit s’annonce fraîche et humide, j’espère que je ne vais pas trop regretter de m’être suspendu trop près du lac et de son marais… J’ai aussi décidé de tenter un séjour sans aucun feu. Je m’endors en me balançant doucement, pas pire.


Nombre de kilomètres : une quinzaine.
Nombre de personne croisées : une dizaine.
Poids du sac : une quinzaine de kilos.


Pour réchauffer ma nourriture, je continue mon exploration des pastilles Esbit. J’ai besoin de savoir si c’est utilisable en refuge cet hiver car c’est quand même super léger. Le poêle c’est bien pour faire fondre la neige mais pour porter de l’eau à ébullition ça génère une dépense d’énergie non négligeable, surtout pour le petit déjeuner…


Réagir ?

September 19, 2021 11:00 AM

September 18, 2021

Karl Dubost

bricolage et typhon

vieille maison en tôle. Tsujido Motomachi, Japon, 18 septembre 2021

J'aime les gens qui comprennent de quoi retourne l'amour.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Nous revenons pour la première fois à la maison de l'océan depuis que nous sommes partis pour Tokyo. La pluie tambourine. Une fleur cambodgienne se déverse sur nous. Je vérifie la carte radar des pluies et trouve une éclaircie pendant une heure ou deux. Cela devrai suffire. Je vais à pied vers le grand magasin de bricolage le plus près. Avec le déménagement, la maison manque maintenant de certaines choses essentielles. J'en suis satisfait. Cela permet de penser un peu plus aux objets et leur utilité. Cette fois-ci, il s'agit d'une casserole et d'une poêle.

fenêtre avec objets visibles en opacité. Tsujido Motomachi, Japon, 18 septembre 2021

J'aime les magasins de bricolage. Les quincailleries aussi. Peut-être, j'y trouve la mémoire du magasin de l'atelier de l'usine où travaillait mon père quand j'étais enfant. Il y avait des centaines de petites boîtes avec des boulons, des vis, des cables électriques, du fil pour souder, des résistances, des potentiomètres, des condensateurs, tous avec des couleurs magnifiques.

Je suis venu voir aussi les perceuses-visseuses électriques pour finir de monter mon bureau à Tokyo. Il va falloir que je fasse des trous dans le plateau en érable. Je pourrais les faire probablement avec une mèche manuelle mais j'ai besoin du bureau rapidement pour mieux travailler. Choix.

sur le bord du chemin

  • Typhon, typhon, typhon. TY2114 Chanthu. Cela signifie fleur au Cambodge. Carte radar des pluies

    Carte de progression du typhon

  • Say Goodbye to Your Manager

    The United States, more than anywhere else in the world, is addicted to the concept of management. As I’ve written before, management has become a title rather than a discipline. We have a glut of people in management who were never evaluated on their ability to manage before being promoted to their role. We have built corporate America around the idea that if you work hard enough, one day you might become a manager, someone who makes rather than takes orders.

    Mon objectif de management devenir le plus inutile possible. Cela signifiera que l'équipe a atteint une autonomie fonctionnelle.

September 18, 2021 02:59 PM

September 17, 2021

Karl Dubost

sans être là

statue de bouddha en prière sous le feuillage. komagome, Japon, 17 septembre 2021

La personne que je cherche n'est plus ici.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans le cimetière de Somei, je pédale lentement. Surtout sur le chemin du retour. Je minimise le bruit du pédalier et de la chaîne. Je ralentis ma respiration. Mes yeux paisibles flottent sur l'immobilité de mon mouvement. Je ne veux entendre que l'ombre des feuilles et la poésie des pierres.

Ici, j'essaie de ne pas être là.

sur le bord du chemin

September 17, 2021 02:59 PM

September 16, 2021

Karl Dubost

abandon

fenêtre couverte de végétation. Takinogawa, Japon, 16 septembre 2021

En terre étrangère, même la vieillesse avançait avec précaution, même les rides n'osaient trop s'imposer.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Il faut l'abandon pour comprendre l'histoire, pour révéler la mémoire.

sur le bord du chemin

  • prettymaps
    A minimal Python library to draw customized maps from OpenStreetMap created using the osmnx, matplotlib, shapely and vsketch libraries.

September 16, 2021 02:59 PM

David Larlet

Analphabète

Mais depuis quelques mois j’ai trouvé une sorte de parade à cela. Je me fais simplement passer pour un analphabète numérique. Étant donné que je sais que, peu importe les démarches que je souhaite réaliser, il y a de fortes chances pour que je ne rentre pas dans les cases, j’arrive ainsi à établir les dossiers avec une véritable personne qui peut prendre en compte mes spécificités sans avoir, avant, à perdre du temps auprès d’une machine.

Journal de f6k, vol. 12 num. 13 (cache)

Hier, Elle reçoit un courriel la notifiant qu’elle a un nouveau message de l’immigration. C’est un enjeu stressant pour nous, car il y a un visa à la clef et toute une chaîne de conséquences. Elle essaye de se connecter avec son téléphone mais une fois authentifiée, retour à l’accueil, déconnectée. Elle me demande de tester à mon tour, même erreur depuis un ordinateur. Elle se connecte à Twitter car c’est le seul moyen aujourd’hui de pouvoir interagir avec une administration. Elle fait état du bug(?). La réponse est digne d’un « dans le doute, reboot » : essayez de (très) nombreuses fois après avoir vidé le cache du navigateur…

Le lendemain, Elle tente de se (re)connecter au site de l’administration en pestant sur le fait que le courriel de notification pourrait contenir le message et s’éviter tout cela. Cette fois-ci, ça marche ! Le contenu du message :

Vous allez prochainement recevoir un courrier qui contiendra votre nouveau visa.

Tout ça pour ça. Un poids appréciable en moins tout de même. Il faudrait que je fasse le compte de ce que nous coûte en argent (et en temps !) une immigration choisie.

Histoire de chialer comme un bon français 🙃.


Réagir ?

September 16, 2021 11:00 AM

September 15, 2021

Karl Dubost

laboureur

laveur de vitres en haut d'un immeuble. Nishi-sugamo, Japon, 15 septembre 2021

Je me suis habituée à cette vie nomade. Je suis même devenue experte dans l'art de faire disparaître en un temps record toute trace de mon passage. Quand j'achète quelque chose, plus que le prix, ce qui m'importe, c'est le volume. À fonction, je choisis systématiquement le plus petit.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

En levant la tête vers l'horizontalité des immeubles, je découvre un laboureur de vitre poursuivant son sillon. Il semble penché vers le sol. Son corps s'appuye sur sa brosse pendant la corvée pénible.

sur le bord du chemin

  • Devinette ! Quelle année ?

    Wow, are you guys out of touch with reality or what!

    In case you hadn't noticed, Netscape is running on almost 5 million desktops with a 60% market share. Most of the Web page designers that I work with, and I work with many, include Netscape extensions without thinking twice about it.

    In this case, the tail is definitely waving the dog. Those who ignore dominant market share in an increasingly commercial WWW are bound to be swept right off the playing field.

    Réponse. Plus ça change, moins ça change.

September 15, 2021 02:59 PM

David Larlet

Héritage

I like thinking about privacy as being collective, because it feels like a more true reflection of the fact that our lives are made up of relationships, and information about our lives is social and contextual by nature. The fact that I have a sister also indicates that my sister has at least one sibling: me. If I took a DNA test through 23andme I’m not just disclosing information about me but also about everyone that I’m related to, none of whom are able to give consent. The privacy implications for familial DNA are pretty broad: this information might be used to sell or withhold products and services, expose family secrets, or implicate a future as-yet-unborn relative in a crime. I could email 23andme and ask them to delete my records, and they might eventually comply in a month or three. But my present and future relatives wouldn’t be able to do that, or even know that their privacy had been compromised at all.

left alone, together (cache)

Une personne proche n’avait pas eu conscience de divulguer une partie de l’information génétique de sa descendance en procédant à un séquençage. Et surtout, ne comprenait pas en quoi cette information pouvait être une donnée critique.

Toute donnée stockée sera exploitée, tout recoupement possible sera effectué. Ce n’est qu’une question de temps.


Réagir ?

September 15, 2021 11:00 AM

September 14, 2021

Karl Dubost

yakitoris

Boutique avec mannequins dans la vitrine. Sugamo, Japon, 14 septembre 2021

Quand nous nous sommes rencontrés, c'était déjà trop tard : les grands événements de ma vie se trouvaient derrière moi. Il s'en est rendu compte, mais il voulait tenter sa chance, malgré tout.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

Dans l'après-midi, en revenant de l'école, nous nous arrêtons dans la rue commerçante de Sugamo pour acheter des brochettes de viandes sur baton de bois (yakitori).

Le magasin est vieux. Les deux femmes aussi. Tout à l'intérieur y est gras des fumées accumulées depuis des dizaines d'années. La poussière s'est collée à la graisse, et la graisse à la poussière en stalactites culinaires. Aucune inspection sanitaire ne pourrait valider cet endroit. Et pourtant, je ne pense pas me souvenir d'un magasin de yakitoris propres.

sur le bord du chemin

  • How to handle environment variables in Python
  • github-notify-ml
    index.py is a python CGI script that provides a Webhook to be used as a github hook endpoint to send mail to a set of email addresses when specific GitHub events happen
  • How Your Desk Helps You Think
    Either way, you’re organizing your space to enable complex thinking. Each document, each post-it note, each book-spine and browser-tab acts like a mental trigger, or a little store of artificial memory. They let you hold a ton more in your mind — because your mind isn’t merely your wetware brain any more. It’s also all those documents, that desk, those post-it notes.

September 14, 2021 02:59 PM

David Larlet

Lutte

“From an Indigenous perspective, when we are confronting the climate crisis we are inherently confronting the systems of colonization and white supremacy as well,” Goldtooth said. “In order to do that, you have to reevaluate how you relate to the world around you and define what your obligations are to the world around you. It’s more than just stopping fracking development and pipelines and it’s more than just developing clean energy, it’s about actually fundamentally changing how we see the world itself.”

[…]

“When you take a step back and look at the work that Indigenous peoples have put in over the years and decades, it really goes to show that we collectively are making a tremendous impact for the benefit of this planet,” Goldtooth told Grist.

“It backs up what we’ve constantly been saying,” he added, “recognizing Indigenous Rights protects the water, protects the land, and protects our futures.”

Indigenous resistance has cut U.S. and Canada’s annual emissions (cache)

Au-delà des chiffres, il y a ce constat à la lecture du rapport (PDF, 4 Mo, cache) que (seule ?) la lutte fonctionne. Merci aux personnes qui sont cette lutte, qui incarnent la résistance dont nous avons besoin pour survivre.

Imaginez un peu si la grande démission se transformait en grande action collective… on pourrait appeler ça le Grand Matin pour changer un peu.


Une vidéo du dernier Grand Solstice.


Réagir ?

September 14, 2021 11:00 AM

September 13, 2021

Karl Dubost

fragile résilience

plantes en pot sur un rebord de mur. Sugamo, Japon, 13 septembre 2021

Je suis allée à la salle de bains, sans allumer : la lumière bleue du néon est encore plus glaçante.
— Le clou, Zhang Yueran, urn:isbn:978-2-84304-870-8

J'admire la délicatesse des agencements du quotidien. Les pots en équilibre sur le mur prêts à tomber à toutes secousses d'un tremblement de terre ou aux coups de vent trop forts d'un typhon permettent de se créer un rideau végétal. Depuis combien de printemps et d'hiver, ce souffle de poésie appuyé le long d'une maison résiste à l'envie de tomber.

Que ce soit à la maison de Tsujido ou ici à l'appartement de Komagome, je me douche souvent toutes lumières éteintes. L'étreinte de la nuit alors que l'eau chaude coule sur la peau est une bouffée de plénitude. La fenêtre ouverte, la fraîcheur et la pulsation vivante des éléments ennivrent. J'ai souvent le désir d'un rideau végétal. J'imagine la plantation de plantes qui coulent dans la verticalité tout en laissant apercevoir le monde hors la douche.

sur le bord du chemin

September 13, 2021 02:59 PM